№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 37014

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды. Занесите свои ответы в таблицу.

 

 

1. Je ne célèbre pas la fête de Noël.

2. Les enfants doivent apprendre à choisir les cadeaux.

3. J’aime recevoir des cadeaux autant qu’en offrir.

4. Noël est le temps de nombreuses disputes de famille.

5. Cela devient fréquent de célébrer les fêtes de Noël à l'étranger.

6. C’est triste d’être seul(e) pendant la fête de Noël.

7. Pendant les fêtes les magasins nous font acheter des choses inutiles.

 

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A) Sur Internet on peut voter pour ses livres préférés.

B) Nicolas a lu les «Misérables» 3 fois.

C) Anne-Marie trouve que le «Petit Prince» est destiné uniquement aux enfants.

D) Il est difficile de choisir le meilleur livre.

E) Anne-Marie préfère les romans d’aventure.

F) Nicolas apprécie les auteurs modernes.

G) Anne-Marie lit souvent des bandes dessinées.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

 

1) Vrai

2) Faux

3) Aucune information

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Que fait Carine Tardieu dans la vie?

 

1) Elle est psychologue.

2) Elle est écrivain.

3) Elle est écrivain et cinéaste.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quelles lectures préférait Carine Tardieu quand elle était enfant?

 

1) Elle lisait des romans fantastiques.

2) Elle lisait «Harry Potter».

3) Son livre préféré était «L’histoire sans fin».

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Le succès de son frère au cinéma, quel effet produisait-il sur Carine?

 

1) Elle en parlait beaucoup à ses parents.

2) Il la rendait envieuse.

3) Elle en était fière.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Qu’est-ce que Carine a fait après l’école?

 

1) Carine a interprété un petit rôle au cinéma.

2) Elle a fait ses études dans une Ecole de cinéma.

3) Carine a fait une année de psychologie.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quel est le titre du premier court-métrage de Carine?

 

1) «L’Aȋné de mes soucis».

2) «Les Baisers des autres».

3) «Le Cordon».

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Qui a joué le rôle principal dans le premier film de Carine?

 

1) Sa mère.

2) Son frère.

3) Son copain d’une trentaine d’années.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quelles sont à présent les préférences littéraires de Carine?

 

1) Les classiques français.

2) Le roman «Les poules et les gâteaux».

3) Les auteurs américains.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Une décision qui crée la polémique

2. Un projet très ambitieux

3. Une blague ou un art?

4. Le goût du passé

5. Quelle erreur!

6. Un voyage interrompu

7. Des fruits exotiques à l’université

8. Pour une nouvelle pédagogie

 

A. Mi-juillet, Georgia Wilde, une jeune Britannique, se rend à sa cérémonie de remise de diplôme de l’Université de Bristol avec ses parents. Toge noire et rose, talons hauts: la jeune fille ressemble à n’importe quelle autre diplômée. Au point que son père, décidé à filmer cet important moment de la vie de sa fille, s’est trompé d’étudiante. Sur la vidéo, on voit en effet une jeune femme blonde et souriante. Mais il ne s’agit pas de Georgia! La tout juste diplômée a tweeté la fameuse vidéo avec un commentaire ironique: «ça résume bien mon père!».

B.Mardi soir, la ligne 1 du métro parisien a été le théâtre d’une pagaille incroyable. Peu après 20 heures, le trafic de cette ligne la plus ancienne et la plus fréquentée, qui parcourt la capitale d’est en ouest, entre Vincennes et La Défense, a été brutalement interrompu sur une grande partie de son parcours. Bloqués dans la chaleur et sans réelles informations, les usagers exaspérés ont finalement été obligés d’évacuer les wagons à pied après avoir pris leur mal en patience pendant plus d’une heure.

C. L’université de Cambridge cherche son professeur … de Lego. Et il a jusqu’au vendredi 20 janvier pour répondre à l’offre d’emploi. La prestigieuse université britannique recrute un enseignant pour apprendre aux étudiants de la faculté d’éducation à jouer au Lego. «Ce que nous voulons, c’est que le gouvernement britannique encourage un apprentissage plus ludique dans les écoles, plutôt que des tests», détaille Stjerne Thomsen, responsable mondial de la recherche pour la Fondation Lego.

D. L’idée des Soviet Café est un concept nouveau, né récemment à Saint-Pétersbourg, et l’art-café Kvartirka en est un exemple par excellence. La décoration «comme chez les grands-parents», Kvartirka invite ses visiteurs à embarquer dans le passé soviétique. Le cadre est simple et recrée l’atmosphère d’un appartement soviétique aménagé avec des tapisseries et des ustensiles de l’époque, d’anciennes photographies, des disques de vinyle, une télé qui diffuse des films des années 1950-60, et même la possibilité de jouer aux dominos.

E. La belle endormie se réveille. Alors qu’aucune nouvelle maison n’avait été construite par un pays étranger à la cité universitaire de Paris depuis 1969, la Chine va financer d’ici à l’année prochaine un édifice vertigineux de 2 800 m2 et 300 chambres au bord du boulevard périphérique. Un bâtiment ultra moderne, coiffé de terrasses boisées et de passerelles biscornues, qui va coûter 30 millions d’euros à la ville de Pékin qui financera la construction. Il s’agira d’un chantier colossal mais aussi d’un enjeu diplomatique très important.

F. Cela fait déjà un mois que la vitesse des véhicules est limitée à 80 km/heure sur l’ensemble des routes secondaires, contre 90 km/heure auparavant. Dès l’annonce de sa création, le 9 janvier dernier, cette mesure a provoqué la colère des associations d’automobilistes et de motards, rejoints par des élus principalement de départements ruraux. Ces derniers pointaient du doigt une mesure qui allait encore renforcer les difficultés de transports dans des territoires périphériques déjà désavantagés.

G. Cette année, l’Art & Design Festival d’Aberdeen (Écosse) a été le théâtre d’une histoire plus qu’insolite. Fin avril, alors qu’un groupe d’étudiants se promène dans cette exposition d’art contemporain, ils ont l’idée bizarre d’installer un ananas sur une des oeuvres d’art exposées. Revenus quelques jours plus tard, les étudiants ont la surprise de retrouver leur ananas sous une vitrine de verre: le fruit est devenu une des oeuvres de l’exposition! «Incroyable», a réagi l’un des protagonistes, Lloyd Jack, sur Twitter.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

Ce week-end, j'éteins mon portable!

 

Passer une journée sans son téléphone portable? Aujourd’hui, cela paraît impossible … La journée mondiale sans portable propose de réfléchir à l’utilisation A_______________________.

En France, aujourd'hui, près de neuf Français sur dix possèdent un téléphone portable. Une vingtaine d’années ont suffi pour B_______________________! L'arrivée de ce nouvel objet dans nos vies a entraîné de nombreux changements dans nos habitudes. En particulier notre comportement à l'extérieur, dans les transports ou dans la rue, lorsque le téléphone portable remplace souvent la rencontre et l'échange avec les autres.

La journée sans portable (qui dure en fait 3 jours!) invite justement à réfléchir à la façon C_______________________. C'est un écrivain, Phil Marso, D_______________________, en 2001. Au départ, l'idée était d'inciter à éteindre le téléphone pendant 24 heures. Mais, il y a 15 ans, le portable ne servait encore qu'à téléphoner et à envoyer quelques messages. Aujourd'hui, les Français passent en moyenne 2 heures et demie sur leur téléphone. Comment imaginer se séparer toute une journée d'un outil E_______________________, d'encyclopédie, de plan pour se repérer dans l'espace, de lecteur audio, vidéo?

C'est pourquoi Phil Marso propose surtout des pistes de réflexion, chaque année différentes. En 2016, il propose de réfléchir à l'insécurité F_______________________. En particulier, les risques de piratage des informations personnelles ou encore de vol, car certains téléphones sont devenus très coûteux.

 

1. qui a créé cette journée

2. que l'ensemble de la population soit équipé

3. liée aux téléphones portables

4. que l’on fait de notre smartphone

5. dû à l’utilisation incontrôlable

6. dont nous utilisons notre téléphone

7. qui sert à la fois de téléphone

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Quel était le rêve des élèves de l’école de ballet pendant la journée?

 

1) Elles voulaient partir de l’école.

2) Elles voulaient dormir.

3) Elles voulaient aller se promener.

4) Elles voulaient manger à leur faim.


A l’école de ballet

 

Dès le lever, Plectrude attendait le coucher. L'instant où l'on confiait au lit sa carcasse douloureuse de fatigue pour l'y abandonner pendant la nuit était si voluptueux qu'on ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était la seule détente des fillettes; les repas, à l'opposé, étaient des moments d'angoisse. Les professeurs avaient tant diabolisé la nourriture qu'elle en paraissait alléchante, si médiocre fûtelle. Les enfants l'appréhendaient avec terreur, dégoûtées du désir qu'elle suscitait. Une bouchée avalée était une bouchée de trop. Très vite, Plectrude se posa des questions. Elle était venue dans cet établissement pour y devenir une danseuse, pas pour y perdre le goût de vivre au point de ne pas avoir d'idéal plus élevé que le sommeil. Ici, elle travaillait la danse du matin au soir, sans avoir le sentiment de danser: elle était comme un écrivain forcé de ne pas écrire et d'étudier la grammaire sans discontinuer. Certes, la grammaire est essentielle, mais seulement en vue de l'écriture: privée de son but, elle est un code stérile. Plectrude ne s'était jamais sentie aussi peu danseuse que depuis son arrivée à l'école des petits rats. Dans le cours de ballet qu'elle avait fréquenté les années précédentes, il y avait place pour de petites chorégraphies. Ici, on faisait des exercices, point final. La barre finissait par évoquer les galères.

Cette perplexité semblait partagée par beaucoup d'élèves. Aucune n'en parlait et, cependant, on sentait le découragement se répandre parmi les enfants.

Il y eut des abandons. Ils semblaient avoir été espérés par les autorités. Ces défections en entraînaient d'autres. Ce dégraissage spontané enchantait les maîtres et meurtrissait Plectrude, pour qui chaque départ équivalait à une mort.

Ce qui devait arriver arriva: elle fut tentée de partir. Ce qui l'en empêcha fut la sourde impression que sa mère le lui reprocherait et que même ses excellentes explications ne serviraient à rien.

Sans doute les chefs de l'école attendaient-ils l'abandon d'une liste déterminée de personnes car, du jour au lendemain, leur attitude changea. Les élèves furent convoquées dans une salle plus grande que d'habitude, où on leur tint d'abord ce langage:

— Vous avez dû observer, ces derniers temps, de nombreux départs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que nous les avons délibérément provoqués, nous n'aurons cependant pas l'hypocrisie de les regretter.

Il y eut un silence, sans doute dans le seul but de mettre les enfants mal à l’aise.

— Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser; plus exactement, elles ont montré qu'elles n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable. Savez-vous ce que certaines de ces filles ont déclaré, en annonçant leur abandon? Qu'elles étaient venues pour danser et qu'ici, on ne dansait pas. Qu'est-ce qu'elles s'imaginaient, celles-là? Qu'après- demain, elles nous interpréteraient «Le Lac des cygnes»?

— Danser, cela se mérite. Danser, danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde. A dire vrai, même sans public, même sans scène, danser est l'ivresse absolue. Une joie si profonde justifie les sacrifices les plus cruels. L'éducation que nous vous donnons ici tend à présenter la danse pour ce qu'elle est: non pas le moyen, mais la récompense. Huit heures à la barre par jour et un régime de famine, cela ne paraîtra dur qu'à celles qui n'ont pas assez envie de danser. Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
13.

Quelle était leur attitude envers le repas?

 

1) Elles mangeaient tout ce qu’elles voulaient.

2) Elles mangeaient peu et avaient peur de grossir.

3) Elles avaient toujours faim.

4) Elles n’aimaient pas la cantine de l’école.


A l’école de ballet

 

Dès le lever, Plectrude attendait le coucher. L'instant où l'on confiait au lit sa carcasse douloureuse de fatigue pour l'y abandonner pendant la nuit était si voluptueux qu'on ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était la seule détente des fillettes; les repas, à l'opposé, étaient des moments d'angoisse. Les professeurs avaient tant diabolisé la nourriture qu'elle en paraissait alléchante, si médiocre fûtelle. Les enfants l'appréhendaient avec terreur, dégoûtées du désir qu'elle suscitait. Une bouchée avalée était une bouchée de trop. Très vite, Plectrude se posa des questions. Elle était venue dans cet établissement pour y devenir une danseuse, pas pour y perdre le goût de vivre au point de ne pas avoir d'idéal plus élevé que le sommeil. Ici, elle travaillait la danse du matin au soir, sans avoir le sentiment de danser: elle était comme un écrivain forcé de ne pas écrire et d'étudier la grammaire sans discontinuer. Certes, la grammaire est essentielle, mais seulement en vue de l'écriture: privée de son but, elle est un code stérile. Plectrude ne s'était jamais sentie aussi peu danseuse que depuis son arrivée à l'école des petits rats. Dans le cours de ballet qu'elle avait fréquenté les années précédentes, il y avait place pour de petites chorégraphies. Ici, on faisait des exercices, point final. La barre finissait par évoquer les galères.

Cette perplexité semblait partagée par beaucoup d'élèves. Aucune n'en parlait et, cependant, on sentait le découragement se répandre parmi les enfants.

Il y eut des abandons. Ils semblaient avoir été espérés par les autorités. Ces défections en entraînaient d'autres. Ce dégraissage spontané enchantait les maîtres et meurtrissait Plectrude, pour qui chaque départ équivalait à une mort.

Ce qui devait arriver arriva: elle fut tentée de partir. Ce qui l'en empêcha fut la sourde impression que sa mère le lui reprocherait et que même ses excellentes explications ne serviraient à rien.

Sans doute les chefs de l'école attendaient-ils l'abandon d'une liste déterminée de personnes car, du jour au lendemain, leur attitude changea. Les élèves furent convoquées dans une salle plus grande que d'habitude, où on leur tint d'abord ce langage:

— Vous avez dû observer, ces derniers temps, de nombreux départs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que nous les avons délibérément provoqués, nous n'aurons cependant pas l'hypocrisie de les regretter.

Il y eut un silence, sans doute dans le seul but de mettre les enfants mal à l’aise.

— Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser; plus exactement, elles ont montré qu'elles n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable. Savez-vous ce que certaines de ces filles ont déclaré, en annonçant leur abandon? Qu'elles étaient venues pour danser et qu'ici, on ne dansait pas. Qu'est-ce qu'elles s'imaginaient, celles-là? Qu'après- demain, elles nous interpréteraient «Le Lac des cygnes»?

— Danser, cela se mérite. Danser, danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde. A dire vrai, même sans public, même sans scène, danser est l'ivresse absolue. Une joie si profonde justifie les sacrifices les plus cruels. L'éducation que nous vous donnons ici tend à présenter la danse pour ce qu'elle est: non pas le moyen, mais la récompense. Huit heures à la barre par jour et un régime de famine, cela ne paraîtra dur qu'à celles qui n'ont pas assez envie de danser. Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
14.

Pourquoi Plectrude n’était-elle pas contente de l’école?

 

1) Elle vivait dans le pensionnat de l’école.

2) Elle n’avait pas d’amies.

3) Elle travaillait la danse, mais elle ne dansait pas.

4) Les professeurs étaient très sévères.


A l’école de ballet

 

Dès le lever, Plectrude attendait le coucher. L'instant où l'on confiait au lit sa carcasse douloureuse de fatigue pour l'y abandonner pendant la nuit était si voluptueux qu'on ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était la seule détente des fillettes; les repas, à l'opposé, étaient des moments d'angoisse. Les professeurs avaient tant diabolisé la nourriture qu'elle en paraissait alléchante, si médiocre fûtelle. Les enfants l'appréhendaient avec terreur, dégoûtées du désir qu'elle suscitait. Une bouchée avalée était une bouchée de trop. Très vite, Plectrude se posa des questions. Elle était venue dans cet établissement pour y devenir une danseuse, pas pour y perdre le goût de vivre au point de ne pas avoir d'idéal plus élevé que le sommeil. Ici, elle travaillait la danse du matin au soir, sans avoir le sentiment de danser: elle était comme un écrivain forcé de ne pas écrire et d'étudier la grammaire sans discontinuer. Certes, la grammaire est essentielle, mais seulement en vue de l'écriture: privée de son but, elle est un code stérile. Plectrude ne s'était jamais sentie aussi peu danseuse que depuis son arrivée à l'école des petits rats. Dans le cours de ballet qu'elle avait fréquenté les années précédentes, il y avait place pour de petites chorégraphies. Ici, on faisait des exercices, point final. La barre finissait par évoquer les galères.

Cette perplexité semblait partagée par beaucoup d'élèves. Aucune n'en parlait et, cependant, on sentait le découragement se répandre parmi les enfants.

Il y eut des abandons. Ils semblaient avoir été espérés par les autorités. Ces défections en entraînaient d'autres. Ce dégraissage spontané enchantait les maîtres et meurtrissait Plectrude, pour qui chaque départ équivalait à une mort.

Ce qui devait arriver arriva: elle fut tentée de partir. Ce qui l'en empêcha fut la sourde impression que sa mère le lui reprocherait et que même ses excellentes explications ne serviraient à rien.

Sans doute les chefs de l'école attendaient-ils l'abandon d'une liste déterminée de personnes car, du jour au lendemain, leur attitude changea. Les élèves furent convoquées dans une salle plus grande que d'habitude, où on leur tint d'abord ce langage:

— Vous avez dû observer, ces derniers temps, de nombreux départs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que nous les avons délibérément provoqués, nous n'aurons cependant pas l'hypocrisie de les regretter.

Il y eut un silence, sans doute dans le seul but de mettre les enfants mal à l’aise.

— Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser; plus exactement, elles ont montré qu'elles n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable. Savez-vous ce que certaines de ces filles ont déclaré, en annonçant leur abandon? Qu'elles étaient venues pour danser et qu'ici, on ne dansait pas. Qu'est-ce qu'elles s'imaginaient, celles-là? Qu'après- demain, elles nous interpréteraient «Le Lac des cygnes»?

— Danser, cela se mérite. Danser, danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde. A dire vrai, même sans public, même sans scène, danser est l'ivresse absolue. Une joie si profonde justifie les sacrifices les plus cruels. L'éducation que nous vous donnons ici tend à présenter la danse pour ce qu'elle est: non pas le moyen, mais la récompense. Huit heures à la barre par jour et un régime de famine, cela ne paraîtra dur qu'à celles qui n'ont pas assez envie de danser. Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
15.

Pourquoi Plectrude n’a-t-elle pas quitté l’école?

 

1) Elle savait que sa mère le lui reprocherait.

2) Elle a décidé de devenir une grande danseuse.

3) Elle a eu honte de partir.

4) Les professeurs le lui ont interdit.


A l’école de ballet

 

Dès le lever, Plectrude attendait le coucher. L'instant où l'on confiait au lit sa carcasse douloureuse de fatigue pour l'y abandonner pendant la nuit était si voluptueux qu'on ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était la seule détente des fillettes; les repas, à l'opposé, étaient des moments d'angoisse. Les professeurs avaient tant diabolisé la nourriture qu'elle en paraissait alléchante, si médiocre fûtelle. Les enfants l'appréhendaient avec terreur, dégoûtées du désir qu'elle suscitait. Une bouchée avalée était une bouchée de trop. Très vite, Plectrude se posa des questions. Elle était venue dans cet établissement pour y devenir une danseuse, pas pour y perdre le goût de vivre au point de ne pas avoir d'idéal plus élevé que le sommeil. Ici, elle travaillait la danse du matin au soir, sans avoir le sentiment de danser: elle était comme un écrivain forcé de ne pas écrire et d'étudier la grammaire sans discontinuer. Certes, la grammaire est essentielle, mais seulement en vue de l'écriture: privée de son but, elle est un code stérile. Plectrude ne s'était jamais sentie aussi peu danseuse que depuis son arrivée à l'école des petits rats. Dans le cours de ballet qu'elle avait fréquenté les années précédentes, il y avait place pour de petites chorégraphies. Ici, on faisait des exercices, point final. La barre finissait par évoquer les galères.

Cette perplexité semblait partagée par beaucoup d'élèves. Aucune n'en parlait et, cependant, on sentait le découragement se répandre parmi les enfants.

Il y eut des abandons. Ils semblaient avoir été espérés par les autorités. Ces défections en entraînaient d'autres. Ce dégraissage spontané enchantait les maîtres et meurtrissait Plectrude, pour qui chaque départ équivalait à une mort.

Ce qui devait arriver arriva: elle fut tentée de partir. Ce qui l'en empêcha fut la sourde impression que sa mère le lui reprocherait et que même ses excellentes explications ne serviraient à rien.

Sans doute les chefs de l'école attendaient-ils l'abandon d'une liste déterminée de personnes car, du jour au lendemain, leur attitude changea. Les élèves furent convoquées dans une salle plus grande que d'habitude, où on leur tint d'abord ce langage:

— Vous avez dû observer, ces derniers temps, de nombreux départs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que nous les avons délibérément provoqués, nous n'aurons cependant pas l'hypocrisie de les regretter.

Il y eut un silence, sans doute dans le seul but de mettre les enfants mal à l’aise.

— Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser; plus exactement, elles ont montré qu'elles n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable. Savez-vous ce que certaines de ces filles ont déclaré, en annonçant leur abandon? Qu'elles étaient venues pour danser et qu'ici, on ne dansait pas. Qu'est-ce qu'elles s'imaginaient, celles-là? Qu'après- demain, elles nous interpréteraient «Le Lac des cygnes»?

— Danser, cela se mérite. Danser, danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde. A dire vrai, même sans public, même sans scène, danser est l'ivresse absolue. Une joie si profonde justifie les sacrifices les plus cruels. L'éducation que nous vous donnons ici tend à présenter la danse pour ce qu'elle est: non pas le moyen, mais la récompense. Huit heures à la barre par jour et un régime de famine, cela ne paraîtra dur qu'à celles qui n'ont pas assez envie de danser. Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
16.

D’après les professeurs de l’école, quelles élèves ont abandonné l’école?

 

1) Celles qui n’ont pas su maigrir.

2) Celles qui n’ont pas pu s’habituer à vivre sans famille.

3) Celles qui étaient les plus faibles.

4) Celles qui n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable.


A l’école de ballet

 

Dès le lever, Plectrude attendait le coucher. L'instant où l'on confiait au lit sa carcasse douloureuse de fatigue pour l'y abandonner pendant la nuit était si voluptueux qu'on ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était la seule détente des fillettes; les repas, à l'opposé, étaient des moments d'angoisse. Les professeurs avaient tant diabolisé la nourriture qu'elle en paraissait alléchante, si médiocre fûtelle. Les enfants l'appréhendaient avec terreur, dégoûtées du désir qu'elle suscitait. Une bouchée avalée était une bouchée de trop. Très vite, Plectrude se posa des questions. Elle était venue dans cet établissement pour y devenir une danseuse, pas pour y perdre le goût de vivre au point de ne pas avoir d'idéal plus élevé que le sommeil. Ici, elle travaillait la danse du matin au soir, sans avoir le sentiment de danser: elle était comme un écrivain forcé de ne pas écrire et d'étudier la grammaire sans discontinuer. Certes, la grammaire est essentielle, mais seulement en vue de l'écriture: privée de son but, elle est un code stérile. Plectrude ne s'était jamais sentie aussi peu danseuse que depuis son arrivée à l'école des petits rats. Dans le cours de ballet qu'elle avait fréquenté les années précédentes, il y avait place pour de petites chorégraphies. Ici, on faisait des exercices, point final. La barre finissait par évoquer les galères.

Cette perplexité semblait partagée par beaucoup d'élèves. Aucune n'en parlait et, cependant, on sentait le découragement se répandre parmi les enfants.

Il y eut des abandons. Ils semblaient avoir été espérés par les autorités. Ces défections en entraînaient d'autres. Ce dégraissage spontané enchantait les maîtres et meurtrissait Plectrude, pour qui chaque départ équivalait à une mort.

Ce qui devait arriver arriva: elle fut tentée de partir. Ce qui l'en empêcha fut la sourde impression que sa mère le lui reprocherait et que même ses excellentes explications ne serviraient à rien.

Sans doute les chefs de l'école attendaient-ils l'abandon d'une liste déterminée de personnes car, du jour au lendemain, leur attitude changea. Les élèves furent convoquées dans une salle plus grande que d'habitude, où on leur tint d'abord ce langage:

— Vous avez dû observer, ces derniers temps, de nombreux départs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que nous les avons délibérément provoqués, nous n'aurons cependant pas l'hypocrisie de les regretter.

Il y eut un silence, sans doute dans le seul but de mettre les enfants mal à l’aise.

— Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser; plus exactement, elles ont montré qu'elles n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable. Savez-vous ce que certaines de ces filles ont déclaré, en annonçant leur abandon? Qu'elles étaient venues pour danser et qu'ici, on ne dansait pas. Qu'est-ce qu'elles s'imaginaient, celles-là? Qu'après- demain, elles nous interpréteraient «Le Lac des cygnes»?

— Danser, cela se mérite. Danser, danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde. A dire vrai, même sans public, même sans scène, danser est l'ivresse absolue. Une joie si profonde justifie les sacrifices les plus cruels. L'éducation que nous vous donnons ici tend à présenter la danse pour ce qu'elle est: non pas le moyen, mais la récompense. Huit heures à la barre par jour et un régime de famine, cela ne paraîtra dur qu'à celles qui n'ont pas assez envie de danser. Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
17.

Pour une vraie ballerine la danse est …

 

1) un moyen.

2) une galère.

3) un travail.

4) une récompense.


A l’école de ballet

 

Dès le lever, Plectrude attendait le coucher. L'instant où l'on confiait au lit sa carcasse douloureuse de fatigue pour l'y abandonner pendant la nuit était si voluptueux qu'on ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était la seule détente des fillettes; les repas, à l'opposé, étaient des moments d'angoisse. Les professeurs avaient tant diabolisé la nourriture qu'elle en paraissait alléchante, si médiocre fûtelle. Les enfants l'appréhendaient avec terreur, dégoûtées du désir qu'elle suscitait. Une bouchée avalée était une bouchée de trop. Très vite, Plectrude se posa des questions. Elle était venue dans cet établissement pour y devenir une danseuse, pas pour y perdre le goût de vivre au point de ne pas avoir d'idéal plus élevé que le sommeil. Ici, elle travaillait la danse du matin au soir, sans avoir le sentiment de danser: elle était comme un écrivain forcé de ne pas écrire et d'étudier la grammaire sans discontinuer. Certes, la grammaire est essentielle, mais seulement en vue de l'écriture: privée de son but, elle est un code stérile. Plectrude ne s'était jamais sentie aussi peu danseuse que depuis son arrivée à l'école des petits rats. Dans le cours de ballet qu'elle avait fréquenté les années précédentes, il y avait place pour de petites chorégraphies. Ici, on faisait des exercices, point final. La barre finissait par évoquer les galères.

Cette perplexité semblait partagée par beaucoup d'élèves. Aucune n'en parlait et, cependant, on sentait le découragement se répandre parmi les enfants.

Il y eut des abandons. Ils semblaient avoir été espérés par les autorités. Ces défections en entraînaient d'autres. Ce dégraissage spontané enchantait les maîtres et meurtrissait Plectrude, pour qui chaque départ équivalait à une mort.

Ce qui devait arriver arriva: elle fut tentée de partir. Ce qui l'en empêcha fut la sourde impression que sa mère le lui reprocherait et que même ses excellentes explications ne serviraient à rien.

Sans doute les chefs de l'école attendaient-ils l'abandon d'une liste déterminée de personnes car, du jour au lendemain, leur attitude changea. Les élèves furent convoquées dans une salle plus grande que d'habitude, où on leur tint d'abord ce langage:

— Vous avez dû observer, ces derniers temps, de nombreux départs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que nous les avons délibérément provoqués, nous n'aurons cependant pas l'hypocrisie de les regretter.

Il y eut un silence, sans doute dans le seul but de mettre les enfants mal à l’aise.

— Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser; plus exactement, elles ont montré qu'elles n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable. Savez-vous ce que certaines de ces filles ont déclaré, en annonçant leur abandon? Qu'elles étaient venues pour danser et qu'ici, on ne dansait pas. Qu'est-ce qu'elles s'imaginaient, celles-là? Qu'après- demain, elles nous interpréteraient «Le Lac des cygnes»?

— Danser, cela se mérite. Danser, danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde. A dire vrai, même sans public, même sans scène, danser est l'ivresse absolue. Une joie si profonde justifie les sacrifices les plus cruels. L'éducation que nous vous donnons ici tend à présenter la danse pour ce qu'elle est: non pas le moyen, mais la récompense. Huit heures à la barre par jour et un régime de famine, cela ne paraîtra dur qu'à celles qui n'ont pas assez envie de danser. Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
18.

Qu’est-ce que les professeurs n’ont pas dit aux élèves?

 

1) Bientôt les élèves de l’école vont interpréter Le Lac des Cygnes.

2) Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser.

3) Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

4) Danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde.


A l’école de ballet

 

Dès le lever, Plectrude attendait le coucher. L'instant où l'on confiait au lit sa carcasse douloureuse de fatigue pour l'y abandonner pendant la nuit était si voluptueux qu'on ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était la seule détente des fillettes; les repas, à l'opposé, étaient des moments d'angoisse. Les professeurs avaient tant diabolisé la nourriture qu'elle en paraissait alléchante, si médiocre fûtelle. Les enfants l'appréhendaient avec terreur, dégoûtées du désir qu'elle suscitait. Une bouchée avalée était une bouchée de trop. Très vite, Plectrude se posa des questions. Elle était venue dans cet établissement pour y devenir une danseuse, pas pour y perdre le goût de vivre au point de ne pas avoir d'idéal plus élevé que le sommeil. Ici, elle travaillait la danse du matin au soir, sans avoir le sentiment de danser: elle était comme un écrivain forcé de ne pas écrire et d'étudier la grammaire sans discontinuer. Certes, la grammaire est essentielle, mais seulement en vue de l'écriture: privée de son but, elle est un code stérile. Plectrude ne s'était jamais sentie aussi peu danseuse que depuis son arrivée à l'école des petits rats. Dans le cours de ballet qu'elle avait fréquenté les années précédentes, il y avait place pour de petites chorégraphies. Ici, on faisait des exercices, point final. La barre finissait par évoquer les galères.

Cette perplexité semblait partagée par beaucoup d'élèves. Aucune n'en parlait et, cependant, on sentait le découragement se répandre parmi les enfants.

Il y eut des abandons. Ils semblaient avoir été espérés par les autorités. Ces défections en entraînaient d'autres. Ce dégraissage spontané enchantait les maîtres et meurtrissait Plectrude, pour qui chaque départ équivalait à une mort.

Ce qui devait arriver arriva: elle fut tentée de partir. Ce qui l'en empêcha fut la sourde impression que sa mère le lui reprocherait et que même ses excellentes explications ne serviraient à rien.

Sans doute les chefs de l'école attendaient-ils l'abandon d'une liste déterminée de personnes car, du jour au lendemain, leur attitude changea. Les élèves furent convoquées dans une salle plus grande que d'habitude, où on leur tint d'abord ce langage:

— Vous avez dû observer, ces derniers temps, de nombreux départs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que nous les avons délibérément provoqués, nous n'aurons cependant pas l'hypocrisie de les regretter.

Il y eut un silence, sans doute dans le seul but de mettre les enfants mal à l’aise.

— Celles qui sont parties ont prouvé qu'elles n'avaient pas vraiment envie de danser; plus exactement, elles ont montré qu'elles n'avaient pas la patience nécessaire à une danseuse véritable. Savez-vous ce que certaines de ces filles ont déclaré, en annonçant leur abandon? Qu'elles étaient venues pour danser et qu'ici, on ne dansait pas. Qu'est-ce qu'elles s'imaginaient, celles-là? Qu'après- demain, elles nous interpréteraient «Le Lac des cygnes»?

— Danser, cela se mérite. Danser, danser sur une scène devant un public, est le plus grand bonheur du monde. A dire vrai, même sans public, même sans scène, danser est l'ivresse absolue. Une joie si profonde justifie les sacrifices les plus cruels. L'éducation que nous vous donnons ici tend à présenter la danse pour ce qu'elle est: non pas le moyen, mais la récompense. Huit heures à la barre par jour et un régime de famine, cela ne paraîtra dur qu'à celles qui n'ont pas assez envie de danser. Alors, que celles qui veulent encore partir partent!

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово RESPECTER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Et si vous mettiez votre chien au bio?

 

Pour les maîtres adeptes du bio dans leur vie quotidienne, il semble logique de __________________ l’environnement jusque dans l’alimentation de leur chien. D’ailleurs, on ne voit pas bien pourquoi Médor se porterait plus mal en mangeant des aliments 100% naturels et fabriqués en respect avec la nature ... au contraire!

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ELLE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Bon point pour les marques spécialistes du bio: __________________ proposent des croquettes adaptées à la morphologie et aux besoins du chien selon la race.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ÊTRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Mais il y a un mais: les croquettes bio __________________ en moyenne 2 à 4 fois plus chères que les croquettes traditionnelles type Pedigree.

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово SPÉCIALISER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Vous êtes allergique à l’art?

Le musée Saint-Raymond de Toulouse__________________ dans les antiquités. Il aime la difficulté.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CELUI так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il veut absolument proposer en 2017 “une visite pour __________________ qui n’aiment pas les musées”. Il a déjà fait phosphorer ses spécialistes sur la question mais veut absolument soumettre son “brouillon” à des experts irréfutables, de vrais réfractaires.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово TOUT так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le musée recherche cinq personnes, âgées de 18 à 45 ans, pour une visite “privée” à faire en __________________

objectivitéle vendredi 23 décembre à 14 heures.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CADEAU так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Des petits __________________ sont prévus pour ceux qui se feront violence ou prendront le risque de changer d’avis.

26.

Образуйте от слова POSSIBLE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

La voiture en ville

 

 

Dans la majorité des villes du monde, garer sa voiture est devenu mission __________________ parce qu’il est très difficile de trouver une place.

27.

Образуйте от слова INTERDIRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Comme il y a beaucoup d’__________________ de stationner et que les parkings à étages n’existent pas dans toutes les villes, les automobilistes se garent où ils peuvent et payent très souvent des amendes.

28.

Образуйте от слова STATIONNER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

A cause de ces problèmes de __________________, c’est toute la mobilité en ville qui devient compliquée. Très souvent,

puisqu’on ne peut pas se garer, on évite de se déplacer.

29.

Образуйте от слова HABITER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Au Québec, dans la ville de Rimouski, le même problème existe selon la plupart des __________________. Ils voient un parking à étages comme une solution.

30.

Образуйте от слова ÉTUDIER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

En Suisse, les automobilistes qui vivent ce problème au quotidien, sont des personnes qui vivent en banlieue, en périphérie, et qui travaillent au centre-ville. Une __________________ récente montre que beaucoup de ces gens

31.

Образуйте от слова TRAVAILLER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

n’ont pas de place de parking assurée quand ils arrivent sur leur lieu de __________________. C’est le cas pour 35% des personnes qui travaillent à Lausanne et 36% à Genève.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) petite

2) grande

3) moyenne

4) cadette


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) le

2) lui

3) elle

4) y


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) par

2) pour

3) car

4) pourque


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) profondément

2) joyeusement

3) malheureusement

4) couramment


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) tas

2) beaucoup

3) multiples

4) énormément


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) a

2) est

3) va

4) vient


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) livre

2) roman

3) récit

4) lecture


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

39.

Vous avez reçu une lettre de votre ami français, où Oscar vous a écrit :

 

…Mes parents n’aiment pas quand mes amis viennent chez moi. Mon père les trouvent peu intéressants et même effrayants parce qu’ils sont tous vêtus en noir. Ma mère dit que mes amis ne font rien et m’empêchent de faire mes études. Elle a peur que je prenne de mauvaises habitudes et que je commence à me droguer. Inutile de leur dire que mes amis sont des types formidables et ils portent des vêtements noirs comme marque de notre communauté !

As-tu beaucoup d’amis ? Sors-tu souvent avec eux ? Comment convaincre mes parents d’accepter mes relations?..

 

… Ecrivez une lettre à Oscar , répondez à ses questions et posez-lui 3 questions sur ses loisirs. (Еn 100–140 mots)

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Beaucoup de gens connaissent mal leur patrie, parce qu’ils voyagent très peu à travers leur pays.

2. Lire un livre est plus intéressant et utile que regarder un film.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lire à votre ami. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

Malgré son statut de fait proverbial, la mémoire d'un poisson rouge n'est pas de quelques secondes. Une recherche a démontré hors de tout doute raisonnable que les poissons rouges ont une durée de mémoire d'au moins trois mois et permet de distinguer les différentes formes, les couleurs et les sons. Ils ont été formés pour pousser un levier pour gagner une récompense alimentaire; lorsque le levier a été fixé à travailler seulement pendant une heure précise par jour, les poissons ont vite appris à l'activer au bon moment. Un certain nombre d'études similaires ont montré que les poissons d'élevage peuvent facilement être formés pour nourrir à des moments et des endroits particuliers en réponse à un signal sonore.

Les poissons rouges ne nagent pas dans le côté de la cuvette, non pas parce qu'ils peuvent voir, mais parce qu'ils utilisent un système de détection de pression appelé la ligne latérale. Certaines espèces de poissons aveugles de grotte sont en mesure de naviguer parfaitement dans leur environnement sans lumière en utilisant leur système de la ligne latérale seul.

42.

Observez ce document.

 

 

Vous avez dècidè visiter le fitness club et vous cherchez l'information. Dans 1 mn 30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir :

 

1) carte de membre

2) les formations

3) les heures de travail

4) s'ils ont gain de masse musculaire programmes

5) d'hôtes de passe

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quels types de transport présentés sur les photos vous préférez

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.