№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 37009

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды.

 

 

1. Les téléviseurs entrent dans les foyers après 1950.

2. Il est mieux de regarder la télévision en faisant des exercices physiques.

3. Certains cessent de regarder la télé pour des raisons différentes.

4. Mon mari regarde trop la télévision.

5. J’ai commencé à regarder la télévision quand j’étais déjà adulte.

6. Je regarde parfois la télévision sur mon ordinateur.

7. Il y a trop de pub à la télé.

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A) Gilles est très content de ses vacances.

B) Gilles est allé en Australie.

C) Gilles y est allé en avion.

D) L’avion est parti juste à l’heure.

E) Gilles était logé chez ses amis.

F) Après une semaine Gilles est tombé malade.

G) Yvonne a passé ses vacances avec son ami.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Qu’est-ce qui permet de mesurer l’intensité d’une activité physique?

 

1) Les courbatures.

2) L’essoufflement.

3) La transpiration.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

À quelle fréquence doit-on faire du sport?

 

1) Deux fois par semaine.

2) Trois fois par semaine.

3) Une fois par semaine.

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Selon Adrien Saunier, le sport permet de ...

 

1) prévenir des maladies graves.

2) réduire les effets de l’asthme.

3) provoquer la dépression.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Qu’est-ce qui met en danger l’ “homme moderne”?

 

1) Le manque d’activité.

2) L’alimentation industrielle.

3) L’exposition à la pollution.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Le choix d’un sport doit être motivé par ...

 

1) la contrainte.

2) le résultat.

3) le plaisir.

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Selon Adrien Saunier, la marche à pied c’est une activité ...

 

1) accessible.

2) saine.

3) conviviale.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

La natation peut être bénéfique si ...

 

1) on nage sur le dos.

2) on nage à son rythme.

3) on varie le type de nage.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Le sport féminin sur vos écrans

2. Le renouveau d’une baie

3. Tous à table!

4. Le bilan sinistre

5. Mondial du basket

6. A visiter rapidement!

7. Une si longue enfance

8. Comme dans un film

 

A. Onze personnes sont mortes et 27 sont portées disparues après des pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, provoquant l'effondrement de milliers de maisons, a annoncé mardi 2 septembre l'agence de presse officielle Chine Nouvelle, qui a précisé que près de 40 000 personnes ont été évacuées et que 2 251 maisons s'étaient effondrées.

 

B. La groseille à maquereau fait son grand retour dans la cuisine contemporaine, où l'acidité est une saveur recherchée. Pour le chef anglais Edward Delling Williams, qui oeuvre aux fourneaux d'Au Passage, à Paris, elle représente un incontournable avec lequel il compose sorbets, cocktails ou crumbles. Il est donc ravi de pouvoir retrouver en France cette baie fière, rustique et vigoureuse. Et si délicieuse qu'elle mériterait qu'on la rebaptise.

 

C. C'est l'événement parisien du week-end. Ce samedi 30 août, au Carreau du Temple à Paris, se tiendra la première édition du festival gastronomique, social et solidaire «Tous à table». L'idée? En achetant des entrées VIP, 500 gourmands offriront la possibilité à 500 personnes défavorisées, issues du programme de l'association organisatrice éponyme, de participer à cet événement gastronomique et culturel pour une somme symbolique (entre 1 et 5 euros).

 

D. Après leur défaite face au Brésil (63–65) et leur victoire sur la Serbie (74–73), les Français, champions d'Europe, sont donc en position très favorable pour accéder aux huitièmes de finale. Il leur faudra cependant encore battre l'Iran lors de leur dernier match, à moins qu'ils ne réussissent l'exploit contre l'Espagne, principale prétendante au titre avec les Etats-Unis.

 

E. Dans la classe des mammifères, les primates grandissent en général moins vite que les autres animaux. Et chez les primates, Homo sapiens est le roi des lambins, passant un temps considérable dans l'enfance et l'adolescence. Selon des études scientifiques, l'humain grandit à "un rythme qui ressemble plus à celui des reptiles qu'à celui des mammifères". Même si le constat n'est pas neuf, on ignore toujours la cause de cette enfance au ralenti.

 

F. L'effet des séries et des films sur le choix de prénom n'est pas aussi important qu'on le croie. Beaucoup attribuaient la popularité du prénom Brigitte à l'actrice homonyme en 1959, trois ans après l'apparition sur les écrans de Brigitte Bardot. Mais le prénom était donné de plus en plus avant la sortie du film. Les résultats sont les mêmes pour « Thierry la Fronde ». L'effet est plutôt inverse, ce ne sont pas les médias qui ont de l'impact sur les gens, mais plutôt les auteurs qui veulent une diversité des prénoms.

 

G. Proche lignes 7, 14, de la station de tramway (t 3a), et de la faculté Tolbiac. Appartement 2 pièces 43 m² environ, dans un immeuble ancien bien entretenu avec vue sur les grands monuments historiques et Paris. Très ensoleillé. Comprenant vaste séjour avec coin bureau, une chambre, cuisine séparée, salle d'eau avec WC. Belle hauteur sous plafond, beaux volumes. Vendu avec cave et parking avec un emplacement privatif en sous-sol. Toute proposition sérieuse sera étudiée.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

Les arrondissements de Paris

 

La division de Paris en arrondissements date de 1795 avec alors un découpage en douze arrondissements. Cette division persista jusqu'en 1860, А_______________________ et entraîna le redécoupage des arrondissements.

Il existait neuf arrondissements sur la rive droite de la Seine et trois sur la rive gauche. Leurs tailles étaient très diverses et leurs formes nettement moins régulières B_______________________.

En 1859, un projet visant à attribuer les numéros 'arrondissements de gauche à droite et de haut en bas sur la carte a été abandonné, C_______________________, perçu comme péjoratif: l'expression «se marier à la mairie du 13e arrondissement» (c'est-à-dire, avant 1860, dans un arrondissement qui n'existait pas) signifiait «vivre en concubinage», donc hors des bonnes conventions, D_______________________, en particulier à ceux de Passy. Jean- Frédéric Possoz, maire de Passy, a proposé de numéroter les arrondissements E_______________________, le numéro 13 étant désormais attribué aux quartiers plus populaires du sud-est de Paris.

Pour l'essentiel, les arrondissements parisiens n'ont pas changé depuis 1860. Seules les limites extérieures des arrondissements extérieurs ont été repoussées en même temps F_______________________ conformément aux termes de la loi de déclassement des fortifications de Paris en date 19 avril 1919.

 

1. que celles des arrondissements actuels

2. que Paris s'est légèrement étendu

3. car il conduisait à attribuer à l'actuel 16e arrondissement le numéro 13

4. qui n'ont pas changé depuis 1860

5. en suivant une spirale partant du centre de Paris

6. lorsque l'annexion des faubourgs de Paris porta leur nombre de 12 à 20

7. ce qui ne convenait pas à certains habitants influents de l'ouest de Paris

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Jacques Vingtras s’est trouvé enfermé dans la salle de classe parce qu’il ...

 

1) était puni

2) avait peur d’aller à la maison

3) avait un devoir à terminer

4) attendait son professeur


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

13.

Qu’est-ce qu’il y faisait ?

 

1) Il regardait la télé.

2) Il lisait un livre.

3) Il faisait ses devoirs.

4) Il jouait aux jeux vidéo.


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

14.

Quelle émotion a-t-il éprouvé ?

 

1) la curiosité

2) l’espoir

3) la joie

4) le désespoir


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

15.

Quelque temps après il a commencé à avoir ...

 

1) peur

2) faim

3) chaud

4) un malaise


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

16.

Qui a ouvert la porte de la salle où il était enfermé ?

 

1) le Vendredi

2) Robinson

3) le sauvage

4) le surveillant


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

17.

Où Jacques est-il allé après être libéré ?

Il est allé ...

 

1) à la maison.

2) dans la chambre du pion.

3) chez le directeur du collège.

4) chez son ami.


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

18.

Qu’est-ce qu’il y a fait ?

 

1) Il a raconté son aventure.

2) Il a écrit une lettre.

3) Il s’est couché.

4) Il s’est replongé dans son livre.


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово PUBLIER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Guy de Maupassant

 

 

Ami de Gustave Flaubert et d'Emile Zola, Maupassant a écrit de très nombreux contes, presque toujours __________________ d'abord dans un journal, puis rassemblés en volumes.

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ÊTRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Parmi les recueils les plus connus figurent: «La Maison Tellier», «Mademoiselle Fifi», «Contes du jour et de la nuit». Plusieurs romans __________________ aussi à signaler: «Une vie», «Bel Ami», «Pierre et Jean».

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово TRADUIRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Beaucoup de ses oeuvres ont donné lieu à des adaptations cinématographiques. Ses livres ont été __________________ dans le monde entier.

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ROYAL так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Le château de Brissac

 

Que les plus petits se le disent: voici un géant! Avec ses sept étages et ses deux cents pièces, Brissac est considéré comme le plus haut des châteaux __________________.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово RENTRER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

La visite, splendide, permet de __________________ dans l'intimité d'un site habité depuis cinq siècles par la même famille: les ducs de Brissac. Splendeurs donc derrière toutes les portes.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ANCIEN так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Si le clou de la visite reste la découverte du magnifique théâtre privé, unique en Val de Loire, le site rivalise de vie et de richesses. Le parc de 70 hectares ravive le souvenir des __________________ chasses à courre (les écuries qui abritaient les équipages sont en face du château).

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово OUVRIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

En décembre, le château s'anime avec un grand marché de Noël et à Pâques, une chasse géante aux oeufs est __________________ dans les caves.

26.

Преобразуйте, если это необходимо, слово DIFFÉRENT так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

 

Portrait statistique du Français moyen

 

Selon __________________ statistiques, le Français moyen s’appelle Martin, prénom Jean.

 

27.

Преобразуйте, если это необходимо, слово PARTIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il mesure 1,74 m, il est ouvrier. Il ne __________________ pas en vacances, passe trois heures par jour à regarder la télé, six fois pas an fréquente le cinéma et lit huit livres par an.

28.

Преобразуйте, если это необходимо, слово REVENU так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Son logement dispose de la radio, d’un réfrigérateur, d’un poste de TV et d’une machine à laver, dont l’achat constitue 10,1% des __________________de son ménage.

29.

Преобразуйте, если это необходимо, слово LOGER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il __________________ dans une HLM, ce qui constitue 25% de son salaire. Le loyer grimpe régulièrement un peu au-dessus du rythme de l’inflation.

30.

Преобразуйте, если это необходимо, слово COURS так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Jean Martin n’est pas diplômé et ne suit pas de __________________ de perfectionnement.

31.

Преобразуйте, если это необходимо, слово PERMETTRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

On ne dispose ici que de petits bouts de sa vie, les diversités de situation ne sont pas prises en compte. Mais les statistiques __________________ de cerner quelques-uns des éléments qui font la réalité de France.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) vieilles

2) passées

3) prochaines

4) anciennes


La rentrée

Tout a débuté le 2 septembre. J’ai retrouvé mes camarades de classe de mes 32 ______ années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle. Nous avons eu la visite du personnel administratif et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela 33 ______ plaisir d’être rassuré dès le début de l’année. Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. À 34 ______ d’oeil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires.

On a commencé la visite du lycée 35 ______ la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à 36 ______ avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse où j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront.

La première fois que j’ai 37 ______ la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai: dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie. Donc c’était une belle 38 ______ mouvementée et longue.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) mettait

2) avait

3) faisait

4) prenait


La rentrée

Tout a débuté le 2 septembre. J’ai retrouvé mes camarades de classe de mes 32 ______ années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle. Nous avons eu la visite du personnel administratif et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela 33 ______ plaisir d’être rassuré dès le début de l’année. Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. À 34 ______ d’oeil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires.

On a commencé la visite du lycée 35 ______ la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à 36 ______ avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse où j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront.

La première fois que j’ai 37 ______ la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai: dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie. Donc c’était une belle 38 ______ mouvementée et longue.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) son

2) clin

3) coup

4) vue


La rentrée

Tout a débuté le 2 septembre. J’ai retrouvé mes camarades de classe de mes 32 ______ années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle. Nous avons eu la visite du personnel administratif et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela 33 ______ plaisir d’être rassuré dès le début de l’année. Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. À 34 ______ d’oeil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires.

On a commencé la visite du lycée 35 ______ la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à 36 ______ avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse où j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront.

La première fois que j’ai 37 ______ la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai: dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie. Donc c’était une belle 38 ______ mouvementée et longue.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) pour

2) par

3) sur

4) selon


La rentrée

Tout a débuté le 2 septembre. J’ai retrouvé mes camarades de classe de mes 32 ______ années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle. Nous avons eu la visite du personnel administratif et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela 33 ______ plaisir d’être rassuré dès le début de l’année. Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. À 34 ______ d’oeil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires.

On a commencé la visite du lycée 35 ______ la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à 36 ______ avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse où j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront.

La première fois que j’ai 37 ______ la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai: dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie. Donc c’était une belle 38 ______ mouvementée et longue.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) voir

2) regarder

3) envisager

4) observer


La rentrée

Tout a débuté le 2 septembre. J’ai retrouvé mes camarades de classe de mes 32 ______ années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle. Nous avons eu la visite du personnel administratif et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela 33 ______ plaisir d’être rassuré dès le début de l’année. Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. À 34 ______ d’oeil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires.

On a commencé la visite du lycée 35 ______ la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à 36 ______ avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse où j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront.

La première fois que j’ai 37 ______ la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai: dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie. Donc c’était une belle 38 ______ mouvementée et longue.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) entendu

2) regardé

3) vu

4) admiré


La rentrée

Tout a débuté le 2 septembre. J’ai retrouvé mes camarades de classe de mes 32 ______ années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle. Nous avons eu la visite du personnel administratif et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela 33 ______ plaisir d’être rassuré dès le début de l’année. Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. À 34 ______ d’oeil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires.

On a commencé la visite du lycée 35 ______ la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à 36 ______ avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse où j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront.

La première fois que j’ai 37 ______ la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai: dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie. Donc c’était une belle 38 ______ mouvementée et longue.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) après-midi

2) journée

3) jour

4) matin


La rentrée

Tout a débuté le 2 septembre. J’ai retrouvé mes camarades de classe de mes 32 ______ années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle. Nous avons eu la visite du personnel administratif et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela 33 ______ plaisir d’être rassuré dès le début de l’année. Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. À 34 ______ d’oeil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires.

On a commencé la visite du lycée 35 ______ la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à 36 ______ avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse où j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront.

La première fois que j’ai 37 ______ la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai: dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie. Donc c’était une belle 38 ______ mouvementée et longue.

39.

Votre correspondant français a passé une semaine chez vous. Après son retour en France, il vous a écrit une lettre, dont voici un extrait.

 

… Après mon départ de Russie, je suis allé avec mes parents chez ma grand-mère. Elle habite dans une petite ville au bord de l’océan. Je me suis beaucoup promené, souvent à vélo. Le repos était agréable. Avec mon père nous sommes allés trois fois pêcher en pleine mer. C’était formidable! Aimes-tu la mer? Aimes-tu les sports nautiques? Quel repos préfères-tu, actif ou passif? …

 

Ecrivez une lettre à Marc, répondez à ses questions et posez-lui 3 questions sur ses sports préférés.

(Еn 100 – 140 mots)

40.

Вы­бе­ри­те толь­ко ОДНО из двух пред­ло­жен­ных вы­ска­зы­ва­ний и вы­ра­зи­те своё мне­ние по пред­ло­жен­ной про­бле­ме со­глас­но дан­но­му плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Un bon professeur doit être sévère et exigeant.

2. Plusieurs écoles introduisent maintenant les uniformes, les élèves doivent porter les tenues obligatoires, souvent choisies par les parents ou l’administration de l’école.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lire à votre ami. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

Les St Bernards n'ont jamais porté de cognac. La mission du chien est tout à fait différente — en dehors de toute autre chose donner brandy à quelqu'un ayant une hypothermie est une erreur désastreuse — mais les touristes ont toujours aimé cette idée, de sorte qu'ils en ont fait une sorte de mythe. Avant ils ont été formés comme chiens de sauvetage en montagne, ils ont été utilisés par les moines de l'hospice pour porter la nourriture car leur grande taille et leur tempérament docile font d'eux de bons animaux à former.

Le baril de brandy était l'idée d'un jeune Anglais, qui a été beaucoup favorisée par la reine Victoria. Il était un peintre renommé pour ses paysages et ses animaux, mieux connu pour sa peinture Monarch of the Glen et pour sculpter les lions autour de la base de la colonne de Nelson. À l'origine, le saint-bernard était connu comme chien Barry, qui a sauvé une quarantaine de personnes, mais a malheureusement été tué par la quarante et unième, qui l'a pris pour un loup.

42.

Observez ce document.

 

 

Vous envisagez d'utiliser les services d'un agent immobilier et vous souhaitez obtenir plus d'informations. Dans 1mn30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir:

 

1) s'il a des offres spéciales

2) tous les services qu'il fournit

3) service de consultation en ligne

4) durée de la réunion

5) le nombre de clients par jour

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que les photos suivantes appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases).

Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

• l’endroit où vous l'avez prise

• ce qu’on voit sur la photo

• à quelle occasion elle a été prise

• pourquoi vous l'avez prise

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.

Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°..."

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quel sport extrême présenté sur les photos vous préférez

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.