№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора Ф ИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 38570

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды. Занесите свои ответы в таблицу.

 

 

1. L’entraîneur doit respecter les joueurs.

2. C’est bon quand l’entraîneur est un ancien sportif.

3. Pour moi l’ambiance dans l’équipe est primordiale.

4. Le plaisir de faire du sport doit passer avant la victoire.

5. J’ai joué dans plusieurs équipes avant de devenir entraîneur.

6. Les exercices ne doivent pas être trop faciles ni trop difficiles.

7. Si l'équipe participe à des compétitions sérieuses, cela motive les joueurs.

 

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Jacqueline a changé de club.

B. L’inscription à l’urban training coûte cher.

C. Il faut être expérimenté pour faire de l’urban training.

D. La séance dure environ une heure.

E. Ce sport demande un équipement spécial.

F. Il faut boire un litre d’eau pendant la séance.

G. Eric veut pratiquer ce sport.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Patrick Poivre d'Arvor que fait-il dans la vie ?

 

1) Il est journaliste.

2) Il est aviateur.

3) Il est diplomate.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Il collabore avec...

 

1) les chaînes de la télévision.

2) le ministère de l'Education Nationale.

3) le magazine "Phosphore".

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

D’où vient son nom ?

 

1) de son père

2) du pseudonyme de son grand-père

3) du nom de son personnage péféré

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

À partir de quel âge il a eu la passion pour la lecture ?

 

1) 5 ans

2) 10 ans

3) 15 ans

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quel est le titre de son premier livre?

 

1) Envoyé spécial

2) Saint-Exupéry

3) Les Enfants de l'aube

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

D'après Patrick Poivre d'Arvor que faut-il pour réussir dans la vie ?

 

1) Il faut tenir compte de l'attitude des autres.

2) Il faut obéir à ses parents.

3) Il ne faut pas avoir peur de vivre sa propre vie.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Les personnes qui naissent avec une cuillère d'argent dans la bouche ce sont ...

 

1) des handicapés

2) des personnes qui ont du talent

3) des enfants des parents riches

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Syndicats

2. Transports

3. Cinéma

4. Sport

5. Faits divers

6. Santé

7. Environnement

8. Finances

 

A. Mauvaise nouvelle pour l'Elysée: le 47e congrès de la CFDT a conforté François Chérèque dans son poste de secrétaire général, mais surtout dans son opposition à la réforme des retraites. La centrale réformiste commence juste à se relever du séisme de 2003, quand sa caution à la réforme Fillon lui avait fait perdre plus de 80 000 adhérents syndicaux.

 

B. Dans son dernier ouvrage, «Quelques leçons tirées de la crise», le milliardaire américano-hongrois George Soros, fan du philosophe Karl Popper, tente d'expliquer comment les événements influent sur nos opinions tout autant que les opinions influent sur les événements. Cette thèse, nous dit-il, est adaptée aux marchés financiers.

 

C. Les débuts en demi-teinte de l'équipe de France dans ce Mondial – match nul contre l'Uruguay (0-0) – posent déjà la question de la composition de l'équipe qui sera alignée pour le prochain match des Bleus, contre le Mexique. S'il a refusé d'incriminer Nicolas Anelka, le sélectionneur a pointé le manque d'efficacité de ses joueurs en attaque.

 

D. Certains films permettent de ne pas trop galvauder le terme de chef-d’oeuvre. «Les Moissons du ciel» est de ceux-là. C'est le deuxième long métrage d'un cinéaste visionnaire, Terrence Malick, après le road movie criminel «La Balade sauvage» (1973), avant le film de guerre «La Ligne rouge» (1998) et la romance amérindienne «Le Nouveau Monde» (2005). Quatre films somptueux en quelque quarante ans de carrière, voici à ce jour la carte de visite de ce génie excentrique du cinéma américain.

 

E. Ce mardi s'est terminée à Chicago, la conférence mondiale sur le cancer, qui se tient chaque année aux États-Unis. Protocoles thérapeutiques, stratégies innovantes, médicaments … cette réunion est l'occasion de faire le point sur les grandes orientations de la lutte contre le cancer. Les révolutions thérapeutiques lors de ce rendez-vous annuel sont exceptionnelles.

 

F. Dans un courrier intitulé «Assez de polémiques et de faux débats sur la sécurité des vols» adressé à tous les pilotes d'Air France, Pierre-Marie Gautron et Etienne Lichtenberger, respectivement directeur des opérations aériennes et directeur de la sécurité, soulignent qu'en l'absence d'explications sur les causes de l'accident, la compagnie met en oeuvre «des mesures sur unpérimètre large».

 

G. Les joueurs de l'équipe israélienne du Maccabi Tel Aviv ont été volés d'environ 22000 dollars en argent liquide et effets personnels mardi lors d'un match amical de basket-ball contre la franchise NBA des Clippers. La police de Los Angeles a confirmé hier qu'elle recherchait un suspect âgé d'une quarantaine d'années qui a dérobé pour environ 15 000 dollars en liquide et 7000 en montres et bijoux.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

5 fruits et légumes par jour: la pub et ... la réalité

 

Depuis 2001, le slogan «Mangez 5 fruits et légumes!» est répété pour nous faire réduire notre consommation de sucre, de sel et de gras. Mais une étude montre A_______________________ de moins en moins cette recommandation. Les effets bénéfiques de la consommation de légumes et de fruits sur la santé sont confirmés par de nombreuses études.

À présent, seul un quart des Français mange cinq portions de fruits et légumes chaque jour. Les plus jeunes mangent quatre fois moins de fruits et de légumes que leurs grands-parents! L’étude souligne une nouvelle fois B_______________________ entre la faible consommation de légumes et l’obésité. Ses auteurs en décrivent aussi les causes: le fait C_______________________ hors de chez eux et que l’augmentation du temps passé devant les écrans les pousse à acheter des produits faciles à consommer.

Cette tendance D_______________________ et de fruits varie selon les régions. Elle est forte dans le nord et faible dans le sud-est et le sud-ouest, des régions avec une forte agriculture fruitière et maraîchère. L’étude marque aussi une forte augmentation du nombre des enfants E_______________________ de fruits et légumes dans la région parisienne et l’ouest. Cette étude insiste donc sur la nécessité de créer des programmes locaux et régionaux pour réduire ce F_______________________ une «fracture» alimentaire, entre les mangeurs de fruits et légumes et les autres.

 

1. que les Français suivent

2. qu’elle appelle

3. que les Français mangent plus souvent

4. à manger moins de légumes

5. qu’il existe une relation

6. à manger plus de chocolat

7. qui consomment peu

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Avec quel sentiment un adolescent est-il devant son livre?

 

1) Il lit vite pour terminer son devoir avant le journal télévisé.

2) Il est en colère contre son prof qui a donné ce devoir.

3) Il a envie d’être ailleurs et il ne comprend pas ce qu’il lit.

4) Il éprouve un grand intérêt à ce qu’il lit.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

13.

Le livre, quel objet représente-t-il à un adolescent? C’est un objet …

 

1) ennuyeux.

2) unique.

3) rare.

4) agréable.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

14.

Pourquoi le devoir a-t-il déclenché les protestations des élèves?

 

1) Les élèves ne voulaient pas lire le livre choisi par leur prof.

2) Il y avait beaucoup de pages à lire en quinze jours.

3) Le prof a donné le devoir pour les vacances d’hiver.

4) Il y avait encore un travail de math à rendre la même date.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

15.

Pourquoi le professeur corrige-t-il toujours le mot «livre» dans les dissertations des élèves?

 

1) Les élèves copient ce mot l’un sur l’autre sans comprendre son sens.

2) La signification de ce mot est trop large et n’est pas précise.

3) Les élèves ne savent pas diversifier leurs copies.

4) L’orthographe du mot n’est pas correcte.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

16.

Combien de pages doit-on lire en quinze jours?

 

1) 446 pages.

2) 398 pages.

3) 48 pages.

4) 63 pages.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

17.

Quelle décision l’adolescent prend-il pour rendre son devoir à temps?

 

1) Faire le devoir avec ses copains de classe.

2) Demander de l’aide à ses parents.

3) Ne pas dormir et terminer le devoir dans la nuit.

4) Demander à un copain à recopier sa fiche de lecture avant le cours.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

18.

Quelle phrase n’appartient pas au texte?

 

1) Les mots ont des pieds de plomb.

2) C’est le devoir qui pousse.

3) Le verbe lire ne supporte pas l’impératif.

4) Il lit comme on avance.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VENIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Leur rencontre

 

Debout devant la cage du loup, le garçon ne bouge pas. Le loup va et __________________. Il marche de long en large et ne s’arrête jamais.

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово MARCHER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Cela fait bien deux heures que le garçon est là, immobile comme un arbre gelé, à regarder le loup __________________. Ce garçon intrigue le loup. Il ne l’inquiète pas (le loup n’a peur de rien), il l’intrigue.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CRIER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les autres enfants courent, sautent, __________________, pleurent, ils tirent la langue au loup et cachent leurs têtes dans

les jupes de leurs mères. Ce garçon-là, non. Il reste debout, immobile, silencieux.

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово BON так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Tourisme à Nice avant et maintenant

Des milliers de touristes aux porte-monnaie bien garnis des quatre coins du monde venaient à Nice. Pourquoi? Parce qu’il

faisait beau presque toute l’année, et aussi parce que c’était un __________________ investissement.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово GRAND так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Beaucoup ont construit de __________________ villas somptueuses au bord de la mer. On a découvert les avantages des montagnes, surtout pour faire du ski.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово SON так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Aujourd’hui, Nice n’est plus seulement pour les riches, n’importe qui peut y venir et __________________ plages attirent des gens du monde entier.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CELUI так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Pour __________________ qui ne veulent pas seulement être allongés à la plage, il y a aussi un grand choix d’activités

sportives à faire ou à regarder. Compétitions cyclistes ou en mer, il y a des choses à faire pour tout le monde.

26.

Образуйте от слова EXPRIMER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

C'est quoi le slam?

 

Le slam est une poésie déclamée sur fond musical, ou non. Donc, c’est un art d’____________________ orale populaire.

27.

Образуйте от слова GÉNÉRAL однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le slam se pratique ________________ dans des lieux publics, sous forme de scènes ouvertes et de tournois.

28.

Образуйте от слова SLAM однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les ________________ — ou poètes — déclament, lisent, scandent, chantent, jouent des textes de leur cru sur des thèmes libres ou imposés.

29.

Образуйте от слова ÉCRIRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Nouvelle forme de poésie, le slam allie __________________, oralité et expression scénique.

30.

Образуйте от слова ÉCONOMISER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Focalisée sur le verbe et l’expression brute, elle se caractérise notamment par une grande __________________ de moyens. Sur scène, ni décor ni costume. Simplement le verbe, et l’art déclamatoire..

31.

Образуйте от слова VIVRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Une bouche qui donne, et des oreilles qui prennent. Un moyen de rendre la poésie plus ___________________ et de l’inscrire — ou de la réinscrire — dans le présent.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) la plupart

2) plusieurs

3) nombreux

4) beaucoup


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) symbolise

2) prend

3) désigne

4) montre


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) vêtit

2) habille

3) porte

4) couvre


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) sur

2) sous

3) à

4) en


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) prénom

2) nomination

3) appellation

4) titre


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) représente

2) présente

3) dessine

4) incarne


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) maintenant

2) après

3) tard

4) avant


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

39.

Votre ami français Olivier vous a écrit une lettre, dont voici un extrait.

 

…Nous n’avons pas de télé à la maison. Mes parents sont absolument contre la télévision. Ils disent aussi que les émissions sont bêtes et on n’y apprend rien. Ce n’est pas vrai, il y a beaucoup d’intéressant à la télé, surtout les magazines de voyages. Mais je ne peux les regarder que quand je suis en vacances chez mes grands-parents. En plus quand mes copains parlent des émissions qu’ils ont vues la veille, je ne sais pas quoi dire et je me sens seul et bête.

Aimes-tu regarder la télé? Est-ce que tes parents t’interdisent quelque chose? Comment les convaincre de m’acheter un téléviseur?...

 

Ecrivez une lettre à Olivier, répondez à ses questions et posez-lui 3 questions sur ses émissions préférées.

(Еn 100–140 mots)

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Il n’est pas obligatoire de quitter la maison pour passer de bonnes vacances.

2. Les voyages réels seront bientôt remplacés par les voyages virtuels.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lui lire. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

On sait que les enfants d’aujourd’hui sont différents de leurs aînés. Notamment, leurs activités de loisir sont plus nombreuses. Pourtant, les jeux traditionnels sont plus souvent remplacés par des jeux électroniques. Toutes sortes d’écrans occupent une place centrale dans leurs loisirs. Les garçons passent plus de vingt heures par semaine devant un écran. Les filles le font moins, seulement quinze heures par semaine.

On compte en moyenne six écrans dans les familles où vivent des enfants. Presque toutes les maisons sont équipées de plusieurs postes de télévision. La plupart des familles ont au moins un ordinateur connecté à Internet. Ainsi, les petits passent plus de la moitié de leurs loisirs à la maison devant des écrans. Malheureusement, l’écran nuit à leur santé et provoque leur isolement.

42.

Observez ce document.

 

 

Vous envisagez d'acheter un ordinateur portable et que vous souhaitez obtenir plus d'informations. Dans 1mn30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir:

 

1) si vous pouvez obtenir une carte de réduction

2) les caractéristiques complètes de l'appareil

3) période de garantie

4) avantages du dispositif

5) se ils acceptent les cartes de crédit

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la montrer à votre ami/e.

Après 1 mn 30 de réflexion, vous décrivez la photo choisie. Votre réponse ne dépasse pas 2 minutes (12–15 phrases).

En décrivant la photo choisie, n’oubliez pas de mentionner:

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui s’y passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

Organisez votre description sous forme d’un monologue cohérent et logique.

Commencez votre réponse par dire "J'ai choisi la photo N°..."

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quei type de pêche présenté dans les photos vous préférez

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.