№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 37019

1.

Вы услы­ши­те 6 вы­ска­зы­ва­ний. Уста­но­ви­те со­от­вет­ствие между вы­ска­зы­ва­ни­я­ми каж­до­го го­во­ря­ще­го A–F и утвер­жде­ни­я­ми, дан­ны­ми в спис­ке 1–7. Ис­поль­зуй­те каж­дое утвер­жде­ние, обо­зна­чен­ное со­от­вет­ству­ю­щей циф­рой, толь­ко один раз. В за­да­нии есть одно лиш­нее утвер­жде­ние. Вы услы­ши­те за­пись два­жды.

 

 

1. Je pars en expédition pour enrichir les collections du Musée.

2. Je dessine mais je ne fais pas de l'art.

3. Je fais à la fois de la chirurgie et de l’art.

4. Le Muséum national d'histoire naturelle de Paris accomplit deux fonctions: scientifique et éducative.

5. Nos missions sont toujours très bien préparées.

6. J’étudie les animaux et les végétaux qui n’existent plus.

7. Pour préparer une exposition temporaire il faut trois ans!

 

Го­во­ря­щийABCDEF
Утвер­жде­ние

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A) Henriette a passé de bonnes vacances.

B) Henriette a fait du ski.

C) David n’aime pas faire du ski.

D) David est allé à Paris.

E) La cousine de David est mariée.

F) Henriette parle l’allemand.

G) David et Henriette veulent se revoir le jour même.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

 

1) Vrai

2) Faux

3) Aucune information

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Le personnage principal de Sophie de Mullenheim est …

 

1) voyageur.

2) enquêteur historique.

3) éditeur.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quel passage du roman a demandé une attention particulière de l’auteur?

 

1) Sur son mari.

2) Sur Marilyn.

3) Sur la Méduse.

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Que l’auteur n’a-t-elle pas changé en écrivant pour les adolescents?

 

1) Sa façon d’écrire.

2) Son vocabulaire.

3) La longueur des textes.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Sophie de Mullenheim apprécie …

 

1) des livres d’action.

2) des romans historiques.

3) des romans policiers.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Pourquoi l’auteur apprécie-t-elle son personnage?

 

1) Il est drôle.

2) Il est débrouillard.

3) Il est intelligent.

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Dans son prochain roman l’auteur gardera …

 

1) le même rythme.

2) le même personnage.

3) la même histoire.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Les événements historiques décrits dans les romans de Sophie de Mullenheim …

 

1) sont modifiés.

2) sonts inventés.

3) sont réels.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Le sport féminin sur vos écrans

2. Le renouveau d’une baie

3. Tous à table!

4. Le bilan sinistre

5. Mondial du basket

6. A visiter rapidement!

7. Une si longue enfance

8. Comme dans un film

 

A. Onze personnes sont mortes et 27 sont portées disparues après des pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, provoquant l'effondrement de milliers de maisons, a annoncé mardi 2 septembre l'agence de presse officielle Chine Nouvelle, qui a précisé que près de 40 000 personnes ont été évacuées et que 2 251 maisons s'étaient effondrées.

 

B. La groseille à maquereau fait son grand retour dans la cuisine contemporaine, où l'acidité est une saveur recherchée. Pour le chef anglais Edward Delling Williams, qui oeuvre aux fourneaux d'Au Passage, à Paris, elle représente un incontournable avec lequel il compose sorbets, cocktails ou crumbles. Il est donc ravi de pouvoir retrouver en France cette baie fière, rustique et vigoureuse. Et si délicieuse qu'elle mériterait qu'on la rebaptise.

 

C. C'est l'événement parisien du week-end. Ce samedi 30 août, au Carreau du Temple à Paris, se tiendra la première édition du festival gastronomique, social et solidaire «Tous à table». L'idée? En achetant des entrées VIP, 500 gourmands offriront la possibilité à 500 personnes défavorisées, issues du programme de l'association organisatrice éponyme, de participer à cet événement gastronomique et culturel pour une somme symbolique (entre 1 et 5 euros).

 

D. Après leur défaite face au Brésil (63–65) et leur victoire sur la Serbie (74–73), les Français, champions d'Europe, sont donc en position très favorable pour accéder aux huitièmes de finale. Il leur faudra cependant encore battre l'Iran lors de leur dernier match, à moins qu'ils ne réussissent l'exploit contre l'Espagne, principale prétendante au titre avec les Etats-Unis.

 

E. Dans la classe des mammifères, les primates grandissent en général moins vite que les autres animaux. Et chez les primates, Homo sapiens est le roi des lambins, passant un temps considérable dans l'enfance et l'adolescence. Selon des études scientifiques, l'humain grandit à "un rythme qui ressemble plus à celui des reptiles qu'à celui des mammifères". Même si le constat n'est pas neuf, on ignore toujours la cause de cette enfance au ralenti.

 

F. L'effet des séries et des films sur le choix de prénom n'est pas aussi important qu'on le croie. Beaucoup attribuaient la popularité du prénom Brigitte à l'actrice homonyme en 1959, trois ans après l'apparition sur les écrans de Brigitte Bardot. Mais le prénom était donné de plus en plus avant la sortie du film. Les résultats sont les mêmes pour « Thierry la Fronde ». L'effet est plutôt inverse, ce ne sont pas les médias qui ont de l'impact sur les gens, mais plutôt les auteurs qui veulent une diversité des prénoms.

 

G. Proche lignes 7, 14, de la station de tramway (t 3a), et de la faculté Tolbiac. Appartement 2 pièces 43 m² environ, dans un immeuble ancien bien entretenu avec vue sur les grands monuments historiques et Paris. Très ensoleillé. Comprenant vaste séjour avec coin bureau, une chambre, cuisine séparée, salle d'eau avec WC. Belle hauteur sous plafond, beaux volumes. Vendu avec cave et parking avec un emplacement privatif en sous-sol. Toute proposition sérieuse sera étudiée.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

L’impressionnisme

 

S’il est universellement admiré, l’impressionnisme a d’abord été synonyme de scandale. Ses instigateurs sont tenus à l’écart du salon officiel, le jury rejetant à la fois une facture non académique et une trop grande modernité des sujets. C’est la raison A ___________________.

Leur première exposition de 1874 présente des oeuvres de Boudin, Degas, Cézanne, Renoir et Sisley. Le titre d’une des toiles exposées, «Impression, soleil levant» de Monet, incite le critique Leroy à intituler son article «L’Exposition des impressionnistes», B ___________________.

Indépendants, les impressionnistes révolutionnent les règles traditionnelles. Ils s’appliquent à traduire C___________________.

Pour restituer leurs sensations, ces artistes inventent une nouvelle manière de peindre: ils juxtaposent des touches de couleurs, D ___________________ . Ils font de la lumière l’élément essentiel de leur peinture et se concentrent sur le

mouvement de personnages saisis sur le vif.

La plupart des impressionnistes s’attachent au paysage, genre à nouveau en vogue depuis 1817. Cette peinture évolue avec une pratique de plus en plus répandue: le travail en plein air, E ___________________.

L’exposition de 1886 marque la fin officielle de l’impressionnisme en tant que mouvement constitué, F___________________. Après cette date, chaque artiste poursuit sa voie.

 

1. ce qu’ils voient, sans l’embellir

2. ce qui n’empêche pas des oeuvres postérieures d’être formellement proches

3. pour laquelle ces artistes assurent eux-mêmes la promotion de leurs oeuvres

4. baptisant sans le savoir, cette nouvelle tendance

5. que l’oeil recompose à distance

6. qui constituent leur principale source d’inspiration

7. dont les impressionnistes sont les principaux adeptes

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Quelle habitude avaient les enfants de l’auteur quand ils rentraient à la maison?

 

1) Les enfants tournaient la clé dans la serrure.

2) Ils prenaient l’apéritif au salon.

3) Ils fouillaient dans les tiroirs.

4) Les enfants levaient les yeux pour voir si les fenêtres étaient allumées.


Une bonne nouvelle

Cette amazone casquée, perchée sur sa moto avec un gros sac à dos, c'est ma fille, c'est Laure! La pluie tombe depuis un moment, traversée par les brusques bouffées d'un vent chasseur qui me rend mon enfance, ma Bretagne.

Comme Laure arrive en bas de la maison, elle lève les yeux pour voir s'il y a de la lumière. Ils ont toujours fait ça, les enfants, en revenant de l’école, du lycée, de l'université; vérifier que c’était allumé, qu'il y avait bien quelqu'un.

Laure est l’aînée: vingt-quatre ans, deux de plus qu'Olivier. «La petite bombe», l'a surnommée son père. Menue, rondelette, elle a toujours fait preuve d’une volonté de fer et d'un optimisme à tout casser, mélange parfois explosif, en effet. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Regard vert, tignasse brune, 45 de pointure, c'est le petit-grand frère, de mes deux enfants le plus vulnérable. Laure l’a toujours protégé. Lorsqu'il a décidé d’abandonner ses études de droit pour se consacrer au théâtre et qu’il a quitté la maison, quand Matthieu lui a annoncé qu’il devrait désormais se débrouiller seul, elle l’a défendu. Le physique d’Olivier plaît; il s'en tire à peu près grâce à de la publicité pour la télévision.

Le couvert est mis. Tout est prêt. En attendant, nous prenons l'apéritif au salon.

– Voilà Papa!

Une clé tourne dans la serrure. Matthieu apparaît à la porte.

– Quelqu’un d’autre au programme?

– Oui, Thibaut!

Thibaut est arrivé, portant cérémonieusement un pot de fleurs … sans fleur. On ne voyait, à la surface de la terre, qu'un fin tapis de cailloux blancs.

– La surprise est dessous, a-t-il déclaré en me l'offrant. Si tout se passe bien, elle devrait s’épanouir en avril. Elle réclame un climat tempéré, quelques gouttes d'eau minérale chaque jour et de douces paroles.

Les yeux de Thibaut m'ont souri derrière les larges lunettes. Je me sentais une grande tendresse pour lui; son cadeau lui ressemblait.

Le dîner a été animé. Olivier est arrivé au fromage.

– Si cela ne vous ennuie pas trop, soyez à la maison samedi à onze heures, a déclaré notre fille du ton neutre.

– Ah bon, et pourquoi ça? a demandé Matthieu distraitement.

– Eh bien, parce que les parents du jeune garçon plein d'avenir que vous voyez à votre table viendront vous rendre visite, a poursuivi Laure en désignant Thibaut.

– Veux-tu dire …

– Que nous nous marions? Eh oui, a soupiré Laure. L’atavisme, vous savez ce que c'est!

Le visage radieux, Laure racontait: ses futurs beaux-parents vivaient en Anjou, dans le petit château de famille: «Montplaisir», depuis que M. de Marcey avait pris sa retraite. Thibaut avait trois soeurs et un frère aîné, tous mariés. Le concubinage n'étant pas le genre de la famille – alors là, pas du tout! Bref, on veut un vrai mariage, une grande fête avec tout le monde, des tas de cadeaux!

– C'est plutôt une bonne nouvelle, tu ne trouves pas, atthieu?

– Bien sûr que si! Mais ils ont une façon de vous les assener, leurs bonnes nouvelles!

Dans le salon, on a entendu le rire des enfants. A genoux sur la moquette, Laure fouillait dans le tiroir aux photos.

– Enfin, je l'ai! s'est exclamée Laure.

Elle m'a mis sous le nez la photo qu'elle cherchait. C’est le printemps. On le voit aux aiguilles d’or des genêts, aux frênes en fleur, à une certaine tendresse de la lumière sur le pourpre des pivoines. Au coeur d’une pelouse, une jeune femme en tulle blanc sourit à un jeune homme en jaquette, l'air un peu guindé. Telle mère, telle fille, a déclaré Laure. Je me marierai à l’Auberge, comme toi.

D’après Janine Boissard «La Reconquête»

13.

Pourquoi a-t-on surnommé Laure «la petite bombe»?

 

1) Laure était petite de taille et très grosse.

2) Elle avait un mélange explosif de volonté et d’optimisme.

3) Elle éclatait toujours de rire.

4) Laure cassait tout autour d’elle.


Une bonne nouvelle

Cette amazone casquée, perchée sur sa moto avec un gros sac à dos, c'est ma fille, c'est Laure! La pluie tombe depuis un moment, traversée par les brusques bouffées d'un vent chasseur qui me rend mon enfance, ma Bretagne.

Comme Laure arrive en bas de la maison, elle lève les yeux pour voir s'il y a de la lumière. Ils ont toujours fait ça, les enfants, en revenant de l’école, du lycée, de l'université; vérifier que c’était allumé, qu'il y avait bien quelqu'un.

Laure est l’aînée: vingt-quatre ans, deux de plus qu'Olivier. «La petite bombe», l'a surnommée son père. Menue, rondelette, elle a toujours fait preuve d’une volonté de fer et d'un optimisme à tout casser, mélange parfois explosif, en effet. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Regard vert, tignasse brune, 45 de pointure, c'est le petit-grand frère, de mes deux enfants le plus vulnérable. Laure l’a toujours protégé. Lorsqu'il a décidé d’abandonner ses études de droit pour se consacrer au théâtre et qu’il a quitté la maison, quand Matthieu lui a annoncé qu’il devrait désormais se débrouiller seul, elle l’a défendu. Le physique d’Olivier plaît; il s'en tire à peu près grâce à de la publicité pour la télévision.

Le couvert est mis. Tout est prêt. En attendant, nous prenons l'apéritif au salon.

– Voilà Papa!

Une clé tourne dans la serrure. Matthieu apparaît à la porte.

– Quelqu’un d’autre au programme?

– Oui, Thibaut!

Thibaut est arrivé, portant cérémonieusement un pot de fleurs … sans fleur. On ne voyait, à la surface de la terre, qu'un fin tapis de cailloux blancs.

– La surprise est dessous, a-t-il déclaré en me l'offrant. Si tout se passe bien, elle devrait s’épanouir en avril. Elle réclame un climat tempéré, quelques gouttes d'eau minérale chaque jour et de douces paroles.

Les yeux de Thibaut m'ont souri derrière les larges lunettes. Je me sentais une grande tendresse pour lui; son cadeau lui ressemblait.

Le dîner a été animé. Olivier est arrivé au fromage.

– Si cela ne vous ennuie pas trop, soyez à la maison samedi à onze heures, a déclaré notre fille du ton neutre.

– Ah bon, et pourquoi ça? a demandé Matthieu distraitement.

– Eh bien, parce que les parents du jeune garçon plein d'avenir que vous voyez à votre table viendront vous rendre visite, a poursuivi Laure en désignant Thibaut.

– Veux-tu dire …

– Que nous nous marions? Eh oui, a soupiré Laure. L’atavisme, vous savez ce que c'est!

Le visage radieux, Laure racontait: ses futurs beaux-parents vivaient en Anjou, dans le petit château de famille: «Montplaisir», depuis que M. de Marcey avait pris sa retraite. Thibaut avait trois soeurs et un frère aîné, tous mariés. Le concubinage n'étant pas le genre de la famille – alors là, pas du tout! Bref, on veut un vrai mariage, une grande fête avec tout le monde, des tas de cadeaux!

– C'est plutôt une bonne nouvelle, tu ne trouves pas, atthieu?

– Bien sûr que si! Mais ils ont une façon de vous les assener, leurs bonnes nouvelles!

Dans le salon, on a entendu le rire des enfants. A genoux sur la moquette, Laure fouillait dans le tiroir aux photos.

– Enfin, je l'ai! s'est exclamée Laure.

Elle m'a mis sous le nez la photo qu'elle cherchait. C’est le printemps. On le voit aux aiguilles d’or des genêts, aux frênes en fleur, à une certaine tendresse de la lumière sur le pourpre des pivoines. Au coeur d’une pelouse, une jeune femme en tulle blanc sourit à un jeune homme en jaquette, l'air un peu guindé. Telle mère, telle fille, a déclaré Laure. Je me marierai à l’Auberge, comme toi.

D’après Janine Boissard «La Reconquête»

14.

Pourquoi Matthieu était-il fâché contre son fils?

 

1) Olivier était en retard pour le dîner, il est arrivé au fromage.

2) Le jeune homme travaillait dans la publicité pour la télévision.

3) Olivier a abandonné ses études de droit pour le théâtre.

4) Le garçon était vulnérable et ne pouvait pas se débrouiller seul.


Une bonne nouvelle

Cette amazone casquée, perchée sur sa moto avec un gros sac à dos, c'est ma fille, c'est Laure! La pluie tombe depuis un moment, traversée par les brusques bouffées d'un vent chasseur qui me rend mon enfance, ma Bretagne.

Comme Laure arrive en bas de la maison, elle lève les yeux pour voir s'il y a de la lumière. Ils ont toujours fait ça, les enfants, en revenant de l’école, du lycée, de l'université; vérifier que c’était allumé, qu'il y avait bien quelqu'un.

Laure est l’aînée: vingt-quatre ans, deux de plus qu'Olivier. «La petite bombe», l'a surnommée son père. Menue, rondelette, elle a toujours fait preuve d’une volonté de fer et d'un optimisme à tout casser, mélange parfois explosif, en effet. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Regard vert, tignasse brune, 45 de pointure, c'est le petit-grand frère, de mes deux enfants le plus vulnérable. Laure l’a toujours protégé. Lorsqu'il a décidé d’abandonner ses études de droit pour se consacrer au théâtre et qu’il a quitté la maison, quand Matthieu lui a annoncé qu’il devrait désormais se débrouiller seul, elle l’a défendu. Le physique d’Olivier plaît; il s'en tire à peu près grâce à de la publicité pour la télévision.

Le couvert est mis. Tout est prêt. En attendant, nous prenons l'apéritif au salon.

– Voilà Papa!

Une clé tourne dans la serrure. Matthieu apparaît à la porte.

– Quelqu’un d’autre au programme?

– Oui, Thibaut!

Thibaut est arrivé, portant cérémonieusement un pot de fleurs … sans fleur. On ne voyait, à la surface de la terre, qu'un fin tapis de cailloux blancs.

– La surprise est dessous, a-t-il déclaré en me l'offrant. Si tout se passe bien, elle devrait s’épanouir en avril. Elle réclame un climat tempéré, quelques gouttes d'eau minérale chaque jour et de douces paroles.

Les yeux de Thibaut m'ont souri derrière les larges lunettes. Je me sentais une grande tendresse pour lui; son cadeau lui ressemblait.

Le dîner a été animé. Olivier est arrivé au fromage.

– Si cela ne vous ennuie pas trop, soyez à la maison samedi à onze heures, a déclaré notre fille du ton neutre.

– Ah bon, et pourquoi ça? a demandé Matthieu distraitement.

– Eh bien, parce que les parents du jeune garçon plein d'avenir que vous voyez à votre table viendront vous rendre visite, a poursuivi Laure en désignant Thibaut.

– Veux-tu dire …

– Que nous nous marions? Eh oui, a soupiré Laure. L’atavisme, vous savez ce que c'est!

Le visage radieux, Laure racontait: ses futurs beaux-parents vivaient en Anjou, dans le petit château de famille: «Montplaisir», depuis que M. de Marcey avait pris sa retraite. Thibaut avait trois soeurs et un frère aîné, tous mariés. Le concubinage n'étant pas le genre de la famille – alors là, pas du tout! Bref, on veut un vrai mariage, une grande fête avec tout le monde, des tas de cadeaux!

– C'est plutôt une bonne nouvelle, tu ne trouves pas, atthieu?

– Bien sûr que si! Mais ils ont une façon de vous les assener, leurs bonnes nouvelles!

Dans le salon, on a entendu le rire des enfants. A genoux sur la moquette, Laure fouillait dans le tiroir aux photos.

– Enfin, je l'ai! s'est exclamée Laure.

Elle m'a mis sous le nez la photo qu'elle cherchait. C’est le printemps. On le voit aux aiguilles d’or des genêts, aux frênes en fleur, à une certaine tendresse de la lumière sur le pourpre des pivoines. Au coeur d’une pelouse, une jeune femme en tulle blanc sourit à un jeune homme en jaquette, l'air un peu guindé. Telle mère, telle fille, a déclaré Laure. Je me marierai à l’Auberge, comme toi.

D’après Janine Boissard «La Reconquête»

15.

Comment était le cadeau de Thibaut?

 

1) C’était un pot de fleurs avec une surprise sous la surface de la terre.

2) Le jeune homme a fait cadeau d’un gros sac à dos.

3) Thibaut a apporté une photo de sa famille.

4) L’ami de Laure a offert un gros bouquet de fleurs à sa mère.


Une bonne nouvelle

Cette amazone casquée, perchée sur sa moto avec un gros sac à dos, c'est ma fille, c'est Laure! La pluie tombe depuis un moment, traversée par les brusques bouffées d'un vent chasseur qui me rend mon enfance, ma Bretagne.

Comme Laure arrive en bas de la maison, elle lève les yeux pour voir s'il y a de la lumière. Ils ont toujours fait ça, les enfants, en revenant de l’école, du lycée, de l'université; vérifier que c’était allumé, qu'il y avait bien quelqu'un.

Laure est l’aînée: vingt-quatre ans, deux de plus qu'Olivier. «La petite bombe», l'a surnommée son père. Menue, rondelette, elle a toujours fait preuve d’une volonté de fer et d'un optimisme à tout casser, mélange parfois explosif, en effet. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Regard vert, tignasse brune, 45 de pointure, c'est le petit-grand frère, de mes deux enfants le plus vulnérable. Laure l’a toujours protégé. Lorsqu'il a décidé d’abandonner ses études de droit pour se consacrer au théâtre et qu’il a quitté la maison, quand Matthieu lui a annoncé qu’il devrait désormais se débrouiller seul, elle l’a défendu. Le physique d’Olivier plaît; il s'en tire à peu près grâce à de la publicité pour la télévision.

Le couvert est mis. Tout est prêt. En attendant, nous prenons l'apéritif au salon.

– Voilà Papa!

Une clé tourne dans la serrure. Matthieu apparaît à la porte.

– Quelqu’un d’autre au programme?

– Oui, Thibaut!

Thibaut est arrivé, portant cérémonieusement un pot de fleurs … sans fleur. On ne voyait, à la surface de la terre, qu'un fin tapis de cailloux blancs.

– La surprise est dessous, a-t-il déclaré en me l'offrant. Si tout se passe bien, elle devrait s’épanouir en avril. Elle réclame un climat tempéré, quelques gouttes d'eau minérale chaque jour et de douces paroles.

Les yeux de Thibaut m'ont souri derrière les larges lunettes. Je me sentais une grande tendresse pour lui; son cadeau lui ressemblait.

Le dîner a été animé. Olivier est arrivé au fromage.

– Si cela ne vous ennuie pas trop, soyez à la maison samedi à onze heures, a déclaré notre fille du ton neutre.

– Ah bon, et pourquoi ça? a demandé Matthieu distraitement.

– Eh bien, parce que les parents du jeune garçon plein d'avenir que vous voyez à votre table viendront vous rendre visite, a poursuivi Laure en désignant Thibaut.

– Veux-tu dire …

– Que nous nous marions? Eh oui, a soupiré Laure. L’atavisme, vous savez ce que c'est!

Le visage radieux, Laure racontait: ses futurs beaux-parents vivaient en Anjou, dans le petit château de famille: «Montplaisir», depuis que M. de Marcey avait pris sa retraite. Thibaut avait trois soeurs et un frère aîné, tous mariés. Le concubinage n'étant pas le genre de la famille – alors là, pas du tout! Bref, on veut un vrai mariage, une grande fête avec tout le monde, des tas de cadeaux!

– C'est plutôt une bonne nouvelle, tu ne trouves pas, atthieu?

– Bien sûr que si! Mais ils ont une façon de vous les assener, leurs bonnes nouvelles!

Dans le salon, on a entendu le rire des enfants. A genoux sur la moquette, Laure fouillait dans le tiroir aux photos.

– Enfin, je l'ai! s'est exclamée Laure.

Elle m'a mis sous le nez la photo qu'elle cherchait. C’est le printemps. On le voit aux aiguilles d’or des genêts, aux frênes en fleur, à une certaine tendresse de la lumière sur le pourpre des pivoines. Au coeur d’une pelouse, une jeune femme en tulle blanc sourit à un jeune homme en jaquette, l'air un peu guindé. Telle mère, telle fille, a déclaré Laure. Je me marierai à l’Auberge, comme toi.

D’après Janine Boissard «La Reconquête»

16.

Quelle nouvelle Laure a-t-elle annoncée à ses parents?

 

1) Laure et Thibaut ont décidé de se consacrer au théâtre.

2) Les jeunes gens voulaient quitter Paris pour aller en Bretagne.

3) Laure et Thibaut ont décidé de se marier.

4) Ils voulaient s’installer dans le château «Montplaisir».


Une bonne nouvelle

Cette amazone casquée, perchée sur sa moto avec un gros sac à dos, c'est ma fille, c'est Laure! La pluie tombe depuis un moment, traversée par les brusques bouffées d'un vent chasseur qui me rend mon enfance, ma Bretagne.

Comme Laure arrive en bas de la maison, elle lève les yeux pour voir s'il y a de la lumière. Ils ont toujours fait ça, les enfants, en revenant de l’école, du lycée, de l'université; vérifier que c’était allumé, qu'il y avait bien quelqu'un.

Laure est l’aînée: vingt-quatre ans, deux de plus qu'Olivier. «La petite bombe», l'a surnommée son père. Menue, rondelette, elle a toujours fait preuve d’une volonté de fer et d'un optimisme à tout casser, mélange parfois explosif, en effet. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Regard vert, tignasse brune, 45 de pointure, c'est le petit-grand frère, de mes deux enfants le plus vulnérable. Laure l’a toujours protégé. Lorsqu'il a décidé d’abandonner ses études de droit pour se consacrer au théâtre et qu’il a quitté la maison, quand Matthieu lui a annoncé qu’il devrait désormais se débrouiller seul, elle l’a défendu. Le physique d’Olivier plaît; il s'en tire à peu près grâce à de la publicité pour la télévision.

Le couvert est mis. Tout est prêt. En attendant, nous prenons l'apéritif au salon.

– Voilà Papa!

Une clé tourne dans la serrure. Matthieu apparaît à la porte.

– Quelqu’un d’autre au programme?

– Oui, Thibaut!

Thibaut est arrivé, portant cérémonieusement un pot de fleurs … sans fleur. On ne voyait, à la surface de la terre, qu'un fin tapis de cailloux blancs.

– La surprise est dessous, a-t-il déclaré en me l'offrant. Si tout se passe bien, elle devrait s’épanouir en avril. Elle réclame un climat tempéré, quelques gouttes d'eau minérale chaque jour et de douces paroles.

Les yeux de Thibaut m'ont souri derrière les larges lunettes. Je me sentais une grande tendresse pour lui; son cadeau lui ressemblait.

Le dîner a été animé. Olivier est arrivé au fromage.

– Si cela ne vous ennuie pas trop, soyez à la maison samedi à onze heures, a déclaré notre fille du ton neutre.

– Ah bon, et pourquoi ça? a demandé Matthieu distraitement.

– Eh bien, parce que les parents du jeune garçon plein d'avenir que vous voyez à votre table viendront vous rendre visite, a poursuivi Laure en désignant Thibaut.

– Veux-tu dire …

– Que nous nous marions? Eh oui, a soupiré Laure. L’atavisme, vous savez ce que c'est!

Le visage radieux, Laure racontait: ses futurs beaux-parents vivaient en Anjou, dans le petit château de famille: «Montplaisir», depuis que M. de Marcey avait pris sa retraite. Thibaut avait trois soeurs et un frère aîné, tous mariés. Le concubinage n'étant pas le genre de la famille – alors là, pas du tout! Bref, on veut un vrai mariage, une grande fête avec tout le monde, des tas de cadeaux!

– C'est plutôt une bonne nouvelle, tu ne trouves pas, atthieu?

– Bien sûr que si! Mais ils ont une façon de vous les assener, leurs bonnes nouvelles!

Dans le salon, on a entendu le rire des enfants. A genoux sur la moquette, Laure fouillait dans le tiroir aux photos.

– Enfin, je l'ai! s'est exclamée Laure.

Elle m'a mis sous le nez la photo qu'elle cherchait. C’est le printemps. On le voit aux aiguilles d’or des genêts, aux frênes en fleur, à une certaine tendresse de la lumière sur le pourpre des pivoines. Au coeur d’une pelouse, une jeune femme en tulle blanc sourit à un jeune homme en jaquette, l'air un peu guindé. Telle mère, telle fille, a déclaré Laure. Je me marierai à l’Auberge, comme toi.

D’après Janine Boissard «La Reconquête»

17.

Quel mariage Laure et Thibaut voulaient-ils avoir?

 

1) Un beau mariage traditionnel, avec tout le monde.

2) Un mariage civil uniquement.

3) Un mariage religieux au château de famille.

4) Un mariage modeste avec peu d’invités.


Une bonne nouvelle

Cette amazone casquée, perchée sur sa moto avec un gros sac à dos, c'est ma fille, c'est Laure! La pluie tombe depuis un moment, traversée par les brusques bouffées d'un vent chasseur qui me rend mon enfance, ma Bretagne.

Comme Laure arrive en bas de la maison, elle lève les yeux pour voir s'il y a de la lumière. Ils ont toujours fait ça, les enfants, en revenant de l’école, du lycée, de l'université; vérifier que c’était allumé, qu'il y avait bien quelqu'un.

Laure est l’aînée: vingt-quatre ans, deux de plus qu'Olivier. «La petite bombe», l'a surnommée son père. Menue, rondelette, elle a toujours fait preuve d’une volonté de fer et d'un optimisme à tout casser, mélange parfois explosif, en effet. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Regard vert, tignasse brune, 45 de pointure, c'est le petit-grand frère, de mes deux enfants le plus vulnérable. Laure l’a toujours protégé. Lorsqu'il a décidé d’abandonner ses études de droit pour se consacrer au théâtre et qu’il a quitté la maison, quand Matthieu lui a annoncé qu’il devrait désormais se débrouiller seul, elle l’a défendu. Le physique d’Olivier plaît; il s'en tire à peu près grâce à de la publicité pour la télévision.

Le couvert est mis. Tout est prêt. En attendant, nous prenons l'apéritif au salon.

– Voilà Papa!

Une clé tourne dans la serrure. Matthieu apparaît à la porte.

– Quelqu’un d’autre au programme?

– Oui, Thibaut!

Thibaut est arrivé, portant cérémonieusement un pot de fleurs … sans fleur. On ne voyait, à la surface de la terre, qu'un fin tapis de cailloux blancs.

– La surprise est dessous, a-t-il déclaré en me l'offrant. Si tout se passe bien, elle devrait s’épanouir en avril. Elle réclame un climat tempéré, quelques gouttes d'eau minérale chaque jour et de douces paroles.

Les yeux de Thibaut m'ont souri derrière les larges lunettes. Je me sentais une grande tendresse pour lui; son cadeau lui ressemblait.

Le dîner a été animé. Olivier est arrivé au fromage.

– Si cela ne vous ennuie pas trop, soyez à la maison samedi à onze heures, a déclaré notre fille du ton neutre.

– Ah bon, et pourquoi ça? a demandé Matthieu distraitement.

– Eh bien, parce que les parents du jeune garçon plein d'avenir que vous voyez à votre table viendront vous rendre visite, a poursuivi Laure en désignant Thibaut.

– Veux-tu dire …

– Que nous nous marions? Eh oui, a soupiré Laure. L’atavisme, vous savez ce que c'est!

Le visage radieux, Laure racontait: ses futurs beaux-parents vivaient en Anjou, dans le petit château de famille: «Montplaisir», depuis que M. de Marcey avait pris sa retraite. Thibaut avait trois soeurs et un frère aîné, tous mariés. Le concubinage n'étant pas le genre de la famille – alors là, pas du tout! Bref, on veut un vrai mariage, une grande fête avec tout le monde, des tas de cadeaux!

– C'est plutôt une bonne nouvelle, tu ne trouves pas, atthieu?

– Bien sûr que si! Mais ils ont une façon de vous les assener, leurs bonnes nouvelles!

Dans le salon, on a entendu le rire des enfants. A genoux sur la moquette, Laure fouillait dans le tiroir aux photos.

– Enfin, je l'ai! s'est exclamée Laure.

Elle m'a mis sous le nez la photo qu'elle cherchait. C’est le printemps. On le voit aux aiguilles d’or des genêts, aux frênes en fleur, à une certaine tendresse de la lumière sur le pourpre des pivoines. Au coeur d’une pelouse, une jeune femme en tulle blanc sourit à un jeune homme en jaquette, l'air un peu guindé. Telle mère, telle fille, a déclaré Laure. Je me marierai à l’Auberge, comme toi.

D’après Janine Boissard «La Reconquête»

18.

Commentez la phrase de Laure: «Telle mère, telle fille».

 

1) La jeune fille voulait se marier vêtue de la robe de sa mère.

2) Elle voulait avoir les photos de mariage semblables à celles de ses parents.

3) Elle voulait organiser une grande fête pareille au mariage de ses parents.

4) Laure voulait se marier dans le même endroit que sa mère.


Une bonne nouvelle

Cette amazone casquée, perchée sur sa moto avec un gros sac à dos, c'est ma fille, c'est Laure! La pluie tombe depuis un moment, traversée par les brusques bouffées d'un vent chasseur qui me rend mon enfance, ma Bretagne.

Comme Laure arrive en bas de la maison, elle lève les yeux pour voir s'il y a de la lumière. Ils ont toujours fait ça, les enfants, en revenant de l’école, du lycée, de l'université; vérifier que c’était allumé, qu'il y avait bien quelqu'un.

Laure est l’aînée: vingt-quatre ans, deux de plus qu'Olivier. «La petite bombe», l'a surnommée son père. Menue, rondelette, elle a toujours fait preuve d’une volonté de fer et d'un optimisme à tout casser, mélange parfois explosif, en effet. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Regard vert, tignasse brune, 45 de pointure, c'est le petit-grand frère, de mes deux enfants le plus vulnérable. Laure l’a toujours protégé. Lorsqu'il a décidé d’abandonner ses études de droit pour se consacrer au théâtre et qu’il a quitté la maison, quand Matthieu lui a annoncé qu’il devrait désormais se débrouiller seul, elle l’a défendu. Le physique d’Olivier plaît; il s'en tire à peu près grâce à de la publicité pour la télévision.

Le couvert est mis. Tout est prêt. En attendant, nous prenons l'apéritif au salon.

– Voilà Papa!

Une clé tourne dans la serrure. Matthieu apparaît à la porte.

– Quelqu’un d’autre au programme?

– Oui, Thibaut!

Thibaut est arrivé, portant cérémonieusement un pot de fleurs … sans fleur. On ne voyait, à la surface de la terre, qu'un fin tapis de cailloux blancs.

– La surprise est dessous, a-t-il déclaré en me l'offrant. Si tout se passe bien, elle devrait s’épanouir en avril. Elle réclame un climat tempéré, quelques gouttes d'eau minérale chaque jour et de douces paroles.

Les yeux de Thibaut m'ont souri derrière les larges lunettes. Je me sentais une grande tendresse pour lui; son cadeau lui ressemblait.

Le dîner a été animé. Olivier est arrivé au fromage.

– Si cela ne vous ennuie pas trop, soyez à la maison samedi à onze heures, a déclaré notre fille du ton neutre.

– Ah bon, et pourquoi ça? a demandé Matthieu distraitement.

– Eh bien, parce que les parents du jeune garçon plein d'avenir que vous voyez à votre table viendront vous rendre visite, a poursuivi Laure en désignant Thibaut.

– Veux-tu dire …

– Que nous nous marions? Eh oui, a soupiré Laure. L’atavisme, vous savez ce que c'est!

Le visage radieux, Laure racontait: ses futurs beaux-parents vivaient en Anjou, dans le petit château de famille: «Montplaisir», depuis que M. de Marcey avait pris sa retraite. Thibaut avait trois soeurs et un frère aîné, tous mariés. Le concubinage n'étant pas le genre de la famille – alors là, pas du tout! Bref, on veut un vrai mariage, une grande fête avec tout le monde, des tas de cadeaux!

– C'est plutôt une bonne nouvelle, tu ne trouves pas, atthieu?

– Bien sûr que si! Mais ils ont une façon de vous les assener, leurs bonnes nouvelles!

Dans le salon, on a entendu le rire des enfants. A genoux sur la moquette, Laure fouillait dans le tiroir aux photos.

– Enfin, je l'ai! s'est exclamée Laure.

Elle m'a mis sous le nez la photo qu'elle cherchait. C’est le printemps. On le voit aux aiguilles d’or des genêts, aux frênes en fleur, à une certaine tendresse de la lumière sur le pourpre des pivoines. Au coeur d’une pelouse, une jeune femme en tulle blanc sourit à un jeune homme en jaquette, l'air un peu guindé. Telle mère, telle fille, a déclaré Laure. Je me marierai à l’Auberge, comme toi.

D’après Janine Boissard «La Reconquête»

19.

Пре­об­ра­зуй­те, если это не­об­хо­ди­мо, слово SON так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

Créer une adresse e-mail

 

 

On exige que vous ayez ______________ adresse email sur Free.fr? C’est facile!

20.

Пре­об­ра­зуй­те, если это не­об­хо­ди­мо, слово ABONNER так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

 

Si la personne ________________ à Freebox, elle pourrait créer son compte e-mail en quelques instants.

21.

Пре­об­ра­зуй­те, если это не­об­хо­ди­мо, слово VOIR так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

 

Cliquez donc sur le lien ci-contre pour accéder à l’instruction. Vous _________________ tout de suite qu'il n'y a aucune difficulté!

22.

Пре­об­ра­зуй­те, если это не­об­хо­ди­мо, слово ACTUEL так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

 

Le conflit des générations

 

La jeunesse _____________________, on ne peut pas la définir et l’expliquer facilement.

23.

Пре­об­ра­зуй­те, если это не­об­хо­ди­мо, слово TENDENCE так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

 

En effet, les ____________________ d’aujourd’hui nous conduisent vers une métamorphose radicale de la jeune génération.

24.

Пре­об­ра­зуй­те, если это не­об­хо­ди­мо, слово CE так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

 

Et ce qui caractérise leur comportement, c’est premièrement leur désir de jouir d'une liberté absolue. _________________ aspiration à l’indépendance suscite un nombre infini de conflits entre les adultes et les ados :

25.

Пре­об­ра­зуй­те, если это не­об­хо­ди­мо, слово POUVOIR так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

 

souvent on _________________ être témoin d’un conflit d’opinions, d’idées différentes, des problèmes dans une famille...

26.

Об­ра­зуй­те от слова ENRICHIR од­но­ко­рен­ное слово так, чтобы оно грам­ма­ти­че­ски со­от­вет­ство­ва­ло со­дер­жа­нию тек­ста.

Bilinguisme, pour ou contre?

 

 

Enseigner la langue nationale et une langue étrangère est facteur d’__________________. Le cerveau se développe principalement dans les premières années de l’existence. Plus il est sollicité et plus il se développe.

27.

Образуйте от слова REPRODUIRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le bilinguisme est un moyen, parmi d’autres, de développer les capacités intellectuelles de l’enfant. Les psycholinguistes affirment que le cerveau est prédisposé à acquérir par imitation et par __________________ active toute langue parlée dans son entourage.

28.

Образуйте от слова LANGAGE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il apprend aussi aisément qu’il a appris sa __________________ maternelle, inconsciemment et quel que soit son potentiel intellectuel.

29.

Образуйте от слова APPRENDRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Dans le bilinguisme chacune des deux langues enrichit l’autre. Les langues ne sont jamais en concurrence. Plus on en apprend et plus cela facilite l’__________________ de nouvelles langues.

30.

Образуйте от слова TROUBLER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Pourtant, nombre de parents s’inquiètent. Le bilinguisme ne risque-t-il pas de provoquer chez l’enfant des __________________ du langage qui entraȋneraient peut-être des écarts du comportement?

31.

Образуйте от слова ÉCHANGER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les chercheurs sont formels: apprendre une langue ne nuit pas à l’apprentissage d’une autre. Et n’oublions pas que nous vivons dans un monde où les __________________ internationaux se multiplient et où la concurrence commerciale, scientifique pousse les uns et les autres à aller vers d’autres pays.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) par

2) vers

3) dans

4) pour


Les poules

 

«Je parie, dit Mme Lepic, qu'Honorine a encore oublié de fermer les poules.» C'est vrai. On peut s'en assurer 32 ______ la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte 33 ______.

«Félix, si tu allais les fermer? dit Mme Lepic à l'aîné de ses trois enfants. — Je ne suis pas ici pour m'occuper des poules, dit Félix.

— Et toi, Ernestine?

— Oh! moi, maman, j'aurais trop peur!»

Grand frère Félix et soeur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les 34 ______ sur la table, presque front contre front.

«Dieu, que je suis bête! dit Mme Lepic. Je 35 ______ pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules!»

Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier-né, parce qu'il a les cheveux 36 ______ et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité:

«Mais, maman, j'ai peur aussi, moi.

— Comment? répond Mme Lepic, un grand gars comme toi! c'est pour rire. Dépêchez-vous, s'il te plaît!

— On le connaît; il est hardi comme un bouc, dit sa soeur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne», dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, honteux d'en être indigne. Pour l'encourager 37 ______, sa mère lui promet une gifle.

«Au moins, éclairez-moi», dit-il. Mme Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu'au bout du corridor. «Je t'attendrai là», dit-elle. Et le garçon se 38 ______ vers le poulailler.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) claquée

2) close

3) ouverte

4) fermée


Les poules

 

«Je parie, dit Mme Lepic, qu'Honorine a encore oublié de fermer les poules.» C'est vrai. On peut s'en assurer 32 ______ la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte 33 ______.

«Félix, si tu allais les fermer? dit Mme Lepic à l'aîné de ses trois enfants. — Je ne suis pas ici pour m'occuper des poules, dit Félix.

— Et toi, Ernestine?

— Oh! moi, maman, j'aurais trop peur!»

Grand frère Félix et soeur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les 34 ______ sur la table, presque front contre front.

«Dieu, que je suis bête! dit Mme Lepic. Je 35 ______ pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules!»

Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier-né, parce qu'il a les cheveux 36 ______ et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité:

«Mais, maman, j'ai peur aussi, moi.

— Comment? répond Mme Lepic, un grand gars comme toi! c'est pour rire. Dépêchez-vous, s'il te plaît!

— On le connaît; il est hardi comme un bouc, dit sa soeur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne», dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, honteux d'en être indigne. Pour l'encourager 37 ______, sa mère lui promet une gifle.

«Au moins, éclairez-moi», dit-il. Mme Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu'au bout du corridor. «Je t'attendrai là», dit-elle. Et le garçon se 38 ______ vers le poulailler.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) coudes

2) jambes

3) pieds

4) genoux


Les poules

 

«Je parie, dit Mme Lepic, qu'Honorine a encore oublié de fermer les poules.» C'est vrai. On peut s'en assurer 32 ______ la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte 33 ______.

«Félix, si tu allais les fermer? dit Mme Lepic à l'aîné de ses trois enfants. — Je ne suis pas ici pour m'occuper des poules, dit Félix.

— Et toi, Ernestine?

— Oh! moi, maman, j'aurais trop peur!»

Grand frère Félix et soeur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les 34 ______ sur la table, presque front contre front.

«Dieu, que je suis bête! dit Mme Lepic. Je 35 ______ pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules!»

Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier-né, parce qu'il a les cheveux 36 ______ et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité:

«Mais, maman, j'ai peur aussi, moi.

— Comment? répond Mme Lepic, un grand gars comme toi! c'est pour rire. Dépêchez-vous, s'il te plaît!

— On le connaît; il est hardi comme un bouc, dit sa soeur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne», dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, honteux d'en être indigne. Pour l'encourager 37 ______, sa mère lui promet une gifle.

«Au moins, éclairez-moi», dit-il. Mme Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu'au bout du corridor. «Je t'attendrai là», dit-elle. Et le garçon se 38 ______ vers le poulailler.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) ne lui

2) n’y

3) ne les

4) n’en


Les poules

 

«Je parie, dit Mme Lepic, qu'Honorine a encore oublié de fermer les poules.» C'est vrai. On peut s'en assurer 32 ______ la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte 33 ______.

«Félix, si tu allais les fermer? dit Mme Lepic à l'aîné de ses trois enfants. — Je ne suis pas ici pour m'occuper des poules, dit Félix.

— Et toi, Ernestine?

— Oh! moi, maman, j'aurais trop peur!»

Grand frère Félix et soeur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les 34 ______ sur la table, presque front contre front.

«Dieu, que je suis bête! dit Mme Lepic. Je 35 ______ pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules!»

Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier-né, parce qu'il a les cheveux 36 ______ et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité:

«Mais, maman, j'ai peur aussi, moi.

— Comment? répond Mme Lepic, un grand gars comme toi! c'est pour rire. Dépêchez-vous, s'il te plaît!

— On le connaît; il est hardi comme un bouc, dit sa soeur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne», dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, honteux d'en être indigne. Pour l'encourager 37 ______, sa mère lui promet une gifle.

«Au moins, éclairez-moi», dit-il. Mme Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu'au bout du corridor. «Je t'attendrai là», dit-elle. Et le garçon se 38 ______ vers le poulailler.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) roux

2) blonds

3) noirs

4) blancs


Les poules

 

«Je parie, dit Mme Lepic, qu'Honorine a encore oublié de fermer les poules.» C'est vrai. On peut s'en assurer 32 ______ la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte 33 ______.

«Félix, si tu allais les fermer? dit Mme Lepic à l'aîné de ses trois enfants. — Je ne suis pas ici pour m'occuper des poules, dit Félix.

— Et toi, Ernestine?

— Oh! moi, maman, j'aurais trop peur!»

Grand frère Félix et soeur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les 34 ______ sur la table, presque front contre front.

«Dieu, que je suis bête! dit Mme Lepic. Je 35 ______ pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules!»

Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier-né, parce qu'il a les cheveux 36 ______ et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité:

«Mais, maman, j'ai peur aussi, moi.

— Comment? répond Mme Lepic, un grand gars comme toi! c'est pour rire. Dépêchez-vous, s'il te plaît!

— On le connaît; il est hardi comme un bouc, dit sa soeur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne», dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, honteux d'en être indigne. Pour l'encourager 37 ______, sa mère lui promet une gifle.

«Au moins, éclairez-moi», dit-il. Mme Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu'au bout du corridor. «Je t'attendrai là», dit-elle. Et le garçon se 38 ______ vers le poulailler.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) joyeusement

2) tristement

3) définitivement

4) couramment


Les poules

 

«Je parie, dit Mme Lepic, qu'Honorine a encore oublié de fermer les poules.» C'est vrai. On peut s'en assurer 32 ______ la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte 33 ______.

«Félix, si tu allais les fermer? dit Mme Lepic à l'aîné de ses trois enfants. — Je ne suis pas ici pour m'occuper des poules, dit Félix.

— Et toi, Ernestine?

— Oh! moi, maman, j'aurais trop peur!»

Grand frère Félix et soeur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les 34 ______ sur la table, presque front contre front.

«Dieu, que je suis bête! dit Mme Lepic. Je 35 ______ pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules!»

Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier-né, parce qu'il a les cheveux 36 ______ et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité:

«Mais, maman, j'ai peur aussi, moi.

— Comment? répond Mme Lepic, un grand gars comme toi! c'est pour rire. Dépêchez-vous, s'il te plaît!

— On le connaît; il est hardi comme un bouc, dit sa soeur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne», dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, honteux d'en être indigne. Pour l'encourager 37 ______, sa mère lui promet une gifle.

«Au moins, éclairez-moi», dit-il. Mme Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu'au bout du corridor. «Je t'attendrai là», dit-elle. Et le garçon se 38 ______ vers le poulailler.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) marche

2) dirige

3) descend

4) va


Les poules

 

«Je parie, dit Mme Lepic, qu'Honorine a encore oublié de fermer les poules.» C'est vrai. On peut s'en assurer 32 ______ la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte 33 ______.

«Félix, si tu allais les fermer? dit Mme Lepic à l'aîné de ses trois enfants. — Je ne suis pas ici pour m'occuper des poules, dit Félix.

— Et toi, Ernestine?

— Oh! moi, maman, j'aurais trop peur!»

Grand frère Félix et soeur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les 34 ______ sur la table, presque front contre front.

«Dieu, que je suis bête! dit Mme Lepic. Je 35 ______ pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules!»

Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier-né, parce qu'il a les cheveux 36 ______ et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité:

«Mais, maman, j'ai peur aussi, moi.

— Comment? répond Mme Lepic, un grand gars comme toi! c'est pour rire. Dépêchez-vous, s'il te plaît!

— On le connaît; il est hardi comme un bouc, dit sa soeur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne», dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, honteux d'en être indigne. Pour l'encourager 37 ______, sa mère lui promet une gifle.

«Au moins, éclairez-moi», dit-il. Mme Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu'au bout du corridor. «Je t'attendrai là», dit-elle. Et le garçon se 38 ______ vers le poulailler.

39.

Vous avez reçu une lettre de votre amie française Angèle qui vous écrit:

 

... Tu sais bien que j’adore coudre et broder. Pour mon dernier bal au lycée, je me suis fait une robe. Avec ma robe, j’ai gagné le premier prix. Alors j’ai pris la décision de continuer mes études professionnelles dans le domaine de la mode. Comment seras-tu habillé(e) à ton bal? Que penses-tu de la mode moderne? As-tu déjà choisi ta future profession?

Mes parents veulent m’offrir un voyage à travers la Russie, on pourra enfin se voir …

 

Ecrivez une lettre à Louise.

Dans votre lettre

– répondez à ses questions

– posez-lui 3 questions sur le championnat de tennis.

Ecrivez 100–140 mots.

Suivez les règles de la présentation des lettres non officielles.

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. On ne peut pas imaginer notre vie sans télévision. Pourtant il y a des gens qui refusent non seulement de regarder la télé, ils ne veulent même pas en avoir chez eux. Chacun a ses raisons.

2. Un bon professeur doit être sévère et exigeant.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lire à votre ami. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

Spencer était un ingénieur, un philosophe et un psychologue, qui à son époque était aussi célèbre que Darwin. Il a forgé d'abord l'expression ‘la survie du plus en forme’. Darwin lui a payé le compliment d'utilisation de cela lui-même. Herbert était l'aîné de neuf enfants, dont tout le reste sont morts prématurément. Formé comme un ingénieur civil, il est devenu un philosophe, un psychologue, un sociologue, un économiste et un inventeur. Il a vendu plus d'un million de livres dans sa vie et était le premier à appliquer la théorie évolutionniste à la psychologie, la philosophie et l'étude de société.

Il a aussi inventé le trombone. L'appareil a été appelé l'Épingle de Reliure de Spencer et a été produit sur une machine de crochet-et-œil modifiée. Il a bien fait sa première année, mais la demande s'est asséchée. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les trombones étaient un symbole brûlant de résistance norvégienne à l'occupation allemande. Un trombone géant a été plus tard érigé à Oslo.

42.

Observez ce document.

 

 

Vous avez décidé de passer du temps dans ce bar-karaoké et vous cherchez des informations à ce propos. Après 1 mn 30 de réflexion, vous posez cinq questions directes pour préciser:

1) l’adresse du bar

2) les horaires d’ouverture

3) le prix d’entrée

4) le programme musical

5) les réductions pour les jeunes

Vous aurez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quel type d'activités présentées dans les photos que vous aimeriez faire

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.