№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 34097

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды. Занесите свои ответы в таблицу.

 

 

1. Le Jour de l’An est l’occasion de retrouver ses amis.

2. En France on assiste à un retour des traditions.

3. Certaines traditions barbares sont à supprimer.

4. Le Noël reste une fête de famille.

5. Il faut garder des traditions et en adopter de nouvelles.

6. On ne doit pas imposer des fêtes commerciales.

7. On dira «Madame» à toutes les femmes.

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Romain propose de faire un voyage au Québec.

B. Romain est déjà allé au Québec.

C. Amélie est au chômage.

D. Amélie a trouvé un boulot en lisant une annonce.

E. L’entreprise des meubles cherche une standardiste pour 6 semaines.

F. Romain aime bien le travail d’Amélie.

G. Amélie va partir au Québec en août.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

A part être écrivain, Yves Loude exerce le métier de ...

1) enseignant.

2) viticulteur.

3) ethnologue.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Yves Loude a fait du journalisme pendant ...

1) 2 ans.

2) 6 ans.

3) 20 ans.

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Pour Yves Loude être écrivain c’est de transmettre ...

 

1) des idées.

2) des expériences.

3) des savoirs.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Au début de sa carrière, Yves Loude écrivait ...

 

1) des livres jeunesse.

2) des récits de voyage.

3) des livres d’ethnologie.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Dans le projet du livre “Vol du nez” les élèves sont ...

 

1) auteurs.

2) informateurs.

3) personnages.

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Les événements du “Vol du nez” se passent en ...

 

1) France.

2) Inde.

3) Chine.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Yves Loude envisage de ...

 

1) continuer le projet.

2) commencer un autre projet.

3) arrêter le projet.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. La pollution atmosphérique

2. L’année la plus chaude? Pas pour tous

3. Nouveau système de circulation

4. Fin de « l’enfant unique »

5. Une fuite de gaz massive

6. Des arbres énormes peuvent disparaître

7. Plus de sacs en plastique!

8. Nouveau roman, nouvelle héroïne

 

A. Auteure de « La Visite à Brooklyn » et de « Ce qui demeure », lauréate du National Book Award pour Charming Billy, la romancière américaine Alice McDermott, rencontrée à Paris, a parlé de son sixième roman. L'héroïne, jeune femme complètement myope, celle-ci n’attire guère, en effet, les regards. « Marie n’a aucun atout, commente Alice McDermott avec tendresse. En plus d’être myope, elle est petite, effacée, pas très belle et elle mène une vie parfaitement lisse. Or c’est justement cela qui m’intéressait....

 

B. La concentration de particules fines dans l’atmosphère est liée à la météo clémente en Italie au mois de décembre. En l’absence de vent et de pluie, l’air ne se renouvelle pas et les particules restent en suspension dans ’atmosphère. Face à l’urgence de la situation, plusieurs grandes villes ont pris des mesures exceptionnelles pour réduire deux sources de pollution : le chauffage et le carburant automobile.

 

C. Des dizaines de millions de grands arbres dans les forêts californiennes sont menacés par la sécheresse historique qui frappe l’Etat depuis 2011, affirme une étude publiée lundi 28 décembre dans Les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences. Les massifs forestiers de la région pourraient subir des changements irréversibles, même si le courant équatorial chaud du Pacifique, El Niño, réapparu cette année, devrait accroître les précipitations en 2016.

 

D. Lundi 28 décembre, la société de distribution «Southern California Gas Co» a annoncé l’avoir précisément localisée dans un puits de forage de gaz naturel sous terre, sur le site d’Aliso Canyon – un ancien gisement de pétrole à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Los Angeles, qui représente l’un des plus grands réservoirs des Etats-Unis. Il faudra encore trois à quatre mois pour neutraliser totalement cet incident industriel majeur.

 

E. À la veille de Noël, on a dévoilé les modalités d’un plan de circulation alternée qui va être expérimenté dans la capitale de l’Inde durant les deux premières semaines du mois de janvier. Or, comme l’ont aussitôt fait remarquer les médias, l’idée de n’autoriser l’usage des véhicules à l’immatriculation impaire que les jours impairs, et les autres les jours pairs, augmente les trafics en tous genres.

 

F. Les sacs en plastique à usage unique devraient disparaître progressivement des caisses de supermarché. Décidée dans le cadre de la loi sur la transition énergétique promulguée en août, la mesure ne sera pas effective avant la fin de mars 2016. Cela signifie que les sacs ne seront pas « formellement » interdits avant cette date, et que les contrevenants ne seront pas sanctionnés. Mais les commerçants sont invités à appliquer la loi dès janvier. Selon le ministère de l’écologie, la Commission européenne a choisi de bloquer la publication du décret jusqu’au 28 mars, afin d’évaluer les risques juridiques de cette mesure et d’éviter les recours des fabricants de sacs.

 

G. Quand on dit que 2015 est l'année la plus chaude il s’agit, bien sûr, de moyennes mondiales, qui recouvrent des disparités régionales. La partie orientale de l’Amérique du Nord a ainsi connu une année plus froide que la normale, tandis que l’Argentine, après un début d’année brûlant, a enregistré le mois d’octobre le plus frais de son histoire. De même, des températures exceptionnellement basses ont été relevées en Antarctique, en raison d’un phénomène atmosphérique propre à la région australe.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

Le développement du transport des personnes a toujours été un enjeu fondamental de la société. Le transport permet de rassembler les hommes, de communiquer et de se rencontrer, de développer des activités collectives, d'échanger des biens mais aussi d'idées. De nos jours, la mobilité se développe rapidement, A_________________________. Face à une demande B________________________, il faut donc renforcer les infrastructures et utiliser au mieux les différents moyens de transport.

Une tâche gigantesque, certes, mais les moyens d'y parvenir sont nombreux et C________________________. Les spécialistes distinguent en général trois différentes demandes en matière de transport des personne: les migrations alternantes, les déplacements d'affaires et les déplacements d'achats et de loisirs. Les migrations alternantes sont les déplacements entre le domicile et le lieu de travail ou l'école. Ces déplacements posent le plus de problèmes, D_________________________.

En général, il est estimé que les déplacements d'affaires représentent 10% seulement du total des déplacements. Ces déplacements sont liés à l'activité économique, mais posent moins de problèmes E_________________________. Les déplacements d'achats et les déplacement pour affaires personnelles sont estimés à environ un tiers du volume total des déplacements.

Au fil des temps, l'homme n'a cessé de développer des moyens de transport adéquats et F_________________________. Ils s'agit principalement des piliers du transport en commun tels que les bus, les trams et le métro; le transport par autocar et les déplacements en taxi.

 

1. répondant à ses besoins

2. car elle ne cesse d'augmenter en fonction du niveau des revenus

3. parfaitement adaptés aux exigences de notre temps

4. qui croît très vite

5. qui pose beaucoup de problèmes

6. puisque leurs horaires sont fort étendus tout au long de la journée

7. car ils sont concentrés dans le temps (les heures de pointe)

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Lucie a commencé à travailler à l’hôpital...

 

1) parce qu’elle voulait aider les gens.

2) parce qu’elle voulait devenir médecin.

3) parce qu’elle n’a pas trouvé d’autre travail.

4) pour aider son compagnon pendant l’opération.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

13.

Dans l’hôpital où Lucie travaillait...

 

1) il y avait peu de malades.

2) il manquait de médicaments.

3) il y avait beaucoup de malades.

4) il y avait peu de médecins qualifiés.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

14.

Lucie et son ami ne se sont pas mariés en Italie parce que...

 

1) ils étaient trop jeunes.

2) ils voulaient encore réfléchir.

3) ils voulaient organiser une grande fête.

4) ils n’avaient pas les documents nécessaaires.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

15.

Dans ces lettres qu’elle envoyait au front, Lucie parlait...

 

1) de ses plans pour le futur.

2) du travail et de son amour.

3) de ses loisirs et de ses sentiments.

4) de son envie de revenir à la maison.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

16.

La querelle dans le train s’est produite parce que Lucie...

 

1) ne voulait pas quitter son travail.

2) ne voulait pas revenir en Amérique.

3) voulait partir tout de suite avec son ami.

4) n’était pas d’accord sur l’organisation du mariage.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

17.

Lucie a quitté son ami ...

 

1) pour travailler comme sage-femme.

2) parce qu’il a trouvé une autre femme.

3) parce qu’elle avait rencontré un autre homme.

4) parce que son ami avait des problèmes avec l’alcool.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

18.

Finalement, Lucie ...

 

1) a épousé un Italien.

2) a épousé son ancien ami.

3) a épousé un autre homme en Amérique.

4) ne s’est jamais mariée.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VOULOIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le château de ma mère Tous les matins, vers quatre heures, mon père ouvrait la porte de ma chambre et chuchotait: « __________________ – tu venir?»

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово AVOIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Ni les ronflements de l’oncle Jules, ni les hurlements du cousin Pierre n’ __________________ pas la force de traverser mon sommeil, mais le chuchotement de mon père me jetait à bas de mon lit.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово RÉVEILLER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Je m’habillais dans la nuit en silence, pour ne pas __________________ notre petit Paul et je descendais à la cuisine où l’oncle Jules faisait chauffer le café

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово GARNIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

pendant que mon père __________________ les cartouchières.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово COMMENCER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

 

NOTRE-DAME

Erigée sur le lieu même où une basilique chrétienne avait déjà pris la place d’un temple de l’époque romaine, Notre-Dame a résulté de la décision de Maurice Sully qui, en 1163, a fait

__________________ la construction du choeur.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово S’ATTAQUER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Puis on __________________ à la construction des chapelles des nefs et de celles de choeur, sous la direction de l’architecte Jean des Chelles.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ETRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Vers 1250 la façade du bras Nord du transept se trouvait terminée, tandis que celle du bras Sud __________________ commencée environ huit ans plus tard.

26.

Образуйте от слова CLIMAT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

L’Arctique en danger

 

 

L’Arctique est l’un des derniers espaces préservés de notre planète. Avec sa biodiversité exceptionnelle, elle joue un rôle essentiel dans l’équilibre __________________ mondial. Et pourtant, cet écosystème unique est en voie de disparition.

27.

Образуйте от слова AUGMENTER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

L’__________________ des températures y est plus forte qu’ailleurs. Elle provoque un recul considérable du manteau de glace qui sert à modérer les températures sur tout le globe.

28.

Образуйте от слова METTRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

La __________________ en danger de ce régulateur aurait des conséquences catastrophiques. Mais la plupart n’y voient que la possibilité de découvrir le gaz et le pétrole dans des zones qui étaient inaccessibles avant la fonte.

29.

Образуйте от слова TRAGÉDIE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Pourtant, il ne faut surtout pas aller creuser en Arctique. Températures glaciales, épaisse couche de glace, mauvaise visibilité: une marée noire serait incontrôlable et les conséquences sur l’écosystème __________________.

30.

Образуйте от слова PROTÉGER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Nous devons obtenir des organisations internationales la __________________ de l’Arctique. Le traité de Madrid a déclaré l’Antarctique réserve naturelle mondiale, nous pouvons l’obtenir pour l’Arctique aussi.

31.

Образуйте от слова DÉFENDRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Et si vous aussi, vous êtes révolté par le sacrifice de l’Arctique pour seulement quelques gouttes de pétrole en plus, rejoignez les __________________ de l’Arctique. Cette terre exceptionnelle doit rester à tous et n’appartenir à personne.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) le long

2) par

3) sur

4) dans


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Обведите номер выбранного Вами варианта ответа.

Les amis de Mondo

Mondo avait trouvé beaucoup d'amis, rien qu'en marchant 32 ______ les rues. Mais il ne parlait pas à tout le monde. Ce n'étaient pas des amis pour parler, ou pour jouer. C'étaient des amis pour saluer au passage, très vite, avec un clin d'oeil, ou pour faire un signe 33 ______, au loin, de l'autre côté de la rue. C'étaient des amis aussi pour manger, comme la dame boulangère 34 ______ donnait tous les jours un morceau de pain. Elle avait un vieux visage rosé, très régulier et très 35 ______ comme une statue italienne. Elle était toujours habillée de noir et ses cheveux blancs tressés étaient coiffés en chignon. Elle avait d'ailleurs un nom italien, elle s'appelait Ida, et Mondo aimait bien entrer dans son magasin. Quelquefois il travaillait pour elle, il allait 36 ______ du pain aux commerçants du voisinage. Quand il revenait, elle coupait une grosse tranche dans un pain rond et elle la lui tendait, enveloppée dans du papier transparent. Mondo ne lui avait jamais demandé de l'adopter, peut-être parce qu'il l'aimait 37 ______ bien et que ça l'intimidait. Mondo 38 ______ lentement vers la mer en mangeant le morceau de pain. Il le cassait par petits bouts, pour le faire durer, et mangeait sans se presser. Il paraît qu'il vivait surtout de pain, à cette époque-là. Tout de même il gardait quelques miettes pour donner à des amies mouettes.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) de la main

2) du doigt

3) de l’épaule

4) du bras


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Обведите номер выбранного Вами варианта ответа.

Les amis de Mondo

Mondo avait trouvé beaucoup d'amis, rien qu'en marchant 32 ______ les rues. Mais il ne parlait pas à tout le monde. Ce n'étaient pas des amis pour parler, ou pour jouer. C'étaient des amis pour saluer au passage, très vite, avec un clin d'oeil, ou pour faire un signe 33 ______, au loin, de l'autre côté de la rue. C'étaient des amis aussi pour manger, comme la dame boulangère 34 ______ donnait tous les jours un morceau de pain. Elle avait un vieux visage rosé, très régulier et très 35 ______ comme une statue italienne. Elle était toujours habillée de noir et ses cheveux blancs tressés étaient coiffés en chignon. Elle avait d'ailleurs un nom italien, elle s'appelait Ida, et Mondo aimait bien entrer dans son magasin. Quelquefois il travaillait pour elle, il allait 36 ______ du pain aux commerçants du voisinage. Quand il revenait, elle coupait une grosse tranche dans un pain rond et elle la lui tendait, enveloppée dans du papier transparent. Mondo ne lui avait jamais demandé de l'adopter, peut-être parce qu'il l'aimait 37 ______ bien et que ça l'intimidait. Mondo 38 ______ lentement vers la mer en mangeant le morceau de pain. Il le cassait par petits bouts, pour le faire durer, et mangeait sans se presser. Il paraît qu'il vivait surtout de pain, à cette époque-là. Tout de même il gardait quelques miettes pour donner à des amies mouettes.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) les

2) le

3) leur

4) lui


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Обведите номер выбранного Вами варианта ответа.

Les amis de Mondo

Mondo avait trouvé beaucoup d'amis, rien qu'en marchant 32 ______ les rues. Mais il ne parlait pas à tout le monde. Ce n'étaient pas des amis pour parler, ou pour jouer. C'étaient des amis pour saluer au passage, très vite, avec un clin d'oeil, ou pour faire un signe 33 ______, au loin, de l'autre côté de la rue. C'étaient des amis aussi pour manger, comme la dame boulangère 34 ______ donnait tous les jours un morceau de pain. Elle avait un vieux visage rosé, très régulier et très 35 ______ comme une statue italienne. Elle était toujours habillée de noir et ses cheveux blancs tressés étaient coiffés en chignon. Elle avait d'ailleurs un nom italien, elle s'appelait Ida, et Mondo aimait bien entrer dans son magasin. Quelquefois il travaillait pour elle, il allait 36 ______ du pain aux commerçants du voisinage. Quand il revenait, elle coupait une grosse tranche dans un pain rond et elle la lui tendait, enveloppée dans du papier transparent. Mondo ne lui avait jamais demandé de l'adopter, peut-être parce qu'il l'aimait 37 ______ bien et que ça l'intimidait. Mondo 38 ______ lentement vers la mer en mangeant le morceau de pain. Il le cassait par petits bouts, pour le faire durer, et mangeait sans se presser. Il paraît qu'il vivait surtout de pain, à cette époque-là. Tout de même il gardait quelques miettes pour donner à des amies mouettes.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) fripé

2) ridé

3) crispé

4) lisse


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Обведите номер выбранного Вами варианта ответа.

Les amis de Mondo

Mondo avait trouvé beaucoup d'amis, rien qu'en marchant 32 ______ les rues. Mais il ne parlait pas à tout le monde. Ce n'étaient pas des amis pour parler, ou pour jouer. C'étaient des amis pour saluer au passage, très vite, avec un clin d'oeil, ou pour faire un signe 33 ______, au loin, de l'autre côté de la rue. C'étaient des amis aussi pour manger, comme la dame boulangère 34 ______ donnait tous les jours un morceau de pain. Elle avait un vieux visage rosé, très régulier et très 35 ______ comme une statue italienne. Elle était toujours habillée de noir et ses cheveux blancs tressés étaient coiffés en chignon. Elle avait d'ailleurs un nom italien, elle s'appelait Ida, et Mondo aimait bien entrer dans son magasin. Quelquefois il travaillait pour elle, il allait 36 ______ du pain aux commerçants du voisinage. Quand il revenait, elle coupait une grosse tranche dans un pain rond et elle la lui tendait, enveloppée dans du papier transparent. Mondo ne lui avait jamais demandé de l'adopter, peut-être parce qu'il l'aimait 37 ______ bien et que ça l'intimidait. Mondo 38 ______ lentement vers la mer en mangeant le morceau de pain. Il le cassait par petits bouts, pour le faire durer, et mangeait sans se presser. Il paraît qu'il vivait surtout de pain, à cette époque-là. Tout de même il gardait quelques miettes pour donner à des amies mouettes.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) remporter

2) emporter

3) porter

4) rapporter


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Обведите номер выбранного Вами варианта ответа.

Les amis de Mondo

Mondo avait trouvé beaucoup d'amis, rien qu'en marchant 32 ______ les rues. Mais il ne parlait pas à tout le monde. Ce n'étaient pas des amis pour parler, ou pour jouer. C'étaient des amis pour saluer au passage, très vite, avec un clin d'oeil, ou pour faire un signe 33 ______, au loin, de l'autre côté de la rue. C'étaient des amis aussi pour manger, comme la dame boulangère 34 ______ donnait tous les jours un morceau de pain. Elle avait un vieux visage rosé, très régulier et très 35 ______ comme une statue italienne. Elle était toujours habillée de noir et ses cheveux blancs tressés étaient coiffés en chignon. Elle avait d'ailleurs un nom italien, elle s'appelait Ida, et Mondo aimait bien entrer dans son magasin. Quelquefois il travaillait pour elle, il allait 36 ______ du pain aux commerçants du voisinage. Quand il revenait, elle coupait une grosse tranche dans un pain rond et elle la lui tendait, enveloppée dans du papier transparent. Mondo ne lui avait jamais demandé de l'adopter, peut-être parce qu'il l'aimait 37 ______ bien et que ça l'intimidait. Mondo 38 ______ lentement vers la mer en mangeant le morceau de pain. Il le cassait par petits bouts, pour le faire durer, et mangeait sans se presser. Il paraît qu'il vivait surtout de pain, à cette époque-là. Tout de même il gardait quelques miettes pour donner à des amies mouettes.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) finalement

2) profondément

3) uniquement

4) vraiment


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Обведите номер выбранного Вами варианта ответа.

Les amis de Mondo

Mondo avait trouvé beaucoup d'amis, rien qu'en marchant 32 ______ les rues. Mais il ne parlait pas à tout le monde. Ce n'étaient pas des amis pour parler, ou pour jouer. C'étaient des amis pour saluer au passage, très vite, avec un clin d'oeil, ou pour faire un signe 33 ______, au loin, de l'autre côté de la rue. C'étaient des amis aussi pour manger, comme la dame boulangère 34 ______ donnait tous les jours un morceau de pain. Elle avait un vieux visage rosé, très régulier et très 35 ______ comme une statue italienne. Elle était toujours habillée de noir et ses cheveux blancs tressés étaient coiffés en chignon. Elle avait d'ailleurs un nom italien, elle s'appelait Ida, et Mondo aimait bien entrer dans son magasin. Quelquefois il travaillait pour elle, il allait 36 ______ du pain aux commerçants du voisinage. Quand il revenait, elle coupait une grosse tranche dans un pain rond et elle la lui tendait, enveloppée dans du papier transparent. Mondo ne lui avait jamais demandé de l'adopter, peut-être parce qu'il l'aimait 37 ______ bien et que ça l'intimidait. Mondo 38 ______ lentement vers la mer en mangeant le morceau de pain. Il le cassait par petits bouts, pour le faire durer, et mangeait sans se presser. Il paraît qu'il vivait surtout de pain, à cette époque-là. Tout de même il gardait quelques miettes pour donner à des amies mouettes.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) marchait

2) courait

3) se précipitait

4) partait


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Обведите номер выбранного Вами варианта ответа.

Les amis de Mondo

Mondo avait trouvé beaucoup d'amis, rien qu'en marchant 32 ______ les rues. Mais il ne parlait pas à tout le monde. Ce n'étaient pas des amis pour parler, ou pour jouer. C'étaient des amis pour saluer au passage, très vite, avec un clin d'oeil, ou pour faire un signe 33 ______, au loin, de l'autre côté de la rue. C'étaient des amis aussi pour manger, comme la dame boulangère 34 ______ donnait tous les jours un morceau de pain. Elle avait un vieux visage rosé, très régulier et très 35 ______ comme une statue italienne. Elle était toujours habillée de noir et ses cheveux blancs tressés étaient coiffés en chignon. Elle avait d'ailleurs un nom italien, elle s'appelait Ida, et Mondo aimait bien entrer dans son magasin. Quelquefois il travaillait pour elle, il allait 36 ______ du pain aux commerçants du voisinage. Quand il revenait, elle coupait une grosse tranche dans un pain rond et elle la lui tendait, enveloppée dans du papier transparent. Mondo ne lui avait jamais demandé de l'adopter, peut-être parce qu'il l'aimait 37 ______ bien et que ça l'intimidait. Mondo 38 ______ lentement vers la mer en mangeant le morceau de pain. Il le cassait par petits bouts, pour le faire durer, et mangeait sans se presser. Il paraît qu'il vivait surtout de pain, à cette époque-là. Tout de même il gardait quelques miettes pour donner à des amies mouettes.

39.

Votre amie française Justine vous a écrit une lettre, dont voici un extrait.

 

…Hier, un prof nous a longtemps parlé de la culture, d’après lui, nous, les jeunes, sommes passifs, nous n 'allons pas au théâtre et tout ça. Il pense qu'on ne fait que passer le temps devant l'écran. Pas d'accord! J'aime naviguer sur Internet, mais j'aime aussi aller voir une expo, je m'intéresse à l'art. Et toi, aimes-tu les activités culturelles? Quelles activités tu préfères? Est-ce que les profs de ton école tâchent de vous associer à l'art?...

 

Écrivez une lettre à Justine, répondez à ses questions et posez-lui 3 questions sur ses parents. (Еn 100–140 mots)

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Il ne faut pas prêter beaucoup d’attention à la mode.

2. Aujourd’hui le vélo devient le moyen de transport de plus en plus répandu.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lire à votre ami. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1mn30 pour le lire à haute voix.

 

On n'a jamais remarquer qu'une autruche enterre sa tête dans le sable. Elle s'étoufferait si elle le faisait. Quand le danger menace, les autruches s'enfuient comme autre animal raisonnable. Le mythe des autruches peut être survenu parce qu'ils s'allongent quelquefois dans leur nid avec leur cou tendu et scrutent l'horizon rapidement pour le problème. Si le prédateur arrive trop près elles se lèvent. L'autruche est le plus grand oiseau dans le monde.

Le mythe que les autruches enterrent leur tête a été d'abord annoncé par l'historien romain, qui croyait aussi que les autruches pourraient faire éclore leurs œufs en les regardant agressivement. Il n'a pas mentionné leur capacité d'avaler des choses bizarres. Aussi bien que les pierres qu'ils utilisent pour aider la digestion, les autruches mangeront du fer, du cuivre, une brique ou du verre. On a constaté qu'une autruche dans le Zoo de Londres avait mangé une longueur d'un mètre de corde, une bobine de film, une montre et un certain nombre de pièces.

42.

Observez ce document.

 

 

Vous envisagez d'acheter la tablette et que vous souhaitez obtenir plus d'informations. Dans 1mn 30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir:

 

1) fonctions de l'appareil

2) la vie de la batterie

3) de réduction

4) choses que vous obtenez dans le kit

5) un service de réservation en ligne

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que pendant votre voyage vous avez pris plusieurs photos. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e. Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes.

 

 

 

Photo 1Photo 2Photo 3

 

Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner :

 

• l’endroit où vous l'avez prise

• ce qu’on voit sur la photo

• à quelle occasion elle a été prise

• pourquoi vous l'avez prise

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’ un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase: «J’ai choisi la photo N° …»

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant comment vous préférez écouter la musique (selon les photos)

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.