№№ заданий Пояснения Ответы Ключ Добавить инструкцию Критерии
Источник Раздел кодификатора Ф ИПИ
PDF-версия PDF-версия (вертикальная) PDF-версия (крупный шрифт) PDF-версия (с большим полем) Версия для копирования в MS Word
Вариант № 33008

1.

Вы услышите 6 высказываний. Установите соответствие между высказываниями каждого говорящего A–F и утверждениями, данными в списке 1–7. Используйте каждое утверждение, обозначенное соответствующей цифрой, только один раз. В задании есть одно лишнее утверждение. Вы услышите запись дважды.

 

 

1. Le narrateur était content quand elle/il a obtenu(e) plus de travail sérieux.

2. Le narrateur n'a rien appris d'important au travail.

3. Le narrateur n'a voulu prendre aucune responsabilité.

4. Le narrateur n'a rien contre le fait de travailler beaucoup pendant son stage.

5. Le narrateur voudra continuer le même travail dans l'avenir.

6. Le narrateur a changé son opinion après avoir fini son stage.

7. Le narrateur était un peu inquiet avant le début du travail.

 

ГоворящийABCDEF
Утверждение

2.

Вы услышите диалог. Определите, какие из приведённых утверждений А–G соответствуют содержанию текста (1 – Vrai), какие не соответствуют (2 – Faux) и о чём в тексте не сказано, то есть на основании текста нельзя дать ни положительного, ни отрицательного ответа (3 – Aucune information). Занесите номер выбранного Вами варианта ответа в таблицу. Вы услышите запись дважды.

 

 

A. Jules suit un cours d’espagnol.

B. L’École des langues a ouvert il y a 3 ans.

C. Simon a suivi un cours d’anglais pendant un an.

D. Jules est débutant en espagnol.

E. Jules a payé très cher son cours.

F. Élodie a une passion pour le sport.

G. Élodie fait du tennis deux fois par semaine.

 

Запишите в ответ цифры, расположив их в порядке, соответствующем буквам:

ABCDEFG
       

3.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Quel est le titre du deuxième album de Pascale Poret?

 

1) «Sans sucre, s’il vous plaît.»

2) «L’été indien.»

3) «Le grand jeu.»

4.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Au début de sa carrière, Pascale Poret a chanté ...

 

1) en anglais.

2) en français.

3) en allemand.

5.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Pourquoi Pascale Poret est-elle devenue chanteuse?

 

1) Elle voulait chanter avec ses amis.

2) Elle a toujours rêvé d’être chanteuse.

3) Elle voulait faire connaître ses chansons.

6.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Ce qui demande à Pascale Poret le plus d’efforts, c’est ...

 

1) de composer de la musique.

2) de s’entraîner tous les jours à chanter.

3) d’écrire les textes des chansons.

7.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

L’année que Pascale Poret a vécue en Angleterre était ...

 

1) agréable.

2) étonnante.

3) difficile.

8.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

La chanson «Un pour deux» a été inspirée par ...

 

1) Edith Piaf.

2) Joe Dassin.

3) Serge Gainsbourg.

9.

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

 

Pourquoi Pascale Poret a-t-elle changé la musique de sa chanson?

 

1) Pascale Poret s’était aperçue du plagiat.

2) Sa mère le lui avait conseillé.

3) Joe Dassin n’avait pas aimé sa musique.

10.

Установите соответствие между заголовками 1–8 и текстами A–G. Запишите свои ответы в таблицу. Используйте каждую цифру только один раз. В задании есть один лишний заголовок.

 

1. Sport

2. Législation

3. Circulation

4. Santé

5. Faits divers

6. Syndicats

7. Environnement

8. Météo

 

A. Le ministre de Transports a demandé à 12 préfets des départements les plus touchés par les accidents de la route de lancer les actions plus ciblées pour diminuer le nombre des morts et des blessés qui a augmenté de 1,2% en novembre par rapport au même mois 2005.

 

B. En 2007 le Président russe V. Poutine a signé une loi imposant des restrictions (une amende de 2 à 9 euros) quant à la consommation de bière et d’alcool dans les lieux publics. La même somme devra être versée par toute personne impliquant des mineurs.

 

C. De nombreuses cérémonies ont eu lieu un peu partout au Canada, pour fêter le 17e anniversaire de la mort des 14 jeunes filles de l’école de Montréal tuées lors d’une fusillade. L’auteur des faits, M. Lépine, s’est suicidé ensuite après avoir déclaré que des féministes avaient détruit sa vie.

 

D. L’ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher, 80 ans, a quitté hier l’hôpital de Londres où elle avait été admise après s’être sentie faible en fin d’après-midi.

 

E. Après une défaite malheureuse contre Gravelines, le Paris Basket Racing devra retrouver la route de la victoire face à Reims, sur son parquet du stade Pierre-de-Coubertin. Il doit gagner s’il veut réitérer sa fabuleuse série de cinq victoires consécutives obtenues en novembre 2005.

 

F. Les organisateurs du concours «Les coups de chapeau de Victor» ont choisi de récompenser de 1 000 euros l’association Oise et son projet «Terre vivante 2005-2006». Les jeunes bénévoles de tout âge ont entrepris un projet de nettoyage de la Seine. Les équipes interviennent au rythme de 2 week-ends par mois.

 

G. S’il faisait froid hier, au moins vous aviez un peu de lumière. Aujourd’hui il sera plutôt du genre grisaille. Le ciel sera bien couvert et l’astre doré ne fera plusle fier avec tous ces nébuleux qui envahiront l’atmosphère. Le froid ne faiblira pas, au contraire, vous tiendra fort dans ses serres.

 

 

ТекстABCDEFG
Заголовок

11.

Прочитайте текст и заполните пропуски A–F частями предложений, обозначенными цифрами 1–7. Одна из частей в списке 1–7 — лишняя. Занесите цифры, обозначающие соответствующие части предложений, в таблицу.

 

Une mystérieuse planète

 

La planète ressemblait étrangement à la Terre. Cette impression s'accentuait à chaque seconde. Je distinguais maintenant à l'oeil nu le contour des continents. L'atmosphère était claire, A_______________________, tirant par moments sur l'orangé, un peu comme dans notre ciel de Provence au soleil couchant. L'Océan était d'un bleu léger, avec également des nuances vertes. Le dessin des côtes était très différent de B_______________________ , quoique mon oeil enfiévré s'obstinât follement à découvrir, là aussi, des similitudes. Mais la ressemblance s'arrêtait là : C_______________________.

Rien ? Allons donc ! L'essentiel au contraire ! La planète était habitée. Nous survolions une ville.

Mais nous devions atterrir bien loin de là. Notre course nous entraîna d'abord au-dessus de champs cultivés, puis d'une forêt épaisse, de teinte rousse, qui rappelait notre jungle équatoriale. Nous étions maintenant à très basse altitude. Nous aperçûmes une clairière d'assez grandes dimensions, D_______________________, alors que le relief environnant était assez tourmenté. Notre chef décida de tenter l'aventure et donna ses derniers ordres aux robots. Un système de rétrofusées entra en action. Nous fûmes immobilisés quelques instants au-dessus de la clairière, E_______________________ . Ensuite, deux années après avoir quitté notre Terre, nous descendîmes très doucement et F_______________________ , sur une herbe verte qui rappelait celle de nos prairies normandes.

 

1. rien ne rappelait ni notre ancien ni notre nouveau continent

2. comme une mouette guettant un poisson

3. légèrement colorée d'une teinte vert pâle

4. qui occupait le sommet d'un plateau

5. qui étaient tout blancs de neige

6. tout ce que j'avais vu chez nous

7. nous nous posâmes sans heurt au centre du plateau

 

ПропускABCDEF
Часть предложения

12.

Le gouverneur de Drontheim voulait partir avant que la comtesse d’Ahlefeld ...

 

1) ne se réveille.

2) ne s'endorme.

3) ne parte elle-même.

4) ne se couche.


Une visite inattendue

 

Le matin, le gouverneur de Drontheim ordonna qu’on attelât sa voiture de voyage, espérant partir pendant que la comtesse d’Ahlefeld dormirait encore ; mais nous avons déjà dit que le sommeil de la comtesse était léger.

Le général venait de signer les dernières recommandations qu’il adressait à l’évêque, aux mains duquel le gouvernement devait être remis par intérim.

Il se levait, après avoir endossé sa redingote fourrée, pour sortir, quand l’huissier annonça la noble chancelière.

Ce contretemps déconcerta le vieux soldat, accoutumé à rire devant la mitraille de cent canons, mais non devant les artifices d’une femme. Il fit néanmoins d’assez bonne grâce ses adieux à la méchante comtesse, et ne laissa percer quelque humeur sur son visage que lorsqu’il la vit se pencher vers son oreille avec cet air astucieux qui voulait seulement paraître confidentiel.

– Eh bien, noble général, que vous a-t-il dit ?

– Qui ? Poël ? il m’a dit que la voiture allait être prête.

– Je vous parle du prisonnier de Munckholm, général.

– Ah !

– A-t-il répondu à votre interrogatoire d’une manière satisfaisante?

– Mais… oui vraiment, dame comtesse, dit le gouverneur, dont on devine l’embarras.

– Avez-vous la preuve qu’il ait trempé dans le complot des mineurs?

Une exclamation échappa à Levin.

– Noble dame, il est innocent!

Il s’arrêta tout court, car il venait d’exprimer une conviction de son coeur, et non de son esprit.

– Il est innocent ! répéta la comtesse d’un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu’en effet Schumacker n’eût démontré au général cette innocence qu’il était si important aux intérêts du grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir ; il répondit à l’insistance de la grande-chancelière d’un ton de voix qui la rassura, parce qu’il décelait le doute et le trouble:

– Innocent… Oui, si vous voulez…

– Si je veux, seigneur général !

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

– Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon travail, c'est-à-dire mon entretien avec l’ex-grand-chancelier, qu’au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l’attendait sa voiture.

– Oui, se disait la comtesse d’Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon Frédéric, maintenant, quand tu n'es pas là, il peut revenir...

À cette pensée, elle s’adressa à sa suivante favorite.

– Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous veillerez à ce qu’on lave régulièrement tous les matins dans l’eau de rose la guenon de mon cher Frédéric.

– Quoi ! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

– Oui, vraiment ; et, pour qu’il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu’il demande ; je veux lui ménager une surprise à son retour.

 

D’après V. Hugo "Han d'Islande"

13.

En l'absence du gouverneur, le gouvernement sera rémis à...

 

1) un évêque

2) un général

3) un huissier

4) la comtesse d’Ahlefeld


Une visite inattendue

 

Le matin, le gouverneur de Drontheim ordonna qu’on attelât sa voiture de voyage, espérant partir pendant que la comtesse d’Ahlefeld dormirait encore ; mais nous avons déjà dit que le sommeil de la comtesse était léger.

Le général venait de signer les dernières recommandations qu’il adressait à l’évêque, aux mains duquel le gouvernement devait être remis par intérim.

Il se levait, après avoir endossé sa redingote fourrée, pour sortir, quand l’huissier annonça la noble chancelière.

Ce contretemps déconcerta le vieux soldat, accoutumé à rire devant la mitraille de cent canons, mais non devant les artifices d’une femme. Il fit néanmoins d’assez bonne grâce ses adieux à la méchante comtesse, et ne laissa percer quelque humeur sur son visage que lorsqu’il la vit se pencher vers son oreille avec cet air astucieux qui voulait seulement paraître confidentiel.

– Eh bien, noble général, que vous a-t-il dit ?

– Qui ? Poël ? il m’a dit que la voiture allait être prête.

– Je vous parle du prisonnier de Munckholm, général.

– Ah !

– A-t-il répondu à votre interrogatoire d’une manière satisfaisante?

– Mais… oui vraiment, dame comtesse, dit le gouverneur, dont on devine l’embarras.

– Avez-vous la preuve qu’il ait trempé dans le complot des mineurs?

Une exclamation échappa à Levin.

– Noble dame, il est innocent!

Il s’arrêta tout court, car il venait d’exprimer une conviction de son coeur, et non de son esprit.

– Il est innocent ! répéta la comtesse d’un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu’en effet Schumacker n’eût démontré au général cette innocence qu’il était si important aux intérêts du grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir ; il répondit à l’insistance de la grande-chancelière d’un ton de voix qui la rassura, parce qu’il décelait le doute et le trouble:

– Innocent… Oui, si vous voulez…

– Si je veux, seigneur général !

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

– Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon travail, c'est-à-dire mon entretien avec l’ex-grand-chancelier, qu’au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l’attendait sa voiture.

– Oui, se disait la comtesse d’Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon Frédéric, maintenant, quand tu n'es pas là, il peut revenir...

À cette pensée, elle s’adressa à sa suivante favorite.

– Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous veillerez à ce qu’on lave régulièrement tous les matins dans l’eau de rose la guenon de mon cher Frédéric.

– Quoi ! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

– Oui, vraiment ; et, pour qu’il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu’il demande ; je veux lui ménager une surprise à son retour.

 

D’après V. Hugo "Han d'Islande"

14.

Comment le gouverneur a-t-il traité la comtesse d’Ahlefeld quand elle est venue?

 

1) Il lui a parlé poliment.

2) Il lui a parlé impoliment.

3) Il a refusé de lui parler.

4) Il lui a dit de partir.


Une visite inattendue

 

Le matin, le gouverneur de Drontheim ordonna qu’on attelât sa voiture de voyage, espérant partir pendant que la comtesse d’Ahlefeld dormirait encore ; mais nous avons déjà dit que le sommeil de la comtesse était léger.

Le général venait de signer les dernières recommandations qu’il adressait à l’évêque, aux mains duquel le gouvernement devait être remis par intérim.

Il se levait, après avoir endossé sa redingote fourrée, pour sortir, quand l’huissier annonça la noble chancelière.

Ce contretemps déconcerta le vieux soldat, accoutumé à rire devant la mitraille de cent canons, mais non devant les artifices d’une femme. Il fit néanmoins d’assez bonne grâce ses adieux à la méchante comtesse, et ne laissa percer quelque humeur sur son visage que lorsqu’il la vit se pencher vers son oreille avec cet air astucieux qui voulait seulement paraître confidentiel.

– Eh bien, noble général, que vous a-t-il dit ?

– Qui ? Poël ? il m’a dit que la voiture allait être prête.

– Je vous parle du prisonnier de Munckholm, général.

– Ah !

– A-t-il répondu à votre interrogatoire d’une manière satisfaisante?

– Mais… oui vraiment, dame comtesse, dit le gouverneur, dont on devine l’embarras.

– Avez-vous la preuve qu’il ait trempé dans le complot des mineurs?

Une exclamation échappa à Levin.

– Noble dame, il est innocent!

Il s’arrêta tout court, car il venait d’exprimer une conviction de son coeur, et non de son esprit.

– Il est innocent ! répéta la comtesse d’un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu’en effet Schumacker n’eût démontré au général cette innocence qu’il était si important aux intérêts du grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir ; il répondit à l’insistance de la grande-chancelière d’un ton de voix qui la rassura, parce qu’il décelait le doute et le trouble:

– Innocent… Oui, si vous voulez…

– Si je veux, seigneur général !

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

– Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon travail, c'est-à-dire mon entretien avec l’ex-grand-chancelier, qu’au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l’attendait sa voiture.

– Oui, se disait la comtesse d’Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon Frédéric, maintenant, quand tu n'es pas là, il peut revenir...

À cette pensée, elle s’adressa à sa suivante favorite.

– Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous veillerez à ce qu’on lave régulièrement tous les matins dans l’eau de rose la guenon de mon cher Frédéric.

– Quoi ! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

– Oui, vraiment ; et, pour qu’il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu’il demande ; je veux lui ménager une surprise à son retour.

 

D’après V. Hugo "Han d'Islande"

15.

La comtesse a commencé par poser des questions concernant...

 

1) Poël.

2) le général.

3) le gouverneur.

4) le prisonnier de Munckholm.


Une visite inattendue

 

Le matin, le gouverneur de Drontheim ordonna qu’on attelât sa voiture de voyage, espérant partir pendant que la comtesse d’Ahlefeld dormirait encore ; mais nous avons déjà dit que le sommeil de la comtesse était léger.

Le général venait de signer les dernières recommandations qu’il adressait à l’évêque, aux mains duquel le gouvernement devait être remis par intérim.

Il se levait, après avoir endossé sa redingote fourrée, pour sortir, quand l’huissier annonça la noble chancelière.

Ce contretemps déconcerta le vieux soldat, accoutumé à rire devant la mitraille de cent canons, mais non devant les artifices d’une femme. Il fit néanmoins d’assez bonne grâce ses adieux à la méchante comtesse, et ne laissa percer quelque humeur sur son visage que lorsqu’il la vit se pencher vers son oreille avec cet air astucieux qui voulait seulement paraître confidentiel.

– Eh bien, noble général, que vous a-t-il dit ?

– Qui ? Poël ? il m’a dit que la voiture allait être prête.

– Je vous parle du prisonnier de Munckholm, général.

– Ah !

– A-t-il répondu à votre interrogatoire d’une manière satisfaisante?

– Mais… oui vraiment, dame comtesse, dit le gouverneur, dont on devine l’embarras.

– Avez-vous la preuve qu’il ait trempé dans le complot des mineurs?

Une exclamation échappa à Levin.

– Noble dame, il est innocent!

Il s’arrêta tout court, car il venait d’exprimer une conviction de son coeur, et non de son esprit.

– Il est innocent ! répéta la comtesse d’un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu’en effet Schumacker n’eût démontré au général cette innocence qu’il était si important aux intérêts du grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir ; il répondit à l’insistance de la grande-chancelière d’un ton de voix qui la rassura, parce qu’il décelait le doute et le trouble:

– Innocent… Oui, si vous voulez…

– Si je veux, seigneur général !

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

– Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon travail, c'est-à-dire mon entretien avec l’ex-grand-chancelier, qu’au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l’attendait sa voiture.

– Oui, se disait la comtesse d’Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon Frédéric, maintenant, quand tu n'es pas là, il peut revenir...

À cette pensée, elle s’adressa à sa suivante favorite.

– Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous veillerez à ce qu’on lave régulièrement tous les matins dans l’eau de rose la guenon de mon cher Frédéric.

– Quoi ! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

– Oui, vraiment ; et, pour qu’il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu’il demande ; je veux lui ménager une surprise à son retour.

 

D’après V. Hugo "Han d'Islande"

16.

Le gouverneur s’est prononcé prêt à discuter les détails de son travail seulement avec...

 

1) le roi.

2) l'évêque.

3) le vice-roi.

4) l'ex-grand-chancelier.


Une visite inattendue

 

Le matin, le gouverneur de Drontheim ordonna qu’on attelât sa voiture de voyage, espérant partir pendant que la comtesse d’Ahlefeld dormirait encore ; mais nous avons déjà dit que le sommeil de la comtesse était léger.

Le général venait de signer les dernières recommandations qu’il adressait à l’évêque, aux mains duquel le gouvernement devait être remis par intérim.

Il se levait, après avoir endossé sa redingote fourrée, pour sortir, quand l’huissier annonça la noble chancelière.

Ce contretemps déconcerta le vieux soldat, accoutumé à rire devant la mitraille de cent canons, mais non devant les artifices d’une femme. Il fit néanmoins d’assez bonne grâce ses adieux à la méchante comtesse, et ne laissa percer quelque humeur sur son visage que lorsqu’il la vit se pencher vers son oreille avec cet air astucieux qui voulait seulement paraître confidentiel.

– Eh bien, noble général, que vous a-t-il dit ?

– Qui ? Poël ? il m’a dit que la voiture allait être prête.

– Je vous parle du prisonnier de Munckholm, général.

– Ah !

– A-t-il répondu à votre interrogatoire d’une manière satisfaisante?

– Mais… oui vraiment, dame comtesse, dit le gouverneur, dont on devine l’embarras.

– Avez-vous la preuve qu’il ait trempé dans le complot des mineurs?

Une exclamation échappa à Levin.

– Noble dame, il est innocent!

Il s’arrêta tout court, car il venait d’exprimer une conviction de son coeur, et non de son esprit.

– Il est innocent ! répéta la comtesse d’un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu’en effet Schumacker n’eût démontré au général cette innocence qu’il était si important aux intérêts du grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir ; il répondit à l’insistance de la grande-chancelière d’un ton de voix qui la rassura, parce qu’il décelait le doute et le trouble:

– Innocent… Oui, si vous voulez…

– Si je veux, seigneur général !

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

– Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon travail, c'est-à-dire mon entretien avec l’ex-grand-chancelier, qu’au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l’attendait sa voiture.

– Oui, se disait la comtesse d’Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon Frédéric, maintenant, quand tu n'es pas là, il peut revenir...

À cette pensée, elle s’adressa à sa suivante favorite.

– Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous veillerez à ce qu’on lave régulièrement tous les matins dans l’eau de rose la guenon de mon cher Frédéric.

– Quoi ! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

– Oui, vraiment ; et, pour qu’il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu’il demande ; je veux lui ménager une surprise à son retour.

 

D’après V. Hugo "Han d'Islande"

17.

Frédéric peut maintenant revenir parce que...

 

1) le gouverneur est parti.

2) la comtesse le lui a demandé.

3) le vice-roi a quitté la ville.

4) l' ex-grand-chancelier est en prison.


Une visite inattendue

 

Le matin, le gouverneur de Drontheim ordonna qu’on attelât sa voiture de voyage, espérant partir pendant que la comtesse d’Ahlefeld dormirait encore ; mais nous avons déjà dit que le sommeil de la comtesse était léger.

Le général venait de signer les dernières recommandations qu’il adressait à l’évêque, aux mains duquel le gouvernement devait être remis par intérim.

Il se levait, après avoir endossé sa redingote fourrée, pour sortir, quand l’huissier annonça la noble chancelière.

Ce contretemps déconcerta le vieux soldat, accoutumé à rire devant la mitraille de cent canons, mais non devant les artifices d’une femme. Il fit néanmoins d’assez bonne grâce ses adieux à la méchante comtesse, et ne laissa percer quelque humeur sur son visage que lorsqu’il la vit se pencher vers son oreille avec cet air astucieux qui voulait seulement paraître confidentiel.

– Eh bien, noble général, que vous a-t-il dit ?

– Qui ? Poël ? il m’a dit que la voiture allait être prête.

– Je vous parle du prisonnier de Munckholm, général.

– Ah !

– A-t-il répondu à votre interrogatoire d’une manière satisfaisante?

– Mais… oui vraiment, dame comtesse, dit le gouverneur, dont on devine l’embarras.

– Avez-vous la preuve qu’il ait trempé dans le complot des mineurs?

Une exclamation échappa à Levin.

– Noble dame, il est innocent!

Il s’arrêta tout court, car il venait d’exprimer une conviction de son coeur, et non de son esprit.

– Il est innocent ! répéta la comtesse d’un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu’en effet Schumacker n’eût démontré au général cette innocence qu’il était si important aux intérêts du grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir ; il répondit à l’insistance de la grande-chancelière d’un ton de voix qui la rassura, parce qu’il décelait le doute et le trouble:

– Innocent… Oui, si vous voulez…

– Si je veux, seigneur général !

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

– Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon travail, c'est-à-dire mon entretien avec l’ex-grand-chancelier, qu’au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l’attendait sa voiture.

– Oui, se disait la comtesse d’Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon Frédéric, maintenant, quand tu n'es pas là, il peut revenir...

À cette pensée, elle s’adressa à sa suivante favorite.

– Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous veillerez à ce qu’on lave régulièrement tous les matins dans l’eau de rose la guenon de mon cher Frédéric.

– Quoi ! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

– Oui, vraiment ; et, pour qu’il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu’il demande ; je veux lui ménager une surprise à son retour.

 

D’après V. Hugo "Han d'Islande"

18.

La comtesse d’Ahlefeld a demandé à Lisbeth de faire venir...

 

1) des romans.

2) des peignes.

3) de l'eau de Cologne.

4) des tenues élégantes.


Une visite inattendue

 

Le matin, le gouverneur de Drontheim ordonna qu’on attelât sa voiture de voyage, espérant partir pendant que la comtesse d’Ahlefeld dormirait encore ; mais nous avons déjà dit que le sommeil de la comtesse était léger.

Le général venait de signer les dernières recommandations qu’il adressait à l’évêque, aux mains duquel le gouvernement devait être remis par intérim.

Il se levait, après avoir endossé sa redingote fourrée, pour sortir, quand l’huissier annonça la noble chancelière.

Ce contretemps déconcerta le vieux soldat, accoutumé à rire devant la mitraille de cent canons, mais non devant les artifices d’une femme. Il fit néanmoins d’assez bonne grâce ses adieux à la méchante comtesse, et ne laissa percer quelque humeur sur son visage que lorsqu’il la vit se pencher vers son oreille avec cet air astucieux qui voulait seulement paraître confidentiel.

– Eh bien, noble général, que vous a-t-il dit ?

– Qui ? Poël ? il m’a dit que la voiture allait être prête.

– Je vous parle du prisonnier de Munckholm, général.

– Ah !

– A-t-il répondu à votre interrogatoire d’une manière satisfaisante?

– Mais… oui vraiment, dame comtesse, dit le gouverneur, dont on devine l’embarras.

– Avez-vous la preuve qu’il ait trempé dans le complot des mineurs?

Une exclamation échappa à Levin.

– Noble dame, il est innocent!

Il s’arrêta tout court, car il venait d’exprimer une conviction de son coeur, et non de son esprit.

– Il est innocent ! répéta la comtesse d’un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu’en effet Schumacker n’eût démontré au général cette innocence qu’il était si important aux intérêts du grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir ; il répondit à l’insistance de la grande-chancelière d’un ton de voix qui la rassura, parce qu’il décelait le doute et le trouble:

– Innocent… Oui, si vous voulez…

– Si je veux, seigneur général !

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

– Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon travail, c'est-à-dire mon entretien avec l’ex-grand-chancelier, qu’au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l’attendait sa voiture.

– Oui, se disait la comtesse d’Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon Frédéric, maintenant, quand tu n'es pas là, il peut revenir...

À cette pensée, elle s’adressa à sa suivante favorite.

– Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous veillerez à ce qu’on lave régulièrement tous les matins dans l’eau de rose la guenon de mon cher Frédéric.

– Quoi ! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

– Oui, vraiment ; et, pour qu’il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu’il demande ; je veux lui ménager une surprise à son retour.

 

D’après V. Hugo "Han d'Islande"

19.

Преобразуйте, если это необходимо, слово STUDIEUX так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Comment mes parents se sont rencontrés

 

Ma mère et mon père se sont rencontrés à une fête de village dans le sud de la France. Ma mère était très jolie, mais timide, __________________, toujours dans ses bouquins, et pas très fétarde.

20.

Преобразуйте, если это необходимо, слово CONNAÎTRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Mon père a eu le coup de foudre pour ma mère qui était assise sur un banc. Il faut dire que mon père n’était pas très beau, mais il était très passionnant, il __________________ beaucoup d’histoires drôles.

21.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VENIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Donc, il s’est approché de ma mère et a commencé à bavarder. Ils se sont plu tout de suite et ils ont passé toute la soirée ensemble. Le lendemain mon père __________________ chez mes grand-parents, et a invité ma mère au ciné.

22.

Преобразуйте, если это необходимо, слово HABITANT так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Bayonne

Bayonne est une ville des Pyrénées-Atlantiques, dans le Sud-Ouest de la France. Blottie entre l’océan et les premiers contreforts du massif pyrénéen, au confluent de la Nive et de l’Adour, ses 45 000 __________________ en font la seconde ville du département derrière Pau.

23.

Преобразуйте, если это необходимо, слово IMPORTANT так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Elle est au coeur d’une vaste agglomération qui comprend également les villes d’Anglet et de Biarritz, la plus __________________ du sud de l’Aquitaine.

24.

Преобразуйте, если это необходимо, слово SITUER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Bayonne est __________________ à la frontière du Pays basque et de la Gascogne, elle n’est distante que de quelques dizaines de kilomètres de l’Espagne.

25.

Преобразуйте, если это необходимо, слово MONUMENTAL так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Сette ville d’art et d’histoire, est riche d’un patrimoine __________________ séculaire ainsi que d’une tradition gastronomique dont les meilleurs ambassadeurs sont le jambon, le piment et le chocolat.

26.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VIEILLIR так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Un portrait

Marie-Charlotte est une très _______dame qui vient d’avoir quatre-vingt dix-sept ans et que tout le monde connaît dans le village où elle vit.

27.

Преобразуйте, если это необходимо, слово DÉMODER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

On sait qu’elle a encore de l’énergie et que ses idées ne sont pas_________.

28.

Преобразуйте, если это необходимо, слово PRENDRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Souvent, les jeunes de sa rue _________l’escalier qui mène à son petit studio.

29.

Преобразуйте, если это необходимо, слово RÉCITER так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

et s’installent sur un vieux canapé pour entendre des _____ extraordinaires dont ils se souviendront longtemps.

30.

Преобразуйте, если это необходимо, слово VIVRE так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

Marie-Charlotte leur raconte les aventures qu’elle _______.

31.

Преобразуйте, если это необходимо, слово QUOTIDIENNETÉ так, чтобы оно грамматически соответствовало содержанию текста.

 

A côté de ces histoires la vie______ paraît banale.

32.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) ouvert

2) ferme

3) frotté

4) frappe


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

Du raisin dans les platanes

Le matin, en ouvrant leurs volets, les habitants de la place de Saint-Emilion a Bordeaux ont ete surpris et ils se sont 32 ______ les yeux, pour s'assurer qu'ils etaient bien reveilles : des grappes de raisin pendaient aux arbres de la place. Une hallucination collective, dans cette ville ou le vignoble et les vendanges occupent tous les 33 ______? Non ! En allant y voir 34 ______, ils ont constate que 35 ______ grappes etaient en plastique ! Un outrage pour toute la commune, capitale mondiale du bon vin. 36 ______ n'a rien entendu. Il faut dire que le vent a souffle assez fort cette nuit. Les gendarmes sont venus constater les faits et la municipalite a fait nettoyer la place. Une question reste posee : y a-t-il un rapport entre les grappes en plastique de Saint-Emilion et les appareils casses 37 ______ ont ete retrouves, 38 ______ matin, pendus aux arbres de l'esplanade des Quinconces ?

33.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) tetes

2) hommes

3) maisons

4) esprits


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

Du raisin dans les platanes

Le matin, en ouvrant leurs volets, les habitants de la place de Saint-Emilion a Bordeaux ont ete surpris et ils se sont 32 ______ les yeux, pour s'assurer qu'ils etaient bien reveilles : des grappes de raisin pendaient aux arbres de la place. Une hallucination collective, dans cette ville ou le vignoble et les vendanges occupent tous les 33 ______? Non ! En allant y voir 34 ______, ils ont constate que 35 ______ grappes etaient en plastique ! Un outrage pour toute la commune, capitale mondiale du bon vin. 36 ______ n'a rien entendu. Il faut dire que le vent a souffle assez fort cette nuit. Les gendarmes sont venus constater les faits et la municipalite a fait nettoyer la place. Une question reste posee : y a-t-il un rapport entre les grappes en plastique de Saint-Emilion et les appareils casses 37 ______ ont ete retrouves, 38 ______ matin, pendus aux arbres de l'esplanade des Quinconces ?

34.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) de plus рrès

2) aupres de

3) рres de

4) a cote de


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

Du raisin dans les platanes

Le matin, en ouvrant leurs volets, les habitants de la place de Saint-Emilion a Bordeaux ont ete surpris et ils se sont 32 ______ les yeux, pour s'assurer qu'ils etaient bien reveilles : des grappes de raisin pendaient aux arbres de la place. Une hallucination collective, dans cette ville ou le vignoble et les vendanges occupent tous les 33 ______? Non ! En allant y voir 34 ______, ils ont constate que 35 ______ grappes etaient en plastique ! Un outrage pour toute la commune, capitale mondiale du bon vin. 36 ______ n'a rien entendu. Il faut dire que le vent a souffle assez fort cette nuit. Les gendarmes sont venus constater les faits et la municipalite a fait nettoyer la place. Une question reste posee : y a-t-il un rapport entre les grappes en plastique de Saint-Emilion et les appareils casses 37 ______ ont ete retrouves, 38 ______ matin, pendus aux arbres de l'esplanade des Quinconces ?

35.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) ce

2) cette

3) ces

4) ses


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

Du raisin dans les platanes

Le matin, en ouvrant leurs volets, les habitants de la place de Saint-Emilion a Bordeaux ont ete surpris et ils se sont 32 ______ les yeux, pour s'assurer qu'ils etaient bien reveilles : des grappes de raisin pendaient aux arbres de la place. Une hallucination collective, dans cette ville ou le vignoble et les vendanges occupent tous les 33 ______? Non ! En allant y voir 34 ______, ils ont constate que 35 ______ grappes etaient en plastique ! Un outrage pour toute la commune, capitale mondiale du bon vin. 36 ______ n'a rien entendu. Il faut dire que le vent a souffle assez fort cette nuit. Les gendarmes sont venus constater les faits et la municipalite a fait nettoyer la place. Une question reste posee : y a-t-il un rapport entre les grappes en plastique de Saint-Emilion et les appareils casses 37 ______ ont ete retrouves, 38 ______ matin, pendus aux arbres de l'esplanade des Quinconces ?

36.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) Aucun

2) Les personnes

3) Les habitants

4) Personne


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

Du raisin dans les platanes

Le matin, en ouvrant leurs volets, les habitants de la place de Saint-Emilion a Bordeaux ont ete surpris et ils se sont 32 ______ les yeux, pour s'assurer qu'ils etaient bien reveilles : des grappes de raisin pendaient aux arbres de la place. Une hallucination collective, dans cette ville ou le vignoble et les vendanges occupent tous les 33 ______? Non ! En allant y voir 34 ______, ils ont constate que 35 ______ grappes etaient en plastique ! Un outrage pour toute la commune, capitale mondiale du bon vin. 36 ______ n'a rien entendu. Il faut dire que le vent a souffle assez fort cette nuit. Les gendarmes sont venus constater les faits et la municipalite a fait nettoyer la place. Une question reste posee : y a-t-il un rapport entre les grappes en plastique de Saint-Emilion et les appareils casses 37 ______ ont ete retrouves, 38 ______ matin, pendus aux arbres de l'esplanade des Quinconces ?

37.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) qui

2) qu’

3) dont

4) ou


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

Du raisin dans les platanes

Le matin, en ouvrant leurs volets, les habitants de la place de Saint-Emilion a Bordeaux ont ete surpris et ils se sont 32 ______ les yeux, pour s'assurer qu'ils etaient bien reveilles : des grappes de raisin pendaient aux arbres de la place. Une hallucination collective, dans cette ville ou le vignoble et les vendanges occupent tous les 33 ______? Non ! En allant y voir 34 ______, ils ont constate que 35 ______ grappes etaient en plastique ! Un outrage pour toute la commune, capitale mondiale du bon vin. 36 ______ n'a rien entendu. Il faut dire que le vent a souffle assez fort cette nuit. Les gendarmes sont venus constater les faits et la municipalite a fait nettoyer la place. Une question reste posee : y a-t-il un rapport entre les grappes en plastique de Saint-Emilion et les appareils casses 37 ______ ont ete retrouves, 38 ______ matin, pendus aux arbres de l'esplanade des Quinconces ?

38.

Вставьте пропущенное слово:

 

1) aujourd’hui

2) hier

3) demain

4) un


Прочитайте текст с пропусками, обозначенными номерами 32–38. Эти номера соответствуют заданиям 32–38, в которых представлены возможные варианты ответов. Укажите номер выбранного вами варианта ответа.

 

Du raisin dans les platanes

Le matin, en ouvrant leurs volets, les habitants de la place de Saint-Emilion a Bordeaux ont ete surpris et ils se sont 32 ______ les yeux, pour s'assurer qu'ils etaient bien reveilles : des grappes de raisin pendaient aux arbres de la place. Une hallucination collective, dans cette ville ou le vignoble et les vendanges occupent tous les 33 ______? Non ! En allant y voir 34 ______, ils ont constate que 35 ______ grappes etaient en plastique ! Un outrage pour toute la commune, capitale mondiale du bon vin. 36 ______ n'a rien entendu. Il faut dire que le vent a souffle assez fort cette nuit. Les gendarmes sont venus constater les faits et la municipalite a fait nettoyer la place. Une question reste posee : y a-t-il un rapport entre les grappes en plastique de Saint-Emilion et les appareils casses 37 ______ ont ete retrouves, 38 ______ matin, pendus aux arbres de l'esplanade des Quinconces ?

39.

Vous avez reçu une lettre de votre ami français Léon qui vous écrit:

 

… Mon petit frère Paul va dans une nouvelle école du quartier. Cette école est peu ordinaire, parce que l’on organise beaucoup de leçons dans la nature et sur la nature. Nous sommes très contents pour Paul, il grandit bien et travaille avec beaucoup d’enthousiasme. Les enfants apprennent mieux et avec plaisir, ce n’était pas mon cas à l’école primaire.

Et toi, comment étaient tes études dans les petites classes? Quels sentiments éprouves-tu envers ton école? Quelles relations as-tu avec tes copains de classe?

En été, je voudrais faire un grand voyage en autostop …

 

Ecrivez une lettre à Léon.

Dans votre lettre

– répondez à ses questions

– posez-lui 3 questions sur son voyage en autostop.

Ecrivez 100–140 mots.

Suivez les règles de la présentation des lettres non officielles.

40.

Выберите только ОДНО из двух предложенных высказываний и выразите своё мнение по предложенной проблеме согласно данному плану.

 

Commentez un des sujets proposés ci-dessous.

 

1. Pour améliorer l’environnement, beaucoup de villes aménagent leurs centres en zones piétonnières en interdisant aux voitures d’y circuler.

2. Pour réussir à l’école il faut fréquenter le jardin d’enfants avant l’école primaire.

 

Quel est votre avis? Êtes-vous d’accord avec cette opinion?

 

Suivez le plan:

− introduction: posez le problème en le reformulant;

− avancez votre opinion et faites-la valoir avec 2–3 arguments à l’appui;

− exposez un point de vue opposé et donnez 1–2 arguments pour le soutenir;

− expliquez pourquoi vous ne les acceptez pas;

− conclusion: confirmez votre position.

 

Écrivez une réponse en 200–250 mots.

41.

Imaginez que vous êtes en train de préparer un projet avec votre ami. Vous avez trouvé un texte très intéressant et vous voulez le lui lire. Vous avez 1 mn 30 pour lire ce texte en silence, puis 1 mn 30 pour le lire à haute voix.

 

Pour faire un film il faut beaucoup de professionnels. Le scénariste rédige le plan de l’histoire et les dialogues pour les acteurs. Le producteur s’occupe du financement du film et réunit l’argent nécessaire. Il aide le réalisateur à engager l’équipe de tournage. Le réalisateur tourne le film en suivant le scénario. Il travaille avec tous les membres de l’équipe. Il choisit aussi les acteurs qui doivent jouer dans le film. Pendant le tournage, le réalisateur donne des instructions sur la manière de filmer les scènes. Il dirige les acteurs, les costumiers et les maquilleurs. Il surveille les techniciens chargés de l’éclairage, du son et des caméras. Quand le tournage est fini, c’est alors l’étape du montage. Les monteurs travaillent avec le réalisateur pour organiser les scènes. Ils coupent les séquences inutiles.

42.

Observez ce document

 

 

Vous avez décidé d’acheter des fleurs chez ce fleuriste et vous cherchez des informations à ce propos. Après 1 mn 30 de réflexion, vous posez cinq questions directes pour demander:

 

1) l’adresse du magasin

2) les horaires d’ouverture

3) les types de fleurs à acheter

4) s’il y a des fleurs en pot

5) le tarif possible pour une grosse commande

 

Vous aurez 20 secondes pour poser chaque question.

43.

Imaginez que ces photos appartiennent à votre album. Choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e.

 

 

Vous avez 1 mn 30 pour réfléchir, puis vous présenterez la photo choisie. Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Pendant la présentation de votre photo n’oubliez pas de mentionner:

 

• où et quand elle a été prise

• qui ou quoi y est représenté

• ce qui se passe

• pourquoi vous tenez à la garder dans votre album

• pourquoi vous avez décidé de la montrer à votre ami/e

 

Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique. Commencez par la phrase "J'ai choisi la photo N°...".

44.

Observez les deux photos. Dans 1 mn 30, vous devrez les comparer :

 

• en faisant une courte description de chacune d’elles (action, lieu)

• en précisant ce que ces photos ont en commun

• en décrivant les différences entre ces deux photos

• en disant quels types de transport présentés sur les photos vous préférez

• en expliquant pourquoi

 

Votre réponse ne doit pas durer plus de 2 minutes (12–15 phrases). Faites votre présentation sous forme d’un monologue cohérent et logique.