№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 34096

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды. Занесите свои ответы в таблицу.

 

 

1. Je suis contre les amitiés virtuelles.

2. Facebook n’est qu’un effet de mode.

3. Facebook est un réseau international.

4. Les parents des ados sont contre Facebook.

5. Facebook a ses amateurs, mais aussi des détracteurs.

6. Facebook permet de réunir des gens qui partagent les mêmes intérêts.

7. J’aime le côté interactif de Facebook.

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Jules suit un cours d’espagnol.

B. L’École des langues a ouvert il y a 3 ans.

C. Simon a suivi un cours d’anglais pendant un an.

D. Jules est débutant en espagnol.

E. Jules a payé très cher son cours.

F. Élodie a une passion pour le sport.

G. Élodie fait du tennis deux fois par semaine.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Que fait Carine Tardieu dans la vie?

 

1) Elle est psychologue.

2) Elle est écrivain.

3) Elle est écrivain et cinéaste.

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quelles lectures préférait Carine Tardieu quand elle était enfant?

 

1) Elle lisait des romans fantastiques.

2) Elle lisait «Harry Potter».

3) Son livre préféré était «L’histoire sans fin».

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Le succès de son frère au cinéma, quel effet produisait-il sur Carine?

 

1) Elle en parlait beaucoup à ses parents.

2) Il la rendait envieuse.

3) Elle en était fière.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Qu’est-ce que Carine a fait après l’école?

 

1) Carine a interprété un petit rôle au cinéma.

2) Elle a fait ses études dans une Ecole de cinéma.

3) Carine a fait une année de psychologie.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quel est le titre du premier court-métrage de Carine?

 

1) «L’Aȋné de mes soucis».

2) «Les Baisers des autres».

3) «Le Cordon».

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Qui a joué le rôle principal dans le premier film de Carine?

 

1) Sa mère.

2) Son frère.

3) Son copain d’une trentaine d’années.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quelles sont à présent les préférences littéraires de Carine?

 

1) Les classiques français.

2) Le roman «Les poules et les gâteaux».

3) Les auteurs américains.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Une nouvelle fonction critiquée

2. Double connexion à la recherche de la sécurité

3. Le smartphone dans le rôle de télécommande

4. Comment vivre en famille avec les écrans ?

5. Arracher un enfant à son jeu vidéo

6. Une tablette qui peut tout!

7. Jouer de manière équilibrée

8. Nouvelles applications pour réviser sur téléphone

 

A. Comment faire quand on est dans son canapé avec la télécommande hors de portée de main et qu'on ne veut pas voir la publicité ? Yamine Bena, fondateur et programmateur de FreeMute, a mis en place un système qui permet de couper le son de la télévision lors des plages de publicité. Son concept ? Que l'utilisateur siffle ou claque des mains à proximité de son téléphone. Le téléphone doit être un smartphone, et il faut que la télévision soit branchée à une box internet.

 

B. Jeux de mémoire, alphabets, puzzles, histoires à écouter et à lire, cours de musique, énigmes… : les contenus ludo-éducatifs conçus pour les tablettes numériques ne cessent de se multiplier. La variété des « applications » destinées aux enfants et les possibilités offertes par les tablettes sont étonnantes !

 

C. Le réseau social inclut désormais la reconnaissance faciale qui permet aux utilisateurs d'identifier automatiquement leurs amis sur des photos. On critique fort Facebook qui a mis en ligne une fonction de reconnaissance faciale permettant aux utilisateurs d'identifier automatiquement leurs amis sur le réseau social.

 

D. Victime d'une spectaculaire attaque informatique la semaine dernière, Twitter étudie la possibilité de renforcer son dispositif de sécurité. Le nouveau système de connexion fonctionnerait en deux temps. Le mot de passe du compte Twitter ne suffirait plus pour se connecter et pourrait être secondé par un code d'accès transmis à la personne directement sur son téléphone portable.

 

E. Certains parents se font obéir facilement quand ils demandent à leur enfant d’arrêter leur jeu vidéo. D’autres ont beaucoup plus de mal. C'est aux parents d'imposer aux enfants d'arrêter de jouer car ils sont encore « trop petits » pour réussir à décrocher seuls.

 

F. Le repas familial, moment privilégié où tous se rassemblent. Les parents peuvent facilement exiger que les écrans en soient absents. C’est aux écrans de s’adapter au rythme de la famille et pas l’inverse ! De même, l’école demeure prioritaire : les écrans passent après les devoirs, l’heure du coucher ne se décale pas, etc. Et le temps passé devant un écran s’additionne à celui passé devant un autre.

 

G. 61% des parents déclarent que le téléphone portable est une source de conflit avec leur enfant et ils sont 68% à l'interdire pendant le temps des repas ou des devoirs. Mais ces chiffres pourraient bien changer si ce téléphone était utilisé pour s'entraîner en maths, par exemple, ou réviser le brevet des collèges… grâce aux applications mises récemment sur le marché.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

L’Assemblée nationale vient de rendre obligatoire l'apprentissage de l'hymne national dans le primaire. Ce qu’exige la loi, c'est non pas d'apprendre «La Marseillaise» par coeur, mais de l'enseigner. L'hymne national doit être appris A_______________________, par exemple: on étudie les mots, l'histoire du poète, l’époque. On tourne autour du texte. Il ne s'agit pas, chaque matin, de mettre les enfants en rang par deux dans la cour de l’école pour chanter «La Marseillaise». Mais l’école a un rôle primordial dans la transmission des valeurs de la République. II est donc normal d'enseigner l'hymne national qui les exalte, de redire B_______________________, c’est-à-dire la liberté individuelle et le respect de l'autre.

Les paroles de ce chant sont guerrières, mais on ne croit pas C_______________________. Ils voient des choses beaucoup plus violentes à la télévision. Il ne faut pas attendre le collège pour étudier «La Marseillaise». L’adhésion à l’idée de la République commence D_______________________. Dans le primaire, les élèves n'ont pas encore de convictions bien affirmées. Si l’école ne peut pas parler des valeurs de la République, alors on a un problème! La loi impose seulement E_______________________. Ensuite, l’éducation nationale décidera de la manière F_______________________. L'enseignement de «La Marseillaise» permet, en partie, de répondre à l'enjeu de l'assimilation des populations extérieures sur le territoire national.

 

1. que nous vivons ensemble

2. quelles sont ces valeurs

3. dont ce sera fait

4. quand on est tout jeune

5. que les enfants du primaire seront traumatisés

6. que les cours comprennent l'enseignement de «La Marseillaise»

7. comme on le ferait avec un poème de Prévert

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Avec quel sentiment un adolescent est-il devant son livre?

 

1) Il lit vite pour terminer son devoir avant le journal télévisé.

2) Il est en colère contre son prof qui a donné ce devoir.

3) Il a envie d’être ailleurs et il ne comprend pas ce qu’il lit.

4) Il éprouve un grand intérêt à ce qu’il lit.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

13.

Le livre, quel objet représente-t-il à un adolescent? C’est un objet …

 

1) ennuyeux.

2) unique.

3) rare.

4) agréable.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

14.

Pourquoi le devoir a-t-il déclenché les protestations des élèves?

 

1) Les élèves ne voulaient pas lire le livre choisi par leur prof.

2) Il y avait beaucoup de pages à lire en quinze jours.

3) Le prof a donné le devoir pour les vacances d’hiver.

4) Il y avait encore un travail de math à rendre la même date.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

15.

Pourquoi le professeur corrige-t-il toujours le mot «livre» dans les dissertations des élèves?

 

1) Les élèves copient ce mot l’un sur l’autre sans comprendre son sens.

2) La signification de ce mot est trop large et n’est pas précise.

3) Les élèves ne savent pas diversifier leurs copies.

4) L’orthographe du mot n’est pas correcte.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

16.

Combien de pages doit-on lire en quinze jours?

 

1) 446 pages.

2) 398 pages.

3) 48 pages.

4) 63 pages.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

17.

Quelle décision l’adolescent prend-il pour rendre son devoir à temps?

 

1) Faire le devoir avec ses copains de classe.

2) Demander de l’aide à ses parents.

3) Ne pas dormir et terminer le devoir dans la nuit.

4) Demander à un copain à recopier sa fiche de lecture avant le cours.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

18.

Quelle phrase n’appartient pas au texte?

 

1) Les mots ont des pieds de plomb.

2) C’est le devoir qui pousse.

3) Le verbe lire ne supporte pas l’impératif.

4) Il lit comme on avance.


Un adolescent devant un Livre

Et le voilà, adolescent enfermé dans sa chambre, devant un livre qu’il ne lit pas. Toutes ses envies d’être ailleurs font entre lui et les pages ouvertes un écran vert qui trouble les lignes. Il est assis devant sa fenêtre, la porte fermée dans son dos. Page 48. Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarantehuitième page. Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Des pages bourrées de lignes comprimées entre des marges minuscules, de noirs paragraphes entassés les uns sur les autres. Ça manque d’air!

S’il se souvenait, au moins, du contenu de ces quarante-sept premières pages! Il n’ose même pas se poser la question — qu’on lui posera, inévitablement. La nuit d’hiver est tombée. Des profondeurs de la maison monte jusqu’à lui l’indicatif du journal télévisé. Encore une demi-heure à tirer avant le dîner. Pour lui, c’est épais, c’est compact, c’est dense, c’est un objet déplaisant, un livre. Page quarante-huit ou cent quarante-huit, quelle différence? Le paysage est le même. Il revoit les lèvres du prof prononcer le titre. Il entend la question unanime des copains: “Combien de pages?” — “Trois ou quatre cents ...” (Menteur ...) — “C’est pour quand?”.

L’annonce de la date fatidique déclenche un concert de protestations: “Quinze jours? Quatre cents pages à lire en quinze jours! Mais on n’y arrivera jamais, Monsieur!”.

Monsieur ne négocie pas. Pour un élève, un livre, c’est un objet désagréable et c’est un bloc d’éternité. C’est la matérialisation de l’ennui. “Le livre”. Il ne le nomme jamais autrement dans ses dissertations: le livre, un livre, les livres, des livres. “Dans son livre Les Pensées, Pascal nous dit que ...”

Le prof a beau protester en rouge que ce n’est pas la dénomination correcte, qu’il faut parler d’un roman, d’un essai, d’un recueil de nouvelles, d’une plaquette de poèmes, que le mot “livre”, en soi, dans son aptitude à tout désigner ne dit rien de précis, qu’un annuaire téléphonique est un livre, tout comme un dictionnaire, un guide bleu, un album de timbres, un livre de comptes ... Rien à faire, le mot s’imposera de nouveau à sa plume dans sa prochaine dissertation: “Dans son livre, Madame Bovary, Flaubert nous dit que ...”

Parce que, du point de vue de sa solitude présente, un livre est un livre. Et le poids de chaque livre est de ceux qui vous tirent vers le bas. L’adolescent s’est assis relativement léger sur sa chaise, tout à l’heure — la légèreté des résolutions prises. Mais, au bout de quelques pages, il s’est senti envahi par cette pesanteur douloureusement familière, le poids du livre, poids de l’ennui, insupportable fardeau de l’effort inabouti.

Maison vide, parents couchés, télévision éteinte, il se retrouve donc seul ... devant la page 48. Et cette “fiche de lecture” à rendre demain ... Bref calcul mental: 446 — 48 = 398. Trois cent quatre-vingt-dix-huit pages à s’envoyer dans la

nuit!

Il s’y remet bravement. Une page poussant l’autre. Les mots du “livre” dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Il lit comme on avance. C’est le devoir qui pousse. Page 62, page 63.

Il lit. Que lit-il? L’histoire d’Emma Bovary. L’histoire d’une fille qui avait beaucoup lu. Le mieux est de téléphoner à Thierry, ou à Stéphanie, pour qu’ils lui passent leur fiche de lecture, demain matin, qu’il recopiera vite fait, avant d’entrer en cours, ni vu ni connu, ils lui doivent bien ça.

D’après Daniel Pennac “Comme un roman”

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово MONTRER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Passeport, visa

 

Depuis les accords de Schengen, les ressortissants de l'Union européenne n'ont plus besoin de __________________ leurs papiers à la frontière. Ils sont cependant tenus d'avoir leur carte d'identité ou un passeport sur eux.

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CERTAIN так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Pour les non-ressortissants de l'Union européenne, le passeport est obligatoire avec un visa pour __________________

(consultez votre ambassade ou votre agence de voyages, attention aux délais d'obtention).

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово DEVOIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les mineurs voyageant seuls__________________ être porteurs d'une autorisation de sortie du territoire signée par leurs parents.

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ALLIER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Midi-Pyrénées

Entre les monts d'Auvergne et les cimes enneigées des Pyrénées, entre le Bordelais et la Provence, la région Midi-Pyrénées __________________ merveilleusement l'art et la nature.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово UNIQUE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Conques, un extraordinaire village à flanc de ravin, n'a pas varié depuis le Moyen-Age. L'église Sainte-Foy et son trésor sont __________________.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово NÉGLIGER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

La vallée du Lot, toute proche, fait découvrir une nature magnifique. Non loin, Rocamadour, est un site exceptionnel, illuminé pendant tout l'été, qui ne doit pas être __________________.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ÉTONNANT так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Plus au sud, au milieu des vignobles, deux villes __________________. Cordes, perché sur une colline est un village gothique, parfaitement intact. Et Albi, surnommée "La Rouge".

26.

Образуйте от слова SPORT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Le sport et l’enfant

 

 

Bouger, voir ses capacités s’améliorer, se mesurer aux autres, partager des activités __________________ qui procurent des émotions, des tensions et des réussites, autant de raisons pour que les jeunes se passionnent pour le sport.

27.

Образуйте от слова AMOUR однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le choix des activités s’effectue enfonction de la nature et des goûts du jeune. Un enfant timide préférera peut-être le karaté pour apprendre à se défendre,un __________________ de la nature choisira l’équitation, la bicyclette, l’escalade, le ski de fond, la piscine …

28.

Образуйте от слова COORDINER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il est possible de commencer très tôt une activité: les bébés nageurs en sont un brillant exemple. Dans ces cas, il ne s’agit pas tant de pratiquer une véritable activité physique, car les capacités de __________________ et de synchronisation de l'enfant ne sont pas encore achevées en dessous de 5 ans.

29.

Образуйте от слова MAÎTRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les tout petits se familiarisent déjà avec une activité, développent une aisance dansun milieu (aquatique par exemple), apprennent à __________________ leur corps.

30.

Образуйте от слова INTÉRESSANT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les jeunes entre 7 et 11 ans ont de grandes capacités motrices, vers 9 ou 10 ans, l’enfantmanifeste un __________________ grandissant pour les résultatsde ses activités physiques.

31.

Образуйте от слова OPPOSER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il comprend combien le sport le valorise. C’est aussi une période où il canalise ses émotions – domination, __________________, agressivité.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) petite

2) grande

3) moyenne

4) cadette


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) le

2) lui

3) elle

4) y


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) par

2) pour

3) car

4) pourque


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) profondément

2) joyeusement

3) malheureusement

4) couramment


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) tas

2) beaucoup

3) multiples

4) énormément


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) a

2) est

3) va

4) vient


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) livre

2) roman

3) récit

4) lecture


Un nouveau livre pour les ados

Vous avez un petit frère ou une 32 ______ soeur qui a 10-12 ans et qui n’aime pas lire? Offrez- 33 ______ le livre de Jeff Kinney « Journal d'un dégonflé ». C’est un livre amusant et facile à lire et les enfants l'adorent.

Voici le sujet du tome 4. C’est l’été, les vacances, le temps est au beau fixe, tous les jeunes en profitent 34 ______sortir. Mais où se cache Greg Heffley ? Il est chez lui, à regarder des jeux vidéo, derrière ses volets fermés. Greg avoue de lui-même qu’il adore rester tranquille chez lui ! Et cet été, il a décidé de le passer dans la fantaisie la plus totale, sans contraintes et sans règles.

35 ______ , la mère de Greg n’a pas du tout la même vision que lui : un été idéal c’est celui où l’on s’adonne à des 36 ______ d’activités dehors et en famille ! Quel est celui des deux qui aura gain de cause ? Un nouvel arrivant dans la famille 37 ______ -t-il tout bouleverser ? Les pensées d’un adolescent au jour le jour. Une 38 ______ facile, avec beaucoup d'humour.

39.

Vous avez reçu une lettre de votre ami français Nathan qui vous écrit:

 

… En ce moment je révise mon bac. Mes parents ne me parlent que de ça, me demandent 10 fois par jour où j'en suis de mes révisions, et sont persuadés que je n'en fais pas assez. Mais ils ne sont pas là de la journée et rentrent à 20h. Moi c'est l'heure où j'ai envie de souffler. Et toi, comment travailles-tu pour tes examens, seul ou avec tes amis? Comment te reposes-tu le soir? Comment passes-tu les week-ends pendant la période des examens?

Cet été j’ai beaucoup voyagé en Provence et maintenant je connais bien cette belle région …

 

Ecrivez une lettre à Nathan.

Dans votre lettre

– répondez à ses questions

– posez-lui 3 questions sur son voyage en Provence.

Ecrivez 100–140 mots.

Suivez les règles de la présentation des lettres non officielles.

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Les voyages sur les sites d’Internet remplaceront bientôt les voyages réels.

2. Les Jeux Olympiques apportent beaucoup de bien à toute la population du pays organisateur.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lui lire. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

 

Vivre dans une maison écologique

Une télévision en veille pendant une journée consomme plus que pendant la durée de deux films. Il suffit pourtant d'un geste, éteindre ses appareils en veille, pour économiser 10% sur sa facture d'électricité.

Mieux vaut éviter la climatisation, qui augmente la consommation électrique de 30%. Le chauffage électrique, lui, représente les deux tiers de la consommation globale. La température idéale reste 20° dans le salon, 18° dans les chambres. Un degré en plus, c'est 6 à 7% de consommation supplémentaire.

Pour la cuisine, le four à gaz et les plaques à induction sont les plus économes.

Les ampoules fluocompactes sont plus chères, mais elles consomment cinq fois moins qu'une ampoule classique et durent douze fois plus longtemps. Oubliez la lampe halogène, très vorace en terme de consommation.

Pour les meubles, le bois reste le meilleur matériau : abondant, renouvelable et écologique.

42.

Observez ce document.

 

Cet été vous allez étudier en France pendant trois mois et vous souhaitez fréquenter une école de danse.

 

 

Dans 1 mn 30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir :

 

1) l’adresse de l’école de danse

2) les heures de l’ouverture

3) le prix d’abonnement de trois mois

4) le tarif pour les jeunes

5) la possibilité de l’abonnement en ligne

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos font partie de votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Après 1 mn 30 de réflexion, vous présentez la photo choisie. Votre réponse ne dépasse pas 2 minutes (12–15 phrases).

En présentant la photo choisie, n’oubliez pas de mentionner:

• où et quand elle a été prise

• ce qui y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.

Commencez votre réponse par dire "J'ai choisi la photo N° …"

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quel genre d'aide présenté sur les photos vous préférez

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.