СДАМ ГИА: РЕШУ ЕГЭ
Образовательный портал для подготовки к экзаменам
Французский язык
≡ французcкий язык
сайты - меню - вход - новости




Задания
Версия для печати и копирования в MS Word
Задание 4 № 686

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

C'est en Belgique que Mme Gerardin...

 

1) a fait ses études.

2) a travaillé pendant deux ans.

3) a fait un stage.

Пояснение.

Расшифровка записи
Maintenant nous sommes prêts à commencer. Coaching devient populaire à Madagascar

Journaliste : Le coaching est à l’ordre du jour ces derniers temps dans le monde des entreprises à Madagascar, et tient une place importante dans le développement du capital humain. Nous avons rencontré Marie Claire GERARDIN, fondatrice et coach du cabinet PROACTA, pour lui poser quelques questions.
Bonjour, Madame Gerarden, et tout d’abord pouvez-vous nous parler de votre activité ?
Marie Claire GERARDIN : Mon activité principale est centrée sur le développement personnel à travers le coaching et les formations à la communication. Accessoirement, j’interviens également dans les entreprises pour porter des diagnostics sur les relations humaines ; cela peut prendre la forme d’un audit ou de conseil en communication.
J’ai créé ma société PROACTA en 2010 après avoir fait ma formation de coach en Belgique ; cela fait donc deux ans que j’exerce cette activité à Madagascar. Par ailleurs, j’ai quelques clients dans d’autres pays, en France aussi.
Journaliste : Quel est l’intérêt du coaching et le but de chaque formation ?
Marie Claire GERARDIN : Le terme « coaching » recouvre des activités très diverses. Pour ma part, mon activité de coach est essentiellement du coaching individuel , c’est-à-dire coaching de vie ou de dirigeants. Quelle que soit la raison qui amène une personne en coaching, le travail est centré sur le développement
personnel. Pour utiliser une image, je dirais que le coaching c’est un peu comme prendre un taxi pour se rendre à un rendez-vous. Le chauffeur sait, parce que c’est son métier, quel est le meilleur itinéraire, en fonction de l’heure, des délais, des demandes du client, mais c’est ce dernier qui donne la destination. En coaching individuel, c’est pareil, c’est le client qui définit l’objectif, le coach est seulement là pour l’accompagner, par le questionnement, l’encouragement, éventuellement des exercices ou des prescriptions de tâches.
Quant aux formations, leur objectif est de donner aux apprenants des outils concrets pour améliorer leur communication ; communication avec les équipes - c’est pour les managers - ou avec les clients, les collègues, avec les media, ou encore améliorer leur « image » en travaillant sur le leadership et le charisme. Journaliste : Qu’en est-il de l’appréciation des opérateurs économiques à Madagascar du coaching et des formations ?
Marie Claire GERARDIN : Le développement personnel et les bénéfices que peuvent en tirer les entreprises sont des idées neuves à Madagascar. C’est d’ailleurs en raison de ce constat que j’ai décidé en 2010 de revenir m’installer dans ce merveilleux pays... le marché potentiel était immense. Au départ cependant, c’était un marché ... potentiel. Il fallait faire connaître ce type d’activité et faire la preuve que c’était économiquement utile. Deux ans après le début de mon activité, je pense pouvoir dire que la preuve est faite : des clients fidélisés, de nouvelles demandes régulièrement et une curiosité qui ne se dément pas. Et je vais rester pour continuer.
Journaliste : Un souci un peu généralisé des professionnels existe-t-il ?
Marie Claire GERARDIN : Non, pas de souci généralisé ou plutôt Madagascar est tout à fait comparable aux autres pays en ce qui concerne les demandes les plus fréquentes : développer les talents de savoir-être des managers, renforcer le leadership, la confiance en soi, vaincre le tract, gérer le temps, devenir un bon orateur, alors, c’est comme partout.
Une particularité toutefois : l’intérêt marqué pour l’aspect multiculturel des relations de travail. J’ai ainsi été conduite à créer des séminaires sur « les relations interculturelles en entreprise » à la demande de clients. Mais je ne dirais pas que ce soit une spécialité de Madagascar seulement.
Journaliste : Pouvez-vous nous annoncer un petit aperçu de vos plannings pour le 4e trimestre ?
Marie Claire GERARDIN : Les prochaines formations données à Antananarivo et ouvertes aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers sont consultables sur le site de PROACTA. L’inscription en ligne est possible. A titre d’exemple, les prochaines formations sont « savoir convaincre » du 29 au 31 octobre et « Charisme et leadership » du 5 au 7 novembre.

Marie Claire GERARDIN : J’ai créé ma société PROACTA en 2010 après avoir fait ma formation de coach en Belgique