№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора ФИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 34091

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды. Занесите свои ответы в таблицу.

 

 

1. Il vaut mieux faire ses devoirs le matin.

2. Certains enfants considèrent les devoirs de vacances comme une punition.

3. À la rentrée, les enfants rendent les cahiers de vacances à leurs professeurs.

4. Les cahiers de vacances ne sont pas très bien faits.

5. L’enfant lira avec plaisir un livre de son choix.

6. Les cahiers de vacances permettent à l’enfant de rester dans la matière.

7. Pour certaines familles, les cahiers de vacances sont chers.

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Marie va faire du cinéma.

B. Marie va jouer le rôle principal.

C. Félix apprécie beaucoup le projet de Marie.

D. Marie fait ses études en seconde.

E. Marie a fait du théâtre au collège.

F. Félix est inquiet pour Marie.

G. Marie fait ses études à la faculté des lettres.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

L'idée de devenir photographe

 

1) Est venue à Chris après qu'il ait vu de grandes sculptures.

2) fut le résultat de son travail avec des sculptures.

3) lui a fait perdre l'intérêt dans les sculptures.

4.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Chris pense qu'il est génial de travailler avec des danseurs, car:

 

1) ils sont sont vifs et enthousiastes.

2) peuvent faire face à n'importe quel problème.

3) peuvent travailler de longues heures.

5.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Chris a été l'assistant d'un photographe qui:

 

1) avait les derniers équipements photographiques.

2) a donné à Chris de précieux conseils professionnels.

3) posait des questions difficiles à Chris.

6.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Selon Chris, travailler comme assistant est une bon début dans une carrière parce que l'on peut:

 

1) avoir une meilleure compréhension de la profession.

2) acquérir les techniques de base de la prise de vue.

3) devenir ami avec beaucoup de gens de talent.

7.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Chris a acheté un appareil photo en plastique parce que celui-ci:

 

1) lui a permis de prendre des photos originales.

2) N'était pas très cher.

3) était léger à transporter.

8.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Chris utilise l'expression «Cela a ouvert le bal» pour dire que:

 

1) il est devenu populaire avec les danseurs.

2) il est soudain devenu très riche.

3) son art est devenu plus axé sur la danse.

9.

Вы услышите репортаж дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Chris va aux spectacles de danse car:

 

1) le chorégraphe lui recommande de voir le spectacle.

2) il est toujours intéressant pour lui d'être à la première.

3) il veut trouver les liens qui unissent le spectacle à son travail.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Sport

2. Carnet du jour

3. Logement

4. Syndicats

5. Juridiction

6. Météo

7. Mode

8. Archéologie

 

A. Les mosaïques chrétiennes du IIIe siècle qui recouvraient le sol de la plus ancienne église de Terre sainte ont été découvertes sous le sol de la prison israélienne. Selon les spécialistes, les ruines datent d’avant la légalisation du christianisme dans l’empire byzantin.

 

B. Meilleur pilote français de rallye dans les années 80, Jean Ragnotti a réalisé une carrière de 20 ans au cours de laquelle il a gagné trois manches du championnat du monde. Il n’a jamais entendu parler du dopage dans le monde automobile. Mais il perdait trois kilos par jour lors d’un rallye.

 

C. Picardie. Le temps ensoleillé en matinée. Le ciel se voile puis se couvre en cours d’après-midi avec quelques pluies. Mardi, l’alternance de passages nuageux et de belles périodes ensoleillées dans l’intérieur des terres, sur le littoral le soleil est moins généreux.

 

D. Dans le cadre de la manifestation les Arts au vert, J.-M. Pelt anime la conférence « Les langages de la nature : la communication chez les animaux et les plantes » , suivie d’un débat sur la conversation de la flore.

 

E. La notion « le harcèlement au travail » a fait son apparition dans le code du travail grâce à la loi du 11 juin 2002 qui vise à protéger les travailleurs et oblige l’employeur à prendre les mesures de prévention.

 

F. Le styliste Stella McCartney réalise une collection de quarante pièces uniques pour la célèbre marque suédoise Hennes et Mauritz. Les « fashions » s’impatientent et les vendeurs sont sur le pied de guerre pour installer les vêtements de la créatrice avant le 9 novembre 2010.

 

G. Seize communes disent oui à la maison à 100 000 euros. Moins de dix mois après l’annonce de Jean-Louis Barloo on va proposer aux habitants à faibles ressources la maison à petit prix. Le Crédit foncier estime à 1 500 euros le revenu minimum nécessaire pour se lancer dans un crédit d’achat.

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

Comment choisir une bonne école de langue

 

Vous souhaitez réserver un cours de français en France. C’est un investissement en temps et en argent et vous souhaitez trouver A__________________________; pas simplement la moins chère avec des prestations et un enseignement de moindre qualité. Vous voulez éviter de faire un mauvais choix ? Vous vous sentez un peu perdu B________________________. Pour éviter toute déception, voici quelques suggestions qui vous aideront à faire le bon choix.

Voilà C_____________________: fiez-vous aux accréditations officielles.

Les accréditations officielles sont votre meilleure garantie pour un séjour réussi : elles vous garantissent un enseignement et des prestations d’accueil et d’hébergement de haute qualité.

Il existe 4 labels qualité majeurs pour les centres de langues D____________________ (EAQUALS et IALC) et 2 labels français de grande qualité (LABEL QUALITE FLE et GROUPEMENT FLE).

Ces labels E________________________après des inspections rigoureuses conduites dans l’école pendant plusieurs jours par des inspecteurs qualifiés et indépendants. Ils soumettent leurs rapports à un comité F___________________________. Des réinspections régulières vous garantissent un enseignement et des prestations de qualité.

 

1. ce qui est le plus important

2. que l’école doit être assez connue

3. qui acceptera ou non la labellisation

4. parmi toutes ces offres sur Internet

5. la meilleure école au meilleur prix

6. sont recnnus et sérieux car ils sont attribués

7. dont 2 accréditations internationales prestigieuses

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Lucie a commencé à travailler à l’hôpital...

 

1) parce qu’elle voulait aider les gens.

2) parce qu’elle voulait devenir médecin.

3) parce qu’elle n’a pas trouvé d’autre travail.

4) pour aider son compagnon pendant l’opération.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

13.

Dans l’hôpital où Lucie travaillait...

 

1) il y avait peu de malades.

2) il manquait de médicaments.

3) il y avait beaucoup de malades.

4) il y avait peu de médecins qualifiés.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

14.

Lucie et son ami ne se sont pas mariés en Italie parce que...

 

1) ils étaient trop jeunes.

2) ils voulaient encore réfléchir.

3) ils voulaient organiser une grande fête.

4) ils n’avaient pas les documents nécessaaires.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

15.

Dans ces lettres qu’elle envoyait au front, Lucie parlait...

 

1) de ses plans pour le futur.

2) du travail et de son amour.

3) de ses loisirs et de ses sentiments.

4) de son envie de revenir à la maison.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

16.

La querelle dans le train s’est produite parce que Lucie...

 

1) ne voulait pas quitter son travail.

2) ne voulait pas revenir en Amérique.

3) voulait partir tout de suite avec son ami.

4) n’était pas d’accord sur l’organisation du mariage.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

17.

Lucie a quitté son ami ...

 

1) pour travailler comme sage-femme.

2) parce qu’il a trouvé une autre femme.

3) parce qu’elle avait rencontré un autre homme.

4) parce que son ami avait des problèmes avec l’alcool.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

18.

Finalement, Lucie ...

 

1) a épousé un Italien.

2) a épousé son ancien ami.

3) a épousé un autre homme en Amérique.

4) ne s’est jamais mariée.


Une très courte histoire

 

Par une soirée brûlante, à Padoue, on le transporta sur le toit d’où il pouvait découvrir toute la ville. Des oiseaux rayaient le ciel. La nuit tomba et les projecteurs s’allumèrent. Lucie et lui les entendaient en dessous, sur le balcon. Lucie s’assit sur

le lit.

Lucie avait pris les fonctions de sage-femme dans l’hôpital pour rester avec lui. Quand on l’opéra, elle lui fit sa toilette pour la table d’opération. Ils plaisantèrent. Quand on l’endormit, il se concentra pour ne rien dire au moment ridicule où on raconte des histoires. Quand il put marcher avec des béquilles, il commença à prendre lui-même les températures pour éviter à Lucie de se lever. Il n’y avait que quelques malades; tous étaient au courant de leur amour et tous aimaient bien Lucie.

Avant son retour au front, ils allèrent prier au Duomo. Dans l’église sombre et paisible, d’autres personnes étaient agenouillées. Ils voulaient se marier, mais ni l’un ni l’autre n’avaient d’extrait de naissance. Ils se considéraient eux-mêmes comme mariés, mais ils voulaient que tout le monde le sache, pour être plus sûrs de ne pas se perdre.

Lucie lui écrivit beaucoup de lettres qu’il ne reçut qu’après l’armistice. Quinze arrivèrent en paquet au front; il les classa d’après les dates et les lut à la file. Elles parlaient toutes de l’hôpital, disaient combien elle l’aimait, comme c’était impossible de vivre sans lui et comme il lui manquait affreusement. Après l’armistice, ils décidèrent qu’il devait rentrer en Amérique et trouver du travail pour qu’ils puissent se marier. Lucie ne le rejoindrait que lorsqu’il aurait une bonne situation et pourrait venir la chercher. Il était entendu qu’il ne boirait pas et ne verrait ni ses amis ni personne aux États-Unis. Trouver une situation et se marier.

Rien d’autre. Dans le train, de Padoue à Milan, ils se chamaillèrent parce qu’elle était sur le point de partir pour l’Amérique sans attendre. Au moment de se séparer à la gare de Milan, ils s’embrassèrent mais leur querelle n’était pas éteinte. Il était

malade de la quitter comme ça.

Il embarqua pour l’Amérique à Gênes. Lucie retourna à Padoue où allait s’ouvrir un hôpital. C’était un endroit isolé et pluvieux. Un bataillon s’y trouvait cantonné. L’hiver, dans la petite ville bourbeuse et humide, un major fit la cour à Lucie; elle n’avait encore jamais connu d’Italiens. Finalement, elle écrivit aux États-Unis que leur liaison n’avait été qu’une aventure de gamins. Elle était désolée, elle savait qu’il ne comprendrait probablement pas, mais peut-être un jour lui pardonnerait-il et lui serait-il reconnaissant... Contre toute attente, elle allait se marier au printemps. Elle l’aimait toujours, mais elle s’était rendu compte que ça n’avait été qu’une amourette. Elle espérait qu’il ferait une brillante carrière et lui faisait entière confiance. Elle savait que c’était très bien ainsi.

Le major ne l’épousa ni au printemps ni à aucune autre saison. Lucie ne reçut jamais de réponse de Chicago. Elle revint en Amérique mais ne put jamais retrouver son ancien ami. Elle le chercha jusqu'à la trentaine, puis se maria avec un autre.

 

D’après Ernest Hemingway

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово NAÎTRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Alphonse Daudet

 

 

Alphonse Daudet __________________ en 1840 dans le sudest de la France, il est mort en 1897.

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CONNAÎTRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Plusieurs romans (dont «Le Petit Chose») et, surtout, des recueils de récits («Les Lettres de mon Moulin», «Les Contes du lundi») __________________, depuis plus d'un siècle, un succès considérable.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово DONNER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Ils ont d'abord paru dans la presse de l'époque avant d'être réunis en volumes. Parmi les plus célèbres des «Lettres de mon Moulin», citons «La Chèvre de Monsieur Seguin», «La Mule du Pape», «Le secret de maître Cornille». Beaucoup __________________ lieu à des adaptations au cinéma.

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CHÂTEAU так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Château de Montpoupon

 

Le musée de la chasse, dit __________________ de Montpoupon, entre Loches et Chenonceaux est le souffle des courses en forêt.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово ANCIEN так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il se trouve au coeur d'un site forestier exceptionnel. C’est une __________________ forteresse médiévale remaniée au XVIe siècle pour devenir une gracieuse résidence de la première Renaissance.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово RAPPELER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

En passant les portes du château, on découvrira également un musée unique où le cheval est roi. Odeur des cuirs, collections de selleries, tenues flamboyantes, servitudes et spécificités de la chasse aux chiens courants, tout __________________ ici l'école de la finesse, de la ténacité et du respect bien compris de la nature.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово JEU так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

À la clé, 25 salles du plus haut intérêt, plus une, de __________________ anciens, pour les enfants.

26.

Образуйте от слова SPORT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

Le sport et l’enfant

 

 

Bouger, voir ses capacités s’améliorer, se mesurer aux autres, partager des activités __________________ qui procurent des émotions, des tensions et des réussites, autant de raisons pour que les jeunes se passionnent pour le sport.

27.

Образуйте от слова AMOUR однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Le choix des activités s’effectue enfonction de la nature et des goûts du jeune. Un enfant timide préférera peut-être le karaté pour apprendre à se défendre,un __________________ de la nature choisira l’équitation, la bicyclette, l’escalade, le ski de fond, la piscine …

28.

Образуйте от слова COORDINER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il est possible de commencer très tôt une activité: les bébés nageurs en sont un brillant exemple. Dans ces cas, il ne s’agit pas tant de pratiquer une véritable activité physique, car les capacités de __________________ et de synchronisation de l'enfant ne sont pas encore achevées en dessous de 5 ans.

29.

Образуйте от слова MAÎTRE однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les tout petits se familiarisent déjà avec une activité, développent une aisance dansun milieu (aquatique par exemple), apprennent à __________________ leur corps.

30.

Образуйте от слова INTÉRESSANT однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Les jeunes entre 7 et 11 ans ont de grandes capacités motrices, vers 9 ou 10 ans, l’enfantmanifeste un __________________ grandissant pour les résultatsde ses activités physiques.

31.

Образуйте от слова OPPOSER однокоренное слово так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Il comprend combien le sport le valorise. C’est aussi une période où il canalise ses émotions – domination, __________________, agressivité.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) lit

2) écrit

3) dessine

4) tricote


C'est le chien

 

M. Lepic et soeur Ernestine, accoudés sous la lampe, lisent, l'un le journal, l'autre son livre de prix; Mme Lepic 32 ______ son pull, grand frère Félix grille ses jambes au feu et Poil de Carotte par terre se rappelle des choses. Tout à coup Pyrame, qui dort sous le paillasson, pousse un grognement sourd.

« Chtt ! » fait M. Lepic.

Pyrame grogne plus fort.

« Imbécile ! » dit Mme Lepic.

Mais Pyrame aboie avec une telle brusquerie que chacun sursaute. Mme Lepic porte la 33 ______ à son coeur. Elle regarde le chien de travers, les dents serrées. «Veux-tu te taire, sale chien ! tais-toi donc, bougre ! »

Pyrame redouble. Mme Lepic lui 34 ______ des claques, le frappe de son journal, puis du pied. Pyrame hurle à plat ventre, le nez bas, par peur des coups, et il casse sa voix en éclats. La colère suffoque les Lepic. Elle s'acharne, debout, contre le chien couché 35 ______ lui tient tête. Mais Poil de Carotte, sans qu'on le lui ordonne, est allé voir ce qu'il y a. Un piéton attardé passe dans la rue peut-être et rentre 36 ______ chez lui, à moins qu'il n'escalade le mur du jardin pour voler. Poil de Carotte, par le long corridor noir, s'avance, les bras tendus vers la porte. Il trouve le verrou et 37 ______ tire avec fracas, mais il n'ouvre pas la porte.

Autrefois il s'exposait, sortait dehors, et sifflant, chantant, tapant du pied, il s'efforçait d'effrayer l'ennemi. Aujourd'hui il triche. Tandis que ses parents s'imaginent qu'il fouille hardiment les coins et tourne autour de la maison en gardien fidèle, il les trompe et reste collé 38 ______ la porte.

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) tête

2) bras

3) main

4) jambe


C'est le chien

 

M. Lepic et soeur Ernestine, accoudés sous la lampe, lisent, l'un le journal, l'autre son livre de prix; Mme Lepic 32 ______ son pull, grand frère Félix grille ses jambes au feu et Poil de Carotte par terre se rappelle des choses. Tout à coup Pyrame, qui dort sous le paillasson, pousse un grognement sourd.

« Chtt ! » fait M. Lepic.

Pyrame grogne plus fort.

« Imbécile ! » dit Mme Lepic.

Mais Pyrame aboie avec une telle brusquerie que chacun sursaute. Mme Lepic porte la 33 ______ à son coeur. Elle regarde le chien de travers, les dents serrées. «Veux-tu te taire, sale chien ! tais-toi donc, bougre ! »

Pyrame redouble. Mme Lepic lui 34 ______ des claques, le frappe de son journal, puis du pied. Pyrame hurle à plat ventre, le nez bas, par peur des coups, et il casse sa voix en éclats. La colère suffoque les Lepic. Elle s'acharne, debout, contre le chien couché 35 ______ lui tient tête. Mais Poil de Carotte, sans qu'on le lui ordonne, est allé voir ce qu'il y a. Un piéton attardé passe dans la rue peut-être et rentre 36 ______ chez lui, à moins qu'il n'escalade le mur du jardin pour voler. Poil de Carotte, par le long corridor noir, s'avance, les bras tendus vers la porte. Il trouve le verrou et 37 ______ tire avec fracas, mais il n'ouvre pas la porte.

Autrefois il s'exposait, sortait dehors, et sifflant, chantant, tapant du pied, il s'efforçait d'effrayer l'ennemi. Aujourd'hui il triche. Tandis que ses parents s'imaginent qu'il fouille hardiment les coins et tourne autour de la maison en gardien fidèle, il les trompe et reste collé 38 ______ la porte.

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) donne

2) monte

3) offre

4) met


C'est le chien

 

M. Lepic et soeur Ernestine, accoudés sous la lampe, lisent, l'un le journal, l'autre son livre de prix; Mme Lepic 32 ______ son pull, grand frère Félix grille ses jambes au feu et Poil de Carotte par terre se rappelle des choses. Tout à coup Pyrame, qui dort sous le paillasson, pousse un grognement sourd.

« Chtt ! » fait M. Lepic.

Pyrame grogne plus fort.

« Imbécile ! » dit Mme Lepic.

Mais Pyrame aboie avec une telle brusquerie que chacun sursaute. Mme Lepic porte la 33 ______ à son coeur. Elle regarde le chien de travers, les dents serrées. «Veux-tu te taire, sale chien ! tais-toi donc, bougre ! »

Pyrame redouble. Mme Lepic lui 34 ______ des claques, le frappe de son journal, puis du pied. Pyrame hurle à plat ventre, le nez bas, par peur des coups, et il casse sa voix en éclats. La colère suffoque les Lepic. Elle s'acharne, debout, contre le chien couché 35 ______ lui tient tête. Mais Poil de Carotte, sans qu'on le lui ordonne, est allé voir ce qu'il y a. Un piéton attardé passe dans la rue peut-être et rentre 36 ______ chez lui, à moins qu'il n'escalade le mur du jardin pour voler. Poil de Carotte, par le long corridor noir, s'avance, les bras tendus vers la porte. Il trouve le verrou et 37 ______ tire avec fracas, mais il n'ouvre pas la porte.

Autrefois il s'exposait, sortait dehors, et sifflant, chantant, tapant du pied, il s'efforçait d'effrayer l'ennemi. Aujourd'hui il triche. Tandis que ses parents s'imaginent qu'il fouille hardiment les coins et tourne autour de la maison en gardien fidèle, il les trompe et reste collé 38 ______ la porte.

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) qui

2) que

3) dont

4) où


C'est le chien

 

M. Lepic et soeur Ernestine, accoudés sous la lampe, lisent, l'un le journal, l'autre son livre de prix; Mme Lepic 32 ______ son pull, grand frère Félix grille ses jambes au feu et Poil de Carotte par terre se rappelle des choses. Tout à coup Pyrame, qui dort sous le paillasson, pousse un grognement sourd.

« Chtt ! » fait M. Lepic.

Pyrame grogne plus fort.

« Imbécile ! » dit Mme Lepic.

Mais Pyrame aboie avec une telle brusquerie que chacun sursaute. Mme Lepic porte la 33 ______ à son coeur. Elle regarde le chien de travers, les dents serrées. «Veux-tu te taire, sale chien ! tais-toi donc, bougre ! »

Pyrame redouble. Mme Lepic lui 34 ______ des claques, le frappe de son journal, puis du pied. Pyrame hurle à plat ventre, le nez bas, par peur des coups, et il casse sa voix en éclats. La colère suffoque les Lepic. Elle s'acharne, debout, contre le chien couché 35 ______ lui tient tête. Mais Poil de Carotte, sans qu'on le lui ordonne, est allé voir ce qu'il y a. Un piéton attardé passe dans la rue peut-être et rentre 36 ______ chez lui, à moins qu'il n'escalade le mur du jardin pour voler. Poil de Carotte, par le long corridor noir, s'avance, les bras tendus vers la porte. Il trouve le verrou et 37 ______ tire avec fracas, mais il n'ouvre pas la porte.

Autrefois il s'exposait, sortait dehors, et sifflant, chantant, tapant du pied, il s'efforçait d'effrayer l'ennemi. Aujourd'hui il triche. Tandis que ses parents s'imaginent qu'il fouille hardiment les coins et tourne autour de la maison en gardien fidèle, il les trompe et reste collé 38 ______ la porte.

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) couramment

2) violemment

3) tranquillement

4) autrement


C'est le chien

 

M. Lepic et soeur Ernestine, accoudés sous la lampe, lisent, l'un le journal, l'autre son livre de prix; Mme Lepic 32 ______ son pull, grand frère Félix grille ses jambes au feu et Poil de Carotte par terre se rappelle des choses. Tout à coup Pyrame, qui dort sous le paillasson, pousse un grognement sourd.

« Chtt ! » fait M. Lepic.

Pyrame grogne plus fort.

« Imbécile ! » dit Mme Lepic.

Mais Pyrame aboie avec une telle brusquerie que chacun sursaute. Mme Lepic porte la 33 ______ à son coeur. Elle regarde le chien de travers, les dents serrées. «Veux-tu te taire, sale chien ! tais-toi donc, bougre ! »

Pyrame redouble. Mme Lepic lui 34 ______ des claques, le frappe de son journal, puis du pied. Pyrame hurle à plat ventre, le nez bas, par peur des coups, et il casse sa voix en éclats. La colère suffoque les Lepic. Elle s'acharne, debout, contre le chien couché 35 ______ lui tient tête. Mais Poil de Carotte, sans qu'on le lui ordonne, est allé voir ce qu'il y a. Un piéton attardé passe dans la rue peut-être et rentre 36 ______ chez lui, à moins qu'il n'escalade le mur du jardin pour voler. Poil de Carotte, par le long corridor noir, s'avance, les bras tendus vers la porte. Il trouve le verrou et 37 ______ tire avec fracas, mais il n'ouvre pas la porte.

Autrefois il s'exposait, sortait dehors, et sifflant, chantant, tapant du pied, il s'efforçait d'effrayer l'ennemi. Aujourd'hui il triche. Tandis que ses parents s'imaginent qu'il fouille hardiment les coins et tourne autour de la maison en gardien fidèle, il les trompe et reste collé 38 ______ la porte.

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) le

2) la

3) les

4) lui


C'est le chien

 

M. Lepic et soeur Ernestine, accoudés sous la lampe, lisent, l'un le journal, l'autre son livre de prix; Mme Lepic 32 ______ son pull, grand frère Félix grille ses jambes au feu et Poil de Carotte par terre se rappelle des choses. Tout à coup Pyrame, qui dort sous le paillasson, pousse un grognement sourd.

« Chtt ! » fait M. Lepic.

Pyrame grogne plus fort.

« Imbécile ! » dit Mme Lepic.

Mais Pyrame aboie avec une telle brusquerie que chacun sursaute. Mme Lepic porte la 33 ______ à son coeur. Elle regarde le chien de travers, les dents serrées. «Veux-tu te taire, sale chien ! tais-toi donc, bougre ! »

Pyrame redouble. Mme Lepic lui 34 ______ des claques, le frappe de son journal, puis du pied. Pyrame hurle à plat ventre, le nez bas, par peur des coups, et il casse sa voix en éclats. La colère suffoque les Lepic. Elle s'acharne, debout, contre le chien couché 35 ______ lui tient tête. Mais Poil de Carotte, sans qu'on le lui ordonne, est allé voir ce qu'il y a. Un piéton attardé passe dans la rue peut-être et rentre 36 ______ chez lui, à moins qu'il n'escalade le mur du jardin pour voler. Poil de Carotte, par le long corridor noir, s'avance, les bras tendus vers la porte. Il trouve le verrou et 37 ______ tire avec fracas, mais il n'ouvre pas la porte.

Autrefois il s'exposait, sortait dehors, et sifflant, chantant, tapant du pied, il s'efforçait d'effrayer l'ennemi. Aujourd'hui il triche. Tandis que ses parents s'imaginent qu'il fouille hardiment les coins et tourne autour de la maison en gardien fidèle, il les trompe et reste collé 38 ______ la porte.

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) sur

2) sous

3) dans

4) derrière


C'est le chien

 

M. Lepic et soeur Ernestine, accoudés sous la lampe, lisent, l'un le journal, l'autre son livre de prix; Mme Lepic 32 ______ son pull, grand frère Félix grille ses jambes au feu et Poil de Carotte par terre se rappelle des choses. Tout à coup Pyrame, qui dort sous le paillasson, pousse un grognement sourd.

« Chtt ! » fait M. Lepic.

Pyrame grogne plus fort.

« Imbécile ! » dit Mme Lepic.

Mais Pyrame aboie avec une telle brusquerie que chacun sursaute. Mme Lepic porte la 33 ______ à son coeur. Elle regarde le chien de travers, les dents serrées. «Veux-tu te taire, sale chien ! tais-toi donc, bougre ! »

Pyrame redouble. Mme Lepic lui 34 ______ des claques, le frappe de son journal, puis du pied. Pyrame hurle à plat ventre, le nez bas, par peur des coups, et il casse sa voix en éclats. La colère suffoque les Lepic. Elle s'acharne, debout, contre le chien couché 35 ______ lui tient tête. Mais Poil de Carotte, sans qu'on le lui ordonne, est allé voir ce qu'il y a. Un piéton attardé passe dans la rue peut-être et rentre 36 ______ chez lui, à moins qu'il n'escalade le mur du jardin pour voler. Poil de Carotte, par le long corridor noir, s'avance, les bras tendus vers la porte. Il trouve le verrou et 37 ______ tire avec fracas, mais il n'ouvre pas la porte.

Autrefois il s'exposait, sortait dehors, et sifflant, chantant, tapant du pied, il s'efforçait d'effrayer l'ennemi. Aujourd'hui il triche. Tandis que ses parents s'imaginent qu'il fouille hardiment les coins et tourne autour de la maison en gardien fidèle, il les trompe et reste collé 38 ______ la porte.

39.

Vous avez reçu une lettre de votre ami français Stéphane qui vous écrit:

 

…Cette année je termine le lycée et j’ai beaucoup de travail pour avoir mon bac. En même temps je faisdu judo. Ma mère me dit que je passe beaucoup de temps dans la salle de sport, que jedois arrêter le sport et me consacrer complètement aux révisions des cours.As-tu un passe-temps préféré? Tes parents, sont-ils du même avis que mamère? As-tu réussi à combiner tes loisirs et tes études?…

 

Ecrivez une lettre à Stéphane: répondez à ses questions et posez-lui 3 questions sur les examens du bac.

(Еn 100–140 mots)

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. On constate que les jeunes d’aujourd’hui lisent peu en remplaçant la lecture par d’autres activités, pourtant les personnes âgées affirment que la lecture est indispensable pour le développement de l’individu.

2. Il ne faut pas imposer les visites médicales et les cours de gym aux élèves des grandes classes: à l’âge de 16-17 ans, l’élève doit comprendre lui-même l'importance de la santé.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lui lire. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

Pour partager une passion et faire profiter les internautes de vos connaissances, vous pouvez créer une chaîne YouTube. Mais attention: il en existe des millions qui sont consacrées à tous les sujets. Il n’est pas facile dans ces conditions de se faire remarquer. Mais ne vous découragez pas! Prenez simplement le temps de consulter les chaînes qui parlent déjà du sujet que vous souhaitez aborder. Notez leurs points forts ou les lacunes que vous pourriez combler. Ensuite, mettez-vous au travail. Vos vidéos doivent être bien faites. N’oubliez pas que du moment qu’elles sont mises en ligne, elles s’adressent à la Terre entière. Utilisez alors une bonne caméra et un logiciel de montage vidéo. Il est aussi très important d’utiliser un bon micro: le son de mauvaise qualité est aussi insupportable qu’une mauvaise image.

42.

Observez ce document.

 

 

Vous envisagez de visiter le musée d'histoire naturelle et vous souhaitez obtenir plus d'informations. Dans 1mn30, vous devrez poser cinq questions directes pour savoir:

 

1) les heures de travail

2) le nombre d'expositions disponibles

3) services qu'ils fournissent

4) si elles ont un accès Internet gratuit

5) si vous pouvez acheter des billets en ligne

 

Vous avez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Après 1 mn 30 de réflexion, vous les comparez :

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce qu'elles ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en indiquant laquelle des activités figurant sur les photos vous préférez

• en expliquant pourquoi

Votre réponse ne dépasse pas 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.