Задания
Версия для печати и копирования в MS Word
Тип 3 № 2290

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Dans son enfance Natalie rêvait...

 

1) d'être une grande personne.

2) d'être une actrice de théâtre.

3) de tourner au cinéma.

1
Тип 4 № 2291

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Les parents de Natalie...

 

1) ont fait tout leur possible pour qu'elle devienne actrice.

2) ne voulaient pas qu’elle devienne actrice.

3) rêvaient qu'elle devienne actrice.

Расшифровка записи

Ếtre star à douze ans

Journaliste : De Léon à Star Wars, elle a grandi devant les caméras. Dans Le Merveilleux Magasin de Mr. Magorium, Natalie joue un personnage qui se bat pour trouver sa voie et entrer dans l'âge adulte. L’actrice, qui avoue « avoir toujours voulu être une grande personne » quand elle était enfant, revient pour nous sur ses jeunes années. Natalie, vous êtes entrée très tôt dans la carrière. Devenir actrice est-ce dangereux lorsque l’on est encore une enfant ?

Natalie : Toutes les actrices de ma génération ont débuté très jeunes. C’est dangereux surtout lorsque les parents sont impliqués financièrement, quand ils font de l’argent sur le dos de leur enfant. Savoir que l’on est responsable du train de vie de la famille, c’est beaucoup de pression pour un enfant. Pour certains, la vie serait meilleure si cela ne marchait pas professionnellement. Je suis nerveuse à chaque fois que je vois des enfants devant une caméra, je suis très protectrice.

Journaliste : Comment cela s’est-il passé pour vous ?

Natalie : Ça a été super, mais j’ai eu de la chance. Mes parents sont des saints ! Ils ne voulaient pas que je devienne actrice, mais ils m’ont soutenue. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec mon argent, ma carrière... Tout ce qu’ils se permettaient de dire, c’était « non, tu ne vas pas jouer ce rôle, c’est inapproprié à douze ans », ou encore « on ne pense pas que cet acteur va bien te traiter ». Ils ont tenu à ce que je continue l’école, et ils ne m’ont jamais pris un centime. Aujourd’hui encore, mon père me met des dollars dans la poche quand je rentre chez moi parce qu’il ne veut pas que je m’arrête à un distributeur la nuit !

Journaliste : Adolescente, vous sentiez-vous une responsable envers les jeunes qui vous prenaient pour modèle ?

Natalie : Les choses ont changé ces deux ou trois dernières années. Avant, je n’étais pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds, sauf au moment des avantpremières. Ils ne s’introduisaient pas comme ça dans votre vie, ou seulement dans celle de certaines personnes. Maintenant, on connaît les détails de la vie de tout le monde. Adolescente, je pouvais sortir avec mes amis, faire la fête quand je le voulais et où je le voulais et personne ne le savait. Bien sûr, je n’avais pas de graves problèmes. Je pouvais faire mon marché tranquillement, sans que les gens le sachent, et je trouve que c’est important. On ne peut pas toujours être un modèle, être sage, on doit pouvoir être soi-même, vivre sa propre vie. Toute cette pression affecte beaucoup le comportement des gens, surtout des plus jeunes. Cela devient un jeu entre eux et les journaux à scandales, ils font tout pour être dans ces tabloïds mais veulent aussi qu’on leur fiche la paix.

Journaliste : D’où vient ce changement, selon vous ?

Natalie : Internet. Tout le monde l’utilise aujourd'hui. Avant, il y avait les villages, on voulait toujours savoir ce que faisait Untel ou Untel, et les ragots allaient bon train dans la communauté. Internet, c’est le nouveau village, c’est sa fonction sociale. Si tu as une information sur quelqu’un, ou si tu veux savoir quelque chose, tu vas sur Internet. Et avec la photo numérique, désormais tout le monde peut être paparazzi. Tu n’as même pas besoin de savoir faire une photo, l’appareil la fait pour toi. C’est à la portée de tout le monde, et on peut se faire beaucoup d’argent comme ça.

Journaliste : Vous souffrez de cela ?

Natalie : Je ne veux pas me plaindre, mais j’aimerais pouvoir tranquillement promener mon chien, prendre un café en terrasse... Ce n’est pas que j’aie peur des photos qu’on pourrait prendre, je ne fais rien d’embarrassant, mais c’est un sentiment étrange de se sentir observée.


2
Тип 5 № 2292

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Quand Natalie a commencé a tourné dans les films...

 

1) elle est devenue responsable du train de vie de la famille.

2) ses parents continuaient à l'aider.

3) ses parents ont arrêté de l'aider.

Расшифровка записи

Ếtre star à douze ans

Journaliste : De Léon à Star Wars, elle a grandi devant les caméras. Dans Le Merveilleux Magasin de Mr. Magorium, Natalie joue un personnage qui se bat pour trouver sa voie et entrer dans l'âge adulte. L’actrice, qui avoue « avoir toujours voulu être une grande personne » quand elle était enfant, revient pour nous sur ses jeunes années. Natalie, vous êtes entrée très tôt dans la carrière. Devenir actrice est-ce dangereux lorsque l’on est encore une enfant ?

Natalie : Toutes les actrices de ma génération ont débuté très jeunes. C’est dangereux surtout lorsque les parents sont impliqués financièrement, quand ils font de l’argent sur le dos de leur enfant. Savoir que l’on est responsable du train de vie de la famille, c’est beaucoup de pression pour un enfant. Pour certains, la vie serait meilleure si cela ne marchait pas professionnellement. Je suis nerveuse à chaque fois que je vois des enfants devant une caméra, je suis très protectrice.

Journaliste : Comment cela s’est-il passé pour vous ?

Natalie : Ça a été super, mais j’ai eu de la chance. Mes parents sont des saints ! Ils ne voulaient pas que je devienne actrice, mais ils m’ont soutenue. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec mon argent, ma carrière... Tout ce qu’ils se permettaient de dire, c’était « non, tu ne vas pas jouer ce rôle, c’est inapproprié à douze ans », ou encore « on ne pense pas que cet acteur va bien te traiter ». Ils ont tenu à ce que je continue l’école, et ils ne m’ont jamais pris un centime. Aujourd’hui encore, mon père me met des dollars dans la poche quand je rentre chez moi parce qu’il ne veut pas que je m’arrête à un distributeur la nuit !

Journaliste : Adolescente, vous sentiez-vous une responsable envers les jeunes qui vous prenaient pour modèle ?

Natalie : Les choses ont changé ces deux ou trois dernières années. Avant, je n’étais pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds, sauf au moment des avantpremières. Ils ne s’introduisaient pas comme ça dans votre vie, ou seulement dans celle de certaines personnes. Maintenant, on connaît les détails de la vie de tout le monde. Adolescente, je pouvais sortir avec mes amis, faire la fête quand je le voulais et où je le voulais et personne ne le savait. Bien sûr, je n’avais pas de graves problèmes. Je pouvais faire mon marché tranquillement, sans que les gens le sachent, et je trouve que c’est important. On ne peut pas toujours être un modèle, être sage, on doit pouvoir être soi-même, vivre sa propre vie. Toute cette pression affecte beaucoup le comportement des gens, surtout des plus jeunes. Cela devient un jeu entre eux et les journaux à scandales, ils font tout pour être dans ces tabloïds mais veulent aussi qu’on leur fiche la paix.

Journaliste : D’où vient ce changement, selon vous ?

Natalie : Internet. Tout le monde l’utilise aujourd'hui. Avant, il y avait les villages, on voulait toujours savoir ce que faisait Untel ou Untel, et les ragots allaient bon train dans la communauté. Internet, c’est le nouveau village, c’est sa fonction sociale. Si tu as une information sur quelqu’un, ou si tu veux savoir quelque chose, tu vas sur Internet. Et avec la photo numérique, désormais tout le monde peut être paparazzi. Tu n’as même pas besoin de savoir faire une photo, l’appareil la fait pour toi. C’est à la portée de tout le monde, et on peut se faire beaucoup d’argent comme ça.

Journaliste : Vous souffrez de cela ?

Natalie : Je ne veux pas me plaindre, mais j’aimerais pouvoir tranquillement promener mon chien, prendre un café en terrasse... Ce n’est pas que j’aie peur des photos qu’on pourrait prendre, je ne fais rien d’embarrassant, mais c’est un sentiment étrange de se sentir observée.


3
Тип 6 № 2293

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Natalie croit que...

 

1) l’acteur ne peut pas toujours être un modèle, être sage.

2) l’acteur est obligé d’ être un modèle, être toujours sage.

3) l’acteur doit faire les efforts pour être un modèle.

Расшифровка записи

Ếtre star à douze ans

Journaliste : De Léon à Star Wars, elle a grandi devant les caméras. Dans Le Merveilleux Magasin de Mr. Magorium, Natalie joue un personnage qui se bat pour trouver sa voie et entrer dans l'âge adulte. L’actrice, qui avoue « avoir toujours voulu être une grande personne » quand elle était enfant, revient pour nous sur ses jeunes années. Natalie, vous êtes entrée très tôt dans la carrière. Devenir actrice est-ce dangereux lorsque l’on est encore une enfant ?

Natalie : Toutes les actrices de ma génération ont débuté très jeunes. C’est dangereux surtout lorsque les parents sont impliqués financièrement, quand ils font de l’argent sur le dos de leur enfant. Savoir que l’on est responsable du train de vie de la famille, c’est beaucoup de pression pour un enfant. Pour certains, la vie serait meilleure si cela ne marchait pas professionnellement. Je suis nerveuse à chaque fois que je vois des enfants devant une caméra, je suis très protectrice.

Journaliste : Comment cela s’est-il passé pour vous ?

Natalie : Ça a été super, mais j’ai eu de la chance. Mes parents sont des saints ! Ils ne voulaient pas que je devienne actrice, mais ils m’ont soutenue. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec mon argent, ma carrière... Tout ce qu’ils se permettaient de dire, c’était « non, tu ne vas pas jouer ce rôle, c’est inapproprié à douze ans », ou encore « on ne pense pas que cet acteur va bien te traiter ». Ils ont tenu à ce que je continue l’école, et ils ne m’ont jamais pris un centime. Aujourd’hui encore, mon père me met des dollars dans la poche quand je rentre chez moi parce qu’il ne veut pas que je m’arrête à un distributeur la nuit !

Journaliste : Adolescente, vous sentiez-vous une responsable envers les jeunes qui vous prenaient pour modèle ?

Natalie : Les choses ont changé ces deux ou trois dernières années. Avant, je n’étais pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds, sauf au moment des avantpremières. Ils ne s’introduisaient pas comme ça dans votre vie, ou seulement dans celle de certaines personnes. Maintenant, on connaît les détails de la vie de tout le monde. Adolescente, je pouvais sortir avec mes amis, faire la fête quand je le voulais et où je le voulais et personne ne le savait. Bien sûr, je n’avais pas de graves problèmes. Je pouvais faire mon marché tranquillement, sans que les gens le sachent, et je trouve que c’est important. On ne peut pas toujours être un modèle, être sage, on doit pouvoir être soi-même, vivre sa propre vie. Toute cette pression affecte beaucoup le comportement des gens, surtout des plus jeunes. Cela devient un jeu entre eux et les journaux à scandales, ils font tout pour être dans ces tabloïds mais veulent aussi qu’on leur fiche la paix.

Journaliste : D’où vient ce changement, selon vous ?

Natalie : Internet. Tout le monde l’utilise aujourd'hui. Avant, il y avait les villages, on voulait toujours savoir ce que faisait Untel ou Untel, et les ragots allaient bon train dans la communauté. Internet, c’est le nouveau village, c’est sa fonction sociale. Si tu as une information sur quelqu’un, ou si tu veux savoir quelque chose, tu vas sur Internet. Et avec la photo numérique, désormais tout le monde peut être paparazzi. Tu n’as même pas besoin de savoir faire une photo, l’appareil la fait pour toi. C’est à la portée de tout le monde, et on peut se faire beaucoup d’argent comme ça.

Journaliste : Vous souffrez de cela ?

Natalie : Je ne veux pas me plaindre, mais j’aimerais pouvoir tranquillement promener mon chien, prendre un café en terrasse... Ce n’est pas que j’aie peur des photos qu’on pourrait prendre, je ne fais rien d’embarrassant, mais c’est un sentiment étrange de se sentir observée.


4
Тип 7 № 2294

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Adolescente, Natalie ...

 

1) n’était pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds.

2) était déjà confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds.

3) cherchait à être confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds.

Расшифровка записи

Ếtre star à douze ans

Journaliste : De Léon à Star Wars, elle a grandi devant les caméras. Dans Le Merveilleux Magasin de Mr. Magorium, Natalie joue un personnage qui se bat pour trouver sa voie et entrer dans l'âge adulte. L’actrice, qui avoue « avoir toujours voulu être une grande personne » quand elle était enfant, revient pour nous sur ses jeunes années. Natalie, vous êtes entrée très tôt dans la carrière. Devenir actrice est-ce dangereux lorsque l’on est encore une enfant ?

Natalie : Toutes les actrices de ma génération ont débuté très jeunes. C’est dangereux surtout lorsque les parents sont impliqués financièrement, quand ils font de l’argent sur le dos de leur enfant. Savoir que l’on est responsable du train de vie de la famille, c’est beaucoup de pression pour un enfant. Pour certains, la vie serait meilleure si cela ne marchait pas professionnellement. Je suis nerveuse à chaque fois que je vois des enfants devant une caméra, je suis très protectrice.

Journaliste : Comment cela s’est-il passé pour vous ?

Natalie : Ça a été super, mais j’ai eu de la chance. Mes parents sont des saints ! Ils ne voulaient pas que je devienne actrice, mais ils m’ont soutenue. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec mon argent, ma carrière... Tout ce qu’ils se permettaient de dire, c’était « non, tu ne vas pas jouer ce rôle, c’est inapproprié à douze ans », ou encore « on ne pense pas que cet acteur va bien te traiter ». Ils ont tenu à ce que je continue l’école, et ils ne m’ont jamais pris un centime. Aujourd’hui encore, mon père me met des dollars dans la poche quand je rentre chez moi parce qu’il ne veut pas que je m’arrête à un distributeur la nuit !

Journaliste : Adolescente, vous sentiez-vous une responsable envers les jeunes qui vous prenaient pour modèle ?

Natalie : Les choses ont changé ces deux ou trois dernières années. Avant, je n’étais pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds, sauf au moment des avantpremières. Ils ne s’introduisaient pas comme ça dans votre vie, ou seulement dans celle de certaines personnes. Maintenant, on connaît les détails de la vie de tout le monde. Adolescente, je pouvais sortir avec mes amis, faire la fête quand je le voulais et où je le voulais et personne ne le savait. Bien sûr, je n’avais pas de graves problèmes. Je pouvais faire mon marché tranquillement, sans que les gens le sachent, et je trouve que c’est important. On ne peut pas toujours être un modèle, être sage, on doit pouvoir être soi-même, vivre sa propre vie. Toute cette pression affecte beaucoup le comportement des gens, surtout des plus jeunes. Cela devient un jeu entre eux et les journaux à scandales, ils font tout pour être dans ces tabloïds mais veulent aussi qu’on leur fiche la paix.

Journaliste : D’où vient ce changement, selon vous ?

Natalie : Internet. Tout le monde l’utilise aujourd'hui. Avant, il y avait les villages, on voulait toujours savoir ce que faisait Untel ou Untel, et les ragots allaient bon train dans la communauté. Internet, c’est le nouveau village, c’est sa fonction sociale. Si tu as une information sur quelqu’un, ou si tu veux savoir quelque chose, tu vas sur Internet. Et avec la photo numérique, désormais tout le monde peut être paparazzi. Tu n’as même pas besoin de savoir faire une photo, l’appareil la fait pour toi. C’est à la portée de tout le monde, et on peut se faire beaucoup d’argent comme ça.

Journaliste : Vous souffrez de cela ?

Natalie : Je ne veux pas me plaindre, mais j’aimerais pouvoir tranquillement promener mon chien, prendre un café en terrasse... Ce n’est pas que j’aie peur des photos qu’on pourrait prendre, je ne fais rien d’embarrassant, mais c’est un sentiment étrange de se sentir observée.


5
Тип 8 № 2295

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Natalie prétend qu'à l'origine de ce jeu entre les jeunes acteurs et les journaux à scandales il y a ...

 

1) Internet.

2) les rumeurs.

3) la personnalité de jeunes acteurs.

Расшифровка записи

Ếtre star à douze ans

Journaliste : De Léon à Star Wars, elle a grandi devant les caméras. Dans Le Merveilleux Magasin de Mr. Magorium, Natalie joue un personnage qui se bat pour trouver sa voie et entrer dans l'âge adulte. L’actrice, qui avoue « avoir toujours voulu être une grande personne » quand elle était enfant, revient pour nous sur ses jeunes années. Natalie, vous êtes entrée très tôt dans la carrière. Devenir actrice est-ce dangereux lorsque l’on est encore une enfant ?

Natalie : Toutes les actrices de ma génération ont débuté très jeunes. C’est dangereux surtout lorsque les parents sont impliqués financièrement, quand ils font de l’argent sur le dos de leur enfant. Savoir que l’on est responsable du train de vie de la famille, c’est beaucoup de pression pour un enfant. Pour certains, la vie serait meilleure si cela ne marchait pas professionnellement. Je suis nerveuse à chaque fois que je vois des enfants devant une caméra, je suis très protectrice.

Journaliste : Comment cela s’est-il passé pour vous ?

Natalie : Ça a été super, mais j’ai eu de la chance. Mes parents sont des saints ! Ils ne voulaient pas que je devienne actrice, mais ils m’ont soutenue. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec mon argent, ma carrière... Tout ce qu’ils se permettaient de dire, c’était « non, tu ne vas pas jouer ce rôle, c’est inapproprié à douze ans », ou encore « on ne pense pas que cet acteur va bien te traiter ». Ils ont tenu à ce que je continue l’école, et ils ne m’ont jamais pris un centime. Aujourd’hui encore, mon père me met des dollars dans la poche quand je rentre chez moi parce qu’il ne veut pas que je m’arrête à un distributeur la nuit !

Journaliste : Adolescente, vous sentiez-vous une responsable envers les jeunes qui vous prenaient pour modèle ?

Natalie : Les choses ont changé ces deux ou trois dernières années. Avant, je n’étais pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds, sauf au moment des avantpremières. Ils ne s’introduisaient pas comme ça dans votre vie, ou seulement dans celle de certaines personnes. Maintenant, on connaît les détails de la vie de tout le monde. Adolescente, je pouvais sortir avec mes amis, faire la fête quand je le voulais et où je le voulais et personne ne le savait. Bien sûr, je n’avais pas de graves problèmes. Je pouvais faire mon marché tranquillement, sans que les gens le sachent, et je trouve que c’est important. On ne peut pas toujours être un modèle, être sage, on doit pouvoir être soi-même, vivre sa propre vie. Toute cette pression affecte beaucoup le comportement des gens, surtout des plus jeunes. Cela devient un jeu entre eux et les journaux à scandales, ils font tout pour être dans ces tabloïds mais veulent aussi qu’on leur fiche la paix.

Journaliste : D’où vient ce changement, selon vous ?

Natalie : Internet. Tout le monde l’utilise aujourd'hui. Avant, il y avait les villages, on voulait toujours savoir ce que faisait Untel ou Untel, et les ragots allaient bon train dans la communauté. Internet, c’est le nouveau village, c’est sa fonction sociale. Si tu as une information sur quelqu’un, ou si tu veux savoir quelque chose, tu vas sur Internet. Et avec la photo numérique, désormais tout le monde peut être paparazzi. Tu n’as même pas besoin de savoir faire une photo, l’appareil la fait pour toi. C’est à la portée de tout le monde, et on peut se faire beaucoup d’argent comme ça.

Journaliste : Vous souffrez de cela ?

Natalie : Je ne veux pas me plaindre, mais j’aimerais pouvoir tranquillement promener mon chien, prendre un café en terrasse... Ce n’est pas que j’aie peur des photos qu’on pourrait prendre, je ne fais rien d’embarrassant, mais c’est un sentiment étrange de se sentir observée.


6
Тип 9 № 2296

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Quant aux paparazzis, Natalie...

 

1) a peur des photos qu’on pourrait prendre.

2) se plaint parce qu'elle en souffre.

3) ne se plaint pas mais elle se sent toujours observée.

Расшифровка записи

Ếtre star à douze ans

Journaliste : De Léon à Star Wars, elle a grandi devant les caméras. Dans Le Merveilleux Magasin de Mr. Magorium, Natalie joue un personnage qui se bat pour trouver sa voie et entrer dans l'âge adulte. L’actrice, qui avoue « avoir toujours voulu être une grande personne » quand elle était enfant, revient pour nous sur ses jeunes années. Natalie, vous êtes entrée très tôt dans la carrière. Devenir actrice est-ce dangereux lorsque l’on est encore une enfant ?

Natalie : Toutes les actrices de ma génération ont débuté très jeunes. C’est dangereux surtout lorsque les parents sont impliqués financièrement, quand ils font de l’argent sur le dos de leur enfant. Savoir que l’on est responsable du train de vie de la famille, c’est beaucoup de pression pour un enfant. Pour certains, la vie serait meilleure si cela ne marchait pas professionnellement. Je suis nerveuse à chaque fois que je vois des enfants devant une caméra, je suis très protectrice.

Journaliste : Comment cela s’est-il passé pour vous ?

Natalie : Ça a été super, mais j’ai eu de la chance. Mes parents sont des saints ! Ils ne voulaient pas que je devienne actrice, mais ils m’ont soutenue. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec mon argent, ma carrière... Tout ce qu’ils se permettaient de dire, c’était « non, tu ne vas pas jouer ce rôle, c’est inapproprié à douze ans », ou encore « on ne pense pas que cet acteur va bien te traiter ». Ils ont tenu à ce que je continue l’école, et ils ne m’ont jamais pris un centime. Aujourd’hui encore, mon père me met des dollars dans la poche quand je rentre chez moi parce qu’il ne veut pas que je m’arrête à un distributeur la nuit !

Journaliste : Adolescente, vous sentiez-vous une responsable envers les jeunes qui vous prenaient pour modèle ?

Natalie : Les choses ont changé ces deux ou trois dernières années. Avant, je n’étais pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds, sauf au moment des avantpremières. Ils ne s’introduisaient pas comme ça dans votre vie, ou seulement dans celle de certaines personnes. Maintenant, on connaît les détails de la vie de tout le monde. Adolescente, je pouvais sortir avec mes amis, faire la fête quand je le voulais et où je le voulais et personne ne le savait. Bien sûr, je n’avais pas de graves problèmes. Je pouvais faire mon marché tranquillement, sans que les gens le sachent, et je trouve que c’est important. On ne peut pas toujours être un modèle, être sage, on doit pouvoir être soi-même, vivre sa propre vie. Toute cette pression affecte beaucoup le comportement des gens, surtout des plus jeunes. Cela devient un jeu entre eux et les journaux à scandales, ils font tout pour être dans ces tabloïds mais veulent aussi qu’on leur fiche la paix.

Journaliste : D’où vient ce changement, selon vous ?

Natalie : Internet. Tout le monde l’utilise aujourd'hui. Avant, il y avait les villages, on voulait toujours savoir ce que faisait Untel ou Untel, et les ragots allaient bon train dans la communauté. Internet, c’est le nouveau village, c’est sa fonction sociale. Si tu as une information sur quelqu’un, ou si tu veux savoir quelque chose, tu vas sur Internet. Et avec la photo numérique, désormais tout le monde peut être paparazzi. Tu n’as même pas besoin de savoir faire une photo, l’appareil la fait pour toi. C’est à la portée de tout le monde, et on peut se faire beaucoup d’argent comme ça.

Journaliste : Vous souffrez de cela ?

Natalie : Je ne veux pas me plaindre, mais j’aimerais pouvoir tranquillement promener mon chien, prendre un café en terrasse... Ce n’est pas que j’aie peur des photos qu’on pourrait prendre, je ne fais rien d’embarrassant, mais c’est un sentiment étrange de se sentir observée.

Расшифровка записи

Ếtre star à douze ans

Journaliste : De Léon à Star Wars, elle a grandi devant les caméras. Dans Le Merveilleux Magasin de Mr. Magorium, Natalie joue un personnage qui se bat pour trouver sa voie et entrer dans l'âge adulte. L’actrice, qui avoue « avoir toujours voulu être une grande personne » quand elle était enfant, revient pour nous sur ses jeunes années. Natalie, vous êtes entrée très tôt dans la carrière. Devenir actrice est-ce dangereux lorsque l’on est encore une enfant ?

Natalie : Toutes les actrices de ma génération ont débuté très jeunes. C’est dangereux surtout lorsque les parents sont impliqués financièrement, quand ils font de l’argent sur le dos de leur enfant. Savoir que l’on est responsable du train de vie de la famille, c’est beaucoup de pression pour un enfant. Pour certains, la vie serait meilleure si cela ne marchait pas professionnellement. Je suis nerveuse à chaque fois que je vois des enfants devant une caméra, je suis très protectrice.

Journaliste : Comment cela s’est-il passé pour vous ?

Natalie : Ça a été super, mais j’ai eu de la chance. Mes parents sont des saints ! Ils ne voulaient pas que je devienne actrice, mais ils m’ont soutenue. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec mon argent, ma carrière... Tout ce qu’ils se permettaient de dire, c’était « non, tu ne vas pas jouer ce rôle, c’est inapproprié à douze ans », ou encore « on ne pense pas que cet acteur va bien te traiter ». Ils ont tenu à ce que je continue l’école, et ils ne m’ont jamais pris un centime. Aujourd’hui encore, mon père me met des dollars dans la poche quand je rentre chez moi parce qu’il ne veut pas que je m’arrête à un distributeur la nuit !

Journaliste : Adolescente, vous sentiez-vous une responsable envers les jeunes qui vous prenaient pour modèle ?

Natalie : Les choses ont changé ces deux ou trois dernières années. Avant, je n’étais pas confrontée aux paparazzis ou aux tabloïds, sauf au moment des avantpremières. Ils ne s’introduisaient pas comme ça dans votre vie, ou seulement dans celle de certaines personnes. Maintenant, on connaît les détails de la vie de tout le monde. Adolescente, je pouvais sortir avec mes amis, faire la fête quand je le voulais et où je le voulais et personne ne le savait. Bien sûr, je n’avais pas de graves problèmes. Je pouvais faire mon marché tranquillement, sans que les gens le sachent, et je trouve que c’est important. On ne peut pas toujours être un modèle, être sage, on doit pouvoir être soi-même, vivre sa propre vie. Toute cette pression affecte beaucoup le comportement des gens, surtout des plus jeunes. Cela devient un jeu entre eux et les journaux à scandales, ils font tout pour être dans ces tabloïds mais veulent aussi qu’on leur fiche la paix.

Journaliste : D’où vient ce changement, selon vous ?

Natalie : Internet. Tout le monde l’utilise aujourd'hui. Avant, il y avait les villages, on voulait toujours savoir ce que faisait Untel ou Untel, et les ragots allaient bon train dans la communauté. Internet, c’est le nouveau village, c’est sa fonction sociale. Si tu as une information sur quelqu’un, ou si tu veux savoir quelque chose, tu vas sur Internet. Et avec la photo numérique, désormais tout le monde peut être paparazzi. Tu n’as même pas besoin de savoir faire une photo, l’appareil la fait pour toi. C’est à la portée de tout le monde, et on peut se faire beaucoup d’argent comme ça.

Journaliste : Vous souffrez de cela ?

Natalie : Je ne veux pas me plaindre, mais j’aimerais pouvoir tranquillement promener mon chien, prendre un café en terrasse... Ce n’est pas que j’aie peur des photos qu’on pourrait prendre, je ne fais rien d’embarrassant, mais c’est un sentiment étrange de se sentir observée.

Спрятать пояснение

Пояснение.

В детстве Натали мечтала...

1) быть взрослой.

2) быть театральной актрисой.

3) сниматься в кино.

 

Ответ: 1.