№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора Ф ИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 34910

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A (Numéro 1)–F (Numéro 6) и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды.

 

 

1. Presque tous les Français ont un animal domestique.

2. Plusieurs maîtres aiment leur animal, comme si c'était une personne.

3. Mon chat sait allumer la lumière.

4. Mon perroquet chante une vingtaine de chansons.

5. Mes furets adorent jouer à cache-cache.

6. Il est très chouette de jouer avec mon chien.

7. Les personnes au caractère timide ne devraient pas avoir un chien.

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Jules suit un cours d’espagnol.

B. L’École des langues a ouvert il y a 3 ans.

C. Simon a suivi un cours d’anglais pendant un an.

D. Jules est débutant en espagnol.

E. Jules a payé très cher son cours.

F. Élodie a une passion pour le sport.

G. Élodie fait du tennis deux fois par semaine.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Raymond a commencé à comprendre la valeur véritable des livres sur James Bond après...

 

 

1) avoir la chance de les lire tous.

2) avoir vu la version cinématographique.

3) les avoir lus la deuxieme fois.

4.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Raymond commença à comprendre la réelle valeur des livres de James Bond après:

 

1) avoir eu la chance de les lire tous.

2) avoir vu son premier film James Bond.

3) avoir lu tous les livres pour la deuxième fois.

5.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Grâce à internet, les fans de James Bond d'aujourd'hui:

 

1) sont devenus beaucoup plus unis qu'il ne l'étaient auparavant.

2) peuvent publier plus de magazines à propos de Bond.

3) tiennent moins de conventions consacrées à Bond.

6.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Raymond est toujours un fan de Bond, mais maintenant il:

 

1) n'aime pas les nouveaux films sur James Bond.

2) écrit moins d'articles sur Bond.

3) a une plus grande sphère d'intérêt.

7.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Raymond pense que Ian Fleming aurait:

 

1) aimé les films récents sur James Bond s'il les avait vus.

2) aurait été surpris de la durée du succès de James Bond.

3) aurait aimé la manière dont est décrit Bond aujourd'hui.

8.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

D'après Raymond, les livres et les films sur les espions:

 

1) sont intéressants seulement pour les fans de Bond.

2) ne peuvent être associés qu'à la guerre froide.

3) seront toujours attrayants pour les gens.

9.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Maintenant que Raymond a arrêté d'écrire sur Bond, il:

 

1) a assez d'argent pour ne plus travailler.

2) a eu l'occasion de voyager à travers le monde.

3) sent qu'il s'est débarrassé d'un forte pression.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Treize à table!

2. Alerte au mauvais temps

3. Le nouveau chef

4. Emprunter dans la nature

5. Le parcours des mondes

6. La chute inattendue

7. Une bonne nouvelle pour les étudiants

8. La nouvelle adresse de mode

 

A. Les orages présents ce matin sur la Vendée vont rapidement progresser dans l'intérieur du pays, en s'étendant à l'ensemble des départements placés en vigilance orange. Cet épisode sera assez bref, mais violent: on attend en effet de fortes rafales de vent de l'ordre de 100 km/h, localement plus; de la grêle, et des précipitations localement intenses, selon Météo France. Sur l'Ardèche, le vent fort de sud engendre un nouvel épisode de pluies continues avec des cumuls atteignant les 300 mm dans les prochaines 24h.

 

B. Amorcée l’an dernier, la baisse des loyers des logements étudiants s’est confirmée cette année. En août, les montants demandés aux locataires ont diminué dans 68 % des villes pour les studios et dans trois quarts des agglomérations pour les 2 pièces, selon le baromètre réalisé par Locationetudiant. fr, qui se base sur 54 500 annonces de location dans les principales villes étudiantes. Même Paris n’échappe plus à cette tendance, avec des loyers moyens en légère baisse pour les studios et les deux pièces par rapport à l’an dernier.

 

C. «Le Grand Journal» nouvelle version, le rendez-vous de début de soirée de Canal Plus (entre 18 h 50 et 20 h 10), peine à trouver son public. Son audience pique du nez. L’arrivée de la journaliste-animatrice Maïténa Biraben n’infléchit pas la courbe. Jeudi 10 septembre, ils n’étaient plus que 611 000 téléspectateurs à suivre le talk-show. L’émission a été, en l’occurrence, devancée par les programmes des grandes chaînes (TF1, France 3, France 2, M6).

 

D. Serge Lasvignes, né en 1954, agrégé de lettres puis énarque, secrétaire général du gouvernement depuis 2006, a été nommé le 4 mars 2015 président du Centre Pompidou. D’abord, il s’est consacré à bien découvrir l’intérieur. Selon lui, le Centre Pompidou est attachant, puissant, avec une vraie force créative et un personnel très engagé. Il a une programmation riche, diversifiée, proposant une nouvelle présentation des collections modernes, qui sait allier le sens et le plaisir, qui accueille un public passionné et nombreux.

 

E. Le «salon international des arts premiers et asiatiques», créé en 2001, s’est développé depuis lors, jusqu’à réunir aujourd’hui 85 marchands spécialisés dans les arts d’Afrique, d’Océanie, des Indiens d’Amérique du Nord, d’Asie du Sud-Est et, pour la première fois cette année, de la Chine, du Japon et de l’Inde. Il faut donc de plus en plus de temps pour visiter les boutiques dans les six rues du 6e arrondissement où galeristes parisiens et confrères venus de Bruxelles, Londres, New York ou Montréal se côtoient, négocient entre eux achats et échanges aussi.

 

F. Le biomimétisme consiste à s’inspirer de propriétés essentielles de systèmes biologiques, animaux ou végétaux, pour mettre au point des formes, des matériaux, des procédés de production dans une approche durable et innovante. Les exemples de ces innovations sont nombreux. Les possibilités sont énormes, dans l’habitat, la cosmétique, les matériaux, l’énergie … Mais reproduire les procédés naturels dans un cadre industriel n’est pas simple. Les recherches sont longues et n’aboutissent pas toujours.

 

G. Fin 2014, la maison de mode s'est installée à «Vivienne», un hôtel particulier parisien. Cet écrin historique permet à la marque française de se réinventer des racines. Ses nouveaux occupants l'ont rebaptisé «Vivienne», du nom de la rue où il est situé, mais son appellation historique est hôtel Colbert de Torcy. Cet hôtel particulier parisien construit au XVIIe siècle héberge depuis dix mois le siège de la maison Céline. Administration, communication, studio de création, comptabilité… Tous les services sont ici réunis.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

L’Assemblée nationale vient de rendre obligatoire l'apprentissage de l'hymne national dans le primaire. Ce qu’exige la loi, c'est non pas d'apprendre «La Marseillaise» par coeur, mais de l'enseigner. L'hymne national doit être appris A_______________________, par exemple: on étudie les mots, l'histoire du poète, l’époque. On tourne autour du texte. Il ne s'agit pas, chaque matin, de mettre les enfants en rang par deux dans la cour de l’école pour chanter «La Marseillaise». Mais l’école a un rôle primordial dans la transmission des valeurs de la République. II est donc normal d'enseigner l'hymne national qui les exalte, de redire B_______________________, c’est-à-dire la liberté individuelle et le respect de l'autre.

Les paroles de ce chant sont guerrières, mais on ne croit pas C_______________________. Ils voient des choses beaucoup plus violentes à la télévision. Il ne faut pas attendre le collège pour étudier «La Marseillaise». L’adhésion à l’idée de la République commence D_______________________. Dans le primaire, les élèves n'ont pas encore de convictions bien affirmées. Si l’école ne peut pas parler des valeurs de la République, alors on a un problème! La loi impose seulement E_______________________. Ensuite, l’éducation nationale décidera de la manière F_______________________. L'enseignement de «La Marseillaise» permet, en partie, de répondre à l'enjeu de l'assimilation des populations extérieures sur le territoire national.

 

1. que nous vivons ensemble

2. quelles sont ces valeurs

3. dont ce sera fait

4. quand on est tout jeune

5. que les enfants du primaire seront traumatisés

6. que les cours comprennent l'enseignement de «La Marseillaise»

7. comme on le ferait avec un poème de Prévert

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Jacques Vingtras s’est trouvé enfermé dans la salle de classe parce qu’il ...

 

1) était puni

2) avait peur d’aller à la maison

3) avait un devoir à terminer

4) attendait son professeur


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

13.

Qu’est-ce qu’il y faisait ?

 

1) Il regardait la télé.

2) Il lisait un livre.

3) Il faisait ses devoirs.

4) Il jouait aux jeux vidéo.


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

14.

Quelle émotion a-t-il éprouvé ?

 

1) la curiosité

2) l’espoir

3) la joie

4) le désespoir


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

15.

Quelque temps après il a commencé à avoir ...

 

1) peur

2) faim

3) chaud

4) un malaise


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

16.

Qui a ouvert la porte de la salle où il était enfermé ?

 

1) le Vendredi

2) Robinson

3) le sauvage

4) le surveillant


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

17.

Où Jacques est-il allé après être libéré ?

Il est allé ...

 

1) à la maison.

2) dans la chambre du pion.

3) chez le directeur du collège.

4) chez son ami.


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

18.

Qu’est-ce qu’il y a fait ?

 

1) Il a raconté son aventure.

2) Il a écrit une lettre.

3) Il s’est couché.

4) Il s’est replongé dans son livre.


L'île d'un Robinson

Jacques Vingtras a bousculé un jeune surveillant de son collège. Pour le punir, on l'a enfermé à clef dans une salle d'étude vide. C'est là qu'il découvre, oublié dans un coin, un ouvrage : Robinson Crusoé...

 

Il est nuit. Je m'en aperçois tout d'un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il?

Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s'effacent, les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d'un mot, puis plus rien.

J'ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse; je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d'une émotion immense, remué jusqu'au fond de la cervelle et jusqu'au fond du coeur; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l'île, et je vois se profiler la tête longue d'un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l'espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l'horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l'éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain...

La faim me vient : j'ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j'entends dans la cale de l'étude?

Comment faire du feu? J'ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j'adore la limonade!

Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Ce sont des sauvages? C'est le petit pion qui s'est souvenu, en se levant, qu'il m'avait oublié, et qui vient voir si j'ai été dévoré par les rats, ou si c'est moi qui les ai mangés.

Il a l'air un peu embarrassé, le pauvre homme ! — il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse; il s'excuse de son mieux et m'entraîne dans sa chambre, où il me dit d'allumer un bon feu et de me réchauffer.

Il a du thon mariné dans une timbale « et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là dans un coin, qu'un ami a laissé il y a deux mois ». C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon... Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du -thon - poisson d'Océan – , la goutte — salut du matelot – et du feu – phare des naufragés.

Je me rejette dans le livre que j'avais caché entre ma chemise et ma peau, et je le dévore – avec un peu de thon, des larmes de cognac – devant la flamme de la cheminée.

Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu'il y a dix ans que j'ai quitté le collège; j'ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. – Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d'embrasser leur enfant perdu? (C'était l'occasion pourtant, puisqu'ils ne l'embrassaient jamais auparavant.) O ma mère! ma mère!

Je dis : « ô ma mère ! » sans y penser beaucoup, c'est pour faire comme dans les livres. Et j'ajoute : « Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir ! »

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово COMPRENDRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Passer à la télé

 

 

Vous voulez passer à la télé... vous en rêvez. Vous avez envoyé de multiples enquêtes, vous vous êtes proposé(e) pour de différentes émissions... et voilà! On vous invite! C'est le bonheur absolu, vous __________________ que c’est une chance unique!

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ÊTRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Quelques conseils. D’abord, ____________________ prêt(e) à tout : 6 heures devant les caméras, plusieurs doubles, pas de pauses... La télé, ce n’est pas facile!

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово SAVOIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

_________________ encore qu’il faut choisir une bonne tenue : mettez plutôt des vêtements unis, sans motifs, sinon vous ne serez pas très joli(e) sur l’écran!

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово BEAU так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Blanche-Neige

 

Il était une fois, dans un pays lointain, une princesse _______________ comme le jour, jalousée par sa marâtre.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CELUI так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

«Miroir, miroir magique, dis-moi qui est la plus jolie?», demandait sans cesse _________________-ci.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ÉPARGNER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Un jour que le miroir lui répondit que Blanche-Neige était la plus jolie du royaume, la méchante femme ordonna qu’on la tue. ___________________, Blanche-Neige trouva refuge dans une maison abritant sept nains.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово FOU так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

____________________ de rage, la marâtre offrit une pomme empoisonnée à la belle, qui la plongea dans un profond sommeil. Mais le beau prince réussit à la réveiller et la demanda en mariage..

26.

Образуйте от слова SPORT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Le sport et l’enfant

 

 

Bouger, voir ses capacités s’améliorer, se mesurer aux autres, partager des activités __________________ qui procurent des émotions, des tensions et des réussites, autant de raisons pour que les jeunes se passionnent pour le sport.

27.

Образуйте от слова AMOUR однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le choix des activités s’effectue enfonction de la nature et des goûts du jeune. Un enfant timide préférera peut-être le karaté pour apprendre à se défendre,un __________________ de la nature choisira l’équitation, la bicyclette, l’escalade, le ski de fond, la piscine …

28.

Образуйте от слова COORDINER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il est possible de commencer très tôt une activité: les bébés nageurs en sont un brillant exemple. Dans ces cas, il ne s’agit pas tant de pratiquer une véritable activité physique, car les capacités de __________________ et de synchronisation de l'enfant ne sont pas encore achevées en dessous de 5 ans.

29.

Образуйте от слова MAÎTRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les tout petits se familiarisent déjà avec une activité, développent une aisance dansun milieu (aquatique par exemple), apprennent à __________________ leur corps.

30.

Образуйте от слова INTÉRESSANT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les jeunes entre 7 et 11 ans ont de grandes capacités motrices, vers 9 ou 10 ans, l’enfantmanifeste un __________________ grandissant pour les résultatsde ses activités physiques.

31.

Образуйте от слова OPPOSER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il comprend combien le sport le valorise. C’est aussi une période où il canalise ses émotions – domination, __________________, agressivité.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) petite

2) grande

3) moyenne

4) cadette


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) le

2) lui

3) elle

4) y


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) par

2) pour

3) car

4) pourque


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) profondément

2) joyeusement

3) malheureusement

4) couramment


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) tas

2) beaucoup

3) multiples

4) énormément


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) a

2) est

3) va

4) vient


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) livre

2) roman

3) récit

4) lecture


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

39.

Vous avez reçu une lettre de votre ami français Camille qui vous écrit:

 

… Pour mon anniversaire, mes grands-parents m’ont offert un très beau livre sur le Kremlin de Moscou. J’ai décidé de visiter Moscou à Noël et j’ai déjà réservé une chambre à l’hôtel loin du centre-ville. Sais-tu quels transports on peut prendre à Moscou? Quels vêtements dois-je prévoir pour l’hiver russe? Quels sites historiques, outre le Kremlin, faut-il visiter à Moscou?

Cette année je fréquente une école de dessin …

 

Ecrivez une lettre à Camille.

Dans votre lettre

– répondez à ses questions

– posez-lui 3 questions sur l’école de dessin

Ecrivez 100–140 mots.

Suivez les règles de la présentation des lettres non officielles.

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Beaucoup de gens connaissent mal leur patrie, parce qu’ils voyagent très peu à travers leur pays.

2. Lire un livre est plus intéressant et utile que regarder un film.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lire à votre ami. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

L'autruche est l'oiseau qui pond le plus petit oeuf pour sa taille. Bien qu'il soit la plus grande cellule unique dans la nature, un œuf d'autruche est inférieure à 2 pour cent du poids de la mère. Un oeuf de roitelet, par comparaison, est inférieur à 13 pour cent de son poids. Le plus grand œuf par rapport à la taille de l'oiseau est celui du kiwi qui représente 26 pour cent de son propre poids.

Un œuf d'autruche pèse autant que vingt-quatre oeufs de poule; l'ébullition douce prends 45 minutes. Reine Victoria a goûté un oeuf d'autruche pour le petit déjeuner et l'a déclarée parmi les meilleurs repas qu'elle avait jamais mangé. Le plus grand oeuf pondu par un animal — y compris les dinosaures — appartenait à l'oiseau d'éléphant de Madagascar, qui s'est éteinte en 1700. Il était dix fois la taille d'un œuf d'autruche, neuf litres en volume et l'équivalent de 180 oeufs de poulets.

42.

Observez ce document.

 

 

Vous envisagez d'aller au bar de sushi et vous souhaitez obtenir plus d'informations. Dans 1mn30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir:

1) les heures de travail

2) des plats spéciaux

3) s'ils disposent d'une connexion Wi-Fi

4) emplacement du restaurant

5) les escomptes

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quelle voiture, présenté sur les photos que vous souhaitez monter

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.