№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 37593

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды.

 

 

1. Le narrateur était content quand elle/il a obtenu(e) plus de travail sérieux.

2. Le narrateur n'a rien appris d'important au travail.

3. Le narrateur n'a voulu prendre aucune responsabilité.

4. Le narrateur n'a rien contre le fait de travailler beaucoup pendant son stage.

5. Le narrateur voudra continuer le même travail dans l'avenir.

6. Le narrateur a changé son opinion après avoir fini son stage.

7. Le narrateur était un peu inquiet avant le début du travail.

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Jules suit un cours d’espagnol.

B. L’École des langues a ouvert il y a 3 ans.

C. Simon a suivi un cours d’anglais pendant un an.

D. Jules est débutant en espagnol.

E. Jules a payé très cher son cours.

F. Élodie a une passion pour le sport.

G. Élodie fait du tennis deux fois par semaine.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Durant des années précédant la crise, la quantité des cas d'adoptions d'animaux...

 

1) augmentait.

2) diminuait.

3) restait le même.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

D'après Natacha Harry, on adopte le plus d'animaux...

 

1) de mai à septembre.

2) de septembre à mai.

3) en mai et en septembre.

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Selon N. Harry, pourquoi la quantité d'adoptions augmente-t-elle malgré la crise?

 

1) Les gens reprennent les valeurs familiales.

2) Les gens n'ont plus d'argent pour s'acheter un animal de race.

3) Les gens préfèrent adopter des animaux plutôt qu’avoir des enfants.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quel public est le plus enclin à adopter un animal?

 

1) Les familles avec des enfants.

2) Les personnes âgées.

3) On ne peut pas le préciser

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quels animaux sont les plus adoptés?

 

1) Chats

2) Chiens

3) Souris et hamsters

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

L'adoption d'un animal est-ce gratuit?

 

1) C'est gratuit.

2) C'est payant.

3) Ce n'est gratuit que si vous adoptez un animal vieux, ou malade.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Les histoires d'adoption ont-elles toujours la bonne fin?

 

1) Dans la plupart des cas oui.

2) C'est assez rare car il y a beaucoup de personnes irresponsables.

3) C’est à peu près dans 50% des cas.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Une décision qui crée la polémique

2. Un projet très ambitieux

3. Une blague ou un art?

4. Le goût du passé

5. Quelle erreur!

6. Un voyage interrompu

7. Des fruits exotiques à l’université

8. Pour une nouvelle pédagogie

 

A. Mi-juillet, Georgia Wilde, une jeune Britannique, se rend à sa cérémonie de remise de diplôme de l’Université de Bristol avec ses parents. Toge noire et rose, talons hauts: la jeune fille ressemble à n’importe quelle autre diplômée. Au point que son père, décidé à filmer cet important moment de la vie de sa fille, s’est trompé d’étudiante. Sur la vidéo, on voit en effet une jeune femme blonde et souriante. Mais il ne s’agit pas de Georgia! La tout juste diplômée a tweeté la fameuse vidéo avec un commentaire ironique: «ça résume bien mon père!».

B.Mardi soir, la ligne 1 du métro parisien a été le théâtre d’une pagaille incroyable. Peu après 20 heures, le trafic de cette ligne la plus ancienne et la plus fréquentée, qui parcourt la capitale d’est en ouest, entre Vincennes et La Défense, a été brutalement interrompu sur une grande partie de son parcours. Bloqués dans la chaleur et sans réelles informations, les usagers exaspérés ont finalement été obligés d’évacuer les wagons à pied après avoir pris leur mal en patience pendant plus d’une heure.

C. L’université de Cambridge cherche son professeur … de Lego. Et il a jusqu’au vendredi 20 janvier pour répondre à l’offre d’emploi. La prestigieuse université britannique recrute un enseignant pour apprendre aux étudiants de la faculté d’éducation à jouer au Lego. «Ce que nous voulons, c’est que le gouvernement britannique encourage un apprentissage plus ludique dans les écoles, plutôt que des tests», détaille Stjerne Thomsen, responsable mondial de la recherche pour la Fondation Lego.

D. L’idée des Soviet Café est un concept nouveau, né récemment à Saint-Pétersbourg, et l’art-café Kvartirka en est un exemple par excellence. La décoration «comme chez les grands-parents», Kvartirka invite ses visiteurs à embarquer dans le passé soviétique. Le cadre est simple et recrée l’atmosphère d’un appartement soviétique aménagé avec des tapisseries et des ustensiles de l’époque, d’anciennes photographies, des disques de vinyle, une télé qui diffuse des films des années 1950-60, et même la possibilité de jouer aux dominos.

E. La belle endormie se réveille. Alors qu’aucune nouvelle maison n’avait été construite par un pays étranger à la cité universitaire de Paris depuis 1969, la Chine va financer d’ici à l’année prochaine un édifice vertigineux de 2 800 m2 et 300 chambres au bord du boulevard périphérique. Un bâtiment ultra moderne, coiffé de terrasses boisées et de passerelles biscornues, qui va coûter 30 millions d’euros à la ville de Pékin qui financera la construction. Il s’agira d’un chantier colossal mais aussi d’un enjeu diplomatique très important.

F. Cela fait déjà un mois que la vitesse des véhicules est limitée à 80 km/heure sur l’ensemble des routes secondaires, contre 90 km/heure auparavant. Dès l’annonce de sa création, le 9 janvier dernier, cette mesure a provoqué la colère des associations d’automobilistes et de motards, rejoints par des élus principalement de départements ruraux. Ces derniers pointaient du doigt une mesure qui allait encore renforcer les difficultés de transports dans des territoires périphériques déjà désavantagés.

G. Cette année, l’Art & Design Festival d’Aberdeen (Écosse) a été le théâtre d’une histoire plus qu’insolite. Fin avril, alors qu’un groupe d’étudiants se promène dans cette exposition d’art contemporain, ils ont l’idée bizarre d’installer un ananas sur une des oeuvres d’art exposées. Revenus quelques jours plus tard, les étudiants ont la surprise de retrouver leur ananas sous une vitrine de verre: le fruit est devenu une des oeuvres de l’exposition! «Incroyable», a réagi l’un des protagonistes, Lloyd Jack, sur Twitter.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

Internet change notre façon d'utiliser notre mémoire

 

Internet est une révolution en marche. Avec le développement des technologies, on peut maintenant accéder partout et tout le temps à une grande quantité d'informations. Depuis plusieurs années déjà, cet état de fait pose de nombreuses questions. Internet change-t-il notre façon de penser? Nous rend-il idiot? Plus intelligent? Est-ce une chance ou une menace? Les analyses varient d'un spécialiste à l'autre. Des psychologues américains viennent nourrir le débat avec une étude publiée dans «Science». Ils montrent, preuves cognitives à l'appui, A _______________________.

Placés devant des questions difficiles, B _______________________ les cobayes ont immédiatement à l'esprit la «recherche Google» C _______________________. Et lorsqu'on leur demande de stocker des informations dans un ordinateur, ils oublient rapidement ce qu'ils ont écrit pour peu qu'on leur assure D_______________________. Autre constat intéressant, ils retiennent avec une trèsgrande précision l'endroit où est situé le dossier E _______________________. Mis bout à bout, les différentes expériences

menées par les trois chercheurs des universités Columbia, Harvard et du Wisconsin montrent que les gens retiennent moins bien les informations F_______________________.

 

1. auxquelles ils n'ont pas de réponse

2. qui pourrait leur venir en aide

3. qui change notre façon d'utiliser notre mémoire

4. que notre mémoire est déjà sous ľinfluence d'Internet

5. dans lequel chaque information est classée

6. qu'ils peuvent retrouver facilement sur leur ordinateur

7. que le fichier Word sera stockéquelque part sur leur machine

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Pourquoi la mère de Sophie n’aimait-elle pas manger?

 

1) Elle ne comprenait pas le goût de la nourriture.

2) Elle ne voulait pas laver la vaisselle.

3) La mère de Sophie était mannequin et gardait la ligne.

4) Elle ne savait pas cuisiner.


Le veau Marengo

 

Chez mes parents, la nourriture a toujours été un tabou.

Ma mère, qui travaillait comme mannequin chez Dior, méprisait les plaisirs de la bouche. Les arts de la table n’avaient pas droit de cité dans sa vie. Manger signifiait pour elle grossir et perdre son gagne-pain … Car, en plus de faire engraisser, aux yeux de ma mère, manger n’était rien d’autre qu’une perte de temps.

Mon père suivait ma mère sur ce terrain pour d’autres raisons. Lui ne s’intéressait qu’aux abstractions. Les chiffres et les idées. Il était professeur de mathématiques, passionné par ses formules. On pouvait lui faire avaler n’importe quoi. Il trouvait appétissante une vieille tranche de jambon et se contentait volontiers d’une soupe en sachet ou d’un foie de morue en boîte.

Résultat: je ne sais rien faire dans une cuisine. Durant mes études, je n’ai guère progressé dans la voie de la gastronomie. Je suis devenue ethnologue et mes voyages parmi les tribus de l’Amazonie m’ont appris à me contenter de peu.

Mais le destin me réservait des surprises. Ma rencontre avec un garçon du Sud-Ouest, héritier d’une longue tradition culinaire, l’entrée dans ma vie de sa mère et de ses cinq soeurs, toutes obsédées par la qualité des repas qu’elles concoctaient, les heures interminables passées autour d’une table à s’échanger des recettes … Alain, mon prétendant, passait pour le meilleur chef dans cette tribu de cuisinières.

Quand il annonça notre mariage à sa mère et ses soeurs, le verdict fut immédiat et sans appel:

– Sophie te rendra peut-être heureux, mais … Mon pauvre chéri, avec elle, tu ne vas manger que des nouilles toute ta vie!

Un jour, le directeur américain de la boîte d’import-export alimentaire où Alain travaillait, vint en France et nous invita à dîner au restaurant de son hôtel. Pour nous, la soirée était d’une importance capitale. Alain désirait obtenir un poste au siège et habiter quelques années aux États-Unis.

Nous voilà donc assis dans l’un des temples de la gastronomie parisienne. À mes yeux, à mes narines, à mon palais, tout semble savoureux. Et je lis dans les yeux d’Alain que je ne me trompe pas: lui aussi trouve tout dé-li-cieux!

Seul bémol à notre plaisir: le grand patron d’Alain critique tout. La qualité du pain, la couleur du poivre, la taille des grains de sel … Et, à l’entendre, nos chefs cuisiniers ont une réputation usurpée. La soirée devient difficile et notre hôte … pénible. Tout à coup j’entends mon mari dire:

– Vous savez toutefois, Monsieur, que vous êtes assis à côté de la meilleure cuisinière de tout Paris?

Je comprends immédiatement que mon mari veut changer le sujet de conversation et le suis sur ce terrain en minaudant:

– Oh, tu exagères un peu, Alain … Je me débrouille.

– Vous voyez comment elle est? Trop modeste! Tu devrais donner à M. Neff le secret de ton «veau Marengo» …

Pourquoi Alain me parle-t-il de veau Marengo? Je ne sais même pas ce que c’est! Mais je ris et dis n’importe quoi.

– Le problème du veau Marengo reste, comme toujours, celui de la provenance de la viande. Ainsi que le choix du couteau pour découper les morceaux.

Je délire complètement. J’ajoute, que dans le veau Marengo, il faut absolument mettre du sucre dans les premières minutes, puis du miel uelques secondes plus tard, de la gelée de coing au bout d’une heure, et surtout, surtout de la cardamome au moment de servir.

M. Neff boit mes paroles. Il est charmé par mes connaissances techniques et conclut le repas en disant que je dois absolument rencontrer sa femme qui est, elle aussi, un très grand chef cuisinier aux Etats-Unis.

Nous sortons, écroulés de rire. Mais ce que nous prenons pour un canular va déboucher sur l’impensable: Alain est nommé au siège et nous partons pour Austin, Texas.

 

Alexandra Lapierre «Nulle, nullissime en cuisine!»

13.

Pourquoi le père de Sophie était-il indifférent à la nourriture?

 

1) Il avait des problèmes d’odorat.

2) Le père de Sophie pensait qu’il était gros et voulait maigrir.

3) Il ne voyait que des chiffres et des formules.

4) Il avait un goût peu développé, parce que dans sa famille personne ne cuisinait.


Le veau Marengo

 

Chez mes parents, la nourriture a toujours été un tabou.

Ma mère, qui travaillait comme mannequin chez Dior, méprisait les plaisirs de la bouche. Les arts de la table n’avaient pas droit de cité dans sa vie. Manger signifiait pour elle grossir et perdre son gagne-pain … Car, en plus de faire engraisser, aux yeux de ma mère, manger n’était rien d’autre qu’une perte de temps.

Mon père suivait ma mère sur ce terrain pour d’autres raisons. Lui ne s’intéressait qu’aux abstractions. Les chiffres et les idées. Il était professeur de mathématiques, passionné par ses formules. On pouvait lui faire avaler n’importe quoi. Il trouvait appétissante une vieille tranche de jambon et se contentait volontiers d’une soupe en sachet ou d’un foie de morue en boîte.

Résultat: je ne sais rien faire dans une cuisine. Durant mes études, je n’ai guère progressé dans la voie de la gastronomie. Je suis devenue ethnologue et mes voyages parmi les tribus de l’Amazonie m’ont appris à me contenter de peu.

Mais le destin me réservait des surprises. Ma rencontre avec un garçon du Sud-Ouest, héritier d’une longue tradition culinaire, l’entrée dans ma vie de sa mère et de ses cinq soeurs, toutes obsédées par la qualité des repas qu’elles concoctaient, les heures interminables passées autour d’une table à s’échanger des recettes … Alain, mon prétendant, passait pour le meilleur chef dans cette tribu de cuisinières.

Quand il annonça notre mariage à sa mère et ses soeurs, le verdict fut immédiat et sans appel:

– Sophie te rendra peut-être heureux, mais … Mon pauvre chéri, avec elle, tu ne vas manger que des nouilles toute ta vie!

Un jour, le directeur américain de la boîte d’import-export alimentaire où Alain travaillait, vint en France et nous invita à dîner au restaurant de son hôtel. Pour nous, la soirée était d’une importance capitale. Alain désirait obtenir un poste au siège et habiter quelques années aux États-Unis.

Nous voilà donc assis dans l’un des temples de la gastronomie parisienne. À mes yeux, à mes narines, à mon palais, tout semble savoureux. Et je lis dans les yeux d’Alain que je ne me trompe pas: lui aussi trouve tout dé-li-cieux!

Seul bémol à notre plaisir: le grand patron d’Alain critique tout. La qualité du pain, la couleur du poivre, la taille des grains de sel … Et, à l’entendre, nos chefs cuisiniers ont une réputation usurpée. La soirée devient difficile et notre hôte … pénible. Tout à coup j’entends mon mari dire:

– Vous savez toutefois, Monsieur, que vous êtes assis à côté de la meilleure cuisinière de tout Paris?

Je comprends immédiatement que mon mari veut changer le sujet de conversation et le suis sur ce terrain en minaudant:

– Oh, tu exagères un peu, Alain … Je me débrouille.

– Vous voyez comment elle est? Trop modeste! Tu devrais donner à M. Neff le secret de ton «veau Marengo» …

Pourquoi Alain me parle-t-il de veau Marengo? Je ne sais même pas ce que c’est! Mais je ris et dis n’importe quoi.

– Le problème du veau Marengo reste, comme toujours, celui de la provenance de la viande. Ainsi que le choix du couteau pour découper les morceaux.

Je délire complètement. J’ajoute, que dans le veau Marengo, il faut absolument mettre du sucre dans les premières minutes, puis du miel uelques secondes plus tard, de la gelée de coing au bout d’une heure, et surtout, surtout de la cardamome au moment de servir.

M. Neff boit mes paroles. Il est charmé par mes connaissances techniques et conclut le repas en disant que je dois absolument rencontrer sa femme qui est, elle aussi, un très grand chef cuisinier aux Etats-Unis.

Nous sortons, écroulés de rire. Mais ce que nous prenons pour un canular va déboucher sur l’impensable: Alain est nommé au siège et nous partons pour Austin, Texas.

 

Alexandra Lapierre «Nulle, nullissime en cuisine!»

14.

Dans quelle famille Sophie est-elle entrée après son mariage? Dans la famille …

 

1) des ethnologues.

2) des mannequins.

3) des mathématiciens.

4) des cuisiniers.


Le veau Marengo

 

Chez mes parents, la nourriture a toujours été un tabou.

Ma mère, qui travaillait comme mannequin chez Dior, méprisait les plaisirs de la bouche. Les arts de la table n’avaient pas droit de cité dans sa vie. Manger signifiait pour elle grossir et perdre son gagne-pain … Car, en plus de faire engraisser, aux yeux de ma mère, manger n’était rien d’autre qu’une perte de temps.

Mon père suivait ma mère sur ce terrain pour d’autres raisons. Lui ne s’intéressait qu’aux abstractions. Les chiffres et les idées. Il était professeur de mathématiques, passionné par ses formules. On pouvait lui faire avaler n’importe quoi. Il trouvait appétissante une vieille tranche de jambon et se contentait volontiers d’une soupe en sachet ou d’un foie de morue en boîte.

Résultat: je ne sais rien faire dans une cuisine. Durant mes études, je n’ai guère progressé dans la voie de la gastronomie. Je suis devenue ethnologue et mes voyages parmi les tribus de l’Amazonie m’ont appris à me contenter de peu.

Mais le destin me réservait des surprises. Ma rencontre avec un garçon du Sud-Ouest, héritier d’une longue tradition culinaire, l’entrée dans ma vie de sa mère et de ses cinq soeurs, toutes obsédées par la qualité des repas qu’elles concoctaient, les heures interminables passées autour d’une table à s’échanger des recettes … Alain, mon prétendant, passait pour le meilleur chef dans cette tribu de cuisinières.

Quand il annonça notre mariage à sa mère et ses soeurs, le verdict fut immédiat et sans appel:

– Sophie te rendra peut-être heureux, mais … Mon pauvre chéri, avec elle, tu ne vas manger que des nouilles toute ta vie!

Un jour, le directeur américain de la boîte d’import-export alimentaire où Alain travaillait, vint en France et nous invita à dîner au restaurant de son hôtel. Pour nous, la soirée était d’une importance capitale. Alain désirait obtenir un poste au siège et habiter quelques années aux États-Unis.

Nous voilà donc assis dans l’un des temples de la gastronomie parisienne. À mes yeux, à mes narines, à mon palais, tout semble savoureux. Et je lis dans les yeux d’Alain que je ne me trompe pas: lui aussi trouve tout dé-li-cieux!

Seul bémol à notre plaisir: le grand patron d’Alain critique tout. La qualité du pain, la couleur du poivre, la taille des grains de sel … Et, à l’entendre, nos chefs cuisiniers ont une réputation usurpée. La soirée devient difficile et notre hôte … pénible. Tout à coup j’entends mon mari dire:

– Vous savez toutefois, Monsieur, que vous êtes assis à côté de la meilleure cuisinière de tout Paris?

Je comprends immédiatement que mon mari veut changer le sujet de conversation et le suis sur ce terrain en minaudant:

– Oh, tu exagères un peu, Alain … Je me débrouille.

– Vous voyez comment elle est? Trop modeste! Tu devrais donner à M. Neff le secret de ton «veau Marengo» …

Pourquoi Alain me parle-t-il de veau Marengo? Je ne sais même pas ce que c’est! Mais je ris et dis n’importe quoi.

– Le problème du veau Marengo reste, comme toujours, celui de la provenance de la viande. Ainsi que le choix du couteau pour découper les morceaux.

Je délire complètement. J’ajoute, que dans le veau Marengo, il faut absolument mettre du sucre dans les premières minutes, puis du miel uelques secondes plus tard, de la gelée de coing au bout d’une heure, et surtout, surtout de la cardamome au moment de servir.

M. Neff boit mes paroles. Il est charmé par mes connaissances techniques et conclut le repas en disant que je dois absolument rencontrer sa femme qui est, elle aussi, un très grand chef cuisinier aux Etats-Unis.

Nous sortons, écroulés de rire. Mais ce que nous prenons pour un canular va déboucher sur l’impensable: Alain est nommé au siège et nous partons pour Austin, Texas.

 

Alexandra Lapierre «Nulle, nullissime en cuisine!»

15.

Pourquoi le dîner avec le chef était-il important pour Alain?

 

1) Il voulait présenter Sophie à son chef.

2) Il avait envie d’obtenir un poste aux Etats-Unis.

3) Il désirait coordonner le planning de travail avec son chef.

4) Il pensait parler à son chef des projets du développement de leur firme.


Le veau Marengo

 

Chez mes parents, la nourriture a toujours été un tabou.

Ma mère, qui travaillait comme mannequin chez Dior, méprisait les plaisirs de la bouche. Les arts de la table n’avaient pas droit de cité dans sa vie. Manger signifiait pour elle grossir et perdre son gagne-pain … Car, en plus de faire engraisser, aux yeux de ma mère, manger n’était rien d’autre qu’une perte de temps.

Mon père suivait ma mère sur ce terrain pour d’autres raisons. Lui ne s’intéressait qu’aux abstractions. Les chiffres et les idées. Il était professeur de mathématiques, passionné par ses formules. On pouvait lui faire avaler n’importe quoi. Il trouvait appétissante une vieille tranche de jambon et se contentait volontiers d’une soupe en sachet ou d’un foie de morue en boîte.

Résultat: je ne sais rien faire dans une cuisine. Durant mes études, je n’ai guère progressé dans la voie de la gastronomie. Je suis devenue ethnologue et mes voyages parmi les tribus de l’Amazonie m’ont appris à me contenter de peu.

Mais le destin me réservait des surprises. Ma rencontre avec un garçon du Sud-Ouest, héritier d’une longue tradition culinaire, l’entrée dans ma vie de sa mère et de ses cinq soeurs, toutes obsédées par la qualité des repas qu’elles concoctaient, les heures interminables passées autour d’une table à s’échanger des recettes … Alain, mon prétendant, passait pour le meilleur chef dans cette tribu de cuisinières.

Quand il annonça notre mariage à sa mère et ses soeurs, le verdict fut immédiat et sans appel:

– Sophie te rendra peut-être heureux, mais … Mon pauvre chéri, avec elle, tu ne vas manger que des nouilles toute ta vie!

Un jour, le directeur américain de la boîte d’import-export alimentaire où Alain travaillait, vint en France et nous invita à dîner au restaurant de son hôtel. Pour nous, la soirée était d’une importance capitale. Alain désirait obtenir un poste au siège et habiter quelques années aux États-Unis.

Nous voilà donc assis dans l’un des temples de la gastronomie parisienne. À mes yeux, à mes narines, à mon palais, tout semble savoureux. Et je lis dans les yeux d’Alain que je ne me trompe pas: lui aussi trouve tout dé-li-cieux!

Seul bémol à notre plaisir: le grand patron d’Alain critique tout. La qualité du pain, la couleur du poivre, la taille des grains de sel … Et, à l’entendre, nos chefs cuisiniers ont une réputation usurpée. La soirée devient difficile et notre hôte … pénible. Tout à coup j’entends mon mari dire:

– Vous savez toutefois, Monsieur, que vous êtes assis à côté de la meilleure cuisinière de tout Paris?

Je comprends immédiatement que mon mari veut changer le sujet de conversation et le suis sur ce terrain en minaudant:

– Oh, tu exagères un peu, Alain … Je me débrouille.

– Vous voyez comment elle est? Trop modeste! Tu devrais donner à M. Neff le secret de ton «veau Marengo» …

Pourquoi Alain me parle-t-il de veau Marengo? Je ne sais même pas ce que c’est! Mais je ris et dis n’importe quoi.

– Le problème du veau Marengo reste, comme toujours, celui de la provenance de la viande. Ainsi que le choix du couteau pour découper les morceaux.

Je délire complètement. J’ajoute, que dans le veau Marengo, il faut absolument mettre du sucre dans les premières minutes, puis du miel uelques secondes plus tard, de la gelée de coing au bout d’une heure, et surtout, surtout de la cardamome au moment de servir.

M. Neff boit mes paroles. Il est charmé par mes connaissances techniques et conclut le repas en disant que je dois absolument rencontrer sa femme qui est, elle aussi, un très grand chef cuisinier aux Etats-Unis.

Nous sortons, écroulés de rire. Mais ce que nous prenons pour un canular va déboucher sur l’impensable: Alain est nommé au siège et nous partons pour Austin, Texas.

 

Alexandra Lapierre «Nulle, nullissime en cuisine!»

16.

Pourquoi Alain a-t-il parlé des talents culinaires de Sophie?

 

1) Il voulait arrêter les critiques méchantes de son chef.

2) Il avait envie de changer le sujet de la conversation.

3) Il voulait flatter sa femme.

4) Il désirait défendre la cuisine française.


Le veau Marengo

 

Chez mes parents, la nourriture a toujours été un tabou.

Ma mère, qui travaillait comme mannequin chez Dior, méprisait les plaisirs de la bouche. Les arts de la table n’avaient pas droit de cité dans sa vie. Manger signifiait pour elle grossir et perdre son gagne-pain … Car, en plus de faire engraisser, aux yeux de ma mère, manger n’était rien d’autre qu’une perte de temps.

Mon père suivait ma mère sur ce terrain pour d’autres raisons. Lui ne s’intéressait qu’aux abstractions. Les chiffres et les idées. Il était professeur de mathématiques, passionné par ses formules. On pouvait lui faire avaler n’importe quoi. Il trouvait appétissante une vieille tranche de jambon et se contentait volontiers d’une soupe en sachet ou d’un foie de morue en boîte.

Résultat: je ne sais rien faire dans une cuisine. Durant mes études, je n’ai guère progressé dans la voie de la gastronomie. Je suis devenue ethnologue et mes voyages parmi les tribus de l’Amazonie m’ont appris à me contenter de peu.

Mais le destin me réservait des surprises. Ma rencontre avec un garçon du Sud-Ouest, héritier d’une longue tradition culinaire, l’entrée dans ma vie de sa mère et de ses cinq soeurs, toutes obsédées par la qualité des repas qu’elles concoctaient, les heures interminables passées autour d’une table à s’échanger des recettes … Alain, mon prétendant, passait pour le meilleur chef dans cette tribu de cuisinières.

Quand il annonça notre mariage à sa mère et ses soeurs, le verdict fut immédiat et sans appel:

– Sophie te rendra peut-être heureux, mais … Mon pauvre chéri, avec elle, tu ne vas manger que des nouilles toute ta vie!

Un jour, le directeur américain de la boîte d’import-export alimentaire où Alain travaillait, vint en France et nous invita à dîner au restaurant de son hôtel. Pour nous, la soirée était d’une importance capitale. Alain désirait obtenir un poste au siège et habiter quelques années aux États-Unis.

Nous voilà donc assis dans l’un des temples de la gastronomie parisienne. À mes yeux, à mes narines, à mon palais, tout semble savoureux. Et je lis dans les yeux d’Alain que je ne me trompe pas: lui aussi trouve tout dé-li-cieux!

Seul bémol à notre plaisir: le grand patron d’Alain critique tout. La qualité du pain, la couleur du poivre, la taille des grains de sel … Et, à l’entendre, nos chefs cuisiniers ont une réputation usurpée. La soirée devient difficile et notre hôte … pénible. Tout à coup j’entends mon mari dire:

– Vous savez toutefois, Monsieur, que vous êtes assis à côté de la meilleure cuisinière de tout Paris?

Je comprends immédiatement que mon mari veut changer le sujet de conversation et le suis sur ce terrain en minaudant:

– Oh, tu exagères un peu, Alain … Je me débrouille.

– Vous voyez comment elle est? Trop modeste! Tu devrais donner à M. Neff le secret de ton «veau Marengo» …

Pourquoi Alain me parle-t-il de veau Marengo? Je ne sais même pas ce que c’est! Mais je ris et dis n’importe quoi.

– Le problème du veau Marengo reste, comme toujours, celui de la provenance de la viande. Ainsi que le choix du couteau pour découper les morceaux.

Je délire complètement. J’ajoute, que dans le veau Marengo, il faut absolument mettre du sucre dans les premières minutes, puis du miel uelques secondes plus tard, de la gelée de coing au bout d’une heure, et surtout, surtout de la cardamome au moment de servir.

M. Neff boit mes paroles. Il est charmé par mes connaissances techniques et conclut le repas en disant que je dois absolument rencontrer sa femme qui est, elle aussi, un très grand chef cuisinier aux Etats-Unis.

Nous sortons, écroulés de rire. Mais ce que nous prenons pour un canular va déboucher sur l’impensable: Alain est nommé au siège et nous partons pour Austin, Texas.

 

Alexandra Lapierre «Nulle, nullissime en cuisine!»

17.

Quelle était la réaction de Sophie au manège de son mari?

 

1) Elle a commencé à pleurer.

2) Elle n’a rien compris.

3) Elle a tout de suite compris et a suivi son mari.

4) Elle a éclaté de rire.


Le veau Marengo

 

Chez mes parents, la nourriture a toujours été un tabou.

Ma mère, qui travaillait comme mannequin chez Dior, méprisait les plaisirs de la bouche. Les arts de la table n’avaient pas droit de cité dans sa vie. Manger signifiait pour elle grossir et perdre son gagne-pain … Car, en plus de faire engraisser, aux yeux de ma mère, manger n’était rien d’autre qu’une perte de temps.

Mon père suivait ma mère sur ce terrain pour d’autres raisons. Lui ne s’intéressait qu’aux abstractions. Les chiffres et les idées. Il était professeur de mathématiques, passionné par ses formules. On pouvait lui faire avaler n’importe quoi. Il trouvait appétissante une vieille tranche de jambon et se contentait volontiers d’une soupe en sachet ou d’un foie de morue en boîte.

Résultat: je ne sais rien faire dans une cuisine. Durant mes études, je n’ai guère progressé dans la voie de la gastronomie. Je suis devenue ethnologue et mes voyages parmi les tribus de l’Amazonie m’ont appris à me contenter de peu.

Mais le destin me réservait des surprises. Ma rencontre avec un garçon du Sud-Ouest, héritier d’une longue tradition culinaire, l’entrée dans ma vie de sa mère et de ses cinq soeurs, toutes obsédées par la qualité des repas qu’elles concoctaient, les heures interminables passées autour d’une table à s’échanger des recettes … Alain, mon prétendant, passait pour le meilleur chef dans cette tribu de cuisinières.

Quand il annonça notre mariage à sa mère et ses soeurs, le verdict fut immédiat et sans appel:

– Sophie te rendra peut-être heureux, mais … Mon pauvre chéri, avec elle, tu ne vas manger que des nouilles toute ta vie!

Un jour, le directeur américain de la boîte d’import-export alimentaire où Alain travaillait, vint en France et nous invita à dîner au restaurant de son hôtel. Pour nous, la soirée était d’une importance capitale. Alain désirait obtenir un poste au siège et habiter quelques années aux États-Unis.

Nous voilà donc assis dans l’un des temples de la gastronomie parisienne. À mes yeux, à mes narines, à mon palais, tout semble savoureux. Et je lis dans les yeux d’Alain que je ne me trompe pas: lui aussi trouve tout dé-li-cieux!

Seul bémol à notre plaisir: le grand patron d’Alain critique tout. La qualité du pain, la couleur du poivre, la taille des grains de sel … Et, à l’entendre, nos chefs cuisiniers ont une réputation usurpée. La soirée devient difficile et notre hôte … pénible. Tout à coup j’entends mon mari dire:

– Vous savez toutefois, Monsieur, que vous êtes assis à côté de la meilleure cuisinière de tout Paris?

Je comprends immédiatement que mon mari veut changer le sujet de conversation et le suis sur ce terrain en minaudant:

– Oh, tu exagères un peu, Alain … Je me débrouille.

– Vous voyez comment elle est? Trop modeste! Tu devrais donner à M. Neff le secret de ton «veau Marengo» …

Pourquoi Alain me parle-t-il de veau Marengo? Je ne sais même pas ce que c’est! Mais je ris et dis n’importe quoi.

– Le problème du veau Marengo reste, comme toujours, celui de la provenance de la viande. Ainsi que le choix du couteau pour découper les morceaux.

Je délire complètement. J’ajoute, que dans le veau Marengo, il faut absolument mettre du sucre dans les premières minutes, puis du miel uelques secondes plus tard, de la gelée de coing au bout d’une heure, et surtout, surtout de la cardamome au moment de servir.

M. Neff boit mes paroles. Il est charmé par mes connaissances techniques et conclut le repas en disant que je dois absolument rencontrer sa femme qui est, elle aussi, un très grand chef cuisinier aux Etats-Unis.

Nous sortons, écroulés de rire. Mais ce que nous prenons pour un canular va déboucher sur l’impensable: Alain est nommé au siège et nous partons pour Austin, Texas.

 

Alexandra Lapierre «Nulle, nullissime en cuisine!»

18.

Quel était le résultat de ce dîner avec le chef?

 

1) Sophie a donné la recette du veau Marengo à l’épouse du chef.

2) Alain a quitté son travail pour devenir cuisinier.

3) Alain a obtenu le poste recherché aux Etats-Unis.

4) Le chef est tombé amoureux de Sophie.


Le veau Marengo

 

Chez mes parents, la nourriture a toujours été un tabou.

Ma mère, qui travaillait comme mannequin chez Dior, méprisait les plaisirs de la bouche. Les arts de la table n’avaient pas droit de cité dans sa vie. Manger signifiait pour elle grossir et perdre son gagne-pain … Car, en plus de faire engraisser, aux yeux de ma mère, manger n’était rien d’autre qu’une perte de temps.

Mon père suivait ma mère sur ce terrain pour d’autres raisons. Lui ne s’intéressait qu’aux abstractions. Les chiffres et les idées. Il était professeur de mathématiques, passionné par ses formules. On pouvait lui faire avaler n’importe quoi. Il trouvait appétissante une vieille tranche de jambon et se contentait volontiers d’une soupe en sachet ou d’un foie de morue en boîte.

Résultat: je ne sais rien faire dans une cuisine. Durant mes études, je n’ai guère progressé dans la voie de la gastronomie. Je suis devenue ethnologue et mes voyages parmi les tribus de l’Amazonie m’ont appris à me contenter de peu.

Mais le destin me réservait des surprises. Ma rencontre avec un garçon du Sud-Ouest, héritier d’une longue tradition culinaire, l’entrée dans ma vie de sa mère et de ses cinq soeurs, toutes obsédées par la qualité des repas qu’elles concoctaient, les heures interminables passées autour d’une table à s’échanger des recettes … Alain, mon prétendant, passait pour le meilleur chef dans cette tribu de cuisinières.

Quand il annonça notre mariage à sa mère et ses soeurs, le verdict fut immédiat et sans appel:

– Sophie te rendra peut-être heureux, mais … Mon pauvre chéri, avec elle, tu ne vas manger que des nouilles toute ta vie!

Un jour, le directeur américain de la boîte d’import-export alimentaire où Alain travaillait, vint en France et nous invita à dîner au restaurant de son hôtel. Pour nous, la soirée était d’une importance capitale. Alain désirait obtenir un poste au siège et habiter quelques années aux États-Unis.

Nous voilà donc assis dans l’un des temples de la gastronomie parisienne. À mes yeux, à mes narines, à mon palais, tout semble savoureux. Et je lis dans les yeux d’Alain que je ne me trompe pas: lui aussi trouve tout dé-li-cieux!

Seul bémol à notre plaisir: le grand patron d’Alain critique tout. La qualité du pain, la couleur du poivre, la taille des grains de sel … Et, à l’entendre, nos chefs cuisiniers ont une réputation usurpée. La soirée devient difficile et notre hôte … pénible. Tout à coup j’entends mon mari dire:

– Vous savez toutefois, Monsieur, que vous êtes assis à côté de la meilleure cuisinière de tout Paris?

Je comprends immédiatement que mon mari veut changer le sujet de conversation et le suis sur ce terrain en minaudant:

– Oh, tu exagères un peu, Alain … Je me débrouille.

– Vous voyez comment elle est? Trop modeste! Tu devrais donner à M. Neff le secret de ton «veau Marengo» …

Pourquoi Alain me parle-t-il de veau Marengo? Je ne sais même pas ce que c’est! Mais je ris et dis n’importe quoi.

– Le problème du veau Marengo reste, comme toujours, celui de la provenance de la viande. Ainsi que le choix du couteau pour découper les morceaux.

Je délire complètement. J’ajoute, que dans le veau Marengo, il faut absolument mettre du sucre dans les premières minutes, puis du miel uelques secondes plus tard, de la gelée de coing au bout d’une heure, et surtout, surtout de la cardamome au moment de servir.

M. Neff boit mes paroles. Il est charmé par mes connaissances techniques et conclut le repas en disant que je dois absolument rencontrer sa femme qui est, elle aussi, un très grand chef cuisinier aux Etats-Unis.

Nous sortons, écroulés de rire. Mais ce que nous prenons pour un canular va déboucher sur l’impensable: Alain est nommé au siège et nous partons pour Austin, Texas.

 

Alexandra Lapierre «Nulle, nullissime en cuisine!»

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово SON так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Créer une adresse e-mail

 

 

On exige que vous ayez ______________ adresse email sur Free.fr? C’est facile!

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ABONNER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Si la personne ________________ à Freebox, elle pourrait créer son compte e-mail en quelques instants.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VOIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Cliquez donc sur le lien ci-contre pour accéder à l’instruction. Vous _________________ tout de suite qu'il n'y a aucune difficulté!

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ACTUEL так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le conflit des générations

 

La jeunesse _____________________, on ne peut pas la définir et l’expliquer facilement.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово TENDENCE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

En effet, les ____________________ d’aujourd’hui nous conduisent vers une métamorphose radicale de la jeune génération.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Et ce qui caractérise leur comportement, c’est premièrement leur désir de jouir d'une liberté absolue. _________________ aspiration à l’indépendance suscite un nombre infini de conflits entre les adultes et les ados :

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово POUVOIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

souvent on _________________ être témoin d’un conflit d’opinions, d’idées différentes, des problèmes dans une famille...

26.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VIEILLIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Un portrait

Marie-Charlotte est une très _______dame qui vient d’avoir quatre-vingt dix-sept ans et que tout le monde connaît dans le village où elle vit.

27.

Преобразуйте, если это необходимо, слово DÉMODER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

On sait qu’elle a encore de l’énergie et que ses idées ne sont pas_________.

28.

Преобразуйте, если это необходимо, слово PRENDRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Souvent, les jeunes de sa rue _________l’escalier qui mène à son petit studio.

29.

Преобразуйте, если это необходимо, слово RÉCITER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

et s’installent sur un vieux canapé pour entendre des _____ extraordinaires dont ils se souviendront longtemps.

30.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VIVRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Marie-Charlotte leur raconte les aventures qu’elle _______.

31.

Преобразуйте, если это необходимо, слово QUOTIDIENNETÉ так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

A côté de ces histoires la vie______ paraît banale.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) coloré

2) peint

3) écrit

4) dessiné


La maison Monet

 

Claude Monet est un peintre très célèbre. Il est né en 1840 à Paris. On dit qu’il est le chef de l’école impressionniste. C’est lui qui a 32 ______ en 1872 «Impression soleil levant», c’est un paysage du Havre. Le titre de ce 33 ______ est à l’origine du mot «impressionnisme».

Claude Monet a habité à Giverny, une ville située en Normandie. Il a vécu dans une maison rose très jolie à partir de 1883 et il y est resté jusqu’à sa mort, en 1926. Cette maison est devenue le musée Claude Monet.

Elle est comme autrefois parce qu’on l’a restaurée. Dans la maison, on peut voir la chambre, la cuisine ou la salle à manger de Monet. Tout est resté comme 34 ______. On peut aussi voir sa collection de peintures japonaises. On 35 ______ ces peintures des estampes. Autrefois, tous les impressionnistes avaient des estampes. Dans cette maison, on a gardé une très belle collection.

À côté de la maison, on peut voir deux ravissants jardins. Ces jardins ont beaucoup de charme. Dans le jardin d’eau, on peut voir le fameux pont japonais. On voit ce pont dans les tableaux «les Nymphéas». Les arbres, la petite rivière, tout est resté 36 ______ aux peintures de Monet. Il y a un autre jardin près de la maison. On peut 37 ______ admirer des fleurs et des arbres magnifiques. Si vous voulez vous 38 ______ dans un décor merveilleux, il faut y aller en automne ou au printemps. Le musée et les jardins sont ouverts du premier avril au 31 octobre. La visite du musée et des jardins dure environ une heure ou deux.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) dessin

2) image

3) tableau

4) peinture


La maison Monet

 

Claude Monet est un peintre très célèbre. Il est né en 1840 à Paris. On dit qu’il est le chef de l’école impressionniste. C’est lui qui a 32 ______ en 1872 «Impression soleil levant», c’est un paysage du Havre. Le titre de ce 33 ______ est à l’origine du mot «impressionnisme».

Claude Monet a habité à Giverny, une ville située en Normandie. Il a vécu dans une maison rose très jolie à partir de 1883 et il y est resté jusqu’à sa mort, en 1926. Cette maison est devenue le musée Claude Monet.

Elle est comme autrefois parce qu’on l’a restaurée. Dans la maison, on peut voir la chambre, la cuisine ou la salle à manger de Monet. Tout est resté comme 34 ______. On peut aussi voir sa collection de peintures japonaises. On 35 ______ ces peintures des estampes. Autrefois, tous les impressionnistes avaient des estampes. Dans cette maison, on a gardé une très belle collection.

À côté de la maison, on peut voir deux ravissants jardins. Ces jardins ont beaucoup de charme. Dans le jardin d’eau, on peut voir le fameux pont japonais. On voit ce pont dans les tableaux «les Nymphéas». Les arbres, la petite rivière, tout est resté 36 ______ aux peintures de Monet. Il y a un autre jardin près de la maison. On peut 37 ______ admirer des fleurs et des arbres magnifiques. Si vous voulez vous 38 ______ dans un décor merveilleux, il faut y aller en automne ou au printemps. Le musée et les jardins sont ouverts du premier avril au 31 octobre. La visite du musée et des jardins dure environ une heure ou deux.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) avant

2) toujours

3) maintenant

4) devant


La maison Monet

 

Claude Monet est un peintre très célèbre. Il est né en 1840 à Paris. On dit qu’il est le chef de l’école impressionniste. C’est lui qui a 32 ______ en 1872 «Impression soleil levant», c’est un paysage du Havre. Le titre de ce 33 ______ est à l’origine du mot «impressionnisme».

Claude Monet a habité à Giverny, une ville située en Normandie. Il a vécu dans une maison rose très jolie à partir de 1883 et il y est resté jusqu’à sa mort, en 1926. Cette maison est devenue le musée Claude Monet.

Elle est comme autrefois parce qu’on l’a restaurée. Dans la maison, on peut voir la chambre, la cuisine ou la salle à manger de Monet. Tout est resté comme 34 ______. On peut aussi voir sa collection de peintures japonaises. On 35 ______ ces peintures des estampes. Autrefois, tous les impressionnistes avaient des estampes. Dans cette maison, on a gardé une très belle collection.

À côté de la maison, on peut voir deux ravissants jardins. Ces jardins ont beaucoup de charme. Dans le jardin d’eau, on peut voir le fameux pont japonais. On voit ce pont dans les tableaux «les Nymphéas». Les arbres, la petite rivière, tout est resté 36 ______ aux peintures de Monet. Il y a un autre jardin près de la maison. On peut 37 ______ admirer des fleurs et des arbres magnifiques. Si vous voulez vous 38 ______ dans un décor merveilleux, il faut y aller en automne ou au printemps. Le musée et les jardins sont ouverts du premier avril au 31 octobre. La visite du musée et des jardins dure environ une heure ou deux.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) s’appelle

2) nomme

3) désigne

4) appelle


La maison Monet

 

Claude Monet est un peintre très célèbre. Il est né en 1840 à Paris. On dit qu’il est le chef de l’école impressionniste. C’est lui qui a 32 ______ en 1872 «Impression soleil levant», c’est un paysage du Havre. Le titre de ce 33 ______ est à l’origine du mot «impressionnisme».

Claude Monet a habité à Giverny, une ville située en Normandie. Il a vécu dans une maison rose très jolie à partir de 1883 et il y est resté jusqu’à sa mort, en 1926. Cette maison est devenue le musée Claude Monet.

Elle est comme autrefois parce qu’on l’a restaurée. Dans la maison, on peut voir la chambre, la cuisine ou la salle à manger de Monet. Tout est resté comme 34 ______. On peut aussi voir sa collection de peintures japonaises. On 35 ______ ces peintures des estampes. Autrefois, tous les impressionnistes avaient des estampes. Dans cette maison, on a gardé une très belle collection.

À côté de la maison, on peut voir deux ravissants jardins. Ces jardins ont beaucoup de charme. Dans le jardin d’eau, on peut voir le fameux pont japonais. On voit ce pont dans les tableaux «les Nymphéas». Les arbres, la petite rivière, tout est resté 36 ______ aux peintures de Monet. Il y a un autre jardin près de la maison. On peut 37 ______ admirer des fleurs et des arbres magnifiques. Si vous voulez vous 38 ______ dans un décor merveilleux, il faut y aller en automne ou au printemps. Le musée et les jardins sont ouverts du premier avril au 31 octobre. La visite du musée et des jardins dure environ une heure ou deux.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) analogue

2) semblable

3) commun

4) intact


La maison Monet

 

Claude Monet est un peintre très célèbre. Il est né en 1840 à Paris. On dit qu’il est le chef de l’école impressionniste. C’est lui qui a 32 ______ en 1872 «Impression soleil levant», c’est un paysage du Havre. Le titre de ce 33 ______ est à l’origine du mot «impressionnisme».

Claude Monet a habité à Giverny, une ville située en Normandie. Il a vécu dans une maison rose très jolie à partir de 1883 et il y est resté jusqu’à sa mort, en 1926. Cette maison est devenue le musée Claude Monet.

Elle est comme autrefois parce qu’on l’a restaurée. Dans la maison, on peut voir la chambre, la cuisine ou la salle à manger de Monet. Tout est resté comme 34 ______. On peut aussi voir sa collection de peintures japonaises. On 35 ______ ces peintures des estampes. Autrefois, tous les impressionnistes avaient des estampes. Dans cette maison, on a gardé une très belle collection.

À côté de la maison, on peut voir deux ravissants jardins. Ces jardins ont beaucoup de charme. Dans le jardin d’eau, on peut voir le fameux pont japonais. On voit ce pont dans les tableaux «les Nymphéas». Les arbres, la petite rivière, tout est resté 36 ______ aux peintures de Monet. Il y a un autre jardin près de la maison. On peut 37 ______ admirer des fleurs et des arbres magnifiques. Si vous voulez vous 38 ______ dans un décor merveilleux, il faut y aller en automne ou au printemps. Le musée et les jardins sont ouverts du premier avril au 31 octobre. La visite du musée et des jardins dure environ une heure ou deux.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) y

2) là

3) par là

4) en


La maison Monet

 

Claude Monet est un peintre très célèbre. Il est né en 1840 à Paris. On dit qu’il est le chef de l’école impressionniste. C’est lui qui a 32 ______ en 1872 «Impression soleil levant», c’est un paysage du Havre. Le titre de ce 33 ______ est à l’origine du mot «impressionnisme».

Claude Monet a habité à Giverny, une ville située en Normandie. Il a vécu dans une maison rose très jolie à partir de 1883 et il y est resté jusqu’à sa mort, en 1926. Cette maison est devenue le musée Claude Monet.

Elle est comme autrefois parce qu’on l’a restaurée. Dans la maison, on peut voir la chambre, la cuisine ou la salle à manger de Monet. Tout est resté comme 34 ______. On peut aussi voir sa collection de peintures japonaises. On 35 ______ ces peintures des estampes. Autrefois, tous les impressionnistes avaient des estampes. Dans cette maison, on a gardé une très belle collection.

À côté de la maison, on peut voir deux ravissants jardins. Ces jardins ont beaucoup de charme. Dans le jardin d’eau, on peut voir le fameux pont japonais. On voit ce pont dans les tableaux «les Nymphéas». Les arbres, la petite rivière, tout est resté 36 ______ aux peintures de Monet. Il y a un autre jardin près de la maison. On peut 37 ______ admirer des fleurs et des arbres magnifiques. Si vous voulez vous 38 ______ dans un décor merveilleux, il faut y aller en automne ou au printemps. Le musée et les jardins sont ouverts du premier avril au 31 octobre. La visite du musée et des jardins dure environ une heure ou deux.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) aller

2) marcher

3) promener

4) arriver


La maison Monet

 

Claude Monet est un peintre très célèbre. Il est né en 1840 à Paris. On dit qu’il est le chef de l’école impressionniste. C’est lui qui a 32 ______ en 1872 «Impression soleil levant», c’est un paysage du Havre. Le titre de ce 33 ______ est à l’origine du mot «impressionnisme».

Claude Monet a habité à Giverny, une ville située en Normandie. Il a vécu dans une maison rose très jolie à partir de 1883 et il y est resté jusqu’à sa mort, en 1926. Cette maison est devenue le musée Claude Monet.

Elle est comme autrefois parce qu’on l’a restaurée. Dans la maison, on peut voir la chambre, la cuisine ou la salle à manger de Monet. Tout est resté comme 34 ______. On peut aussi voir sa collection de peintures japonaises. On 35 ______ ces peintures des estampes. Autrefois, tous les impressionnistes avaient des estampes. Dans cette maison, on a gardé une très belle collection.

À côté de la maison, on peut voir deux ravissants jardins. Ces jardins ont beaucoup de charme. Dans le jardin d’eau, on peut voir le fameux pont japonais. On voit ce pont dans les tableaux «les Nymphéas». Les arbres, la petite rivière, tout est resté 36 ______ aux peintures de Monet. Il y a un autre jardin près de la maison. On peut 37 ______ admirer des fleurs et des arbres magnifiques. Si vous voulez vous 38 ______ dans un décor merveilleux, il faut y aller en automne ou au printemps. Le musée et les jardins sont ouverts du premier avril au 31 octobre. La visite du musée et des jardins dure environ une heure ou deux.

39.

Votre ami français Laurent vous a écrit une lettre, dont voici un extrait.

 

… Mes parents m’interdisent de jouer aux jeux vidéo représentant des combats. Ils pensent que ces jeux rendent les jeunes violents et agressifs. Ils disent aussi que je passe trop de temps devant mon ordinateur et que je travaille mal à l’école. Ce n’est pas vrai, je joue quand je suis libre, je suis contre les interdictions. J’adore jouer, mais je pratique aussi le sport et j’ai d’autres intérêts. Aimes-tu les jeux vidéo? Est-ce que tes parents t’interdisent quelque chose? Comment passes-tu ton temps libre? …

 

Ecrivez une lettre à Laurent, répondez à ses questions et posez-lui 3 questions sur les activités dont il parle.

(Еn 100–140 mots)

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Certains pensent qu'il vaut mieux suivre des études supérieures à l'étranger plutôt que dans son pays.

2. Il ne faut pas prêter beaucoup d’attention à la mode.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lui lire. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

Le Comité international olympique organise les Jeux modernes. Il choisit les sports à intégrer au programme des compétitions, ainsi que les villes qui les accueillent. Les Jeux Olympiques débutent toujours par une cérémonie solennelle d’ouverture. Les équipes de chaque pays pénètrent dans le stade en tenue officielle. Un athlète, qui porte le drapeau national de son pays, défile en tête de chaque cortège. Pendant la cérémonie, est hissé le drapeau olympique, constitué de cinq anneaux. Une personnalité du pays organisateur allume la flamme olympique qui brûle jusqu’à la fin des Jeux. En tout, les Jeux Olympiques durent 16 jours. Moins impressionnante que la cérémonie d’ouverture, la cérémonie de clôture a lieu après la dernière compétition. La flamme olympique est alors éteinte, et le drapeau olympique est baissé.

42.

Observez ce document.

 

 

Bienvenue dans notre école de dessin!

 

Vous voulez vous inscrire aux cours de dessin et vous cherchez des informations sur cette activité. Après 1 mn 30 de réflexion, vous posez cinq questions directes pour demander :

 

1) le prix et le nombre de cours de la formation

2) les horaires des cours

3) l’adresse de l’école de dessin

4) la nécessité d’avoir le matériel spécial

5) si on obtient un certificat à la fin de la formation

 

Vous aurez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant à quelle audience présentée sur les photos vous souhaitez être

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.