№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 35761

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды. Занесите свои ответы в таблицу.

 

 

1. L’entraîneur doit respecter les joueurs.

2. C’est bon quand l’entraîneur est un ancien sportif.

3. Pour moi l’ambiance dans l’équipe est primordiale.

4. Le plaisir de faire du sport doit passer avant la victoire.

5. J’ai joué dans plusieurs équipes avant de devenir entraîneur.

6. Les exercices ne doivent pas être trop faciles ni trop difficiles.

7. Si l'équipe participe à des compétitions sérieuses, cela motive les joueurs.

 

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A) Sur Internet on peut voter pour ses livres préférés.

B) Nicolas a lu les «Misérables» 3 fois.

C) Anne-Marie trouve que le «Petit Prince» est destiné uniquement aux enfants.

D) Il est difficile de choisir le meilleur livre.

E) Anne-Marie préfère les romans d’aventure.

F) Nicolas apprécie les auteurs modernes.

G) Anne-Marie lit souvent des bandes dessinées.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

 

1) Vrai

2) Faux

3) Aucune information

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

La rencontre d’Arthur Ténor avec les collégiens a été …

 

1) difficile.

2) positive.

3) spontanée.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Que fait Arthur Ténor pour donner vie à ses personnages?

 

1) Il demande conseil à ses lecteurs.

2) Il décrit des gens qu’il connaît bien.

3) Il se met à la place du personnage.

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Le héros principal de son nouveau roman est un professeur …

 

1) débutant.

2) expérimenté.

3) en retraite.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Antoine Vachet obtient de bons résultats grâce à …

 

1) l’expérience

2) l’inventivité.

3) la pédagogie classique.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Pendant l’écriture du roman l’auteur craignait de ne pas bien connaître …

 

1) la guerre.

2) l’injustice.

3) les réalités d’aujourd’hui.

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Arthur Ténor a enseigné dans …

 

1) un collège de ZEP.

2) une école de commerce.

3) le Primaire.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quelle est selon Arthur Ténor la valeur suprême de l’humanisme?

 

1) Le professionnalisme.

2) Le respect.

3) La motivation.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Syndicats

2. Transports

3. Cinéma

4. Sport

5. Faits divers

6. Santé

7. Environnement

8. Finances

 

A. Mauvaise nouvelle pour l'Elysée: le 47e congrès de la CFDT a conforté François Chérèque dans son poste de secrétaire général, mais surtout dans son opposition à la réforme des retraites. La centrale réformiste commence juste à se relever du séisme de 2003, quand sa caution à la réforme Fillon lui avait fait perdre plus de 80 000 adhérents syndicaux.

 

B. Dans son dernier ouvrage, «Quelques leçons tirées de la crise», le milliardaire américano-hongrois George Soros, fan du philosophe Karl Popper, tente d'expliquer comment les événements influent sur nos opinions tout autant que les opinions influent sur les événements. Cette thèse, nous dit-il, est adaptée aux marchés financiers.

 

C. Les débuts en demi-teinte de l'équipe de France dans ce Mondial – match nul contre l'Uruguay (0-0) – posent déjà la question de la composition de l'équipe qui sera alignée pour le prochain match des Bleus, contre le Mexique. S'il a refusé d'incriminer Nicolas Anelka, le sélectionneur a pointé le manque d'efficacité de ses joueurs en attaque.

 

D. Certains films permettent de ne pas trop galvauder le terme de chef-d’oeuvre. «Les Moissons du ciel» est de ceux-là. C'est le deuxième long métrage d'un cinéaste visionnaire, Terrence Malick, après le road movie criminel «La Balade sauvage» (1973), avant le film de guerre «La Ligne rouge» (1998) et la romance amérindienne «Le Nouveau Monde» (2005). Quatre films somptueux en quelque quarante ans de carrière, voici à ce jour la carte de visite de ce génie excentrique du cinéma américain.

 

E. Ce mardi s'est terminée à Chicago, la conférence mondiale sur le cancer, qui se tient chaque année aux États-Unis. Protocoles thérapeutiques, stratégies innovantes, médicaments … cette réunion est l'occasion de faire le point sur les grandes orientations de la lutte contre le cancer. Les révolutions thérapeutiques lors de ce rendez-vous annuel sont exceptionnelles.

 

F. Dans un courrier intitulé «Assez de polémiques et de faux débats sur la sécurité des vols» adressé à tous les pilotes d'Air France, Pierre-Marie Gautron et Etienne Lichtenberger, respectivement directeur des opérations aériennes et directeur de la sécurité, soulignent qu'en l'absence d'explications sur les causes de l'accident, la compagnie met en oeuvre «des mesures sur unpérimètre large».

 

G. Les joueurs de l'équipe israélienne du Maccabi Tel Aviv ont été volés d'environ 22000 dollars en argent liquide et effets personnels mardi lors d'un match amical de basket-ball contre la franchise NBA des Clippers. La police de Los Angeles a confirmé hier qu'elle recherchait un suspect âgé d'une quarantaine d'années qui a dérobé pour environ 15 000 dollars en liquide et 7000 en montres et bijoux.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

Comment choisir une bonne école de langue

 

Vous souhaitez réserver un cours de français en France. C’est un investissement en temps et en argent et vous souhaitez trouver A__________________________; pas simplement la moins chère avec des prestations et un enseignement de moindre qualité. Vous voulez éviter de faire un mauvais choix ? Vous vous sentez un peu perdu B________________________. Pour éviter toute déception, voici quelques suggestions qui vous aideront à faire le bon choix.

Voilà C_____________________: fiez-vous aux accréditations officielles.

Les accréditations officielles sont votre meilleure garantie pour un séjour réussi : elles vous garantissent un enseignement et des prestations d’accueil et d’hébergement de haute qualité.

Il existe 4 labels qualité majeurs pour les centres de langues D____________________ (EAQUALS et IALC) et 2 labels français de grande qualité (LABEL QUALITE FLE et GROUPEMENT FLE).

Ces labels E________________________après des inspections rigoureuses conduites dans l’école pendant plusieurs jours par des inspecteurs qualifiés et indépendants. Ils soumettent leurs rapports à un comité F___________________________. Des réinspections régulières vous garantissent un enseignement et des prestations de qualité.

 

1. ce qui est le plus important

2. que l’école doit être assez connue

3. qui acceptera ou non la labellisation

4. parmi toutes ces offres sur Internet

5. la meilleure école au meilleur prix

6. sont recnnus et sérieux car ils sont attribués

7. dont 2 accréditations internationales prestigieuses

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Quelle décision Plectrude a-t-elle prise?

 

1) Elle a décidé d’entrer à l’école de ballet.

2) Elle a décidé de quitter la maison.

3) Elle a décidé d’abandonner ses études.

4) Elle a décidé d’apprendre une langue étrangère.


Les petits rats

 

Plectrude décida d’entrer à l’école de ballet de l’Opéra de Paris. L'habituelle école de danse de la fillette se montra enthousiaste:

— Nous espérions que vous prendriez une telle décision! Elle est faite pour ça! On lui écrivit des lettres de recommandation où l'on parlait d'elle comme de la future Pavlova.

Elle fut convoquée par l'Opéra afin de passer un examen. Le coeur de Clémence battait encore plus fort que celui de la petite quand elles arrivèrent à l'école des petits rats. Deux semaines plus tard, Plectrude reçut sa lettre d'admission. Ce fut le plus beau jour de la vie de sa mère.

Le collège entier savait pourquoi elle partait et s'en enorgueillissait. Même les professeurs dont Plectrude avait été le cauchemar déclaraient qu'ils avaient toujours senti le «génie» de cette enfant. Les pions vantaient sa grâce, les dames de la cantine louangeaient son manque d'appétit, le professeur d'éducation physique évoquait sa souplesse et la finesse de ses muscles; le comble fut atteint quand ceux des élèves qui n'avaient jamais cessé de la haïr depuis le cours préparatoire se flattèrent d'être ses amis.

Cet été-là, ils ne partirent pas en vacances: l'école des rats coûtait cher. A l'appartement, le téléphone sonnait sans cesse: c'était un voisin, un oncle, un camarade, un collègue, qui voulait venir voir le phénomène.

— Et elle est belle, en plus! s'exclamaient-ils à sa vue.

Elle attendait la rentrée comme une libération. Ce fut un emprisonnement.

Plectrude avait toujours été la plus mince de tous les groupements humains dans lesquels elle s'était aventurée. Ici, elle faisait partie des «normales». Celles qu'on qualifiait de minces eussent été appelées squelettiques en dehors du pensionnat. Quant à celles qui, dans le monde extérieur, eussent été trouvées de proportions ordinaires, elles étaient en ces murs traitées de «grosses vaches».

Le premier jour fut digne d'une boucherie. Une espèce de maigre et vieille charcutière vint passer en revue les élèves comme si elles avaient été des morceaux de viande. Elle les sépara en trois catégories à qui elle tint ces discours:

— Les minces, c'est bien, continuez comme ça. Les normales, ça va, mais je vous ai à l'oeil. Les grosses vaches, soit vous maigrissez, soit vous partez: il n'y a pas de place ici pour vous.

Ensuite, on mesura et pesa les jeunes morceaux de viande. Plectrude, qui aurait treize ans un mois plus tard, mesurait un mètre cinquante-cinq et pesait quarante kilos, ce qui était peu, surtout compte tenu du fait qu'elle était tout en muscles, comme une danseuse qui se respecte; on ne lui en signifia pas moins que c'était un «maximum à ne pas dépasser».

C'était peu dire qu'en ces murs régnait une discipline de fer. L'entraînement commençait tôt le matin et se terminait tard le soir, avec d'insignifiantes interruptions pour un repas qui ne méritait pas ce nom et pour une plage d'études pendant laquelle les élèves savouraient si profondément le repos du corps qu'elles en oubliaient l'effort intellectuel requis. Les corps étaient tellement exténués par les heures interminables d'exercices que l'obsession était simplement de s'asseoir. Les moments où l'on n'employait pas ses muscles étaient vécus comme des miracles.

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
13.

Comment appelle-t-on les élèves de l’école de ballet de l’Opéra de Paris?

 

1) Les petits oiseaux.

2) Les petits chats.

3) Les petites souris.

4) Les petits rats.


Les petits rats

 

Plectrude décida d’entrer à l’école de ballet de l’Opéra de Paris. L'habituelle école de danse de la fillette se montra enthousiaste:

— Nous espérions que vous prendriez une telle décision! Elle est faite pour ça! On lui écrivit des lettres de recommandation où l'on parlait d'elle comme de la future Pavlova.

Elle fut convoquée par l'Opéra afin de passer un examen. Le coeur de Clémence battait encore plus fort que celui de la petite quand elles arrivèrent à l'école des petits rats. Deux semaines plus tard, Plectrude reçut sa lettre d'admission. Ce fut le plus beau jour de la vie de sa mère.

Le collège entier savait pourquoi elle partait et s'en enorgueillissait. Même les professeurs dont Plectrude avait été le cauchemar déclaraient qu'ils avaient toujours senti le «génie» de cette enfant. Les pions vantaient sa grâce, les dames de la cantine louangeaient son manque d'appétit, le professeur d'éducation physique évoquait sa souplesse et la finesse de ses muscles; le comble fut atteint quand ceux des élèves qui n'avaient jamais cessé de la haïr depuis le cours préparatoire se flattèrent d'être ses amis.

Cet été-là, ils ne partirent pas en vacances: l'école des rats coûtait cher. A l'appartement, le téléphone sonnait sans cesse: c'était un voisin, un oncle, un camarade, un collègue, qui voulait venir voir le phénomène.

— Et elle est belle, en plus! s'exclamaient-ils à sa vue.

Elle attendait la rentrée comme une libération. Ce fut un emprisonnement.

Plectrude avait toujours été la plus mince de tous les groupements humains dans lesquels elle s'était aventurée. Ici, elle faisait partie des «normales». Celles qu'on qualifiait de minces eussent été appelées squelettiques en dehors du pensionnat. Quant à celles qui, dans le monde extérieur, eussent été trouvées de proportions ordinaires, elles étaient en ces murs traitées de «grosses vaches».

Le premier jour fut digne d'une boucherie. Une espèce de maigre et vieille charcutière vint passer en revue les élèves comme si elles avaient été des morceaux de viande. Elle les sépara en trois catégories à qui elle tint ces discours:

— Les minces, c'est bien, continuez comme ça. Les normales, ça va, mais je vous ai à l'oeil. Les grosses vaches, soit vous maigrissez, soit vous partez: il n'y a pas de place ici pour vous.

Ensuite, on mesura et pesa les jeunes morceaux de viande. Plectrude, qui aurait treize ans un mois plus tard, mesurait un mètre cinquante-cinq et pesait quarante kilos, ce qui était peu, surtout compte tenu du fait qu'elle était tout en muscles, comme une danseuse qui se respecte; on ne lui en signifia pas moins que c'était un «maximum à ne pas dépasser».

C'était peu dire qu'en ces murs régnait une discipline de fer. L'entraînement commençait tôt le matin et se terminait tard le soir, avec d'insignifiantes interruptions pour un repas qui ne méritait pas ce nom et pour une plage d'études pendant laquelle les élèves savouraient si profondément le repos du corps qu'elles en oubliaient l'effort intellectuel requis. Les corps étaient tellement exténués par les heures interminables d'exercices que l'obsession était simplement de s'asseoir. Les moments où l'on n'employait pas ses muscles étaient vécus comme des miracles.

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
14.

Comment a-t-on réagi au collège?

 

1) On détestait Plectrude.

2) Tout le monde était fier de connaître Plectrude.

3) Les filles étaient jalouses d’elle.

4) Les élèves étaient indifférents.


Les petits rats

 

Plectrude décida d’entrer à l’école de ballet de l’Opéra de Paris. L'habituelle école de danse de la fillette se montra enthousiaste:

— Nous espérions que vous prendriez une telle décision! Elle est faite pour ça! On lui écrivit des lettres de recommandation où l'on parlait d'elle comme de la future Pavlova.

Elle fut convoquée par l'Opéra afin de passer un examen. Le coeur de Clémence battait encore plus fort que celui de la petite quand elles arrivèrent à l'école des petits rats. Deux semaines plus tard, Plectrude reçut sa lettre d'admission. Ce fut le plus beau jour de la vie de sa mère.

Le collège entier savait pourquoi elle partait et s'en enorgueillissait. Même les professeurs dont Plectrude avait été le cauchemar déclaraient qu'ils avaient toujours senti le «génie» de cette enfant. Les pions vantaient sa grâce, les dames de la cantine louangeaient son manque d'appétit, le professeur d'éducation physique évoquait sa souplesse et la finesse de ses muscles; le comble fut atteint quand ceux des élèves qui n'avaient jamais cessé de la haïr depuis le cours préparatoire se flattèrent d'être ses amis.

Cet été-là, ils ne partirent pas en vacances: l'école des rats coûtait cher. A l'appartement, le téléphone sonnait sans cesse: c'était un voisin, un oncle, un camarade, un collègue, qui voulait venir voir le phénomène.

— Et elle est belle, en plus! s'exclamaient-ils à sa vue.

Elle attendait la rentrée comme une libération. Ce fut un emprisonnement.

Plectrude avait toujours été la plus mince de tous les groupements humains dans lesquels elle s'était aventurée. Ici, elle faisait partie des «normales». Celles qu'on qualifiait de minces eussent été appelées squelettiques en dehors du pensionnat. Quant à celles qui, dans le monde extérieur, eussent été trouvées de proportions ordinaires, elles étaient en ces murs traitées de «grosses vaches».

Le premier jour fut digne d'une boucherie. Une espèce de maigre et vieille charcutière vint passer en revue les élèves comme si elles avaient été des morceaux de viande. Elle les sépara en trois catégories à qui elle tint ces discours:

— Les minces, c'est bien, continuez comme ça. Les normales, ça va, mais je vous ai à l'oeil. Les grosses vaches, soit vous maigrissez, soit vous partez: il n'y a pas de place ici pour vous.

Ensuite, on mesura et pesa les jeunes morceaux de viande. Plectrude, qui aurait treize ans un mois plus tard, mesurait un mètre cinquante-cinq et pesait quarante kilos, ce qui était peu, surtout compte tenu du fait qu'elle était tout en muscles, comme une danseuse qui se respecte; on ne lui en signifia pas moins que c'était un «maximum à ne pas dépasser».

C'était peu dire qu'en ces murs régnait une discipline de fer. L'entraînement commençait tôt le matin et se terminait tard le soir, avec d'insignifiantes interruptions pour un repas qui ne méritait pas ce nom et pour une plage d'études pendant laquelle les élèves savouraient si profondément le repos du corps qu'elles en oubliaient l'effort intellectuel requis. Les corps étaient tellement exténués par les heures interminables d'exercices que l'obsession était simplement de s'asseoir. Les moments où l'on n'employait pas ses muscles étaient vécus comme des miracles.

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
15.

Dans quelle catégorie a-t-on classé Plectrude après avoir pris son poids et sa taille?

 

1) On l’a qualifiée de la plus belle.

2) On l’a appelée «grosse vache».

3) On l’a trouvée «maigre».

4) Elle a été nommée «normale».


Les petits rats

 

Plectrude décida d’entrer à l’école de ballet de l’Opéra de Paris. L'habituelle école de danse de la fillette se montra enthousiaste:

— Nous espérions que vous prendriez une telle décision! Elle est faite pour ça! On lui écrivit des lettres de recommandation où l'on parlait d'elle comme de la future Pavlova.

Elle fut convoquée par l'Opéra afin de passer un examen. Le coeur de Clémence battait encore plus fort que celui de la petite quand elles arrivèrent à l'école des petits rats. Deux semaines plus tard, Plectrude reçut sa lettre d'admission. Ce fut le plus beau jour de la vie de sa mère.

Le collège entier savait pourquoi elle partait et s'en enorgueillissait. Même les professeurs dont Plectrude avait été le cauchemar déclaraient qu'ils avaient toujours senti le «génie» de cette enfant. Les pions vantaient sa grâce, les dames de la cantine louangeaient son manque d'appétit, le professeur d'éducation physique évoquait sa souplesse et la finesse de ses muscles; le comble fut atteint quand ceux des élèves qui n'avaient jamais cessé de la haïr depuis le cours préparatoire se flattèrent d'être ses amis.

Cet été-là, ils ne partirent pas en vacances: l'école des rats coûtait cher. A l'appartement, le téléphone sonnait sans cesse: c'était un voisin, un oncle, un camarade, un collègue, qui voulait venir voir le phénomène.

— Et elle est belle, en plus! s'exclamaient-ils à sa vue.

Elle attendait la rentrée comme une libération. Ce fut un emprisonnement.

Plectrude avait toujours été la plus mince de tous les groupements humains dans lesquels elle s'était aventurée. Ici, elle faisait partie des «normales». Celles qu'on qualifiait de minces eussent été appelées squelettiques en dehors du pensionnat. Quant à celles qui, dans le monde extérieur, eussent été trouvées de proportions ordinaires, elles étaient en ces murs traitées de «grosses vaches».

Le premier jour fut digne d'une boucherie. Une espèce de maigre et vieille charcutière vint passer en revue les élèves comme si elles avaient été des morceaux de viande. Elle les sépara en trois catégories à qui elle tint ces discours:

— Les minces, c'est bien, continuez comme ça. Les normales, ça va, mais je vous ai à l'oeil. Les grosses vaches, soit vous maigrissez, soit vous partez: il n'y a pas de place ici pour vous.

Ensuite, on mesura et pesa les jeunes morceaux de viande. Plectrude, qui aurait treize ans un mois plus tard, mesurait un mètre cinquante-cinq et pesait quarante kilos, ce qui était peu, surtout compte tenu du fait qu'elle était tout en muscles, comme une danseuse qui se respecte; on ne lui en signifia pas moins que c'était un «maximum à ne pas dépasser».

C'était peu dire qu'en ces murs régnait une discipline de fer. L'entraînement commençait tôt le matin et se terminait tard le soir, avec d'insignifiantes interruptions pour un repas qui ne méritait pas ce nom et pour une plage d'études pendant laquelle les élèves savouraient si profondément le repos du corps qu'elles en oubliaient l'effort intellectuel requis. Les corps étaient tellement exténués par les heures interminables d'exercices que l'obsession était simplement de s'asseoir. Les moments où l'on n'employait pas ses muscles étaient vécus comme des miracles.

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
16.

Que lui a-t-on dit à propos de son poids?

 

1) On lui a interdit de manger du pain.

2) On lui a dit que c’était le maximum à ne pas dépasser.

3) Il lui a proposé de maigrir le plus vite possible.

4) On lui a dit qu’elle pouvait tout manger.


Les petits rats

 

Plectrude décida d’entrer à l’école de ballet de l’Opéra de Paris. L'habituelle école de danse de la fillette se montra enthousiaste:

— Nous espérions que vous prendriez une telle décision! Elle est faite pour ça! On lui écrivit des lettres de recommandation où l'on parlait d'elle comme de la future Pavlova.

Elle fut convoquée par l'Opéra afin de passer un examen. Le coeur de Clémence battait encore plus fort que celui de la petite quand elles arrivèrent à l'école des petits rats. Deux semaines plus tard, Plectrude reçut sa lettre d'admission. Ce fut le plus beau jour de la vie de sa mère.

Le collège entier savait pourquoi elle partait et s'en enorgueillissait. Même les professeurs dont Plectrude avait été le cauchemar déclaraient qu'ils avaient toujours senti le «génie» de cette enfant. Les pions vantaient sa grâce, les dames de la cantine louangeaient son manque d'appétit, le professeur d'éducation physique évoquait sa souplesse et la finesse de ses muscles; le comble fut atteint quand ceux des élèves qui n'avaient jamais cessé de la haïr depuis le cours préparatoire se flattèrent d'être ses amis.

Cet été-là, ils ne partirent pas en vacances: l'école des rats coûtait cher. A l'appartement, le téléphone sonnait sans cesse: c'était un voisin, un oncle, un camarade, un collègue, qui voulait venir voir le phénomène.

— Et elle est belle, en plus! s'exclamaient-ils à sa vue.

Elle attendait la rentrée comme une libération. Ce fut un emprisonnement.

Plectrude avait toujours été la plus mince de tous les groupements humains dans lesquels elle s'était aventurée. Ici, elle faisait partie des «normales». Celles qu'on qualifiait de minces eussent été appelées squelettiques en dehors du pensionnat. Quant à celles qui, dans le monde extérieur, eussent été trouvées de proportions ordinaires, elles étaient en ces murs traitées de «grosses vaches».

Le premier jour fut digne d'une boucherie. Une espèce de maigre et vieille charcutière vint passer en revue les élèves comme si elles avaient été des morceaux de viande. Elle les sépara en trois catégories à qui elle tint ces discours:

— Les minces, c'est bien, continuez comme ça. Les normales, ça va, mais je vous ai à l'oeil. Les grosses vaches, soit vous maigrissez, soit vous partez: il n'y a pas de place ici pour vous.

Ensuite, on mesura et pesa les jeunes morceaux de viande. Plectrude, qui aurait treize ans un mois plus tard, mesurait un mètre cinquante-cinq et pesait quarante kilos, ce qui était peu, surtout compte tenu du fait qu'elle était tout en muscles, comme une danseuse qui se respecte; on ne lui en signifia pas moins que c'était un «maximum à ne pas dépasser».

C'était peu dire qu'en ces murs régnait une discipline de fer. L'entraînement commençait tôt le matin et se terminait tard le soir, avec d'insignifiantes interruptions pour un repas qui ne méritait pas ce nom et pour une plage d'études pendant laquelle les élèves savouraient si profondément le repos du corps qu'elles en oubliaient l'effort intellectuel requis. Les corps étaient tellement exténués par les heures interminables d'exercices que l'obsession était simplement de s'asseoir. Les moments où l'on n'employait pas ses muscles étaient vécus comme des miracles.

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
17.

A l’école de ballet régnait une discipline …

 

1) de plomb.

2) de pierre.

3) de fer.

4) de glace.


Les petits rats

 

Plectrude décida d’entrer à l’école de ballet de l’Opéra de Paris. L'habituelle école de danse de la fillette se montra enthousiaste:

— Nous espérions que vous prendriez une telle décision! Elle est faite pour ça! On lui écrivit des lettres de recommandation où l'on parlait d'elle comme de la future Pavlova.

Elle fut convoquée par l'Opéra afin de passer un examen. Le coeur de Clémence battait encore plus fort que celui de la petite quand elles arrivèrent à l'école des petits rats. Deux semaines plus tard, Plectrude reçut sa lettre d'admission. Ce fut le plus beau jour de la vie de sa mère.

Le collège entier savait pourquoi elle partait et s'en enorgueillissait. Même les professeurs dont Plectrude avait été le cauchemar déclaraient qu'ils avaient toujours senti le «génie» de cette enfant. Les pions vantaient sa grâce, les dames de la cantine louangeaient son manque d'appétit, le professeur d'éducation physique évoquait sa souplesse et la finesse de ses muscles; le comble fut atteint quand ceux des élèves qui n'avaient jamais cessé de la haïr depuis le cours préparatoire se flattèrent d'être ses amis.

Cet été-là, ils ne partirent pas en vacances: l'école des rats coûtait cher. A l'appartement, le téléphone sonnait sans cesse: c'était un voisin, un oncle, un camarade, un collègue, qui voulait venir voir le phénomène.

— Et elle est belle, en plus! s'exclamaient-ils à sa vue.

Elle attendait la rentrée comme une libération. Ce fut un emprisonnement.

Plectrude avait toujours été la plus mince de tous les groupements humains dans lesquels elle s'était aventurée. Ici, elle faisait partie des «normales». Celles qu'on qualifiait de minces eussent été appelées squelettiques en dehors du pensionnat. Quant à celles qui, dans le monde extérieur, eussent été trouvées de proportions ordinaires, elles étaient en ces murs traitées de «grosses vaches».

Le premier jour fut digne d'une boucherie. Une espèce de maigre et vieille charcutière vint passer en revue les élèves comme si elles avaient été des morceaux de viande. Elle les sépara en trois catégories à qui elle tint ces discours:

— Les minces, c'est bien, continuez comme ça. Les normales, ça va, mais je vous ai à l'oeil. Les grosses vaches, soit vous maigrissez, soit vous partez: il n'y a pas de place ici pour vous.

Ensuite, on mesura et pesa les jeunes morceaux de viande. Plectrude, qui aurait treize ans un mois plus tard, mesurait un mètre cinquante-cinq et pesait quarante kilos, ce qui était peu, surtout compte tenu du fait qu'elle était tout en muscles, comme une danseuse qui se respecte; on ne lui en signifia pas moins que c'était un «maximum à ne pas dépasser».

C'était peu dire qu'en ces murs régnait une discipline de fer. L'entraînement commençait tôt le matin et se terminait tard le soir, avec d'insignifiantes interruptions pour un repas qui ne méritait pas ce nom et pour une plage d'études pendant laquelle les élèves savouraient si profondément le repos du corps qu'elles en oubliaient l'effort intellectuel requis. Les corps étaient tellement exténués par les heures interminables d'exercices que l'obsession était simplement de s'asseoir. Les moments où l'on n'employait pas ses muscles étaient vécus comme des miracles.

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
18.

Quel était le rêve des petits rats?

 

1) Les jeunes filles voulaient bavarder et jouer.

2) Les jeunes filles voulaient manger des gâteaux.

3) Les jeunes filles avaient envie de partir.

4) Les jeunes filles voulaient se reposer.


Les petits rats

 

Plectrude décida d’entrer à l’école de ballet de l’Opéra de Paris. L'habituelle école de danse de la fillette se montra enthousiaste:

— Nous espérions que vous prendriez une telle décision! Elle est faite pour ça! On lui écrivit des lettres de recommandation où l'on parlait d'elle comme de la future Pavlova.

Elle fut convoquée par l'Opéra afin de passer un examen. Le coeur de Clémence battait encore plus fort que celui de la petite quand elles arrivèrent à l'école des petits rats. Deux semaines plus tard, Plectrude reçut sa lettre d'admission. Ce fut le plus beau jour de la vie de sa mère.

Le collège entier savait pourquoi elle partait et s'en enorgueillissait. Même les professeurs dont Plectrude avait été le cauchemar déclaraient qu'ils avaient toujours senti le «génie» de cette enfant. Les pions vantaient sa grâce, les dames de la cantine louangeaient son manque d'appétit, le professeur d'éducation physique évoquait sa souplesse et la finesse de ses muscles; le comble fut atteint quand ceux des élèves qui n'avaient jamais cessé de la haïr depuis le cours préparatoire se flattèrent d'être ses amis.

Cet été-là, ils ne partirent pas en vacances: l'école des rats coûtait cher. A l'appartement, le téléphone sonnait sans cesse: c'était un voisin, un oncle, un camarade, un collègue, qui voulait venir voir le phénomène.

— Et elle est belle, en plus! s'exclamaient-ils à sa vue.

Elle attendait la rentrée comme une libération. Ce fut un emprisonnement.

Plectrude avait toujours été la plus mince de tous les groupements humains dans lesquels elle s'était aventurée. Ici, elle faisait partie des «normales». Celles qu'on qualifiait de minces eussent été appelées squelettiques en dehors du pensionnat. Quant à celles qui, dans le monde extérieur, eussent été trouvées de proportions ordinaires, elles étaient en ces murs traitées de «grosses vaches».

Le premier jour fut digne d'une boucherie. Une espèce de maigre et vieille charcutière vint passer en revue les élèves comme si elles avaient été des morceaux de viande. Elle les sépara en trois catégories à qui elle tint ces discours:

— Les minces, c'est bien, continuez comme ça. Les normales, ça va, mais je vous ai à l'oeil. Les grosses vaches, soit vous maigrissez, soit vous partez: il n'y a pas de place ici pour vous.

Ensuite, on mesura et pesa les jeunes morceaux de viande. Plectrude, qui aurait treize ans un mois plus tard, mesurait un mètre cinquante-cinq et pesait quarante kilos, ce qui était peu, surtout compte tenu du fait qu'elle était tout en muscles, comme une danseuse qui se respecte; on ne lui en signifia pas moins que c'était un «maximum à ne pas dépasser».

C'était peu dire qu'en ces murs régnait une discipline de fer. L'entraînement commençait tôt le matin et se terminait tard le soir, avec d'insignifiantes interruptions pour un repas qui ne méritait pas ce nom et pour une plage d'études pendant laquelle les élèves savouraient si profondément le repos du corps qu'elles en oubliaient l'effort intellectuel requis. Les corps étaient tellement exténués par les heures interminables d'exercices que l'obsession était simplement de s'asseoir. Les moments où l'on n'employait pas ses muscles étaient vécus comme des miracles.

D’après Amélie Nothomb «Robert des noms propres»
19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово TOUT так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

 

Normandie

 

 

La côte normande est parsemée d'élégantes stations balnéaires telles Étretat, Honfleur, Trouville, Deauville, ou Cabourg. Là,

les palaces côtoient les petites pensions de famille pour le plus grand bonheur des Parisiens qui s'y rendent _________________ l'année.

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово SATISFAIRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

La campagne a également tout pour__________________ ceux qui aiment les promenades à pied, à cheval, ou en vélo. Le

printemps et l'été, la pêche est ouverte dans les rivières riches en truites et en brochets.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово FRAIS так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Et partout, une gastronomie à base de crème __________________, de fromages odorants, de poissons et de crustacés qui a fait la réputation de la cuisine normande. À juste raison!

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово S’ARRÊTER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le sourire d’un ange

 

 

Visitez la très belle ville de Reims, puis __________________ devant la cathédrale Notre-Dame.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово PASSER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Là, regardez attentivement le portail de gauche: un ange de pierre vous sourit. Depuis près de huit siècles, tous les rois de

France, venus se faire sacrer dans ce magnifique édifice gothique, sont __________________ devant lui.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово INSPIRER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Et c'est lui sans doute qui a __________________ voilà trois siècles, un moine génial, Dom Pérignon l'inventeur du Champagne.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VASTE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

À Reims, à Epernay, n'hésitez pas à descendre sous terre pour parcourir en voiture électrique les plus __________________

caves du monde. Les visites s'achèvent toujours par une dégustation.

26.

Образуйте от слова VIEILLIR однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Résumé du"Cid" de Corneille

 

Don Rodrigue, dit Le Cid, est un très bon commandant, reconnu de tous. Son père, Don Diego devient _________________, mais était aussi très reconnu dans sa jeunesse.

27.

Образуйте от слова MÉPRIS однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le père de Chimène lui a lancé un duel, d'une façon __________________, à cause d'un poste que celui-ci avait reçu auprès du roi.

28.

Образуйте от слова VAINQUEUR однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Mais Don Diego est trop âgé pour se battre, il demande donc à son fils, Rodrigue de ___________________ pour lui et de sauver son honneur et celui de la famille!

29.

Образуйте от слова PIÈGE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Mais Rodrigue et Chimène s'aiment. Rodrigue se retrouve face à un dilemme. Il ne sait que choisir, dans tous les cas il est ______________________.

30.

Образуйте от слова MORT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

S'il se bat et meurt, ou se laisse ________________, alors l'honneur sera perdu et Chimène ne l'aimera plus. Si par son épée, il verse le sang, l'honneur sera sauf, mais Chimène perdue.

31.

Образуйте от слова AIMER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

S'il refuse le combat l'honneur est perdu, l'________________ de Chimène aussi... Il décide de sauver l'honneur même s'il lui faut perdre Chimène. Il combat et tue...

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) la plupart

2) plusieurs

3) nombreux

4) beaucoup


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) symbolise

2) prend

3) désigne

4) montre


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) vêtit

2) habille

3) porte

4) couvre


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) sur

2) sous

3) à

4) en


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) prénom

2) nomination

3) appellation

4) titre


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) représente

2) présente

3) dessine

4) incarne


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) maintenant

2) après

3) tard

4) avant


Marianne

 

Le buste de Marianne est présent dans toutes les mairies françaises, les écoles, ainsi que dans de 32 ______ édifices officiels. Marianne est aussi représentée sur les timbres-poste et, jusqu'à récemment, sur les pièces de monnaie. Ce personnage 33 ______ la France, la République et la principale de ses valeurs: la liberté. L'origine de Marianne remonte à la Révolution française et plus particulièrement à

1792, lorsque la République a été proclamée. Marianne 34 ______ un bonnet phrygien, comme la plupart des révolutionnaires à cette époque. Le bonnet phrygien est une référence aux esclaves affranchis 35 ______ l'Empire romain, qui portaient ce bonnet pour marquer leur liberté retrouvée. Au 18e siècle, Marianne était un 36 ______ très fréquent en France, il associe Marie, la mère du Christ et Anne, la mère de Marie. Le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831), 37 ______ Marianne combattant avec le peuple parisien pendant les trois journées révolutionnaires de juillet 1830. Plus 38 ______, des Françaises célèbres ont servi de modèles au buste de Marianne: les actrices Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, la chanteuse Mireille Mathieu, le mannequin de mode et l’actrice Laetitia Casta.

39.

Votre ami française Justine vous a écrit une lettre, dont voici un extrait.

 

... J'ai toujours su que je voulais être chanteuse. Mes parents s'y sont opposés quand j'avais 8 ans. J'ai souffert de ne pas aller jusqu'au bout de mon rêve... et c'est grâce à cette souffrance que j'ai trouvé quelque chose qui me plaît: la psychologie. J'ai trouvé ma voie justement parce que mes parents s'y sont opposés. Et toi, quel métier veux-tu exercer? Est-ce que les parents approuvent ton choix? Que fais-tu pour réussir?

 

Écrivez une lettre à Justine, répondez à ses questions et posez-lui 3 questions sur ses parents. (Еn 100–140 mots)

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Il n’est pas obligatoire de quitter la maison pour passer de bonnes vacances.

2. Les voyages réels seront bientôt remplacés par les voyages virtuels.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lui lire. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

La Terre est recouverte d’un manteau de gaz différents, et c’est très bien ainsi. Ces gaz laissent passer les rayons solaires à la manière d’une serre de jardin. Ils captent la chaleur émise par la Terre chauffée. Grâce à cet effet de serre, une moyenne de température très supportable règne sur notre planète.

Pourtant, l’homme a rompu l’équilibre naturel. Les usines, les voitures et les habitations rejettent trop de gaz carbonique dans l’atmosphère. Cela augmente l’effet de serre naturel et provoque un réchauffement planétaire. Si les émissions de gaz ne sont pas réduites d’ici à 2100, les conséquences seraient alors catastrophiques. On observerait la montée du niveau des mers et des océans. Le climat se déréglerait en général. Il y aurait une augmentation du nombre de tempêtes, d’ouragans et d’inondations. La désertification toucherait certaines régions de la Terre.

42.

Étudiez la publicité.

 

 

Vous voulez vous inscrire aux cours de cuisine et vous cherchez des informations sur cette activité. Après 1 mn 30 de réflexion, vous posez cinq questions directes pour demander:

 

1) le prix des cours

2) les horaires des cours

3) l’adresse de l’école de cuisine

4) la nécessité d’avoir une tenue spéciale

5) si on obtient un certificat à la fin

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quel genre de temps des dépenses présentées sur les photos vous préférez

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.