№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 37011

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A (Numéro 1)–F (Numéro 6) и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды.

 

 

1. La chanson «Caravane» a retenu mon attention.

2. Pour moi, Raphaël est un poète des temps modernes.

3. Je pense que Raphaël chante comme on parle.

4. Quand j'écoute ses chansons je me sens agressé.

5. Raphaël adore imaginer les voyages, feuilleter un atlas.

6. Dans sa nouvelle chanson il a mis du violon. C'est super!

7. Tout en étant une grande star, Raphaël reste normal et discret.

 

 

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Marie va faire du cinéma.

B. Marie va jouer le rôle principal.

C. Félix apprécie beaucoup le projet de Marie.

D. Marie fait ses études en seconde.

E. Marie a fait du théâtre au collège.

F. Félix est inquiet pour Marie.

G. Marie fait ses études à la faculté des lettres.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

D'après Hélène Soumet, pourquoi certains élèves craignent de ne pas réussir en philosophie?

 

1) Les textes philosophiques sont assez compliqués avec beaucoup de termes difficiles.

2) Pour réussir, il faudra étudier une énorme quantité de textes.

3) La philosophie n'est pas une science exacte, elle ne donne pas de réponses précises.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

D'après Hélène Soumet, un texte philosophique ...

 

1) ressemble à un texte littéraire.

2) n'a rien à voir avec un texte littéraire.

3) est plus facile à lire qu'un texte littéraire.

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quelle qualité nécessaire pour réussir en philosophie évoque Hélène Soumet?

 

1) L'assiduité

2) L'intelligence

3) La modestie

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Comment apprendre aux élèves à penser?

 

1) En lisant tout seul des textes des grands auteurs.

2) En réfléchissant aux problèmes de l'humanité.

3) En discutant en classe, avec le professeur, des textes de philosophie.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quelle est la méthodologie de l'étude des oeuvres des grands philosophes ?

 

1) Étudier un grand nombre de travaux à la fois.

2) Progresser étape par étape.

3) Noter ses propres pensées, écrire des essais.

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Qu’est-ce que ça veut dire une bonne copie en philosophie ?

 

1) C’est une copie qui contient des idées de l'élève.

2) C’est une copie précise et bien structurée.

3) C’est une copie qui présente des exemples de la vie personnelle de l'élève.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Le taux de réussite aux examens de philosophie est...

 

1) haut.

2) bas.

3) moyen.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Une nouvelle fonction critiquée

2. Double connexion à la recherche de la sécurité

3. Le smartphone dans le rôle de télécommande

4. Comment vivre en famille avec les écrans ?

5. Arracher un enfant à son jeu vidéo

6. Une tablette qui peut tout!

7. Jouer de manière équilibrée

8. Nouvelles applications pour réviser sur téléphone

 

A. Comment faire quand on est dans son canapé avec la télécommande hors de portée de main et qu'on ne veut pas voir la publicité ? Yamine Bena, fondateur et programmateur de FreeMute, a mis en place un système qui permet de couper le son de la télévision lors des plages de publicité. Son concept ? Que l'utilisateur siffle ou claque des mains à proximité de son téléphone. Le téléphone doit être un smartphone, et il faut que la télévision soit branchée à une box internet.

 

B. Jeux de mémoire, alphabets, puzzles, histoires à écouter et à lire, cours de musique, énigmes… : les contenus ludo-éducatifs conçus pour les tablettes numériques ne cessent de se multiplier. La variété des « applications » destinées aux enfants et les possibilités offertes par les tablettes sont étonnantes !

 

C. Le réseau social inclut désormais la reconnaissance faciale qui permet aux utilisateurs d'identifier automatiquement leurs amis sur des photos. On critique fort Facebook qui a mis en ligne une fonction de reconnaissance faciale permettant aux utilisateurs d'identifier automatiquement leurs amis sur le réseau social.

 

D. Victime d'une spectaculaire attaque informatique la semaine dernière, Twitter étudie la possibilité de renforcer son dispositif de sécurité. Le nouveau système de connexion fonctionnerait en deux temps. Le mot de passe du compte Twitter ne suffirait plus pour se connecter et pourrait être secondé par un code d'accès transmis à la personne directement sur son téléphone portable.

 

E. Certains parents se font obéir facilement quand ils demandent à leur enfant d’arrêter leur jeu vidéo. D’autres ont beaucoup plus de mal. C'est aux parents d'imposer aux enfants d'arrêter de jouer car ils sont encore « trop petits » pour réussir à décrocher seuls.

 

F. Le repas familial, moment privilégié où tous se rassemblent. Les parents peuvent facilement exiger que les écrans en soient absents. C’est aux écrans de s’adapter au rythme de la famille et pas l’inverse ! De même, l’école demeure prioritaire : les écrans passent après les devoirs, l’heure du coucher ne se décale pas, etc. Et le temps passé devant un écran s’additionne à celui passé devant un autre.

 

G. 61% des parents déclarent que le téléphone portable est une source de conflit avec leur enfant et ils sont 68% à l'interdire pendant le temps des repas ou des devoirs. Mais ces chiffres pourraient bien changer si ce téléphone était utilisé pour s'entraîner en maths, par exemple, ou réviser le brevet des collèges… grâce aux applications mises récemment sur le marché.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

L’Assemblée nationale vient de rendre obligatoire l'apprentissage de l'hymne national dans le primaire. Ce qu’exige la loi, c'est non pas d'apprendre «La Marseillaise» par coeur, mais de l'enseigner. L'hymne national doit être appris A_______________________, par exemple: on étudie les mots, l'histoire du poète, l’époque. On tourne autour du texte. Il ne s'agit pas, chaque matin, de mettre les enfants en rang par deux dans la cour de l’école pour chanter «La Marseillaise». Mais l’école a un rôle primordial dans la transmission des valeurs de la République. II est donc normal d'enseigner l'hymne national qui les exalte, de redire B_______________________, c’est-à-dire la liberté individuelle et le respect de l'autre.

Les paroles de ce chant sont guerrières, mais on ne croit pas C_______________________. Ils voient des choses beaucoup plus violentes à la télévision. Il ne faut pas attendre le collège pour étudier «La Marseillaise». L’adhésion à l’idée de la République commence D_______________________. Dans le primaire, les élèves n'ont pas encore de convictions bien affirmées. Si l’école ne peut pas parler des valeurs de la République, alors on a un problème! La loi impose seulement E_______________________. Ensuite, l’éducation nationale décidera de la manière F_______________________. L'enseignement de «La Marseillaise» permet, en partie, de répondre à l'enjeu de l'assimilation des populations extérieures sur le territoire national.

 

1. que nous vivons ensemble

2. quelles sont ces valeurs

3. dont ce sera fait

4. quand on est tout jeune

5. que les enfants du primaire seront traumatisés

6. que les cours comprennent l'enseignement de «La Marseillaise»

7. comme on le ferait avec un poème de Prévert

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Ce jour-là le guide a un groupe...

 

1) d'écoliers

2) de lycéens.

3) d'étudiants.

4) d'adultes.


Au jardin de l’Observatoire

 

Le guide était un homme heureux. On était vendredi et il menait son dernier carré de visiteurs. Les autres jours de la semaine, l'Observatoire recevait surtout des groupes de scolaires, des bambins surexcités qui couraient en tous sens, quand ce n'étaient pas des adolescents blasés, l'oreille et l'œil rivés sur leur portable. Rien à voir avec les jeunes retraités et les bénéficiaires des RTT qui formaient le public d'aujourd'hui. Des visiteurs attentifs, bien éduqués, prêts à écouter religieusement la moindre parole qui tomberait de sa bouche.

— D'abord, bienvenue à tous à l'Observatoire de Paris. Un édifice d'exception dont la construction fut décidée en 1666 par le grand Louis XIV et son non moins grand collaborateur... j'ai cité... Colbert.

Des murmures d'approbation bruissaient déjà. Qui ne connaissait pas le Roi-Soleil et son infatigable ministre ? Un long sourire s'ébaucha sur le visage poupin du guide. Il tenait son public en main. Un peu d'emphase, un soupçon de suspense et le tour était joué.

— Dès 1667, le chantier commença sous la direction de Perrault.

— Perrault, celui du Chaperon rouge? interrogea aussitôt une voix anonyme.

Le guide laissa planer le doute un instant. Il adorait quand il était ainsi le

centre de la curiosité générale.

— Bien vu, mais non. Il ne s'agit pas de Charles Perrault, l'immortel écrivain... mais de Claude, son frère, architecte du roi, le bâtisseur de cette merveille.

Et d'un geste ample de la main, il désigna la façade de l'Observatoire. A cet instant précis, son plaisir était de contempler les visages ravis et reconnaissants des visiteurs. Sa joie fut subitement tempérée par l'ingratitude visible d'une femme d'une cinquantaine d'années qui consultait son téléphone. Les jambes nues vissées sur de hauts talons, les cheveux courts, roux, le visage anguleux, elle pianotait avec dextérité sur son clavier tactile sans se soucier de la visite. Le guide haussa les épaules.

— Je vous invite maintenant à entrer dans ce bâtiment. Je passe en dernier pour refermer la porte.

Le groupe se mit en mouvement. L'inconnue ne bougea pas. Sur son écran, la page d'accueil de Facebook venait d'apparaître. Elle remonta le fil d'actualité. Depuis l'automne, FB avait intégré à ses services une fonction de géolocalisation. En moins d'une seconde, une carte et un nom de lieu révélaient votre position exacte n'importe où sur la planète. Jamais plus vous ne seriez perdus. Jamais plus on ne vous perdrait.

Les deux derniers envois s'affichèrent :

David est à : Jardin du Luxembourg

Lucas est à : La Closerie des Lilas

— La visite ne semble guère vous intéresser, madame ?

Le guide venait de surgir, un sourire en lame de faucille entre les oreilles. Il n'allait faire qu'une bouchée de cette insolente.

— La visite ? (L'inconnue parut réfléchir.) En fait, je suis très surprise que vous n'ayez pas fait mention de la légende qui hante les lieux.

— Une légende ? (Le guide redressa l'amas graisseux qui lui servait de menton.) À l'Observatoire, dans ce temple de la Science ?

— Même les lieux dédiés à la lumière ont une part obscure. Vous ne savez pas qu'ici se dressait le château de Vauvert au Moyen Age ? C'est pourtant dans n'importe quel guide touristique de Paris bien informé.

— Quel château ?

L'inconnue fit claquer le boîtier de son portable.

— Celui du diable.

 

D'après Giacometti Ravenne, "Le septième templier".

 

13.

Le guide préfère travailler avec...

 

1) les enfants.

2) les adolescents.

3) les adultes.

4) les étrangers.


Au jardin de l’Observatoire

 

Le guide était un homme heureux. On était vendredi et il menait son dernier carré de visiteurs. Les autres jours de la semaine, l'Observatoire recevait surtout des groupes de scolaires, des bambins surexcités qui couraient en tous sens, quand ce n'étaient pas des adolescents blasés, l'oreille et l'œil rivés sur leur portable. Rien à voir avec les jeunes retraités et les bénéficiaires des RTT qui formaient le public d'aujourd'hui. Des visiteurs attentifs, bien éduqués, prêts à écouter religieusement la moindre parole qui tomberait de sa bouche.

— D'abord, bienvenue à tous à l'Observatoire de Paris. Un édifice d'exception dont la construction fut décidée en 1666 par le grand Louis XIV et son non moins grand collaborateur... j'ai cité... Colbert.

Des murmures d'approbation bruissaient déjà. Qui ne connaissait pas le Roi-Soleil et son infatigable ministre ? Un long sourire s'ébaucha sur le visage poupin du guide. Il tenait son public en main. Un peu d'emphase, un soupçon de suspense et le tour était joué.

— Dès 1667, le chantier commença sous la direction de Perrault.

— Perrault, celui du Chaperon rouge? interrogea aussitôt une voix anonyme.

Le guide laissa planer le doute un instant. Il adorait quand il était ainsi le

centre de la curiosité générale.

— Bien vu, mais non. Il ne s'agit pas de Charles Perrault, l'immortel écrivain... mais de Claude, son frère, architecte du roi, le bâtisseur de cette merveille.

Et d'un geste ample de la main, il désigna la façade de l'Observatoire. A cet instant précis, son plaisir était de contempler les visages ravis et reconnaissants des visiteurs. Sa joie fut subitement tempérée par l'ingratitude visible d'une femme d'une cinquantaine d'années qui consultait son téléphone. Les jambes nues vissées sur de hauts talons, les cheveux courts, roux, le visage anguleux, elle pianotait avec dextérité sur son clavier tactile sans se soucier de la visite. Le guide haussa les épaules.

— Je vous invite maintenant à entrer dans ce bâtiment. Je passe en dernier pour refermer la porte.

Le groupe se mit en mouvement. L'inconnue ne bougea pas. Sur son écran, la page d'accueil de Facebook venait d'apparaître. Elle remonta le fil d'actualité. Depuis l'automne, FB avait intégré à ses services une fonction de géolocalisation. En moins d'une seconde, une carte et un nom de lieu révélaient votre position exacte n'importe où sur la planète. Jamais plus vous ne seriez perdus. Jamais plus on ne vous perdrait.

Les deux derniers envois s'affichèrent :

David est à : Jardin du Luxembourg

Lucas est à : La Closerie des Lilas

— La visite ne semble guère vous intéresser, madame ?

Le guide venait de surgir, un sourire en lame de faucille entre les oreilles. Il n'allait faire qu'une bouchée de cette insolente.

— La visite ? (L'inconnue parut réfléchir.) En fait, je suis très surprise que vous n'ayez pas fait mention de la légende qui hante les lieux.

— Une légende ? (Le guide redressa l'amas graisseux qui lui servait de menton.) À l'Observatoire, dans ce temple de la Science ?

— Même les lieux dédiés à la lumière ont une part obscure. Vous ne savez pas qu'ici se dressait le château de Vauvert au Moyen Age ? C'est pourtant dans n'importe quel guide touristique de Paris bien informé.

— Quel château ?

L'inconnue fit claquer le boîtier de son portable.

— Celui du diable.

 

D'après Giacometti Ravenne, "Le septième templier".

 

14.

La personnalité du roi Louis XIV est...

 

1) connue par la plupart de touristes.

2) admirée par certains touristes.

3) détestée par beaucoup de touristes.

4) inconnu à la plupart du groupe.


Au jardin de l’Observatoire

 

Le guide était un homme heureux. On était vendredi et il menait son dernier carré de visiteurs. Les autres jours de la semaine, l'Observatoire recevait surtout des groupes de scolaires, des bambins surexcités qui couraient en tous sens, quand ce n'étaient pas des adolescents blasés, l'oreille et l'œil rivés sur leur portable. Rien à voir avec les jeunes retraités et les bénéficiaires des RTT qui formaient le public d'aujourd'hui. Des visiteurs attentifs, bien éduqués, prêts à écouter religieusement la moindre parole qui tomberait de sa bouche.

— D'abord, bienvenue à tous à l'Observatoire de Paris. Un édifice d'exception dont la construction fut décidée en 1666 par le grand Louis XIV et son non moins grand collaborateur... j'ai cité... Colbert.

Des murmures d'approbation bruissaient déjà. Qui ne connaissait pas le Roi-Soleil et son infatigable ministre ? Un long sourire s'ébaucha sur le visage poupin du guide. Il tenait son public en main. Un peu d'emphase, un soupçon de suspense et le tour était joué.

— Dès 1667, le chantier commença sous la direction de Perrault.

— Perrault, celui du Chaperon rouge? interrogea aussitôt une voix anonyme.

Le guide laissa planer le doute un instant. Il adorait quand il était ainsi le

centre de la curiosité générale.

— Bien vu, mais non. Il ne s'agit pas de Charles Perrault, l'immortel écrivain... mais de Claude, son frère, architecte du roi, le bâtisseur de cette merveille.

Et d'un geste ample de la main, il désigna la façade de l'Observatoire. A cet instant précis, son plaisir était de contempler les visages ravis et reconnaissants des visiteurs. Sa joie fut subitement tempérée par l'ingratitude visible d'une femme d'une cinquantaine d'années qui consultait son téléphone. Les jambes nues vissées sur de hauts talons, les cheveux courts, roux, le visage anguleux, elle pianotait avec dextérité sur son clavier tactile sans se soucier de la visite. Le guide haussa les épaules.

— Je vous invite maintenant à entrer dans ce bâtiment. Je passe en dernier pour refermer la porte.

Le groupe se mit en mouvement. L'inconnue ne bougea pas. Sur son écran, la page d'accueil de Facebook venait d'apparaître. Elle remonta le fil d'actualité. Depuis l'automne, FB avait intégré à ses services une fonction de géolocalisation. En moins d'une seconde, une carte et un nom de lieu révélaient votre position exacte n'importe où sur la planète. Jamais plus vous ne seriez perdus. Jamais plus on ne vous perdrait.

Les deux derniers envois s'affichèrent :

David est à : Jardin du Luxembourg

Lucas est à : La Closerie des Lilas

— La visite ne semble guère vous intéresser, madame ?

Le guide venait de surgir, un sourire en lame de faucille entre les oreilles. Il n'allait faire qu'une bouchée de cette insolente.

— La visite ? (L'inconnue parut réfléchir.) En fait, je suis très surprise que vous n'ayez pas fait mention de la légende qui hante les lieux.

— Une légende ? (Le guide redressa l'amas graisseux qui lui servait de menton.) À l'Observatoire, dans ce temple de la Science ?

— Même les lieux dédiés à la lumière ont une part obscure. Vous ne savez pas qu'ici se dressait le château de Vauvert au Moyen Age ? C'est pourtant dans n'importe quel guide touristique de Paris bien informé.

— Quel château ?

L'inconnue fit claquer le boîtier de son portable.

— Celui du diable.

 

D'après Giacometti Ravenne, "Le septième templier".

 

15.

Pourquoi le guide n'a pas tout de suite répondu à la question sur Perrault?

 

1) Il ne connaissait pas la réponse.

2) Il a trouvé cette question insolante.

3) Il voulait donner aux autres la possibilité de répondre.

4) Il voulait attirer l'attention.


Au jardin de l’Observatoire

 

Le guide était un homme heureux. On était vendredi et il menait son dernier carré de visiteurs. Les autres jours de la semaine, l'Observatoire recevait surtout des groupes de scolaires, des bambins surexcités qui couraient en tous sens, quand ce n'étaient pas des adolescents blasés, l'oreille et l'œil rivés sur leur portable. Rien à voir avec les jeunes retraités et les bénéficiaires des RTT qui formaient le public d'aujourd'hui. Des visiteurs attentifs, bien éduqués, prêts à écouter religieusement la moindre parole qui tomberait de sa bouche.

— D'abord, bienvenue à tous à l'Observatoire de Paris. Un édifice d'exception dont la construction fut décidée en 1666 par le grand Louis XIV et son non moins grand collaborateur... j'ai cité... Colbert.

Des murmures d'approbation bruissaient déjà. Qui ne connaissait pas le Roi-Soleil et son infatigable ministre ? Un long sourire s'ébaucha sur le visage poupin du guide. Il tenait son public en main. Un peu d'emphase, un soupçon de suspense et le tour était joué.

— Dès 1667, le chantier commença sous la direction de Perrault.

— Perrault, celui du Chaperon rouge? interrogea aussitôt une voix anonyme.

Le guide laissa planer le doute un instant. Il adorait quand il était ainsi le

centre de la curiosité générale.

— Bien vu, mais non. Il ne s'agit pas de Charles Perrault, l'immortel écrivain... mais de Claude, son frère, architecte du roi, le bâtisseur de cette merveille.

Et d'un geste ample de la main, il désigna la façade de l'Observatoire. A cet instant précis, son plaisir était de contempler les visages ravis et reconnaissants des visiteurs. Sa joie fut subitement tempérée par l'ingratitude visible d'une femme d'une cinquantaine d'années qui consultait son téléphone. Les jambes nues vissées sur de hauts talons, les cheveux courts, roux, le visage anguleux, elle pianotait avec dextérité sur son clavier tactile sans se soucier de la visite. Le guide haussa les épaules.

— Je vous invite maintenant à entrer dans ce bâtiment. Je passe en dernier pour refermer la porte.

Le groupe se mit en mouvement. L'inconnue ne bougea pas. Sur son écran, la page d'accueil de Facebook venait d'apparaître. Elle remonta le fil d'actualité. Depuis l'automne, FB avait intégré à ses services une fonction de géolocalisation. En moins d'une seconde, une carte et un nom de lieu révélaient votre position exacte n'importe où sur la planète. Jamais plus vous ne seriez perdus. Jamais plus on ne vous perdrait.

Les deux derniers envois s'affichèrent :

David est à : Jardin du Luxembourg

Lucas est à : La Closerie des Lilas

— La visite ne semble guère vous intéresser, madame ?

Le guide venait de surgir, un sourire en lame de faucille entre les oreilles. Il n'allait faire qu'une bouchée de cette insolente.

— La visite ? (L'inconnue parut réfléchir.) En fait, je suis très surprise que vous n'ayez pas fait mention de la légende qui hante les lieux.

— Une légende ? (Le guide redressa l'amas graisseux qui lui servait de menton.) À l'Observatoire, dans ce temple de la Science ?

— Même les lieux dédiés à la lumière ont une part obscure. Vous ne savez pas qu'ici se dressait le château de Vauvert au Moyen Age ? C'est pourtant dans n'importe quel guide touristique de Paris bien informé.

— Quel château ?

L'inconnue fit claquer le boîtier de son portable.

— Celui du diable.

 

D'après Giacometti Ravenne, "Le septième templier".

 

16.

Dans le groupe il y avait...

 

1) une personne désintéressée.

2) plusieures personnes désintéressées.

3) une seule personne intéressée.

4) plusieures personnes ayant plus de connaissances que le guide.


Au jardin de l’Observatoire

 

Le guide était un homme heureux. On était vendredi et il menait son dernier carré de visiteurs. Les autres jours de la semaine, l'Observatoire recevait surtout des groupes de scolaires, des bambins surexcités qui couraient en tous sens, quand ce n'étaient pas des adolescents blasés, l'oreille et l'œil rivés sur leur portable. Rien à voir avec les jeunes retraités et les bénéficiaires des RTT qui formaient le public d'aujourd'hui. Des visiteurs attentifs, bien éduqués, prêts à écouter religieusement la moindre parole qui tomberait de sa bouche.

— D'abord, bienvenue à tous à l'Observatoire de Paris. Un édifice d'exception dont la construction fut décidée en 1666 par le grand Louis XIV et son non moins grand collaborateur... j'ai cité... Colbert.

Des murmures d'approbation bruissaient déjà. Qui ne connaissait pas le Roi-Soleil et son infatigable ministre ? Un long sourire s'ébaucha sur le visage poupin du guide. Il tenait son public en main. Un peu d'emphase, un soupçon de suspense et le tour était joué.

— Dès 1667, le chantier commença sous la direction de Perrault.

— Perrault, celui du Chaperon rouge? interrogea aussitôt une voix anonyme.

Le guide laissa planer le doute un instant. Il adorait quand il était ainsi le

centre de la curiosité générale.

— Bien vu, mais non. Il ne s'agit pas de Charles Perrault, l'immortel écrivain... mais de Claude, son frère, architecte du roi, le bâtisseur de cette merveille.

Et d'un geste ample de la main, il désigna la façade de l'Observatoire. A cet instant précis, son plaisir était de contempler les visages ravis et reconnaissants des visiteurs. Sa joie fut subitement tempérée par l'ingratitude visible d'une femme d'une cinquantaine d'années qui consultait son téléphone. Les jambes nues vissées sur de hauts talons, les cheveux courts, roux, le visage anguleux, elle pianotait avec dextérité sur son clavier tactile sans se soucier de la visite. Le guide haussa les épaules.

— Je vous invite maintenant à entrer dans ce bâtiment. Je passe en dernier pour refermer la porte.

Le groupe se mit en mouvement. L'inconnue ne bougea pas. Sur son écran, la page d'accueil de Facebook venait d'apparaître. Elle remonta le fil d'actualité. Depuis l'automne, FB avait intégré à ses services une fonction de géolocalisation. En moins d'une seconde, une carte et un nom de lieu révélaient votre position exacte n'importe où sur la planète. Jamais plus vous ne seriez perdus. Jamais plus on ne vous perdrait.

Les deux derniers envois s'affichèrent :

David est à : Jardin du Luxembourg

Lucas est à : La Closerie des Lilas

— La visite ne semble guère vous intéresser, madame ?

Le guide venait de surgir, un sourire en lame de faucille entre les oreilles. Il n'allait faire qu'une bouchée de cette insolente.

— La visite ? (L'inconnue parut réfléchir.) En fait, je suis très surprise que vous n'ayez pas fait mention de la légende qui hante les lieux.

— Une légende ? (Le guide redressa l'amas graisseux qui lui servait de menton.) À l'Observatoire, dans ce temple de la Science ?

— Même les lieux dédiés à la lumière ont une part obscure. Vous ne savez pas qu'ici se dressait le château de Vauvert au Moyen Age ? C'est pourtant dans n'importe quel guide touristique de Paris bien informé.

— Quel château ?

L'inconnue fit claquer le boîtier de son portable.

— Celui du diable.

 

D'après Giacometti Ravenne, "Le septième templier".

 

17.

La dame qui consultait son téléphone, qu'est-ce qu'elle faisait?

 

1) Elle écrivait un message.

2) Elle rédigeait son profil sur Facebook.

3) Elle cherchait d'autres personnes sur la carte.

4) Elle installait une application.


Au jardin de l’Observatoire

 

Le guide était un homme heureux. On était vendredi et il menait son dernier carré de visiteurs. Les autres jours de la semaine, l'Observatoire recevait surtout des groupes de scolaires, des bambins surexcités qui couraient en tous sens, quand ce n'étaient pas des adolescents blasés, l'oreille et l'œil rivés sur leur portable. Rien à voir avec les jeunes retraités et les bénéficiaires des RTT qui formaient le public d'aujourd'hui. Des visiteurs attentifs, bien éduqués, prêts à écouter religieusement la moindre parole qui tomberait de sa bouche.

— D'abord, bienvenue à tous à l'Observatoire de Paris. Un édifice d'exception dont la construction fut décidée en 1666 par le grand Louis XIV et son non moins grand collaborateur... j'ai cité... Colbert.

Des murmures d'approbation bruissaient déjà. Qui ne connaissait pas le Roi-Soleil et son infatigable ministre ? Un long sourire s'ébaucha sur le visage poupin du guide. Il tenait son public en main. Un peu d'emphase, un soupçon de suspense et le tour était joué.

— Dès 1667, le chantier commença sous la direction de Perrault.

— Perrault, celui du Chaperon rouge? interrogea aussitôt une voix anonyme.

Le guide laissa planer le doute un instant. Il adorait quand il était ainsi le

centre de la curiosité générale.

— Bien vu, mais non. Il ne s'agit pas de Charles Perrault, l'immortel écrivain... mais de Claude, son frère, architecte du roi, le bâtisseur de cette merveille.

Et d'un geste ample de la main, il désigna la façade de l'Observatoire. A cet instant précis, son plaisir était de contempler les visages ravis et reconnaissants des visiteurs. Sa joie fut subitement tempérée par l'ingratitude visible d'une femme d'une cinquantaine d'années qui consultait son téléphone. Les jambes nues vissées sur de hauts talons, les cheveux courts, roux, le visage anguleux, elle pianotait avec dextérité sur son clavier tactile sans se soucier de la visite. Le guide haussa les épaules.

— Je vous invite maintenant à entrer dans ce bâtiment. Je passe en dernier pour refermer la porte.

Le groupe se mit en mouvement. L'inconnue ne bougea pas. Sur son écran, la page d'accueil de Facebook venait d'apparaître. Elle remonta le fil d'actualité. Depuis l'automne, FB avait intégré à ses services une fonction de géolocalisation. En moins d'une seconde, une carte et un nom de lieu révélaient votre position exacte n'importe où sur la planète. Jamais plus vous ne seriez perdus. Jamais plus on ne vous perdrait.

Les deux derniers envois s'affichèrent :

David est à : Jardin du Luxembourg

Lucas est à : La Closerie des Lilas

— La visite ne semble guère vous intéresser, madame ?

Le guide venait de surgir, un sourire en lame de faucille entre les oreilles. Il n'allait faire qu'une bouchée de cette insolente.

— La visite ? (L'inconnue parut réfléchir.) En fait, je suis très surprise que vous n'ayez pas fait mention de la légende qui hante les lieux.

— Une légende ? (Le guide redressa l'amas graisseux qui lui servait de menton.) À l'Observatoire, dans ce temple de la Science ?

— Même les lieux dédiés à la lumière ont une part obscure. Vous ne savez pas qu'ici se dressait le château de Vauvert au Moyen Age ? C'est pourtant dans n'importe quel guide touristique de Paris bien informé.

— Quel château ?

L'inconnue fit claquer le boîtier de son portable.

— Celui du diable.

 

D'après Giacometti Ravenne, "Le septième templier".

 

18.

D'après la dame, le château Vauvert se dressait...

 

1) à la place de l'Observatoire.

2) non loin de l'Observatoire.

3) en face de l'Observatoire.

4) derrière l'Observatoire.


Au jardin de l’Observatoire

 

Le guide était un homme heureux. On était vendredi et il menait son dernier carré de visiteurs. Les autres jours de la semaine, l'Observatoire recevait surtout des groupes de scolaires, des bambins surexcités qui couraient en tous sens, quand ce n'étaient pas des adolescents blasés, l'oreille et l'œil rivés sur leur portable. Rien à voir avec les jeunes retraités et les bénéficiaires des RTT qui formaient le public d'aujourd'hui. Des visiteurs attentifs, bien éduqués, prêts à écouter religieusement la moindre parole qui tomberait de sa bouche.

— D'abord, bienvenue à tous à l'Observatoire de Paris. Un édifice d'exception dont la construction fut décidée en 1666 par le grand Louis XIV et son non moins grand collaborateur... j'ai cité... Colbert.

Des murmures d'approbation bruissaient déjà. Qui ne connaissait pas le Roi-Soleil et son infatigable ministre ? Un long sourire s'ébaucha sur le visage poupin du guide. Il tenait son public en main. Un peu d'emphase, un soupçon de suspense et le tour était joué.

— Dès 1667, le chantier commença sous la direction de Perrault.

— Perrault, celui du Chaperon rouge? interrogea aussitôt une voix anonyme.

Le guide laissa planer le doute un instant. Il adorait quand il était ainsi le

centre de la curiosité générale.

— Bien vu, mais non. Il ne s'agit pas de Charles Perrault, l'immortel écrivain... mais de Claude, son frère, architecte du roi, le bâtisseur de cette merveille.

Et d'un geste ample de la main, il désigna la façade de l'Observatoire. A cet instant précis, son plaisir était de contempler les visages ravis et reconnaissants des visiteurs. Sa joie fut subitement tempérée par l'ingratitude visible d'une femme d'une cinquantaine d'années qui consultait son téléphone. Les jambes nues vissées sur de hauts talons, les cheveux courts, roux, le visage anguleux, elle pianotait avec dextérité sur son clavier tactile sans se soucier de la visite. Le guide haussa les épaules.

— Je vous invite maintenant à entrer dans ce bâtiment. Je passe en dernier pour refermer la porte.

Le groupe se mit en mouvement. L'inconnue ne bougea pas. Sur son écran, la page d'accueil de Facebook venait d'apparaître. Elle remonta le fil d'actualité. Depuis l'automne, FB avait intégré à ses services une fonction de géolocalisation. En moins d'une seconde, une carte et un nom de lieu révélaient votre position exacte n'importe où sur la planète. Jamais plus vous ne seriez perdus. Jamais plus on ne vous perdrait.

Les deux derniers envois s'affichèrent :

David est à : Jardin du Luxembourg

Lucas est à : La Closerie des Lilas

— La visite ne semble guère vous intéresser, madame ?

Le guide venait de surgir, un sourire en lame de faucille entre les oreilles. Il n'allait faire qu'une bouchée de cette insolente.

— La visite ? (L'inconnue parut réfléchir.) En fait, je suis très surprise que vous n'ayez pas fait mention de la légende qui hante les lieux.

— Une légende ? (Le guide redressa l'amas graisseux qui lui servait de menton.) À l'Observatoire, dans ce temple de la Science ?

— Même les lieux dédiés à la lumière ont une part obscure. Vous ne savez pas qu'ici se dressait le château de Vauvert au Moyen Age ? C'est pourtant dans n'importe quel guide touristique de Paris bien informé.

— Quel château ?

L'inconnue fit claquer le boîtier de son portable.

— Celui du diable.

 

D'après Giacometti Ravenne, "Le septième templier".

 

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CONSTRUIRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

 

Avant de devenir un musée, le Louvre a été un palais royal pendant des siècles. C'était d’abord une forteresse __________________sous le règne de Philippe Auguste.

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ETRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Au XVIe siècle, François Ier a fait abattre cette forteresse et construire à sa place un palais neuf qui a ensuite __________________ agrandi par différents rois.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово DEVENIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

C'est il y a un peu plus de deux siècles, à l’époque de la Révolution que le Louvre __________________ un musée.

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово PRENDRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

La décision a été __________________ en 1791 par l'Assemblée.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VISITER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

et le 18 novembre 1793, pour la première fois, les Parisiens sont venus __________________ le nouveau musée. Depuis cette date, le Louvre est toujours un musée mais il a beaucoup changé.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово COHABITER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Pendant très longtemps le musée n'a occupé qu'une partie des bâtiments de l'ancien palais, il__________________ avec différentes administrations. Le ministère des Finances y est resté , jusqu’en 1988.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово TERMINER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

En moins de quinze ans, le Louvre a été considérablement transformé et agrandi. Les travaux ont été ________ avant la fin de notre siècle.

26.

Образуйте от слова SPÉCIAL однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

La MGU ouvre une faculté dédiée à la recherche spatiale

 

L’université d’État de Moscou Lomonossov inaugurera en 2018 une nouvelle faculté, destinée à former des __________________ dans le domaine de la recherche spatiale.

27.

Образуйте от слова ÉTUDIER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Après l’inauguration début 2017, la nouvelle faculté devrait commencer à accueillir des __________________ dès le mois

de septembre prochain. Elle n’entraînera pas des cosmonautes mais devra former des spécialistes en matière spatiale comme l’a précisé le recteur de la MGU.

28.

Образуйте от слова CORRECT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

d’experts pour fonctionner __________________.

29.

Образуйте от слова EXPLORER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

L’université d’État de Moscou, déjà impliquée dans l’__________________ spatiale, a d’ailleurs pris part au premier lancement depuis Vostotchny.

30.

Образуйте от слова SIX однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le 27 avril dernier, une fusée Soyouz-2 a décollé avec, à son bord, un satellite de 500 kg conçu par la MGU — le __________________ que l’institution lance dans l’espace.

31.

Образуйте от слова SCIENCE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Ce satellite Lomonossov a été réalisé pour observer les sursauts gamma, les rayons cosmiques à haute énergie, ainsi que pour réaliser des expériences __________________ consacrées à la magnétosphère terrestre.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) aimerais

2) tâcherais

3) apprendrais

4) commencerais


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

L'automne est là

- Comme ce doit être beau de courir le monde en robe rouge! se disait une petite feuille. Comme j’32______ danser, danser toute la journée! Ah! quand 33_____ l'automne viendra-t-il? le bel automne qui fait danser les feuilles 34 _____.

Il 35 _____ plus tôt qu'on ne pensait. Un matin, en se réveillant, la petite feuille vit que sa robe, comme 36 _____ de ses compagnes, était légèrement 37 _____ de jaune.

- C'est l'automne, c'est l'automne! s'écria-t-elle toute joyeuse.

- Ah! dit une vieille feuille 38 _____ les regardant. Oui, voici l'automne. Pauvres petites!

Mais la petite feuille était ravie. Et justement, le vent s’approchait. Tiens, voilà une feuille qui veut danser, dit le vent qui s'approchait. Et il souffla doucement sur l'arbre.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) puis

2) même

3) donc

4) après


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

L'automne est là

- Comme ce doit être beau de courir le monde en robe rouge! se disait une petite feuille. Comme j’32______ danser, danser toute la journée! Ah! quand 33_____ l'automne viendra-t-il? le bel automne qui fait danser les feuilles 34 _____.

Il 35 _____ plus tôt qu'on ne pensait. Un matin, en se réveillant, la petite feuille vit que sa robe, comme 36 _____ de ses compagnes, était légèrement 37 _____ de jaune.

- C'est l'automne, c'est l'automne! s'écria-t-elle toute joyeuse.

- Ah! dit une vieille feuille 38 _____ les regardant. Oui, voici l'automne. Pauvres petites!

Mais la petite feuille était ravie. Et justement, le vent s’approchait. Tiens, voilà une feuille qui veut danser, dit le vent qui s'approchait. Et il souffla doucement sur l'arbre.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) vivantes

2) mortes

3) vieilles

4) rétablies


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

L'automne est là

- Comme ce doit être beau de courir le monde en robe rouge! se disait une petite feuille. Comme j’32______ danser, danser toute la journée! Ah! quand 33_____ l'automne viendra-t-il? le bel automne qui fait danser les feuilles 34 _____.

Il 35 _____ plus tôt qu'on ne pensait. Un matin, en se réveillant, la petite feuille vit que sa robe, comme 36 _____ de ses compagnes, était légèrement 37 _____ de jaune.

- C'est l'automne, c'est l'automne! s'écria-t-elle toute joyeuse.

- Ah! dit une vieille feuille 38 _____ les regardant. Oui, voici l'automne. Pauvres petites!

Mais la petite feuille était ravie. Et justement, le vent s’approchait. Tiens, voilà une feuille qui veut danser, dit le vent qui s'approchait. Et il souffla doucement sur l'arbre.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) détint

2) parvint

3) revint

4) vint


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

L'automne est là

- Comme ce doit être beau de courir le monde en robe rouge! se disait une petite feuille. Comme j’32______ danser, danser toute la journée! Ah! quand 33_____ l'automne viendra-t-il? le bel automne qui fait danser les feuilles 34 _____.

Il 35 _____ plus tôt qu'on ne pensait. Un matin, en se réveillant, la petite feuille vit que sa robe, comme 36 _____ de ses compagnes, était légèrement 37 _____ de jaune.

- C'est l'automne, c'est l'automne! s'écria-t-elle toute joyeuse.

- Ah! dit une vieille feuille 38 _____ les regardant. Oui, voici l'automne. Pauvres petites!

Mais la petite feuille était ravie. Et justement, le vent s’approchait. Tiens, voilà une feuille qui veut danser, dit le vent qui s'approchait. Et il souffla doucement sur l'arbre.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) belles

2) celles

3) telles

4) quelles


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

L'automne est là

- Comme ce doit être beau de courir le monde en robe rouge! se disait une petite feuille. Comme j’32______ danser, danser toute la journée! Ah! quand 33_____ l'automne viendra-t-il? le bel automne qui fait danser les feuilles 34 _____.

Il 35 _____ plus tôt qu'on ne pensait. Un matin, en se réveillant, la petite feuille vit que sa robe, comme 36 _____ de ses compagnes, était légèrement 37 _____ de jaune.

- C'est l'automne, c'est l'automne! s'écria-t-elle toute joyeuse.

- Ah! dit une vieille feuille 38 _____ les regardant. Oui, voici l'automne. Pauvres petites!

Mais la petite feuille était ravie. Et justement, le vent s’approchait. Tiens, voilà une feuille qui veut danser, dit le vent qui s'approchait. Et il souffla doucement sur l'arbre.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) teintée

2) tintée

3) dessinée

4) mise


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

L'automne est là

- Comme ce doit être beau de courir le monde en robe rouge! se disait une petite feuille. Comme j’32______ danser, danser toute la journée! Ah! quand 33_____ l'automne viendra-t-il? le bel automne qui fait danser les feuilles 34 _____.

Il 35 _____ plus tôt qu'on ne pensait. Un matin, en se réveillant, la petite feuille vit que sa robe, comme 36 _____ de ses compagnes, était légèrement 37 _____ de jaune.

- C'est l'automne, c'est l'automne! s'écria-t-elle toute joyeuse.

- Ah! dit une vieille feuille 38 _____ les regardant. Oui, voici l'automne. Pauvres petites!

Mais la petite feuille était ravie. Et justement, le vent s’approchait. Tiens, voilà une feuille qui veut danser, dit le vent qui s'approchait. Et il souffla doucement sur l'arbre.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) à

2) en

3) dе

4) vers


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

L'automne est là

- Comme ce doit être beau de courir le monde en robe rouge! se disait une petite feuille. Comme j’32______ danser, danser toute la journée! Ah! quand 33_____ l'automne viendra-t-il? le bel automne qui fait danser les feuilles 34 _____.

Il 35 _____ plus tôt qu'on ne pensait. Un matin, en se réveillant, la petite feuille vit que sa robe, comme 36 _____ de ses compagnes, était légèrement 37 _____ de jaune.

- C'est l'automne, c'est l'automne! s'écria-t-elle toute joyeuse.

- Ah! dit une vieille feuille 38 _____ les regardant. Oui, voici l'automne. Pauvres petites!

Mais la petite feuille était ravie. Et justement, le vent s’approchait. Tiens, voilà une feuille qui veut danser, dit le vent qui s'approchait. Et il souffla doucement sur l'arbre.

39.

Vous avez reçu une lettre de votre ami français Hugo qui vous écrit:

 

…Pour moi, les vacances, c'est partir … loin, n'importe où … n'importe comment, mais avec des copains! Je ne supporte plus de passer mes vacances en famille! J'ai passé l’âge! Et toi, où aimes-tu passer tes vacances? Avec qui les passes-tu? Qu'est-ce que tu aimes faire pendant tes vacances?

Cette année, après mon lycée professionnel, je commence à travailler à partir du mois de septembre dans un grand restaurant parisien…

 

Ecrivez une lettre à Hugo.

Dans votre lettre

– répondez à ses questions

– posez-lui 3 questions sur son futur travail.

Ecrivez 100–140 mots.

Suivez les règles de la présentation des lettres non officielles.

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Il faut organiser la circulation autrement, sans passages souterrains pour les piétons, car les personnes âgées et les handicapés ne peuvent pas monter et descendre les escaliers.

2. On constate que les jeunes d’aujourd’hui lisent peu en remplaçant la lecture par d’autres activités, pourtant les personnes âgées affirment que la lecture est indispensable pour le développement de l’individu.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lire à votre ami. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

Le plus vieux record bien déterminé de quelqu'un utilisant un signe V date seulement de 1901, quand a eu lieu le métrage documentaire d'un jeune homme qui n'a pas voulu clairement être filmé en utilisant le geste pour l'appareil photo à l'extérieur d'une usine sidérurgique. Cela prouve que le geste était utilisé à la fin du dix-neuvième siècle. Selon la légende, les archers anglais ont agité leurs doigts dans le mépris à leurs homologues français, qui étaient censés avoir l'habitude de couper les doigts d'archers capturés – un archer sans doigts étant inutile, puisqu'il ne pouvait pas retirer la ficelle.

Mais si les archers ont été capturés par les Français, ils seraient beaucoup plus probablement tués, plutôt qu'être soumis au processus qui prend du temps d'amputer leurs doigts. Les prisonniers avaient l'habitude d'être rachetés dès qu'ils été capturés vu que les archers ont été considérés comme des marchandises inférieures. Bien que sa date d'origine n'est pas lointaine, on n'a pas compris universellement le V-signe jusqu'à tout récemment quand Winston Churchill a commencé à l'utiliser.

42.

Observez ce document

 

 

Vous envisagez de visiter le musée du Louvre et vous souhaitez obtenir plus d'informations. Dans 1mn30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir:

 

1) expositions disponibles

2) la durée de la tournée

3) si elles sont ouvertes le week-end

4) se ils fournissent le service de guide multilingue

5) les informations de contact

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer:

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce qu'elles ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quel quel mode de vie vous préférez

• en expliquant pourquoi

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes. Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.